06/07/2012

Ghazala Javed, un meurtre pour l'honneur

Ghazala Javed, chanteuse pachtoune et pakistanaise, n'est plus. Elle a été assassinée. Probablement par son mari et deux hommes de main. Ghazala voulait divorcer parce qu'elle avait découvert que son mari avait déjà une autre épouse et aussi parce qu'elle souhaitait poursuivre sa carrière de chanteuse, ce que son mari ne voulait pas. Pour l'honneur, son mari l'a assassinée. Une société qui met une pression maximale pour garder les rites et les traditions...et qui paradoxalement adore les artistes et les chanteuses...à la mauvaise réputation. Tant que la famille n'est pas touchée, cela passe (encore) au Pakistan. Mais sitôt que la diablesse est unie à un membre de la famille et qu'elle faute, c'est la fin pour elle. Les talibans s'approchent du pouvoir. Les femmes risquent de se retrouver à la maison derrière leur burqa. Adieu les voix envoûtantes. Bonjour l'enfer taliban. Ghazala, ce billet est pour vous et pour toutes les femmes et les hommes qui souffrent à cause des horreurs fanatiques des hommes.

 

09:22 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

05/07/2012

Yasmine Hamdan, une voix et un visage envoûtants

En cette période de Festivals tous azinuts, une découverte. Une chanteuse libanaise qui est actrice et interprète, connue, et pourtant pas si courue que ça sur Y-Tube. J'aime son timbre, son allure, son inventivité. Elle vient de sortir au mois de mai son dernier album In kan fouadi.

Fille de Libanais «très politisés» ancrés à gauche, bringueballée toute son enfance d’un pays à l’autre du Golfe avant de revenir sur la terre libanaise à la fin de la guerre civile, épouse d’Elia Suleiman, réalisateur palestinien d’Intervention divine, Yasmine Hamdan se délecte de sa culture arabe multiple et de ses possibles.

«Je chante en libanais, égyptien, palestinien, arabe littéraire et koweitien», dit-elle. Mais délaisse toujours le français et l’anglais qu’elle maîtrise à la perfection. «Chanter en arabe c’est un engagement, j’y vois ce qui est moderne et émancipé. Je veux le faire passer a travers ma musique. C’est une proposition qui évoque une contre-culture, l’opposé du mainstream.»

Yasmine Hamdan, 35 ans, a toujours cette assurance animale qui marquait déjà il y a trois ans. Ses chansons parlent du couple en général et de la femme en particulier. «La femme, l’amante, grincheuse, sincère ou espiègle, manipulatrice...» Elle en parle avec une mélancolie romantique que l'électro même la plus pointue ne lui offrait pas. Ouvrir des voies ne fait pas tout.

Merci au quotidien Libération.

Peut-être un jour programmée dans un Festival helvétique même si elle se refuse à chanter en français...ou en anglais.

 

Yasmine Hamdan. Une illustration de son nouvel album éponyme. - © Amélie Rouyer

21:11 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Un tube pour le Grand Collisionneur de Hadrons

Si Tu n'existais pas,

rien n'existerait.

Si Tu n'étais pas invisible,

rien ne serait visible.

Si Tu n'étais pas l'Amour

tout ne serait qu'Enfer.

 

18:44 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (8)

Stephen Hawkings a perdu 100 dollars sur le matricule Dieu

Le célèbre scientifique Stephen Hawking ne croyait ni à l'existence de la particule de Dieu ni à Dieu lui-même. Il a perdu. Au moins sur la première partie de son grand "design universel".

Il doit 100 balles à un autre astrophysicien qui s'opposait à sa propre théorie et adhérait à l'existence du Higgs. Les scientifiques ne sont pas des pascaliens. Ils ne misent jamais sur l'existence de Dieu lui-même. Ils misent sur des théories scientifiques. Mais à bien y regarder au plus près des télescopes et des microscopes, Dieu est un génial scientifique qui a parié dés le départ de l'univers sur le doute des êtres humains à croire en son existence. Tellement Il avait peur que sa créature s'ennuie, qu'Il a offert à l'Humanité un véritable défi digne de l'Homme: le découvrir, Lui, Dieu.

Ah l'Amour, il faut toujours douter de l'Amour. On n'est jamais bien sûr qu'il ne nous trahit ou ne nous trompe pas dans nos jugements collectifs et individuels. Ainsi va. Mais au final, faire Confiance à l'Amour est notre unique solution pour ne pas trahir soi-même l'Amour. C'est ainsi que cela doit toujours se passer entre un homme et une femme pour que le vrai Amour puisse exister et s'épanouir. Alors, du côté de l'Universel et de l'Infini, faisons place à l'Amour pour lutter contre la Haine.

A méditer par tous les êtres humains habitants de cette petite planète d'Amour.

 

14:37 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (3)

04/07/2012

Le boson de Higgs passera par Damas

Tout est matière depuis le Big Bang. Sans le champs de Higgs, sans la particule de Dieu, il n'y aurait rien d'articuler, rien de construit. Tout serait sans masse, sans structure, sans élément, sans atome. Impossible de définir cet univers déstructuré et sans avenir possible. Mais le Higgs a créé le champ du visible tout en restant invisible. C'est alors que les humains, un 4 juillet 2012, annoncent au monde qu'ils ont percé le mystère de l'Invisible, ce grand Architecte de l'univers aux origines de tout, grâce à un outil scientifique fabuleux: le grand collisionneur de hadrons. Magique. Majestic.

Il y a 2000 ans, un petit bonhomme de rien du tout préchait dans le champ des sables. Il annonçait le Royaume de Dieu. Deux milles ans plus tard, l'être humain découvre l'Invisible et sa particule qui, sans son champ de coquelicots, ne pourrait exister. Ce champ qui tient la réalité de l'Existence a pour particule l'Amour. Et à chaque fois que l'on assassine un coquelicot, c'est le champ de Dieu que l'on piétine et massacre. Dans le grand collisionneur de hadrons, l'homme a détecté l'existence de la particule qui fonde le mystère de l'Amour. Reste à appliquer son champ d'investigation amoureuse à toute la surface du globe. Du prophète sorti du désert brûlant, nous sommes passés à la réalité de la prophétie grâce aux laboratoires froids des scientifiques.

Dieu n'est pas éliminé de la course. Il sort du frigo universel. Il est le plus grand émerveillement et éveil à la poésie des humains.

 

22:04 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (4)