17/03/2011

Il neige dans trop de coeurs et sur les montagnes du Japon

 

« Le jour où le ciel aura l'aspect d'un métal en fusion, où les montagnes seront comme de la laine en flocons, où même un ami intime ne s'enquerra plus de son ami, bien que se trouvant en face de lui, et où le criminel, pour se racheter des tourments de ce Jour, livrerait volontiers ses propres enfants, sa compagne, son frère, sans clan tutélaire, voire l'humanité tout entière, pourvu qu'il soit sauvé.

Mais rien ne le sauvera! Car l'Enfer aux flammes ardentes, qui écorche brutalement les crânes, happera quiconque se sera détourné du Seigneur et n'aura songé qu'à amasser et à thésauriser. »

Coran, Sourate des Degrés

Les gens de Fukushima seront-ils abandonnés à leur triste sort? Les gens de Benghazi seront-ils abandonnés à leur triste sort?

ONU...Eau nue..

« Une pluie d'eau brûlante (le feu des bombes) s'abattra sur le crâne des criminels condamnés à la géhenne (les tyrans) alors qu'une pluie d'eau de mer s'abattra sur les coeurs aux fruits amers (centrales nucléaires) et les mères avorteront et verront leurs enfants nouveau-nés, déjà vieux, avec des cheveux gris »

Livre de l'apocalypse, vu et non corrigé pour ce début d'année 2011.

Alors Dieu se tiendra prêts, à côté de celles et ceux qui conserveront leur humanité et seront prêts à aider plutôt qu'à thésauriser, à s'alléger plutôt qu'à amasser, à sacrifier leur vie plutôt qu'à laisser le Mal agir.

Dieu aidera le Japon et la Libye si le reste du monde global s'investissent et ne prennent pas peur devant l'ampleur et la dangerosité de la tâche. Solidarité civile de l'accueil à l'étranger, solidarité civile de l'aide sur place, solidarité armée internationale pour les populations prises pour cibles par un tortionnaires, solidarité armée et êtres humains prêts à devenir les héros du monde en sacrifiant leur vie à la cause.

Et la phrase de l'action et de la dignité pour tout citoyen et toute citoyenne de cette Terre.

« J'y suis, J'y reste ». Georges Baumgartner, journaliste suisse, Tokyo.

 

Dans la bouche d'un dictateur, cette phrase d'un capitaine sauvant les passagers à une signification inversément proportionnelle à la grandeur d'âme d'un héros...

Et dans notre bouche à toutes et à tous...ça sonne comment?

 

 

 

 

15:41 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Les liquidateurs: de Fukushima à Benghazi

 

La course contre l'horloge est engagée à Fukushima et à Benghazi. Le temps a fait fusionné ces deux évènements, liés dans une tragédie sans précédent. D'un côté l'ONU devra aujourd'hui voter une résolution afin de trouver un pare-feu à l'agression des Kadhafi sur le peuple libyen. Voter pour l'envoie de liquidateurs internationaux qui s'occuperont de sauver des chars et des avions de l'armée illégitime la ville de Benghazi afin qu'une contre-offensive puisse être menée tambour battant contre le clan Kadhafi et ses affidés. D'un autre, les liquidateurs sacrifiant leurs vies au sein du monstre nucléaire de Fukushima, opérateurs travaillant dans les entrailles de la bête pour l'empêcher de voir ses nombreux coeurs partir en fusion et contaminer définitivement une grande partie des terres au nord de Tokyo et condamnant à mort des dizaines de milliers de personnes durant ces prochains mois et années.

L'espoir, naissant dans le désespoir d'un gigantesque désastre humanitaire et environnemental. L'espoir d'échapper à l'apocalypse sans retour. L'espoir de voir la Révolution de Jasmin triomphé en Libye. L'espoir de voir le Jasmin refleurir dans les coeurs japonais après tant de morts, tant de destruction, tant d'horreur. Ce jour de 17 mars, recevrons-nous enfin une bonne nouvelle des liquidateurs? Demain vendredi, une semaine après que le tremblement de terre aura mis sans dessus dessous le Japon et les consciences du monde? Demain vendredi, la Libye sauvera-t-elle le printemps arabe et fêtera-t-elle, même dans le sacrifice d'une rapide contre-offensive, la poursuite de la Révolution de Jasmin avec, cette fois, l'aide militaire internationale après celle de Facebook, Twitter, la presse et les blogs?

Les liquidateurs japonais de la centrale de Fukushima sont des sacrifiés d'un système nucléaire mourant, dictatorial, anti-démocratique, des liquidateurs qui rappellent les centaines de milliers de soldats de l'atome sacrifés de Tchernobyl que l'on a oublié sans geste, sans secours, sans humanité pour eux. Les liquidateurs des nations-unis seront des appelés militaires d'un régime international mort sous l'empire du nucléaire et du pétrole mis en péril et ressuscitant peut-être dans un green deal mondial et les effluves du Jasmin provoquées par une jeunesse généreuse, prête au sacrifice pour obtenir la liberté, la démocratie, la pluralité des consciences et le partage des ressources naturelles de notre planète.

Dieu va-t-il remettre à plus tard la Fin du Monde? Le Japon évitera-t-il le pire du pire? Les humains sauront-ils agir en toute compassion avec les liquidateurs japonais en leur portant secours et en leur offrant dignité, admiration, et respect avant leur départ pour l'au-delà? Les liquidateurs internationaux atteindront-ils leur cible à Tripoli? Les jeunes arabes, les populations arabes, et le monde entier pourront-ils s'enthousiasmer encore au printemps arabe? Autant de questions que nous soumettons à votre réflexion. Nucléaire et pétrole se sont soudain unis dans le même destin pour nous faire réfléchir sur nos rapports au monde, à notre environnement, à nos comportements humains envers l'Autre.

 

La cible, le coeur, le centre du monde

pour piéger le monstre dans la toile d'araignée (humour japonais et libyen)

In chat là...

 

image001.jpg

dessin de mon frère François l'Hermite de France

 

Il y a de l'amour dans l'air

de Fukushima à Benghazi

 

arrêt sur image à 3.33 de la vidéo

vous y verrez le drapeau du pays du Soleil Levant

 

08:17 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

16/03/2011

Peter Mc Intyre, This was Benghazi, 1943

Ce que nous ne verrons plus jamais: l'attaque des troupes britaniques sur une ville libyenne. Ce que nous ne voudrions pas mais que nous vivons en direct: les avions français du Colonel Kadhafi massacrant sa propre population. L'Occident a perdu le contrôle de l'Afrique. Mais l'Afrique est contrôlée par un roi des rois autoproclamé qui emploie des méthodes barbares et coloniales pour asservir son propre peuple et venir faire la leçon de moralité au monde occidental. Retournement de situation. Un tyran impose sa vision au monde. La démocratie s'applatit et remercie G.W.Bush d'avoir commis boulette sur boulette durant sa Présidence.

 

Un espoir ultime: Hannibal Kadhafi aurait-t-il été fait prisonnier par les résistants? Je viens de lire ceci d'incroyable dans un article daté de 10 minutes sur le site du Nouvel Observateur:

"Les autorités libyennes ont reconnu mercredi qu'un pétrolier de la Compagnie nationale de transport maritime (GNMTC), dirigée par Hannibal, un autre fils de Mouammar Kadhafi, avait été arraisonné au large du pays par la rébellion, qui l'a contraint à appareiller pour Tobrouk."

 

This was Benghazi

 

 

Quand les idéaux meurent sous les bombes,

que les paquebots s'effondrent dans le fracas

des tôles qui hurlent à l'agonie dans les catacombes.

 

Quand les mots ne suffisent plus à panser les maux,

que les plus durs affirment de mieux en mieux leur pouvoir

et les plus faibles sombrent définitivement dans la nuit des eaux.

 

Quand les forbans tiennent haut le pavé et le discours

et que les poètes sont bannis à vie de la cour.

Quand les ombres du pouvoir assassinent

la lumière des coeurs atomisée par la rapine.

 

Quand le jour ne succède plus à la nuit,

Que le soleil se couche à l'Orient

et ne se lève plus en Occident,

que la lune touche au soleil

 

Alors oui.

Dieu prononcera son Jugement Dernier

et ne pardonnera plus aux pires criminels.

 

Famille Kadhafi,

vous n'avez qu'une seule et dernière chose à faire:

démissioner en bloc de votre mission

de misérables tueurs de votre propre peuple.

 

Le pinguin dessiné sur le fuselage,

c'est un bédouin ou un requin colonial occidental?

carte postale, Benghazi, 1943



 

15:29 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (2)

Malgré Obama, l'Amérique ne changera pas

 

La Libye est en train de subir un sort comparable au Chili d'Allende. Sauf que la situation est inverse. L'Amérique avait soutenu Pinochet contre le Président élu Allende alors qu'aujourd'hui l'Amérique soutient, de fait, la dictature de Kadhafi contre le vent de liberté et de démocratie qui souffle en Libye. A l'époque, c'était sous le prétexte de la peur du communisme. Aujourd'hui sous le prétexte de la peur de l'islamisme.

« La République mondiale des Salauds ». Voilà ce qu'offre au monde le visage de l'Amérique depuis 60 ans. Et c'est pire aujourd'hui. Car l'islamisme pur et dur n'a pas du tout la cote dans les pays musulmans. Car l'islamisme vécu avec la Charia, Coran dans la main droite et corde pour pendre ou fouetter dans l'autre, n'a que peu de soutien des croyants dans les sociétés musulmanes, quelques pays du Golfe, l'Iran, autant de pays dont la dictature est contestée et ébranlée aujourd'hui même. En comparaison, nous sommes à l'air Gorbatchov de l'islamisme et non à celle de Staline. Pourtant, l'Amérique d'Obama a peur du terrorisme islamiste. Version officielle.

 

Autre version moins officielle mais plus réelle, l'Amérique a tout simplement peur de partager la démocratie qui pourrait naître ailleurs, à tous ces peuples qui vivaient dans la résignation, la renonciation, la soumission à des tyrans et qui survivaient avec pas grand chose, chaque jour et qui cherchent, en ce printemps de la Révolution de Jasmin, à gagner leur liberté. Ce sont donc des milliards de personnes qui sont quitte pour creuser dans le solde des richesses naturelles. C'est cela le vrai problème de l'Amérique. Et elle ne l'avouera jamais car elle refuse de restreindre son train de vie, comme l'Occident en général, comme la Chine désormais. Nous étions les premiers riches. Restons sur nos positions. Et les autres? Qu'ils se débrouillent avec leurs dictatures, la spoliation des richesses, les crimes, les tortures.

 

Mais cette attitude-là signifie aussi que nos propres démocraties sont très malades, sur le point d'offrir à la dictature le pouvoir chez nous. Car ce qui se passe ailleurs se passera aussi chez nous. Les riches deviennent de plus en plus riches, les pauvres de plus en plus pauvres, la classe moyenne se dégrade et souffre de trop d'impôts car à elle seule, elle assure la majorité des prestations sociales des plus pauvres. Dans le même temps, regardez l'Espagne. De jeunes diplômés, très bien formés, travaillent pour des boss richissimes qui les emploient entre 700 et 1000 euros par mois. Quelle indécence! Et les politiciens espagnols, ils font quoi pour lutter contre ce scandale? Et c'est cela partout ailleurs, ou presque. La Suisse restant un des derniers havres de richesses relativement partagé ou redistribués peut-être, alors même que je suis un Européen convaincu, parce que nous résistons à l'Europe du laisser-faire installé à Bruxelle. Les ravages du néolibéralisme mêlés à un conservatisme de pensées rétrogrades vis-à.-vis des étrangers, des jeunes, des vieux, des handicapés, de toutes les classes sociales fragilisées, marginalisées puis exclues, de fait.

 

Ce que nous dit l'Amérique aujourd'hui en n'intervenant pas en Libye, c'est que notre propre décadence va se poursuivre, que notre modernité n'a plus d'avenir. Cynisme et affairisme sont devenus l'unique source de profit pour les sociétés actuelles. Mais on ne fait pas une société juste et démocratique sur ces deux critères là. On réduit juste notre monde à la vision de Sade, à la liberté absolue dans le sens de la liberté de la dictature du plus fort telle qu'on la vit aujourd'hui en Libye. « Liberté, criminalité, impunité, inégalité » tel est le slogan actuel que nos démocraties perverties développent de nos jours. Le modèle kadhafien est plus près du modèle berlusconien qu'on ne croit. C'est pourquoi il se sent trahi par son cher ami Berlusconi bien que ce dernier ne se soit pas déclaré pour la guerre contre lui.

 

C'est sans doute la position américaine actuelle qui provoquera davantage de terrorisme que l'impact négatif qu'aurait pu éventuellement avoir notre intervention en Libye contre le clan mafieux Kadhafi avec l'appui de la Ligue arabe.

 

Voilà pourquoi je réitère ma demande d'emploi auprès d'un quotidien pour couvrir la guerre de Benghazi.

 

J'attends une réponse, au minimum.

 

« La récompense de « La République des Salauds », c'est le bunga bunga des Kadhafi et son pétrole. Celui qui résiste à ça est proche de son humanité, du peuple, et de Dieu. Celui qui cède, est bon pour la Géhenne et le Châtiment Dernier ».

 


Les derniers mots d'Allende Sous-titré fr par librepenseur007

08:17 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (5)

15/03/2011

Quel journal m'engage pour aller témoigner à Benghazi?

 

Alors que la plupart des journalistes prennent la poudre d'escampette à Benghazi, ceux présents à Tripoli sont choyés par le régime de Kadhafi.

Je fais donc, en direct et sur mon blog, la demande officielle d'aller relater les évènements qui vont se passer dans la ville de Benghazi ces prochains jours. Nous n'avons pas le droit de lâcher cette population à qui on a proposé notre soutien indéfectible pour leur droit à la démocratie.

Si le Président Sarkosy « souffre d'une maladie mentale » selon notre brave Colonel et ami Mouammar, votre serviteur souffre d'un mal bien plus grave: celui de mourir de honte si la démocratie oublie ses valeurs et ne combat plus pour elle mais ne pense plus qu'à son confort, ses intérêts personnels, sa superficialité ordinaire, son manque de courage, son manque de tout en ce qui concerne le droit à étendre la démocratie aux peuples du monde quand ces peuples demandent notre soutien et notre aide sur le terrain. Mouammar devra d'abord marcher sur Ali pacha s'il veut déclarer sa victoire à la face du monde. Inch'Allah. Pas le choix d'une autre option. Plus le choix d'une compromission avec un régime qui a trahi son peuple Ce n'est pas une option. C'est un devoir d'humanité.

Que le média préparé à accepter un blogueur déterminé à couvrir la guerre de Benghazi se signale. Plus fou que moi, il y a Doc Folamour Kadhafi. Vous voulez vraiment encore de lui au pouvoir? Vous voulez vraiment un massacre populaire dans la ville de Benghazi? Vous voulez que cette planète appartienne à la tyrannie de quelques-uns? Je dis "NON" au nom de ma Croyance en Allah. C'est tout. J'attends un e-mail d'une rédaction courageuse qui n'aura pas peur de prendre un homme libre dans ses rangs.

 

 

17:01 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (3)