12/03/2011

Seif al islam: Monsieur Sang pour Sang

 

Il annonce triomphalement à qui veut l'entendre que le gouvernement de papa Kadhafi contrôle à nouveau 90% du territoire et que l'armée loyale de son père ne fera aucun quartier avec la dissidence. Tous torturés, tous violentés, tous mis à mort dans un scénario macabre digne du Dr Frankenstein, Dracula, Landru, Hitler, Staline et Pol Pot réunis pour la fête sans oublier les modernes des Balkans comme Milosevic, Mladic,et Radovan von Karadzic, le loup blanc et psychiatre fou de sinistre souvenir.

On peut dire que la morgue des Kadhafi s'agrandit à concurrence de la mare de sang qu'ils provoquent chez eux. Diable. Pourquoi Dieu n'a-t-il pas frappé le bunker de ces salopards? Diable, pourquoi faut-il que les braves gens souffrent et que les grands salauds pervers puissent avoir autant d'impunité internationale autour de leur personne? Diable, que Dieu agisse en nous pour dire by by à Monsieur Sang pour Sang et sa famille de vampires tortionnaires.

C'est la seule conclusion possible à tirer quand on entend ces criminels osés se présenter devant les projecteurs de la télévision. Si on arrive les arrêter, ils arriveront encore à nous fournir toutes les preuves de leur gentillesse et de leur bonté déployées envers le peuple libyen. On n'a même plus envie d'un procès tellement nous sommes dégoûtés par ces gens-là.

Une chanson de Johnny écrite pour son fils David, magnifique de connivence entre un père et un fils...mais pour l'amour de l'Autre et du public, pas pour la haine et la mort des peuples.

16:28 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Fukushima en état d'alerte maximale

 

Une fusion nucléaire est possible dans le coeur de la centrale nucléaire de Fukushima!

Ce sont les dernières nouvelles catastrophiques venant du pays du Soleil Levant.

Sous le choc de ce tremblement de terre terrible et de ce tsunami dévastateur, le Japon voit deux de ses centrales nucléaires en danger imminent de perte de contrôle total sur ces réacteurs nucléaires. C'est plus que terrifiant, C'est apocalyptique. Avons-nous encore une chance d'éviter le pire afin que le Japon ne devienne pas terre incognita et désertée de sa population?

 

homme dévasté par tes démons

rejoint l'île fusionnelle de ton coeur

et prie pour l'amour comme la paix durant ton sermon

afin que Dieu en son Grand Réacteur

nous accorde Miséricorde et Pardon

 

https://mail.google.com/mail/?ui=2&ik=9a49efdc6f&view=att&th=12e9fc8fe9a0fcc8&attid=0.2&disp=inline&zw

09:39 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Benghazi doit-elle offrir un génocide à l'Europe?

 

« Armes chimiques et usage de la force sur une foule non-violente ».

Telles sont les conditions et les nécessités officielles d'une intervention internationale contre les troupes du Colonel Kadhafi. Benghazi devrait ouvrir la porte à l'armée du roi et l'attendre bien sagement comme les Juifs l'ont fait devant Hitler avec les conséquences terrifiantes que l'on connaît.

Sommes-nous, en Europe, à notre tour devenus un peu cinglé de notre idéologie si pure et si noble? Sommes-nous à ce point aveuglés par nos principes de non-violence et de non-ingérence dans les affaires des autres pour refuser de porter secours à une population qui le demande avant qu'il y ait des preuves irréfutables de massacre terrifiant sur elle?

Imaginons le scénario:

Benghazi baisse les armes et manifestent comme les Egytiens ou les Tunisiens. Les soldats de Kadhafi investissent l'Est de la Libye. Triomphe totale à Tripoli. Le chef de l'opposition est pendu, ainsi que tout son gouvernement provisoire, Les rebelles sont torturés et éliminés, les femmes soutenant ouvertement l'opposition disparaissent de la circulation, sans doute torturées, violées, puis assassinées avant d'être enterrées dans une fosse commune ou incinérées pour faire disparaître toute trace de leurs existences.

Nous n'avons toujours pas touché les populations civiles dites "neutres" dans le conflit. Juste l'armée résistante au régime. Juste les plus fidèles soldats de la liberté. Une question à Monsieur Sarkosy. Si les Américains avaient dit aux Français qu'ils n'interviendraient qu'une fois la résistance désarmée, qu'une fois de Gaulle se rendant à Hitler, on aurait attendu combien de temps pour l'intervention? Et surtout, pour quelle honte postérieure en sachant qu'il aura fallu l'immolation, le sacrifice des chefs, des vaillants combattant pour la liberté, pour qu'enfin l'Amérique intervienne.

Cessons nos paroles inutiles, traîtresses, et lâches. Il est trop tard pour faire de la rhétorique humanitaire. Kadhafi a frappé son peuple au coeur avec un armement lourd. Rien de comparable à Ben Ali ou Moubarak. Aidons les Libyens à se libérer du tyran. Il y a urgence. C'est "NOW" et non "NO" ou "NEVER".

Une photo du désert prise par ma petite soeur accompagne le « OUI D'ALLAH POUR LA DEFENSE DES OPPRIMES SUR LES TYRANS». Un cliché fastueux, magie pure de ce monde de sable et d'illusion métaphysique.

 

 

Extrait d'un interview d'une ex-garde du corps de Kadhafi

 

Aziza Ibrahim : Tout d´abord, les femmes gardes du corps de

Kadhafi doivent s´abstenir de se marier. Il les appelle les "nonnes révolutionnaires" ; or les nonnes ne peuvent pas se marier. Deuxièmement, elles doivent avoir une forte personnalité, parce
qu´il faut qu´elles se débrouillent sans leurs familles.

[Une nonne révolutionnaire] peut être contrainte de tuer des
membres
de sa famille [à lui]. Une garde du corps du nom de Jamila Abu
Ghneim s´employait à nous terroriser. Elle a tué son cousin [à lui],
le colonel Hassan Shkeir Kadhafi. Il avait élevé la voix contre
Mouammar au cours d´une dispute, en face de nous toutes, et pour

cette raison seulement, elle l´a abattu, en présence de Kadhafi.

Aziza Ibrahim : Ils ont fait venir des étudiants pour les pendre.

Il y avait un étudiant en droit, accusé d´avoir appelé une
connaissance en Irak. Un autre étudiant venait de la Faculté
des sciences économiques. Ils ont pendu quatre étudiants ce
jour-là. Le premier qu´ils ont pendu n´est pas mort tout de suite.
Ils lui ont tiré dans les jambes jusqu´à ce qu´il expire. Pendant ce
temps, j´étais assise sur les marches. Je ne pouvais pas le
supporter.

"…si elle était aujourd´hui encore son garde du corps, elle le
tuerait elle-même"

A 2 heures du matin, ils ont fait irruption là où nous vivions, et
ont déclaré :  Rendez vous au complexe sportif. Ils nous ont saisies,
dans l´état où nous nous trouvions, pour nous conduire dans une salle fermée du complexe sportif. Ils ont exécuté 17 étudiants - par des tirs,
non par pendaison. 17 étudiants - sous nos yeux. Dans une salle
fermée, les sons sont différents. Nous n´avions pas le droit de crier.
Il fallait pousser [uniquement] des cris de soutien [aux bourreaux],
parce qu´il s´agissait de traîtres. L´un d´entre eux n´était pas
un traître. Son cousin était un pilote qui avait déserté. Ils n´ont
pu mettre la main sur le cousin, et ils l´ont pris à la place.

Reporter : Aziza est submergée par l´émotion lorsqu´elle contemple l´homme en vert, qu´elle a autrefois protégé de sa vie, à l´approche de l´automne de son règne. Elle ne souhaite pas seulement sa mort, mais affirme que si elle était aujourd´hui encore son garde du corps, elle le tuerait elle-même.
Pour adresser un email au MEMRI ou faire une donation, écrire à :memri@memrieurope.org.

 

08:55 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

11/03/2011

« Révolution du 17 février » et fin de l'ultimatum

 

« La seule expérience journalistique des rédacteurs de Révolution du 17 février remonte à l’édition d’une gazette universitaire où ils étaient autorisés à parler de la vie estudiantine, sans aborder la politique. “Au moins, nous avons appris comment faire des coupes dans un texte. C'est utile aussi”, racontent-ils, stylo rouge à la main, en train de repérer les informations dans les dépêches qui sont ensuite saisies sur l’ordinateur. Puis c’est la correction et une nouvelle saisie. Parmi celles qui s’en occupent, une fille de 19 ans, un voile transparent sur le visage. A côté, deux volontaires d’Alexandrie, plus à l’aise avec les programmes informatiques d’édition, s’apprêtent à traduire les textes en anglais. “Nous avons ici tout ce dont nous avons besoin. Des militants islamistes, des libéraux, des gauchistes. Aucun ne veut de Kadhafi”, dit Manafi. »


A Benghazi, c'est aussi ce genre de modernité métissée et de désir de liberté que nous allons tuer, nous les grands démocrates du Nord qui n'avançons plus que par extrême prudence, calculs économiques, et cynisme bien mesuré et ressenti.

Fin de l'ultimatum de l'autorité libyenne provisoire. Kadhafi n'est évidemment pas parti. Tellement sûr de son bon droit de massacrer son peuple, tellement fier devant ces Occidentaux misérables qui rêvent de grands principes et agissent si souvent en intérêts spéculatifs et économiques. Personne ne veut se faire tuer pour la Libye, sauf les Libyens eux-mêmes. Et surtout plus personne, à part Sarkosy, considéré un peu partout comme un acteur de théâtre qui se met en avant pour braver seul le pouvoir libyen, pour dire « On y va. On fait le boulot pour détruire les avions, les tanks, et les bunkers de Kadhafi. Ensuite, on laisse les Libyens accomplir leur Révolution sur des bases un peu plus égalitaires, moyens militaires s'entend ». Ce discours-là, c'est juste du théâtre de boulevard parisien, et pas une parole sensée, réfléchie, libre, démocratique, pour dire « NON A LA TYRANNIE DE KADHAFI ».

Nous sommes de braves humanitaires, de chics gens prêts à porter secours. Mais devant la barbarie, nous fermons désormais nos yeux, calculons au plus près les conséquences des méthodes des barbares sans leur faire une opposition digne de leur brutalité quand cela est devenu nécessaire. Dans la rue, on laisserait un criminel tué la population par principe de nom ingérence dans son droit à sa citoyenneté folle. Dans la rue, à Genève par exemple, on dirait aux flingueurs qu'une fois qu'ils ont flingué à tout va, ils ont le droit de porter plainte quand des flics leurs tirent dessus et les blessent. C'est un peu ça, le système Kadhafi. Il s'appuie sur nos droits de l'hommisme pour tuer en toute impunité sa population. Puis il nous donne sa leçon de conduite. Pas d'ingérence dans les affaires des Libyens, pas d'impérialisme. Juste sa tente Kadhafi partout dans le monde. Parce que lui au moins, il n'impose pas son impérialisme à la face du monde. Bonjour tristesse. Le Japon vient de tomber dans la nuit d'une énorme catastrophe. Nous, nous subissons les jeux fripons d'un gentil dictateur qui nous veut le plus grand bien.

La France est à l'honneur à Bengazi. Le drapeau tricolore flotte dans la ville. Ce n'est pas de l'impérialisme français. C'est juste un magnifique geste d'amitié d'un peuple arabe en pleine détresse qui cherche sa liberté. Monsieur Sarkozy, si vous avez accompli une belle chose dans votre règne de Président, c'est bien ce que vous voulez exiger aujourd'hui de l'Europe. Reste à faire le boulot. Le ferons-nous? C'est une autre histoire.

Si j'étais Japonais aujourd'hui, je serai du côté de mon peuple, si j'étais Libyen, je serais du côté de mon peuple. Je suis Helvète, je suis du côté des gens qui agissent pour leur liberté, leur dignité, leur volonté de surmonter les désastres et les malheurs qui leur arrivent. quelque soit leur origine, leur couleur de peau, et leurs idées acceptables dans un jeu démocratique. C'est peu de chose. C'est rien du tout. Mais c'est tellement mieux que d'être du côté d'un tortionnaire et d'un tyran qui veut imposer sa Vérité à la face du monde entier.

 

 

15:47 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Beng Beng, Benghazi, Allah et tsunami

 

« La Super-Puissance Kadhafi a décidé de mettre fin au conflit en usant de l'arme de la non-violence. Son peuple l'adore, se met à genoux devant lui, embrasse la terre en même temps que son portrait. A l'étranger, on se questionne beaucoup sur les risques d'une guerre nord-africaine contre ce cher Muammar trop gentil pour qu'on lui fasse du mal. Les armes occidentales se taisent. On laisse faire la non-violence du leader libyen, roi de la sagesse planétaire actuelle, héros super Rambo, et exemple de l'homme parfait de droiture virile pour notre jeunesse droguée aux petites pilules bleues d'Al-Qaïda qui se sont emparés de Benghazi. »

Nous aurons la Chine en Libye, entre amis dictateurs on va trouver de nouvelles alliances stratégiques. L'argent de Kadhafi? Aucun soucis, il trouvera. Les armes de Kadhafi? Aucun soucis, il trouvera. Sa mise sur la sellette internationale? Aucun soucis. Il survivra. Il a survécu à l'attentat de Lockerbie, à la volonté de l'éliminer par les Américains. Kadhafi allait pourtant tomber...il y a quinze jours en arrière. Mais c'est nous qui avons laissé tomber et mourir la liberté par peur des conséquences. L'Amérique avait osé intervenir en Europe pour casser Hitler, malgré l'empire soviétique à l'Est. Mais l'Amérique d'Obama a vécu l'air Bush et cette fois, la décadence est belle et bien programmée.

Si Benghasi perd, les démocraties n'ont simplement plus d'avenir. C'est le signe des Kadhafi qui ont toujours été farouchement opposés et haineux face à nos régimes qu'ils méprisent et prennent comme paillasson à leur pouvoir.

8,8 sur l'échelle de Richter. 8, 8 les positions des deux H, Heil Hitler. Alerte au tsunami ce matin. C'est au Japon. Ce n'est ni Hiroshima ni Nagazaki. Nous ne sommes plus en 1945. C'est un énorme tremblement naturel de la Terre en colère. Même la Terre sait parfois se fâcher avec les humains. Des vagues énormes ont débarqué sur les côtes. On ne connaît pas encore les conséquences horribles de ce désastre. Dieu s'est trompé d'endroit...ou alors son système de visée est défaillant, trop vieux, obsolète. Mais peut-être a-t-Il simplement demandé à la Terre de nous punir à distance en nous laissant encore une dernière chance, un ultime avertissement, devant nos responsabilités humaines face à Kadhafi et la corruption du monde? Inch'Allah.

Le glaive de l'islam, version Ali pacha

08:25 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)