05/03/2011

Zawiya, ville martyre. Nous, on palabre.

 

France 24, hier soir. Des personnes causent des Kadhafi, de l'insurrection libyenne. Un dit: "Les combats? Tout-à-fait mineurs. Un mort ici, 4 là, 5 ailleurs. Le conflit est de faible intensité". Une autre dit: "L'opposition? Une force constituée de bric et de broc, mal équipée, mal préparée, des civils sans expérience militaires".

On ne savait pas, jusqu'à hier soir sur ce plateau d'une brochette de belles personnes invitées, que s'étaient les militaires au pouvoir qui organisaient les révolutions populaires. On ne savait pas qu'en 1789, ce sont les soldats du Roi bien habillé, équipé, et préparé qui avaient envoyé Louis XVI à la guillotine. Les personnes invitées par France 24 hier soir, n'étaient tout simplement pas digne de l'évènement historique qui secoue le Maghreb. Certains félicitaient la Tunisie car "oui, bien sûr la Tunisie ce n'est pas la Libye". "Ils ont le bonheur de parler le Français (quelle honte! ndlr) et ne sont pas organisés en tribus". Car le saviez-vous aussi? "Tous les Libyens sont armés d'un fusil ou au moins d'un couteau, et cela ça date de bien avant la Révolution". "Saïf al islam n'est pas un excité. Il est calme. Je lui ai parlé il y a trois jours. Il y a des choses qui sont vraies et d'autres que sont fausses que les insurgés racontent sur les exactions commises par le régime".

On ne prend quand même pas la défense des Kadhafi. Mais c'est assez limite. On fait juste constater que les Kadhafi ont peut-être encore leur légitimité malgré toutes les pressions internationales et l'immense majorité politique occidentale pour dire que Kadhafi « basta », il doit dégager.

Oui mais comment il devrait partir, notre cher Mouammar? Tranquillement, la fleur de jasmin dans la main et posée sur le coeur. Pourtant il l'a dit pour une fois très clairement à la face du monde et sans prose incompréhensible: "C'est moi ou un bain de sang. Je ne partirai pas".

Et l'Occident n'a pas compris le seul langage clair du dictateur. Ce matin, Zawiya subit le premier bain de sang post-révolutionnaire. La baignoire de Kadhafi se remplit gentiment du sang des Libyens. Bientôt ce sera une mer de sang. Pendant ce temps, on palabre. Et demain, dans 15 jours peut-être, Kadhafi sera bien rétabli sur son trône. De sa morgue habituel, il contemplera le monde entier de sa superbe. Benghazi et toutes les villes insurrectionnelles seront retombées dans le camp Kadhafi. Des dizaines de milliers de morts. Et l'Europe comme l'Amérique devront refaire leurs emplettes commerciales avec le dictateur super-puissant ressuscité par la grâce de notre inaction.

A quoi ça sert une armée planétaire servant la cause démocratique si ce n'est de défendre aussi la cause démocratique qui tend les bras ailleurs, au sud de notre méditerranée, ailleurs que chez soi, donc, tout en laissant au Grand Tyran du moment la possibilité énorme et scandaleuse de laisser les gens vivre et mourir sous la dictature durant des millénaires? Des dizaines de milliers de morts pour rien au sud de la Méditerranée? Si oui. Honte à l'Europe et l'Occident qui auront contribué à laisser mourir la Révolution de Jasmin.

Je ne participerai pas à une quelconque indignité, face à la dictature de Kadhafi, de notre Continent.

Voici un extrait de la contre-attaque diplomatique orchestrée par le clan Kadhafi et de son ministre "CoussiCoussa" de triste mémoire dans les chaumières helvétiques:

"Selon la Ligue libyenne des droits de l'Homme, la répression a fait 6000 morts. Mais ce bilan est difficile à vérifier sur place alors que les combats font rage, aussi le courrier de Musa Mohammad Kusa a-t-il beau jeu de pointer que la résolution du Conseil de sécurité a été adoptée "sur la base de journaux étrangers et d'informations de presse plutôt que sur des faits documentés et vérifiés par une commission d'enquête indépendante". La force, affirme le régime libyen, a été utilisée "contre des personnes violant la loi (...) qui ont exploité d'autres personnes pour commettre des actes de destruction et de terrorisme". Et la lettre envoyée à l'Onu assure encore que "depuis le début de la crise, des instructions strictes ont été données pour que (...) la plus grande retenue soit employée en réponse aux provocations".

Kadhafi est le chef de tout, y compris de sa propre propagande nazillonne. "Mein Kampf" "Le Livre Vert", même combat.

Kadhafi a donné sa formule de la révolution: " Moi ou le bain de sang". L'Occident lui donnera peut-être mieux encore: "Moi et le bain de sang"

 

10:09 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

04/03/2011

Benghazi prie, Zawiyah tombe provisoirement

 

Les forces loyales au colonel libyen ont décidé de changer la vitesse de leurs exactions sur le peuple libyen.

Des bombardements sur plusieurs villes du pays contrôlées par les citoyens de la liberté permettent en cet instant même de semer le doute parmi les populations décidées à éliminer le clan de la famille Kadhafi. De nombreux morts dont un commandant de l'armée défendant Zawiyah ayant pris fait et cause pour les révolutionnaires. Par ailleurs. Internet est définitivement coupé en Libye et un mandat d'arrêt international a été lancé contre le Colonel Kadhafi.

Le pourrissement de la situation, l'enlisement programmé de la révolution par Mouammar Kadhafi semble prendre racine. Il est temps que les pays arabes soutenant le peuple libyen donnent leur approbation concernant une intervention occidentale pour interdire le survol du territoire aux avions libyens...voir davantage si nécessaire.

Nous vivons des instants cruciaux qui vont encore une fois bouleversé la vision que l'Europe avait jusqu'ici des populations du Maghreb. Nous nous devons de porter tout notre secours aux populations du sud de la Méditerranée qui cherchent à s'extraire de la tutelle des dictatures et rejoindre le camp des démocraties modernes, libres, et populaires.

Que Dieu, le même pour nous tous, accompagne vers la liberté toutes les populations fidèles à l'idéal démocratique et républicain.

Dernières minutes. La compagnie de téléphonie mobile officielle de Libye demande par sms de s'en prendre à toute les personnes étrangères accusée de semer le trouble dans le pays. Ayons une pensée pour les journalistes sur place à Tripoli. Nos médias ont sans doute commis une énorme imprudence en les envoyant directement dans la gueule du loup Kadhafi.

 

16:48 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Des centaines de journalistes bientôt otages de Kadhafi?

 

« Pile, je gagne. Face, tu perds ». Les journalistes partis pour Tripoli ont-ils bien mesuré les risques encourus? « La Souricière ». Ce sera bientôt le surnom donné à l'Hôtel réservé aux journalistes internationaux qui ont commis la bêtise de se faire inviter par le Colonel.

Ont-il suivi l'histoire des otages suisses ou des infirmières bulgares? Certainement pas bien ou avec une grille de lecture qui frise l'inconscience professionnelle. Sinon, ils n'iraient pas à Tripoli se donner en bouclier humain et victimes civiles hautement sensibles et exposés aux cruels caprices du leader libyen. C'est totalement irresponsable de la part de nos médias et de nos gouvernements. Nos politiciens européens et américains vont bientôt devoir choisir entre la survie de tous ces journalistes et le départ du régime Kadhafi. Ce sera le deal cynique proposé par Kadhafi en dernier recours.

Nous autres Suisses avons perdu depuis deux ans l'espoir de croire que la famille Kadhafi se montrait équitable et surtout humaine dans ses choix et ses actes. Aïcha Kadhafi saura, le moment venu, relire à tous ces journalistes la loi du Talion, mode Kadhafi, qui sévit chez elle. « Vous voulez le départ et la mort de la grande famille? Alors, vos journalistes partiront les premiers pour l'enfer ».

Mais comment est-il possible que nos gouvernements aient laissé les journalistes se faire inviter ces derniers jours par ce régime totalitaire qui utilisera toutes les armes possibles et imaginables, même les plus révoltantes, pour se maintenir au pouvoir et sauver sa peau ou disparaître en ayant fait le plus de dégâts possibles.

Oui, aux journalistes clandestins ou aux journalistes suivant les pas des combattants pour la liberté. Non aux journalistes invités par Kadhafi. C'est de la pure folie en ces instants d'agonie du régime. Et cela fait étrangement et glacialement penser à l'histoire du Petit Chaperon Rouge amenant son pot de confiture et sa galette médiatique à Mère-Grand. « Tire sur ma bobinette et ta chair périra ».

Le magnétisme satanique du Colonel, une fois encore, aura su prendre aux pièges les Occidentaux.

Stop les journalistes! Ne partez plus, invitez dans la maison d'un fou paranoïaque, d'un mauvais génie politique, qui a survécu à tout sauf à sa folie. Comme beaucoup d'artistes, bons ou mauvais, perdus dans l'existence malgré leur génie maléfique ou bénéfique, dans un autisme qui les a détruit.

Mouammar Kadhafi est à part sur l'échelle des dictateurs. Il s'est fait tout seul et a survécu tout seul face aux empires. Il ne mourra pas sans combattre l'empire occidental une dernière fois. Il vient de donner le baiser de la mort aux journalistes qu'il a invité dans son fief. Celles et ceux qui peuvent encore s'échapper de là-bas, qu'elles / qu'ils le fassent de toute urgence. C'est le cri d'alarme d'un autre solitaire dans la vie.

 

08:19 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

03/03/2011

Réfugiés, combattants de la liberté, et plan Marshall

 

Il y a ceux qui fuient la guerre. Et ceux qui restent là-bas pour donner la liberté au peuple libyen. Et enfin il y a nous tous qui regardons de près mais vivons de loin les évènements.

Nous avons tous un rôle à jouer. Les réfugiés nous prouvent la terreur du régime kadhafien, les résistants nous prouvent que nous ne devons pas les abandonner à leur sort face au dictateur. Leur courage est exemplaire, leur foi inébranlable, leur fierté mature et démocrate. Enfin nous, les spectateurs de cette pièce grand guignol sanguinolente que le tyran nous impose. Nous vivons dans notre chair les instants de la libération. Nos coeurs palpitent, nos urgences se déplacent sur les lieux du combat. Nous avons l'impression d'être hors du jeu alors que nos esprits nous disent que nous sommes là, tout près, en direct, sur le champ du combat pour la libération. Comme à Tunis, comme au Caire, nous vibrons avec les révolutionnaires et prions Dieu pour obtenir la victoire et l'ouverture démocratique pour tous ces gens de là-bas.

Nous ne savons, pour la plupart d'entre nous, ni quoi faire ni comment le faire. Certains parlent de nouveau plan Marshall pour le Maghreb. Je n'ai ni réseau de personnalités dans le business ou la politique. Mais j'en appelle aux responsables, aux patrons d'entreprises de créer un hub international du commerce solidaire avec les pays de la Révolution. Je l'ai déjà écrit quelque part dans un billet lors de la Révolution de Jasmin. Nous pouvons le faire. Pas besoin de plan Marshall. Juste une multitude de produits faits ici ou fabriqués là-bas au Maghreb que nous achetons quotidiennement ou occasionnellement et estampillés sous le label « REV DE JASMIN » ou quelque chose de similaire avec un % dédié à l'aide internationale en faveur de la démocratie au Maghreb. D'une part création d'emplois là-bas, d'autres part ressources financières quotidiennes qui tombent dans l'escarcelle de la Révolution à l'exemple des produits dérivés d'un film ou lors de jeux olympiques. Sur la durée, sur 20 ans par exemple, combien de milliards pourraient être recyclés dans ce mouvement économique révolutionnaire?

Je suis persuadé que cela va marcher, que les gens, ici comme là-bas, seront sensibles et achèteront les biens mis sur le marché sous ce label. Les patrons de Swatch, par exemple, pourraient lancer l'idée sur le plan marketing et ensuite s'associer avec d'autres domaines dans le textile, la vente de produits alimentaires, etc. Tout est ouvert. Il faut juste un patronat humaniste décidé à créer un réseau international de l'aide à la Révolution qui soit à la fois bénéfique aux affaires et au développement de la démocratie au nord de l'Afrique.

Vous qui me lisez, faites passer le message jusqu'à ce que celui-ci remonte vers les décideurs afin qu'ils décident de mettre en route ce « Plan Marshall » indépendant de la politique et des finances publiques. C'est une idée, c'est mon cadeau à tous nos chers révolutionnaires de là-bas.

Et je ne pense vraiment pas que cela soit la plus bête des idées sorties de ma petite boîte crânienne.


21:08 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Kadhafi gagne du temps et s'organise rapidement

 

Peut-être 10 tonnes de gaz moutarde repose dans un cimetière libyen secret. L' Occident, et même le monde entier, sont incohérents. Un comble quand on prétend vouloir dire qu'il n'y a pas plus incohérent que le leader libyen!

Car le monde a bien signifié qu'il ne voulait plus jamais de Kadhafi. On ne voit pas comment le monde reviendrait dès lors en arrière. Alors cette attente est insupportable et surtout criminelle. Car Kadhafi gagne du temps et s'organise en habitué qu'il est des situations extrêmes après avoir été, dans un premier temps, totalement déstabilisé par les révolutionnaires. Kadhafi et sa famille ne partiront pas de Libye. C'est une certitude. Hitler n'a pas fui l'Allemagne. Kadhafi prépare sa lutte finale avec le monde quitte à emporter une bonne partie de son peuple dans la mort. Alors pourquoi sommes-nous si fous à attendre? Il va reprendre toutes les villes? Il va rester maître chez lui? Et après, on fera quoi? Embargo sur le peuple libyen? Et puis ailleurs, en Egypte et Tunisie d'abord, y aura-t-il deux gentils dictateurs pour suivre l'exemple de la ligne intransigeante de Kadhafi face au monde?

Le monde libre doit apporter des réponses saines et cohérente à ses belles paroles de liberté. Et vite. Sinon, nous pourrons dire adieu à la liberté et à la démocratie naissante parmi les peuples arabes. Le Rideau de Carmin va-t-il être tiré sur la Révolution de Jasmin?

Mister President Obama, yes we can now. Sinon, qui fera le sale boulot?


15:20 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)