07/02/2011

Une pyramide de 50 milliards de dollars qui s'écroule

 

On vit des temps modernes de plus en plus extraordinaires.

On vous explique: je spécule sur la faillite de mon propre peuple. J'empoche en retour des milliards. En face de moi, j'ai les présidents du monde entier, y compris ceux provenant du monde démocratique, qui s'inclinent devant ma toute-puissance. Je suis Pharaon au Pays des Momies mentales.

Mais oui. Rien que ça. Et dire que le peuple trime pour moins de deux dollars la journée de travail...quand il y a du travail. Là-bas, ce sont des esclaves modernes. Ici, nous sommes des semi-esclaves toujours en lutte pour garder la tête hors de l'eau et nos vacances de privilégiés en Egypte où ailleurs. Oui, car esclaves de ce système pourri nous sommes tous avec un endettement inimaginable et des suceurs de sang qui visent notre mort à tous. Banqueroute, poker et mat, mon Général Karaboum! Si on raflait tout l'argent actuel des mafias du monde, sûr, absolument sûr qu'il y aurait assez d'argent pour inventer un monde durable à l'échelle du globe.

50 milliards, c'est seulement la fortune personnelle de la famille nucléaire de Mister Karaboum. On ne parle pas de la parenté directe et de tous les autres membres du clan qui ont été arrosé par la main du Roi Soleil. Car si on additionne la totalité des richesses, c'est certainement un trésor plus fabuleux que tout ce que les égyptologues ont pu trouver dans les tombes de la globalité des pyramides de toutes les époques.

Le monde va-t-il vraiment changer et se tourner vers Dieu ou continuera-t-il sa folle et abjecte débauche d'accumulation des richesses pour quelques-uns, élus par la grâce des petits copains politiques et économiques qui savent comment spolier un Etat et réduire un peuple à la misère globale?

La lutte est très inégale. Le pouvoir possède la force politique, économique, et militaire. Le peuple, son coeur et sa foi en Dieu. Pour les athées, juste le coeur et les larmes pour pleurer.

 

21:23 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (1)

Rania, Sonia, et Sally Zahran, héroïnes tahririennes

 

Elles sont encore des centaines à oser braver Pharaon et son pouvoir agonisant mais pas encore à l'état de mort clinique.

Des centaines à scander « Où sont les hommes libres, prêts à ouvrir leur coeur fermé pour offrir le pouvoir partagé avec les femmes? ».

Quand la solidarité casse, c'est le ressort de la démocratie qui casse. Peuple d'Egypte, n'abandonne ni les femmes ni les jeunes. Partout dans le monde, et même en Iran, l'opposition vous soutient. Le 14 février, jour des amoureux dans le monde entier, l'opposition iranienne compte organisée une manifestation monstre en soutien des Tahririens. Oui, le nouveau peuple libre du monde arabe porte le joli nom de Tahririen, Quand les Tahririennes atterrissent au milieu des jasmins, elles chantent toutes avec Patricia Kaas: OÙ SONT LES HOMMES?

Aujourd'hui, jour pour jour, il y a 40 ans, les hommes suisses donnaient le droit de vote aux femmes. Il était temps! 40 ans plus tard, ce sont les Egyptiens qui sont appelés à partager la place du pouvoir avec les femmes. Les islamiques qui protègent les valeurs essentielles du Coran et qui partagent également les droits humains et les droits à la démocratie sont conviés à soutenir toutes les forces d'opposition aux extrémismes et aux dictatures. Nul ne divisera le monde musulman sur des questions de croyance mais le monde musulman se divisera si les conservateurs obtus désireux de pratiquer les châtiments corporels ainsi que le non partage du pouvoir avec des forces laïques au nom d'un modèle exclusivement référencé sur la foi en islam sont décidés à mener la politique du pire et à semer la guerre mondiale entre les peuples au nom de Dieu. Un comble de l'arrogance des humains devant l'Eternel! Car telle sera la conclusion de notre monde si le conservatisme primaire des musulmans sectaires l'emportent sur l'ouverture à l'Autre, l'Occidental ou l'Asiatique qui ont d'autres valeurs à défendre que la charia prise dans son sens le plus stricte.

 

I MEDIA

Pour la Saint-Valentin, « I Média », le blog de l'actu immédiate qui met les coeurs sur les i au service de la libre expression des femmes et des hommes persécutés et assassinés à travers le monde pour leurs convictions.

 

Sally Magdy Zahran

 

Sally Zahran, battue à mort par les forces égyptiennes d'oppression du peuple

 

15:16 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Egypte: Ne trahi pas ta jeunesse et tes épouses!

 

Comités de jeunes représentant la jeunesse fidèle à Moubarak (!) invités à la discussion devant le gouvernement de transition; femmes en révolte dans la rue non représentée dans l'opposition pour affronter le pouvoir.

La révolution égyptienne aura peut-être ses grands déçus et ses cocus. Et ceux-là risquent d'être les idéalistes qui ont déclenché la volonté des foules populaires et qui ont tout risqué, dès le départ, y compris leur propre vie. Monsieur Omar Souleyman, ne trichez pas avec les jeunes. Ils sont les plus fervents leaders d'une démocratie moderne. N'avez-vous pas vu leurs sacrifices, leur don de soi, leur désir pur de changer le monde? Monsieur Omar Souleyman, ouvrez la porte aux femmes. Ce sont elles qui empêcheront le retour à une dictature. Connaissez-vous un seul pays au monde dirigé par une femme dictatrice?

Monsieur Omar Souleyman, dans la vie les gens accusent souvent les petites gens de losers. Vos losers à vous ont décidé de montrer qu'ils existaient. Ils ont aussi démontré leur volonté d'être vu comme des winners en ne cédant sur rien. Ils sont beaucoup plus courageux que vos hommes d'affaires souvent corrompus, de vos dirigeants souvent pleutres, de votre police incapable d'assumer la protection du Caire et prenant la fuite de peur d'être lynchée et laissant ainsi les gens honnêtes sans aucune protection. Ils sont là, Place Tahrir à exiger de vous une reconnaissance. Ne laissez jamais le désir de vengeance s'épanouir dans l'âme de votre Président Hosni Moubarak. Imposez-lui ces jeunes et ces femmes au nom du bien-être de la future Egypte. Faites-lui comprendre que celui et celle qui s'oppose à l'injustice et à la corruption sont les meilleurs garants d'une autre Egypte. Car si vous vous appuyez uniquement sur les opportunistes, les profiteurs de situation, les vendeurs d'assurances inutiles, vous ne sortirez pas l'Egypte de son marasme économique avec une nombreuse population ignorée, dévaluée, rejetée, provocant l'instabilité permanente dans votre pays.

Le dernier acte courageux du pouvoir, en dehors du départ de votre Président, est d'intégrer ces personnes à la transition démocratique en leur accordant le droit à la lumière, à leur présence politique et médiatique, à la défense de leurs intérêts économiques. Leur place n'est pas derrière les barreaux à recevoir la bastonnade de vos agents secrets. Leur place est parmi vous. Cette force vive et enthousiaste de votre jeunesse modèle doit être reconnue, portée avec respect et dignité au devant de la nouvelle scène égyptienne. Si vous ne le faites pas, cette jeunesse, ces femmes, trouveront des soutiens autrement plus négatifs et dangereux pour l'Egypte.

 

 

Egypte: Ne trahi pas ta jeunesse et tes épouses!

 

 

 

08:40 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

06/02/2011

Pénurie de cancres aux pays des jasmins

 

Tout les médias écrivent que la Révolution de Jasmin est une révolution de SDF de luxe, très bien formés, très bien éduqués, mais très mal dans leurs babouches maghrébines. Des femmes et des hommes de plume déplumés ou plumés par des tyranosaures défendus par des tehnocratosaures occidentaux.

Bien. Et par-dessus le marché des bestiaux préhistoriques, ces cancres de Mohamed, qui vendent des fruits et légumes du haut de leur charrette transformée en la circonstance en cuirassé Potemkine prêt à flamber pour la gloire de la Révolution de Jasmin, sont pris en otages par les islamotosaures qui voudraient instaurer la charia universelle et définitive pour tous les êtres humains. Hors Allah l'a bien écrit quelque part dans le Coran, ce n'est pas votre serviteur qui l'invente de toute pièce par fantaisie artistique. Non. : « Vous êtes composée d'une multitude de communauté que le plan de Dieu a voulu pour vous tous ». Bon, le Coran a donc envoyé le partage et la démocratie.C'est dit autrement dans le Coran qui a ses propres mots divins qui ne sont pas ceux écrits ci-dessus. Pour cela, le cancre en religion vous renvoie au Coran pour vous apprendre à lire au clair de la lune avec une pierre de diamant afin de prêter votre plume pour écrire des mots justes et vrais à la chandelle de l'Humanité qui est morte de trouille devant tant de feu juvénile et de colère collective Place Tahrir qui veut simplement ouvrir la porte à la démocratie pour l'Amour de Dieu.

Tiens justement, chère Claude-Inga Barbey (lire le Matin Dimanche de ce jour pour comprendre le lien direct) je vous interroge vous personnellement: « Faut-il établir un « permis de démocratie » pour les peuples arabes? Faut-il que nous, Occidentaux cherchions sans cesse à dire ce qui serait bon et pas franchement bon à cette inflexible et irascible communauté musulmane qui n'a su, depuis le Coran, qu'apporter tyrans et sources de complications à l'Occident? Car Dieu est Tout-Puissant et la théocratie est donc toute-puissante.

Le permis de démocratie est passé dans les mains de l'élève conducteur SDF qui veut dire clairement non à la théocratie tout simplement parce que le Coran étant la parole d'Allah ne peut être pratiquée au niveau des châtiments corporels par les humains, petits humains et humbles serviteurs de Dieu que nous sommes et qui, soudain, voudraient se prendre pour Dieu et décideraient de torturer, de mutiler, de lapider, de lyncher, de mettre à mort par des lois inhumaines qui serait ordonné par la Loi de Dieu. Hors Dieu est Miséricordieux et Allah, Lui seul en Son Royaume, peut décider de la peine corporelle à infliger à nous tous, pauvres humains. Nous, humbles humains (je ne parle pas des gouvernements mais des citoyennes et citoyens) qui vivons en démocratie avons appris à modérer nos exactions physiques sur autrui, à réprimer nos châtiments corporels sur nos propres enfants; nos violences physiques et conjugales sur nos délicieuses épouses qui n'aspiraient certainement qu'à la démocratie et à la non-violence devant Allah depuis l'âge de pierre; nos envies de trucider nos voisins qui nous cassent les pieds et toutes nos prières intimes toutes les nuits qu'Allah a fait pour nous avec leur juke box qui bringue balance des tubes disco jusqu'à plus d'heure. Nous, démocrates et cancres théocrates qui sommes devenus infidèles à la violence ne voulons pas juger ce qui revient à Dieu Lui seul. Nous, démocrates et cancres théocrates qui cherchons Allah dans Ses signes naturels de Présence qu'Il nous envoie au quotidien, ne voulons pas d'une dictature divine valable et clonable pour tous, corvéable à merci pour un Dieu qui ne nous a jamais imposé la même façon de vivre et de penser pour tous mais qui nous a accordé par son Très Grand et Très Miséricordieux Amour, avec la fleur de jasmin qui trône à sa Droite, la liberté d'expression et le libre-arbitre tout en nous envoyant Ses Lois divines écrites sur les Tables de papyrus, de palmiers ou de peaux de chameau, cela depuis Abraham jusqu'à Muhammed. Déjà les SDF et cancres sévissaient dans les rues. Moïse, Jésus, Muhammed, tous exclu du régime en place, tous près de Dieu en train d'inventer une nouvelle liberté retrouvée pour des peuples soumis à la corruption, à la cupidité, à la prosternation devant le Veau d'Or.

Le permis de démocratie, je l'ai passé grâce au pays dans lequel je suis né. Depuis ce jour, j'ai navigué dans toutes sortes de lieux marginaux et religieux. Je suis depuis tout petit inscrit au polit bureau des SDF de Sidi Bouzid, Tunisie. Et quand Mohamed Bouazizi a mis le feu à sa charrette, j'ai compris que je devais aller donner des leçons de conduite démocratique au monde grâce à mon expertise des chemins de traverse que je trace avec mon GPS interne qui s'appelle Allah.

Voilà. Que celles et ceux qui me lisent Place Tahrir (épicentre de l'obtention du permis de démocratie) avec une fleur de jasmin et son encre dans la main, comprennent qu'Allah s'apprend sur la route avec toute la signalisation qu'Il nous a donné à travers le Livre sacré qui est triple. Ensuite à nous de conduire notre vie avec notre permis de démocratie en laissant à Allah et Lui seul le droit de vie et de mort sur nous.

Ali pacha

 

10:29 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

05/02/2011

Des controverses mais surtout des Egyptiens qui chantent

 

Des chants ont été entendus cette nuit, Place Tahrir. Enfin! Après les pierres,les cocktails molotov, les couteaux, les épées, les balles...et de terribles véhicules assassins écrasant la foule en pleine rue, les Egyptiens ont entonnés des chants d'espoir et de paix.

Nous arrivons lentement vers une solution provisoire entre partisans de Moubarak et toute l'opposition représentée par une large couche de la population. Le Président restera sans doute quelques mois au pouvoir mais uniquement à titre honorifique. Il n'aura pas voix au chapitre dans le schéma de transition démocratique qui se met en place. L'armée, par contre, jouera son rôle plein et entier avec Omar Souleyman comme homme fort provisoire du pouvoir égyptien.

Les Frères Musulmans, principale force d'opposition organisée, absolument hostile au maintien de Moubarak et conditionnant son départ immédiat au début de négociations avec le pouvoir, pourrait accepter cette façon de faire.

Il aura donc fallu que les Egyptiens se réconcilient grâce aux chiens de garde que représentent les militaires pour arriver à un début de processus démocratique. Ben Ali ne s'appuyait pas sur l'armée mais sur sa police. Moubarak gardait ces deux piliers bien en mains grâce aussi à l'Amérique qui subventionnait largement les armées du Président. Aucune trahison envers le Raïs était donc imaginable dans les rangs de l'armée. Fidèle au peuple et à leur dirigeant, pas dure et humiliante comme la police de Moubarak, l'armée avait les cartes en mains pour aider à trouver une solution. C'est pratiquement fait. Moubarak va partir dans la dignité et le processus démocratique est sauvé.

Vive la Révolution de Jasmin!

Voici pour l'Egypte un groupe de jeunes. Je vous donne à écouter sans rien rajouter d'autre car personnellement j'ai la nausée de tous les sectaires qui sévicent sur les blogs de la Tribune de Genève et 24 Heures. Le "NOUS" ce sont toutes les forces positives qui vivent en nous tous contre les forces d'oppression, de déniegrement, de rejet, de rupture, de haine. Le "NOUS" c'est le contrat social démocratique, celui qui relie les gens entre eux, qui reconnait le travail de l'Autre comme un travail valable, sensé, intelligent, doué de raison et de compassion.

C'était mon coup de gueule matinal contre le mépris organisé envers un blogueur qui a consacré tant d'année de sa vie à se faire réhabilité par les journalistes et la société, qui attend encore le jour où celles et ceux qui l'ont rejeté à un moment ou un autre lui tendent enfin la main qu'il a perdu. Pour le reste, je vais bien, je suis amoureux, une femme m'aime, mes enfants m'aiment.  Merci Allah! Cela pourrait bien suffire à mon bonheur, ce jour de 12ème aube de la Révolution, Place Tahrir.

 

08:53 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (2)