08/12/2015

Calais: Bertrand ferait aussi travailler les Anglais; Le Pen ferait voler les charters...

Pour bien comprendre l'importance du scrutin régional Nord-Pas-De-Calais-Picardie, il faut s'intéresser au camp de migrants de Calais qui survit dans des conditions désastreuses, et où vivotent près de 6'000 réfugiés entassés et sans perspectives aucune et dont le Gouvernement Hollande se fiche comme de sa première chemise.

Xavier Bertrand veut faire réviser les accords du Touquet qui contraint la France à gérer le problème migratoire en ville de Calais plutôt que sur territoire britannique comme cela devrait pourtant se faire étant donné la volonté des migrants de faire leur demande d'asile sur territoire anglais. De son côté, l'Allemagne de Mme Merkel fait une part considérable du travail en ayant accepté près d'un million de migrants et migrantes en cette année 2015.

Que fait le Royaume-Unis pour désengorger Calais? Et que fait la France pour faire bouger l'accord franco-anglais rendu désuet par la situation dans un sens favorable aux migrants?

Si Xavier Bertrand est élu dimanche prochain, il fera tout ce qui est en son pouvoir pour régler la situation scandaleuse du camp de Calais et cela dans les délais les plus courts. Si Marine Le Pen passe, se sont des humiliations policières qui attendent les migrants et migrantes, et sans doute des retours forcés en masse vers leur pays (Erythrée, Soudan, Irak, Syrie, tous des pays qui vivent en paix et en démocratie).

La différence entre une droite républicaine  façon Xavier Bertrand et une ultra-droite à la mode Le Pen se situe dans la façon de traiter les drames humains. L'un usera de ses compétences de chef libéral pour trouver des solutions pragmatiques et humaines à la détresse des êtres humains. L'autre usera de ses discours xénophobes et d'apartheid pour générer les peurs et les haines entre populations locales et migrants qui ne se laisseront pas embarqués par les CRS sans avoir lutté contre la volonté de les exclure de l'Europe sans même avoir étudié leur dossier. Avec le premier, on peut s'attendre à une détente sur le front de la migration. Avec la seconde, on trouvera des morts, des horreurs, des situations humaines désespérées d'un côté et une déshumanisation de la politique de l'autre avec un fascisme effrayant et effarant.

Qui se fiche le plus des pauvres et des déshérités de cette planète? Est-ce vous Marine Le Pen, la fasciste, ou Xavier Bertrand le social démocrate aux accents libéraux?

 

 

29/11/2015

Ne vous déplaise, ils nous racontent des fadaises

Comment croire un gouvernement qui récupère un attentat pour défendre sa politique de plus en plus autoritaire? Comment marcher avec un gouvernement qui marche la tête en bas en emprisonnant à résidence de jeunes manifestants qui cherchent un monde fait de moins d'injustices et de tous ces gros mensonges emballés dans le plan com et adressés au peuple via le poste de télévision?

Vaut-il mieux pour notre jeunesse mourir idiote que de vivre debout, les armes de la solidarité dans le coeur, la rage devant toutes les injustices  humaines et les plaies faites à la nature, les funestes entreprises de domination de quelques individus qui se croient seuls au monde et très sûr de faire plier le monde entier à leur botte d'acier?

Au bar, tonight, j'irai pêcher des poissons imaginaires qui vivent dans ma tête et je te les offrirai dans notre aquarium pour que tu aimes les couleurs des espèces en voie de disparition.

Au bar, tonight, accoudé en face de toi, amoureux de tes yeux, j'irai pêcher les mondes qui nous font vivre encore. Il n'y aura rien que l'envie de se sentir vivre en liberté, loin de leurs prisons, de leurs frontières, de leurs illusions de puissance et de gouvernance. Il n'y aura que toi et notre amour pour refaire ce monde qui refuse d'aimer, qui s'enfonce dans la haine et qui s'imagine qu'avec la haine tout ira bien mieux une fois la place nettoyée, une fois le sang versé, une fois les enfants déchiquetés par leurs bombes.

Au bar, tonight, j'irai comme le marin qui revient de la grande marée et qui voudra connaître les petites rues d'une sirène prête pour la fête des sens. Il n'y aura rien que le sentiment du devoir accompli face à leur volonté de détruire le monde à force de croyances et d'idéologies surfaites et largement défaites par les vagues d'attentats à la pudeur citoyenne qu'ils pratiquent tous les jours dans leurs palais royaux en interdisant la liberté de s'exprimer, en violant les espaces publiques réservés aux enfants survivants cherchant leur place en ce monde terrorisé qui les refuse parce que venus d'ailleurs, parce que rêvant ailleurs, parce que vivant dans l'utopie d'une planète généreuse offrant ses bienfaits à tous ces humains voyageant vers la paix et l'abondance d'un monde libre, amoureux de la vie, des gens, des peuples, de la nature.

Au bar, tonight, ils n'y aura pas d'hainarques enragés lâchant leur bave sur les braves petits gars et jeunes filles révolutionnaires. Nous serons, toi et moi, avec nos mains qui caressent, nos bouches qui s'effleurent, nos sexes qui se cherchent dans la nuit pour se retrouver au petit jour plus heureux et plus forts de leurs combats quotidiens. Sauras-tu deviner tous les embruns qui m'habitent? Saurai-je trouver tous les sésames qui m'ouvrent à toi? 

Refaire une longue nuit d'amour après une très longue route. C'est mon état d'urgence. Sauras-tu le satisfaire?

 

17/11/2015

Viro Major, en ces jours de deuil universel

 
Louise Michel
Description de cette image, également commentée ci-après

Louise Michel, gravure de Néraudan.

 

Viro Major

Ayant vu le massacre  immense, le combat
Le peuple sur sa croix, Paris sur son grabat,
La pitié formidable était dans tes paroles.
Tu faisais ce que font les grandes âmes folles
Et, lasse de lutter, de rêver de souffrir,
Tu disais : " j'ai tué ! " car tu voulais mourir.

Tu mentais contre toi, terrible et surhumaine.
Judith la sombre juive, Aria la romaine
Eussent battu des mains pendant que tu parlais.
Tu disais aux greniers : " J'ai brûlé les palais !"
Tu glorifiait ceux qu'on écrase et qu'on foule.
Tu criais : " J'ai tué ! Qu'on me tue ! - Et la foule
Ecoutait cette femme altière s'accuser.
Tu semblais envoyer au sépulcre un baiser ;
Ton oeil fixe pesait sur les juges livides ;
Et tu songeais pareille aux graves Euménides.

La pâle mort était debout derrière toi.
Toute la vaste salle était pleine d'effroi.
Car le peuple saignant hait la guerre civile.
Dehors on entendait la rumeur de la ville.
Cette femme écoutait la vie aux bruits confus
D'en haut, dans l'attitude austère du refus.
Elle n'avait pas l'air de comprendre autre chose
Qu'un pilori dressé pour une apothéose ;
Et, trouvant l'affront noble et le supplice beau
Sinistre, elle hatait le pas vers le tombeau
Les juges murmuraient : " Qu'elle meure ! C'est juste
Elle est infâme - A moins qu'elle ne soit Auguste "
Disait leur conscience. Et les jugent, pensifs
Devant oui, devant non, comme entre deux récifs
Hésitaient, regardant la sévère coupable.

Et ceux qui, comme moi, te savent incapable
De tout ce qui n'est pas héroisme et vertu,
Qui savent que si l'on te disait : " D'ou viens tu ? "
Tu répondrais : " Je viens de la nuit ou l'on souffre ;
Oui, je sors du devoir dont vous faites un gouffre !
Ceux qui savent tes vers mystérieux et doux,
Tes jours, tes nuits, tes soins, tes pleurs donnés à tous,
Ton oubli de toi-même à secourir les autres,
Ta parole semblable  aux flammes des apôtres ;
Ceux qui savent le toit sans feu, sans air, sans pain
Le lit de sangle avec la table de sapin
Ta bonté, ta fierté de femme populaire.
L'âpre attendrissement qui dors sous ta colère

Ton long regard de haine à tous les inhumains
Et les pieds des enfants réchauffés dans tes mains ;
Ceux-la, femme, devant ta majesté farouche
Méditaient, et malgré l'amer pli de ta bouche
Malgré le maudisseur qui, s'acharnant sur toi
Te jetai tout les cris indignés de la loi
Malgré ta voix fatale et haute qui t'accuse
Voyaient resplendir l'ange à travers la méduse.

Tu fus haute, et semblas étrange en ces débats ;
Car, chétifs comme tous les vivants d'ici-bas,
Rien ne les trouble plus que deux âmes mêlées
Que le divin chaos des choses étoilées
Aperçu tout au fond d'un  grand coeur inclément
Et qu'un rayonnement vu dans un flamboiement.
Victor Hugo
décembre, 1871
 

2015-11-11 23.50000.PNG

Gargouille de Notre-Dame, Paris (novembre 2015)

 

France: la réponse de la Brute à la Brute

Dans King-Kong, la personne au monde qui arrive à rendre humain et aimant le pauvre gorille que l'on a enchaîné comme une bête monstrueuse à sa sauvagerie, c'est la Belle.

Que fait la France à cet islamisme radical représenté en France par des...très jeunes Français sans identité claire de leur personnalité et qui finissent par tuer dans une sauvagerie qui n'a pas de nom sauf celle de l'inculture et de la haine la plus crasse, soit l'exact opposé à toute élévation dans le spirituel?

La France monte une action spectaculaire et part bombarder la Syrie pour montrer sa détermination...dans la barbarie et non dans une action civile qui montre sa dignité, son partage entre communautés de tous bords, de toutes croyances, son exceptionnelle résilience devant les actes d'horreur commis. Cette action magnifique, c'est le peuple qui la réalise devant nos yeux. Le peuple de France avec le peuple du monde entier qui, avec ses messages, ses soutiens, ses chansons, ses prières, ses recueillements, cette planète en bleu, blanc, rouge, partout, qui fait corpus femini et représente la Belle, la seule qui peut charmer par son amour profond les jeunes hommes et jeunes filles tentés de se transformer en King-Kong destructeur de leur propre Civilisation.

Détourner notre jeunesse du Mal absolu, de ce fascisme impensable car nihiliste et sans espoir. On ne peut philosopher avec une idéologie de la mort. On ne peut que la combattre avec la sensibilité du coeur et de l'esprit pour empêcher notre jeunesse de culbuter dans l'abominable.

Le gouvernement croit lutter contre la Bête en la rendant encore plus sauvage et déterminée à tout détruire en bombardant ses bases arrières. Hors détruire King-Kong quand il est en train de s'attaquer à nos bistrots, à nos musées, à nos salles de spectacles, à nos terrains de sport, c'est nous détruire nous-mêmes, accepter la chute de notre Civilisation pour se réfugier dans la même barbarie, le même fascisme que lui. C'est en un mot lui donner raison de perdre la raison.

Il faut vaincre le King-Kong brutal qui sévit au sein de l'islamisme radical. Dans le film, il n'y a qu'une seule héroïne qui y parvient. Celle qui va montrer au monde que King-Kong est capable d'humanité et de la protéger contre les tyranosaures rex sévissant sur la planète en faisant régner leur loi anti-démocratique et qui survivent à l'intérieur même de notre Civilisation en créant le chaos et la barbarie de King-Kong.

Il faut civiliser King-Kong par la Belle. Cette foule parisienne qui lui dit que l'amour de la vie sera éternellement plus beau et plus fort que la haine et la mort. Charmer nos enfants par les bienfaits réels de la Civilisation multiculturelle et multiethnique.

Car devenir et être un humain spirituel avant d'être matérialiste sera la grande histoire  de notre Civilisation du XXIème siècle.

 

16/11/2015

Nous serons dans le Bataclan

Que tu sois dans le daech

d'où que tu sois et de mèche

2015-11-16 08.45.06.png

avec les démons du fric, de la drogue, du sexe, et du Diable,

nous serons dans le Bataclan

avec les Aigles de Californie

pour te dire que nos flingues voleront ensemble

et feront régner l'amour, la liberté, la fraternité

sur cette Terre des déshérités.

 

Tu peux détruire notre territoire,

notre camp, nos tentes, nos histoires,

tu peux violer notre sanctuaire,

faire de nos vies des ossuaires.

tuer des filles et des garçons

dont les visages rayonnaient

sur le sacré coeur de Paris ou à Pont Saint-Ludovic,

nous serons tous ensemble dans le Bataclan

avec les Aigles de Californie

pour te dire que tu as tort de t'en prendre

à cette jeunesse qui aime la vie,

pour te dire que nos flingues auront raison de ta folie,

pour te dire qu'il y a mieux à faire de tes idéaux

que détruire des vies magnifiques,

tuer des innocents, des enfants,

des jeunes comme toi qui rêvent,

qui aiment, qui veulent changer le monde

malgré les apparences du désespoir,

du cynisme, et de cette logique insatiable du business

qui pousse les humains dans le mur de la Terreur.

 

Cette chanson mythique

me trottait dans la tête

au moment où j'ai reconnu le rêve de cette jeunesse

lors de cet été 2015.

Cette chanson mythique

me trottait dans la tête

quand les flics et les gouvernements 

ont détruit le No Border Camp.

Cette chanson mythique

était en filigrane sur la scène du Bataclan

avec les Eagles of Death Metal

quand tu as commis l'irréparable bain de sang.

 

Sache que les Aigles voient de très haut

celles et ceux qui arrivent de très bas

pour semer l'enfer et la terreur.

Sache que les Aigles sont les yeux des Indiens des prairies

et que si le Blanc a volé la terre, c'est l'Indien qui dirige l'Esprit de la Paix.

 

Cesse ton djihad mortifère idolâtre

et rejoins la communauté des femmes et des hommes

en oeuvrant avec nous pour un autre monde.

 

Ton frère No Border Pretty Eyes qui attend de toi l'amour sur Terre

et non la destruction du monde qui nous mènera tous en enfer.

 

Allah est au centre de ton existence

avec nous pour aimer la vie et non la haïr.