05/09/2015

La raison du plus fort contre la raison du plus faible?

Ce qui se joue actuellement sur le Continent européen concernant les migrations de masse, c'est tout bonnement notre propre vision de la démocratie, de ce que les peuples peuvent attendre d'elle ou ne plus attendre d'elle.

Un tel philosophe, dont j'ai oublié le nom en visionnant son discours, ose dire ouvertement que la démocratie est la pire des dictatures parce qu'elle représente le Capitalisme le plus injuste et le plus abouti en matière d'exploitation des masses populaires. C'est un sophisme. Du moins, pour un vrai démocrate qui se respecte et qui respecte les fondamentaux de la démocratie, c'est même inimaginable de penser comme cela. La démocratie n'est pas l'aboutissement du Capitalisme. La démocratie est l'aboutissement de la liberté, de l'égalité, de la fraternité des peuples.

On peut monter effectivement les plus forts contre les plus faibles, où l'inverse monter les plus faibles contre les plus forts; créer des haines, des conflits armés, des révolutions à la Che Guevara qui seront vouées à l'échec dans le massacre de dizaines de milliers de victimes. Che Guevara était un grand personnage. Son erreur la plus flagrante, à mon avis, c'est de ne pas avoir su transformer le combat armé en combat non-violent à l'image d'un Nelson Mandela. Il lui a peut-être manqué 25 ans de prison pour faire le même rêve et le même voyage que le grand président d'Afrique du Sud. Pourtant, Che Guevara a rêvé d'une révolution populaire mondiale. D'où sa folie jusqu'auboutiste qui l'a emmené, lui et ses derniers camarades de révolution, à mourir au milieu de la forêt bolivienne.

Si l'on désire une vraie révolution démocratique à l'échelle mondiale, il ne faut pas opposer les forts contre les faibles. Il faut tenir le discours puissant des forts avec les faibles comme lorsqu'on joue un sport collectif et que dans l'équipe il y a un ou deux maillons faibles qui, grâce à la solidarité, à la confiance du groupe et de l'entraîneur, parviennent à se sublimer et à sortir un grand match de foot qui permet au final  de battre une équipe plus forte sur le papier. La Suisse connaît cela en foot et son dernier match immense contre l'Argentine à la Coupe du Monde a bien failli se concrétiser par une victoire historique de notre Nati contre l'Argentine du génial Messi et Cie.

Il nous faudra beaucoup combattre les forces obscures du capitalisme débridé et mafieux, même au risque de notre vie si des menaces se faisaient réelles. Il nous faudra beaucoup de courage pour accueillir des populations dans la détresse. Il nous faudra des ressources, de la raison, du sang froid, et du coeur au final, pour changer le cours de l'Histoire. Rien n'est joué. Le match ne fait que commencer. En avant! Nous, Helvètes avons le goût de la liberté et de l'indépendance. Cela fait partie de notre patrimoine, de notre Histoire. Nous avons notre rôle à jouer dans cette affaire qui concerne tous les peuples du monde.

http://www.24heures.ch/signatures/editorial/droit-asile-cest-raison-cur/story/19648377

 

 

 

 

 

 

04/09/2015

Le pouvoir manipule les foules, c'est prouvé

Ainsi donc, les collectifs libertaires et anarchistes qui soutiennent d'une façon ou d'une autre les migrants en détresse seraient des manipulateurs cherchant à promouvoir leur propre agenda politique révolutionnaire.

D'abord, pour les préliminaires de ce billet, parlons des pouvoirs, de l'argent, de ceux qui diffusent leur idéologie, leur vision du monde, leur publicité sur tous les réseaux du monde grâce à leur situation financière et stratégique. Que font-ils donc sinon nous gaver de leurs attraits, de leur beauté, de leur luxe, de leur puissance pour nous convaincre que les délices dont ils nous abreuvent sont des vertus et non des vices qui créent jalousie, envie, et rêves inatteignables pour l'immense majorité des êtres humains. Fricoter avec les princes du Golf seraient donc le dernier must dont nos jeunes et moins jeunes se gargarisent en portant fièrement les T-shirts des Emirats Arabes ou Quatar Airway ou encore les maillots du Paris Saint-Germain sponsorisé à coup de centaines de millions par qui on sait. Le wahabbisme rend-il les foules occidentales dépendant des tortures, des lapidations, des décapitations, du sponsoring du terrorisme mondial?

Mais, durant ces préliminaires délicieux, il nous faut aussi parler de la Russie, de l'Amérique, et bien sûr de l'Europe. Et là, cela fait encore plus mal aux fesses. Parce que nous croyons vivre sous le régime de la liberté et de la démocratie mais qu'en réalité nous sommes pas loin des oies  de Bretagne labellisées que l'on gave avant de nous conduire à la boucherie de la guerre éternelle, des attentats terroristes et autres gentillesses pré-orgasmiques pour satisfaire les estomacs délicats de nos milliardaires qui fêtent chaque jour leur victoire au champagne et au caviar en compagnie de gentilles hôtesses romantiques éprises de palais royaux et de joyaux aux mille diamants. Faut-il donc être si naïf, si passif, voir si peu rebelle devant son violeur-abuseur qui va se faire un plaisir de nous niquer en nous affirmant que c'est un acte d'amour consentant des deux parties? Mais au fait, Mesdames, Mesdemoiselles, qui tient le couteau par le manche, si j'ose m'exprimer si vulgairement?

Passons maintenant à l'action avec d'autres acteurs et actrices de charme. Ils et elles sont décidés à changer les coeurs et les consciences. Ils et elles cherchent une solution humaine aux problèmes humains de la migration forcée par les ravages des acteurs et actrices précédents qui s'abreuvent à la pornographie violente et assassine du monde. Il semble alors que le moment amoureux devienne un peu plus vrai et authentique, un peu plus sentimental et romantique. Il semble même que la montée en puissance de l'orgasme collectif soit élevés et que les idéaux produisent de la libido à profusion sur les êtres concernés par la révolution. Risquer sa vie fait bien évidemment partie du contrat amoureux signé envers son, sa, ses partenaires d'amour.

Nos mouvements libertaires et anarchistes ne sont pas programmés par les machines de la Bourse et de la Finance. Nos mouvement libertaires et anarchistes ne sont pas représentés et représentatifs de personnes qui veulent prendre le pouvoir et s'enrichir au détriment des autres, ici des migrants et migrantes. Nos mouvements libertaires et anarchistes sont libres et chacun, chacune, agit de son propre chef sans manipulation de leaders. Nos mouvements libertaires et anarchistes cherchent la bonté et le bien pour autrui et pour eux-mêmes. Ils n'ont aucun intérêt à défendre leur cause par le mal.

Il faudra le prouver jour après jour à celles et ceux qui nous accusent de manipulation des migrants et migrantes en vue d'intérêts personnels.

Merci pour ce moment de réflexion. (please, en sirotant un mojito avec votre compagne ou compagnon de fortune et un tube de reggae plein les oreilles).

http://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/migrants-instrumentalises-cause-migrants/story/31208099

 

 

Anywhere out of the border

Je fais partie des handicapés de cette société qui ne se reconnaissent plus dans le monde qu'ils vivent. Je suis un grand malade romantique, un homme dont l'amour importe plus que sa propre vie. Je suis l'homme du Néandertal assassiné par Homo Sapiens. Je suis différent. Je cherche l'Autre. Et l'Autre se cherche en moi. Je suis l'homme de Grimaldi qui risque sa vie à Ventimiglia pour des valeurs qui sont les siennes. Je suis tout et son contraire, tout et solidaire, tout et même suicidaire dans mon envie de vivre encore et encore. Je suis l'eau et la mer. Je suis le feu et l'incendiaire. Je suis fou et sain. Je suis le malade bien-portant qui vit en Occident. Je suis le gitan qui a perdu huit fois sa vie. Je suis dieu et le néant. Je suis la particule élémentaire. Je suis la lumière et Satan. Je me chasse dans mes propres profondeurs pour  garder mes ténèbres au fond de ma caverne. Je suis la vie. Je vis mes rêves et mes nuits, mes jours sont un conte des mille et une nuits. Je suis ce migrant qui a perdu ses amours, sa maison, et ses biens. Je suis le SDF et le roi. Je suis démocrate et anarchiste, fouteur de bordel et vivant au bordel. Je suis l'amoureux aristocrate de toutes les femmes. je suis le gentleman. Je suis intenable et je voudrais embrasser la Terre entière. Je suis le mari dont la femme est libre. Je suis le père dont les enfants sont libres. Je suis le citoyen dont la faillite a créé sa propre liberté.

 

JE SUIS PALÉOLITHIQUE

JE SUIS(SE)

ANYWHERE OUT OF THE WORLD

EVERYWHERE OUT OF THE BORDER

N’IMPORTE OÙ HORS DU MONDE.

 

Photo de Presidio Permanente No Border - Ventimiglia.

Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit. Celui-ci voudrait souffrir en face du poêle, et celui-là croit qu’il guérirait à côté de la fenêtre.

Il me semble que je serais toujours bien là où je ne suis pas, et cette question de déménagement en est une que je discute sans cesse avec mon âme.

« Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d’habiter Lisbonne ? Il doit y faire chaud, et tu t’y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l’eau ; on dit qu’elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu’il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût ; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir ! »

Mon âme ne répond pas.

« Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante ? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l’image dans les musées. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons ? »

Mon âme reste muette.

« Batavia te sourirait peut-être davantage ? Nous y trouverions d’ailleurs l’esprit de l’Europe marié à la beauté tropicale. »

Pas un mot. — Mon âme serait-elle morte ?

« En es-tu donc venue à ce point d’engourdissement que tu ne te plaises que dans ton mal ? S’il en est ainsi, fuyons vers les pays qui sont les analogies de la Mort. — Je tiens notre affaire, pauvre âme ! Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus loin encore, à l’extrême bout de la Baltique ; encore plus loin de la vie, si c’est possible ; installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu’obliquement la terre, et les lentes alternatives de la lumière et de la nuit suppriment la variété et augmentent la monotonie, cette moitié du néant. Là, nous pourrons prendre de longs bains de ténèbres, cependant que, pour nous divertir, les aurores boréales nous enverront de temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d’un feu d’artifice de l’Enfer ! »

Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie : « N’importe où ! n’importe où ! pourvu que ce soit hors de ce monde ! »

Charles Baudelaire

 

Par les hublots du Nautilus et les trompettes de Jericho

C'est un enfant de l'eau-delà. C'est un enfant qui nous rappelle à nos devoirs d'humanité, de fraternité, de solidarité. C'est un enfant, parmi des milliers d'autres, qui ne devait pas mourir à ce moment-là dans cet endroit-là, pour ce voyage-là. Doit-on mourir un jour? Oui. Mais sans la faute explicite et voulue des êtres humains. Car cela s'appelle alors un crime contre l'Humanité toute entière.

Capitaine Nemo est à l'orgue. Les autres, tous de vos instruments pour crier à l'insurrection contre un système qui ne fonctionne plus pour l'immense majorité des êtres humains. Il est grand temps de bousculer les consciences à bord de notre Nautilus planétaire.

 

2015-09-04 13.50.03.png

 

 

2015-09-04 13.50.033.png

 

 

2015-09-04 13.50.0333.png

 

 

2015-09-04 13.52.32.png

 

 

2015-09-04 13.53.12.png

 

 

2015-09-04 13.57.31.png

 

 

2015-09-04 13.577.PNG

 

 

2015-09-04 13.59.55.png

 

 

 

2015-09-04 13.577.PNG

REPOSE EN PAIX, AYLAN

 

J'ai envie

J'ai envie

de foutre le feu à la vie

J'ai envie

de foutre le bordel à ce monde

pour chasser l'immense caricature,

l'usurpation et l'imposture,

d'une société qui vit pour l'argent

en oubliant de partager avec les migrants

plus pauvres que soi,

plus malheureux que soi,

plus malades que soi,

plus traumatisés que soi,

mais aussi

plus riches que les rois

plus aventuriers que moi

plus grands dans la foi

plus confiants en la Loi

 

Le dieu des anarchistes

ressemble à la Liberté pour tous.

 

J'ai envie

de foutre le feu à ma vie

J'ai envie

de poésie et d'anarchie.

 

Ma soeur, mon frère,

protège-moi de ma propre folie.