29/08/2015

Un cerf-volant s'est posé sur la mer

Les Boat People qui les ont oublié?

Qui viendront les chercher?

Qui sera là pour ne jamais oublier?

 

Ils étaient des millions

et des dizaines de milliers sont morts naufragés.

Ils étaient des millions

et ils étaient des migrants sans papiers d'identité.

Nous avions alors d'abord fermé les yeux

devant leur drame et leurs souffrances

et d'avoir fermé les yeux

à condamner à mort des enfants,

des femmes et des hommes aux yeux bridés.

2015-08-29 07.28.33.png

Ils étaient des millions.

Ils sortaient d'une guerre de 25 ans.

Ils voulaient simplement vivre

dans une économie libre

dans un pays libre

dans un endroit où les papillons peuvent voler.

 

Ils sont aujourd'hui des millions.

Et le même déni de leur accorder l'asile,

la liberté, le droit d'exister quelque part sur la Terre.

2015-08-29 07.24.44.png

Boat People

d'Asie ou d'Afrique

ils sont les bienvenus chez nous.

Simplement parce que ce sont

des enfants, des femmes, et des hommes

qui cherchent une terre d'accueil, une terre de paix,

une terre d'amour, de liberté, et de fraternité.

2015-08-29 07.311.PNG

Welcome to Switzerland

 

28/08/2015

Variations sur l'amour selon Désirée

 

2015-08-28 19.24.17.png

Grande prêtresse de la nuit, Daisy

 

2015-08-28 19.28.58.png

Ainsi voyage l'amour

 

 

2015-08-28 19.31.15.png

Billy Joe en face à face avec Calamity Jane

 

2015-08-28 19.244.PNG

Papillon et vol de nuit

 

2015-08-28 19.3111.PNG

Bain de sang amoureux

 

2015-08-28 20.50.07.png

Trou noir pour atteindre la nouvelle galaxie d'amour

 

2015-08-28 199.PNG

Chienneries amoureuses

 

2015-08-28 20.500.PNG

Rouge Ardent pour No Borders

 

2015-08-28 20.50.077.png

No Borders Train

Vous savez tous maintenant que le camp libre des migrants de Ventimille se situe sous les arches du pont Saint-Ludovic qui a été construit juste avant la frontière entre l'Italie et la France.

Vous savez aussi que les migrants ont déjà pris mille fois ce train et qu'ils ont autant de fois été refoulés vers l'Italie par la police française.

Mais vous ne savez pas encore que durant nos soirées, nous les migrants et les activistes du camp No Borders nous prenons à chaque fois le train de la liberté. Et alors personne ne peut nous arrêter tellement nous nous transformons en personnages insaisissables. Et quand nous devenons le poulpe géant de Captain Nemo, alors là aucune frontière ne nous est interdite, aucune loi ne peut venir à bout de nos rêves psychédéliques. Devine qui est le poulpe qui surgit sur la table de mixage? Paul. Paul qui? Il a deviné que la révolution mondiale des sans frontières à commencer pour de vrai dans le coeur des Big Four il y a de ça 50 ans.

C'est tant mieux pour l'Humanité, tant mieux pour les arts et la culture. La vie sans la rencontre des êtres humains ne sert à rien d'être vécue. Let it Be pour tous, mon premier grand amour, ma petite amie vietnamienne, Liêu, libre comme le vent, qui, il y a 36 ans enchantait mes jours et mes nuits et m'a donné tout le goût de l'existence du monde, notamment avec ses accords sur sa guitare et sa douce voix qui chantait Let it Be dans les vapeurs d'encens et les photos de Venise sur le mur de sa chambre d'université et durant la fête du Bois de la Bâtie à Genève. C'est si loin et si proche et cela reste si doux à mes souvenirs.

 

 

 

2015-08-28 17.23.30.png

 

 

2015-08-28 17.27.00.png

 

 

2015-08-28 17.34.05.png

 

2015-08-28 17.35.10.png

 

 

2015-08-28 17.37.15.png

 

 

2015-08-28 17.40.33.png

 

 

 

2015-08-28 17.400.PNG

 

 

 

2015-08-28 17.40.333.png

 

 

2015-08-28 17.233.PNG

 

 

2015-08-28 17.277.PNG

 

 

2015-08-28 1777.PNG

 

Médias, ne méprisez pas les utopistes et les anarchistes!

Maintenant que de plus en plus de politiciens et autres personnalités médiatisées se réclament d'une politique d'ouverture en faveur des migrants plutôt qu'une politique honteuse de répression, de non entrée en matière, et de renvois sans examen des dossiers pour cause de déplacement "illégaux" des migrants à travers les territoires européens, il faudrait reconnaître aux utopistes et anarchistes leurs capacités à pourfendre les hypocrisies et les erreurs des gens qui dirigent nos démocraties.

Au lieu de cela, les médias écrivent que tel, éminent économiste ou top manager, se déclare favorable à une autre politique d'accueil des migrants et qu'il n'a strictement rien à voir avec une bande d'illuminés anarchistes passant, bien entendu et encore une fois, pour quantité négligeable vis-à-vis de ces dames et de ces messieurs de la presse qui les ignorent superbement.

Mais qui donc s'est engagé en premier dans l'action d'une politique autre que discriminatoire en faveur de tous ces migrants qui prenaient la mer et se noyaient parfois dans l'anonymat et l'indifférence générale? Ce sont ces personnalités très connus qui parlent aujourd'hui d'une nouvelle politique migratoire ou ce sont  les groupes marginaux, dormant et vivant dans les parcs, sur les rochers, dans les conditions des migrants, intellectuel et intellectuelles anarchistes qui ont décidé de porter immédiatement secours, sans condition, et sans discrimination à tous les migrants?

Attention, Mesdames et Messieurs, l'utopie et l'anarchie sont contagieuses. ET CE N'EST PAS PARCE QUE VOUS PENSEZ DIRIGER LE MONDE QU'IL FAUT TENIR À L'ECART LES GROUPES REBELLES QUI VOUS ONT SOUFFLÉ À L'OREILLE QUE VOTRE POLITIQUE DISCRIMINATOIRE ET GÉNOCIDAIRE ÉTAIT DÉSASTREUSE ET HONTEUSE. Rappelez-vous, dans les vestiges de ce que vos ancêtres chrétiens vous ont légué, que le Christ lui-même était un anarchiste et un utopiste peut-être trop dangereux pour être acceptés et aimés des pouvoirs de son époque.

P.S. La petite anecdote qui tue son anarchiste utopiste: alors que ces jeunes anarchistes activistes prenaient la défense des migrants refoulés à la frontière de Ventimille-Menton, qu'ils manifestaient avec eux, qu'ils les soutenaient, les nourrissaient, leur préparaient à manger, leur enseignaient nos langues, partageant les activités avec eux tous, dormant et dansant à la belle étoile avec eux tous, agitant les esprits des gens confortablement installés dans leurs vacances pour les sortir de leur torpeur estivale, la Croix-Rouge n'avait pas de pain à partager avec les activistes, mais exclusivement avec les migrants. Fait tout à fait authentique vécu en direct. Les ordres de la Croix-Rouge sont d'apporter midi et soir un petit sac contenant un bout de pain, une boîte de sardine, une pomme, et une eau minérale aux migrants qui refusent de dormir et de déposer leurs empreintes au camp Croix-Rouge de Ventimille de crainte de voir leur demande d'asile bloquée en Italie exclusivement. Les ordres de la Croix-Rouge sont: ne distribuez qu'aux migrants. Les autres qui n'en font pas partie, vous les ignorez... Mais nous n'avions pas besoin de la Croix-Rouge. Nous avions seulement besoin d'humanité et de pain à partager pour tous en mangeant une grande salade communautaire car nous avions oubliés d'acheter le pain qui nous manquait... Tout simplement...et j'allais oublier le plus extraordinaire de l'histoire. Au moment de servir le repas, et juste après mon entretien avec la personne de la Croix-Rouge qui m'avait fort déçu, Lorenzo m'annonça que vingt à trente poulets rôtis venaient d'être livrés par un ou une anonyme, poulets provenant probablement d'un restaurant ou d'un super-marché de Menton ou Vintimille-Latte! Qui ne croient pas aux miracles est un rude mécréant!

2015-08-27 01.2222.png

«Donnez-moi vos pauvres, vos exténués, qui en rangs pressés aspirent à vivre libres. […] Envoyez-les moi, les déshérités, que la tempête m’apporte. J’élève ma lumière et j’éclaire la porte d’or !»

Emma Lazarus

http://www.liberation.fr/societe/2015/08/20/donnez-moi-vos-pauvres-vos-extenues_1366639

 

Invitation des migrants et des activistes à Ventimille

Les drames humains de l'immigration se suivent et se ressemblent dans l'horreur. Des femmes et des hommes asphyxiés dans un camion abandonné au bord d'une autoroute, des rafiots qui coulent, des gens qui meurent de faim et de soif sous le soleil du désert, d'autres agressés par des personnes qui ne veulent tout simplement pas qu'elles aient un droit d'existence sur la Terre.

Mais il y a un endroit quelque part sur Terre dont le coeur bat pour tous les migrants sans distinction de statut, de race, de religion, de couleur de peau. Cet endroit s'appelle No Border Camp à Ventimille. Un lieu assurément pas tout-à-fait comme les autres. On y développe la fraternité, l'amour du prochain, l'anarchie de celles et ceux qui comprennent que l'Etat ne peut pas tout pour faire vivre un idéal de démocratie parmi nous tous. Qu'il y a des engagements personnels à tenir pour changer notre monde de son cynisme ordinaire.

Un homme riche a dit à ma soeur:

"Mais est-ce que tu crois que je suis assez cinglé pour investir mon argent dans une entreprise en faveur de ton frangin? Il est dingue ton frère. Qu'est-ce qu'il fout là-bas avec tous ces gens, ces profiteurs, ces rien-du-tout, cette plaie qui vient foutre le bordel chez nous".

Mais pourquoi je voudrais travailler pour un fasciste qui ne veut pas comprendre que c'est de sa propre humanité qu'il s'agit, de sa qualité à rester un homme, pleinement un homme qui tient compte de l'existence des autres sur cette planète, de tous les autres, pas seulement des plus riches, de cette caste qui veut garder pour elle seule tous les avantages et ne rien partager avec les plus démunis.

Basta au fascisme! Basta à l'indifférence! Basta à ce monde qui se détruit à force d'égoïsme et de chacun pour soi.

 
12 h ·
 
Photo de Teresa Maffeis.

 

 

 

 

 

2015-08-27 23.53.14.png

 

2015-08-27 23.533.PNG

 

2015-08-27 23.53.144.png

Les rochers de Pont Saint-Ludovic et quelques migrants en face de Menton

Photo de Teresa Maffeis.