25/05/2008

Real politik et droits humains, il faut négocier vers le haut pour atteindre la pomme

Monsieur François Nordmann soulève les tensions existantes sur les manières que la Suisse utilise pour mener sa politique étrangère. Sur plusieurs dossiers sensibles, le Proche-Orient, le nucléaire iranien, les relations économiques avec la Chine, la Suisse fait preuve d'une politique offensive et d'un dynamisme qui dérange loin à la ronde et non seulement chez nous.


Notre pays est minuscule à l'échelle de la planète. A priori, il ne devrait avoir que peu d'influence au niveau international. Hors notre pays a une richesse que d'autres nous envient: sa capacité d'agrandir le cercle démocratique tout en sachant maintenir une stabilité exceptionnelle dans la direction du pays.


L'UDC, entre autres, a beau crié à la trahison de la neutralité. La Suisse n'a jamais été aussi neutre dans les conflits que depuis qu'elle se permet d'intervenir. Il faut bien sûr s'entendre sur le terme de neutralité. Si être neutre signifie que l'on s'occupe uniquement de nos pommiers et qu'on laisse en jachères chaotiques les plantations exotiques ignorés de notre jardinage quotidien, alors oui, les affaires étrangères innovent par les engrais semés dans les régimes bananiers de types totalitaires ou religieux.


Est-ce risqué? Oui. Evidemment. Rien ne dit que les engrais et grains à moudre multicolores semés portent leurs fruits pour le long terme sur des terreaux arides et dogmatiques. Rien n'indique non plus que la Suisse en ressorte plus forte, grandie et gagnante dans ce bras de fer mondial. Tant de paramètres peuvent faire basculer le monde dans la catastrophe globale plutôt que vers le miracle démocratique.


Mais, chemin faisant, en ne tentant rien, la Suisse ne serait alors pas neutre au sens noble et premier du terme. Elle serait tout simplement d'une neutralité lâche, démissionnaire, égoïste, retranchée sur son rocher. Bref. Nous serions un peuple d'enfants pourris gâtés qui réclamons toujours plus et ne donnons plus rien à la planète de notre savoir-faire humanitaire. Quel drôle de peuple serions-nous alors? Une sorte de cité idéalisée pour ses banques, ses montres, son chocolat et ses paysages où les humains seraient devenus de simples zombies friqués inconscients aux problèmes de la planète? En sommes, des animaux vivant paisiblement dans leur brousse alpestre qui ne s'intéressent pas plus au monde que notre brave vache violette Milka planquée sous son pommier. "Le train passe. Les Suisses regardent paisibles et ruminent dans leur pré." Victor Hugo, si je ne m'abuse. A vous de réfléchir à la question.


P.S. Le jus de pomme Lapp & Simon a fait sa première fermentation. Il ressemble à du cidre de Calvados, voir du Calvados, à sa seconde fermentation. Les cavalcades sur le dos continuent même si les pauvres banques ne paient pas la dîme sur les représentations érotiques de notre monde. La Milky Way est si légère qu'elle ne couperait pas l'appétit à un banquier même si celle-ci croque la pomme amoureuse d'un mendiant écrivant des âneries. Au fait, enfant, je payais 20ct. la pomme. A combien vous rachetez les miennes?


"Consensus et politique extérieure", François Nordmann, Le Temps, 21 mai 2008


20:17 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

27/04/2008

Dominique Baettig, gardien de la Révolution blochérienne*

Swissair s'est cassée la gueule en se servant, au passage, avec l'argent des citoyens. Ce n'est pas la faute à Blocher. C'est celle du Général Alcazar. L'UBS du cher et grand ami de Blocher, Marcel Ospel, jette près de quarante milliards par les fenêtres grâce au cynisme glacial du gain mirobolant acquis sans aucune fatigue par quelques initiés de la Secte des Grands Salopards, et il fracasse, grâce au scandale des subprimes, la suprême confiance des Suisses envers leur banque fétiche, ex label AAA sur le plan international. Ce n'est pas la faute au Grand Timonier Blocher. C'est celle des socialistes et des bourgeois réunis sous la même chienlit incompétente. La Direction de CFF Cargo prend son personnel pour du petit bois que l'on déplace et brûle comme des traverses de chemins de fer, ce n'est pas sur le principe blochérien du "quand on n'est rien du tout, on ferme sa gueule et on subit la loi de ceux qui possèdent". Il faut quarante jours de grève des ouvriers pour comprendre que les "cause toujours" existent en tant qu'êtres humains. Et le pire maintenant de la célèbre formule littéraire revisitée "ce n'est pas la faute à Blocher, c'est la faute à Pourceau", les Suisses en viennent à se détester, voir à se haïr entre eux jusqu'à se menacer de mort, mais ce n'est toujours pas la faute au grand stratège helvétique Blocher.


Non Monsieur Baettig. Vous êtes psychiatre et cela me désole de lire qu'un homme qui exerce cette profession est assez aveugle pour n'avoir pas vu que Monsieur Blocher est l'antithèse du Suisse moderne et l'antipatriote des valeurs véhiculées par les Lumières, le genre de traître aux valeurs de solidarité, de fraternité, de liberté que la direction de l'UDC pense cependant développer pour tous les Suisses sous le couvert de ses thèses nauséabondes.

Pourquoi 70% des Suisses apportent leur soutien à Madame Widmer-Schlumpf alors que ses idées politiques ne séduisent d'abord que les autres 30% de son camp qui se permettent, eux, de la jeter aux orties comme une vieille sorcière maléfique (sur le modèle j'aimais ma femme mais je la tue car elle a osé ne pas se soumettre à moi, son mari). C'est simple, Monsieur Baettig. Les 70% acceptent, voir apprécient, qu'une femme intelligente, sensible, énergique, différente de leurs opinions politiques, agissent positivement au sein du nouveau Gouvernement alors que les 30% restants, alliés objectifs de cette femme, refusent désormais cette "traîtresse" qui développe tendresse, rigueur, opinion claire, transparence politique, politesse, savoir-vivre, humour et même un certain charisme poétique à travers son visage et ses yeux qui semblent parfois s'échapper pour se diriger vers le surréalisme (son tableau de l'arlequin du fameux bureau qui a remplacé le bûcheron de Blocher est assez symptomatique du changement de climat au Conseil fédéral). L'air de rien, la baleine a lancé son vide mer sur le Palais fédéral et le grand requin a fini dans l'aquarium aux vieilles reliques religieuses.

C'est tout cela qui dérange la direction de l'UDC. Nous avions notre beau sapin, roi des forêts olympiques, Adolf Ogi, unanimement apprécié des Suisses et d'une organisation mondiale aussi importante que l'ONU. Nous avons maintenant le roi du Réduit psychiatrique, Christoph Blocher, qui divise les Suisses et nous porte préjudice à l'extérieur de notre bulle idyllique. Et bien je vous le dis carrément Monsieur Baettig: la direction de l'UDC actuelle mène son parti dans le précipice et non pas au sommet du Cervin.


Enfin, le plus cruel pour vous et votre parti, Monsieur Baettig, et qui disqualifie votre pensée trop vite versée vers les certitudes de l'identité de souche, ce sont ces mots de vous-même: "Mme Widmer-Schlumpf (…) est un parfait caméléon, comme Nicolas Sarkosy, son modèle, elle se prête à incarner tous les désirs (…). C'est la sarkosysation de la politique fédérale à laquelle nous assistons: faire du Blocher sans Blocher, en le vidant de sa substance, de son style, de son projet."Extraordinaires de révélation que vos mots. Vous reconnaissez enfin que Monsieur Blocher est bel et bien le cousin germain de Jean-Marie Pen sèchement rejeté par la France! Alors qu'en Suisse, vous, les Suisses de l'UDC, rêvez vieille Suisse: "On adore Le Pen et son Front National. Nous sommes donc la majorité pensante du repli national et nous Suisses blochériens de souche et de sang exigeons toute notre place au pouvoir"… Désolation que ce fracas de mots imaginés en guise de passeport national et qui remuent l'âme saignée des autres Suisses qui pensent en silence: " On peut ne pas être d'accord avec la pensée widmérienne (sarkosyenne) mais se liguer avec elle quand la menace Blocher (Le Pen) pointe davantage que le bout de son nez au Palais fédéral (à la Présidence)"…


Une pensée africaine dit: "Le bûcheron a toujours eu la possibilité d'abattre fièrement son arbre sans le respecter. Mais s'il le fait ainsi, des racines de cet arbre humilié naîtront des milliers d'arbres qui viendront réparer le mépris du bûcheron pour son arbre qui le nourrissait."

C'est au tour du bûcheron de tomber sous le vote démocratique des jeunes pousses sorties des racines de l'arbre suisse. A chacun sa morale et ses héros de l'Histoire suisse.


Désolé, Monsieur Baettig. Nous n'habitons plus le même Pays des Arbres et des Montagnes magiques.


1706995823.jpg


On reconnaît la couleur et la fleur d'un homme ou d'un parti politique à sa façon calme de garder dans le (ou d'exclure rageusement du) périphérique de son cœur la femme qui l'a trahi pour sauver le navire fonçant droit sur un iceberg qui allait noyer leurs enfants. Il suffirait pourtant d'un geste de gouvernail de son cœur pour éviter le pire du pire et retrouver lentement et sereinement la route de la mer; ou alors se prendre tout l'éventail du mépris dans la figure en restant figé sur ses positions.


677483393.jpg


Marionnette japonaise infusée

dans le Salon de thé vert suisse


"On n'a pas vraiment conscience d'être éclairé par une lampe

et c'est tant mieux. Le but d'un objet est de faciliter nos activités.

C'est comme pour la peau: vous ne la sentez pas jusqu'à

ce qu'elle soit griffées ou blessée.

Beaucoup de designers pensent qu'il faut faire des entailles

dans la peau pour qu'on les remarque.

Pour ma part, c'est tout le contraire.

Je veille à ce que la peau soit le plus douce possible."

Naoto Fukasawa, dessinateur d'enchantements


1017620178.jpg


Mogari no mori (La Forêt de Mogari)

Naomi Kawase (Japon / France, 2007)

"Tulipe", jeune chanteuse beat 08'Art du Tessin


"Majestueux temple végétal, la forêt de l'indicible deuil

semble tout entière vouée à la guérison des âmes"

Norbert Creutz, Le Temps, 23 avril 2008


*Journal Le Temps, 22 avril 2008, "Eveline Widmer-Schlumpf finira par lasser ceux qui l'ont élue


20:31 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

13/04/2008

Réponse à Monsieur Zhang Yafei (Le Temps, 11.04.08)

Monsieur,


La Chine, si comme vous l'écrivez dans Le Temps, est une République et non un Empire, pouvez-vous alors nous expliquez pourquoi la démocratie y est absente, les droits de l'humain bafoués, les contestataires du pouvoir traités comme des singes (vocable utilisé par votre propre Gouvernement pour désigné le dalaï-lama et sa "clique de dangereux terroristes"?

Monsieur, je suis un grand admirateur de la culture chinoise, de son cinéma en particulier. Je déteste ce qui arrive à ce grand pays multiculturel en plein développement économique. Mais est-ce la faute des Occidentaux si la Chine n'a pas réussi, en cinquante ans; à accorder un statut convenable à ses minorités et à ses opposants utilisant la non-violence, leur droit à la parole, leurs contacts médiatiques à l'extérieur du pays (puisqu'à l'intérieur, leur accès aux médias est censuré)?

Combien de victimes faudra-t-il encore pour que le Gouvernement chinois reconnaisse sa propagande mensongère basée sur la mauvaise foi d'un parti dominant toutes les structures et les infrastructures du pays?

Autre question prioritaire. Pourquoi la Chine censure-t-elle Internet? Si le peuple chinois est bien informé de ses autorités, comme en Suisse par exemple, un Gouvernement ne craint pas les éventuelles désinformations qui se trouvent sur la Toile. Un Gouvernement solide est même capable de s'opposer avec dignité à un parti imposant, voir majoritaire sur le plan de la représentation politique, qui ne respecte pas forcément les règles démocratiques et en usant et abusant d'armes démagogiques…

Monsieur, un simple geste de bonne volonté des autorités chinoises suffirait à désamorcer cette crise et à faire des Jeux Olympiques de Pékin un grand moment historique du sport mais aussi un moment unique de l'avancée de la démocratie à travers le monde. Je crains cependant que, comme tous les gouvernements trop autoritaires, vos autorités soient trop rigides, trop respectables, trop peu humoristiques pour accepter de lâcher du lest dans une certaine bonne humeur entre frères et sœurs du même pays. Pourtant je rêve de voir le dalaï-lama raconter une bonne blague de Chine à votre Président en lui confiant que c'est le yéti, ce grand singe imaginaire et abominable homme des neiges, qui a inspiré les âmes pour réussir la paix entre frères et sœurs chinoises…

Votre Gouvernement à la possibilité de marquer le monde par sa générosité, son esprit d'ouverture, son win spirit. Ce qu'il a réussi dans les affaires commerciales, il peut le réussir en faveur des droits humains. Wait and see… La Chine protège son honneur et son intégrité territoriale. L'Occident pointe son index sur les atteintes aux libertés démocratiques. Il ne semble pas qu'il y ait incompatibilité d'humeur pour un rapprochement des positions. Les diverses populations d'un même pays se soudent entre elles quand la majorité reconnaît aux minorités leur droit à exister et à penser autrement au sein de la grande famille humaine.

Je vous prie d'accepter, Monsieur, mes salutations pleine d'espérance.


Jean-Marie Gumy, free world citizen


P.S. Mme Jiang Yu , porte-parole des affaires étrangères chinoises prône le dialogue avec le dalaï-lama, "homme violent qui refuse jusqu'ici le dialogue avec le Gouvernement". Nous sommes en plein surréalisme. Je recommande au dalaï-lama d'utiliser désormais le treillis militaire et la kalachnikov comme Ben Laden pour preuve de sa non-violence caractéristique… Il ne faut jamais retourner une omelette chinoise dans l'assiette tibétaine de son convive sans l'avoir prévenu que vous aviez du casser des œufs de poule pour la réussir… Pensée non violente bouddhiste au pays d'un Helvète. La non-violence est d'abord un acte résistant à toute tentative de pouvoir absolu. La non-violence est donc psychiquement acte de violence objectif envers toute personne ou organisation politique, économique ou religieuse qui ont fait de leur organisation un réseau totalitaire croyant imposé ses idées, au besoin, par le mensonge, la corruption, la force armée, le crime…

16:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Obama King's White House

Si tu as le goût du nihilisme dans la bouche, tu verras comment les ouragans, les volcans, les tsunamis, les violents auront raison de ta peau, à moins que ce ne soit toi-même qui fasse la peau aux humains qui vivent près de toi.

Nous sommes arrivés à cet étrange printemps 2008 qui rappelle cet autre printemps mondialisé de 1968 où Martin Luther King fut assassiné. En 1968, les hippies jetaient les valeurs de leurs parents par la fenêtre; les ouvriers inventaient la grève utopique généralisée; les pacifistes affrontaient dans des sit-in et avec des fleurs les militaires partis combattre en Indochine; et le Black Power levait son poing sur le podium des Jeux Olympiques à Mexico. En 2008, les hoppies (?) save the planet, aiment la pub, le charity business à valeur ajoutée et les labels commerciaux éthiques; les ouvriers organisent des grèves à développement durable, les pacifistes usent d'arguments solides contre les armées devenues obsolètes au regard des droits humains et la Chine organise les Jeux Olympiques les plus contestés si ce n'est contestables de l'Histoire grâce au Citizen Internet Power. On passe du rêve assassiné (I have a dream, Martin Luther King) à la réalisation hypothétique mais faisable du rêve (Yes. We can to succeed together, Barack Obama).

Et cet étrange goût d'idéal qui revient en bouche ce printemps 2008 afin de contrer notre règne du cynisme organisé et généralisé, cette ambiance de fin du monde qui s'anime comme un Titanic réellement monstrueux sous le regard de nos pôles magnétiques qui se disloquent en silence sans préavis et sans nous demander notre accord. C'est à notre tour de prier "plus près de nous, Seigneur" pour que nos enfants puissent voir leurs enfants gambader dans de vertes prairies… Printemps 2008, fragrance aurore boréale? Tous ensemble sur le même navire et que le bal s'ouvre par le Sacre du Printemps de Straw Whisky "We have the mission to save our planet".

 

352434737.jpg

 

Si l'on considère les Pôles et leurs banquises comme d'énormes glaçons plongés dans l'immense verre Océan afin de maintenir une température relativement constante aux eaux de mer; que l'effet de serre représente un énorme infrarouge à puissance exponentielle qui peut faire monter la température des eaux jusqu'à évaporation totale en cas d'absence de glace régulatrice, combien reste-t-il de temps à l'Humanité pour sauver sa peau et la planète? Réponse à solutionner, yeux dans les yeux, avec votre prochain bouillon whisky on the rock dont la glace a fondu trop vite.

 

1490983391.jpg

 


 

16:32 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Une Suisse moderne ou une UDC rupestre assise sur ses possessions?

La direction actuelle de l'UDC entraîne la Suisse vers la rupture. Ce qui se passe à l'intérieur de ce parti, qui va jusqu'à dévorer ses propres membres, n'a plus rien à voir avec une ligne politique démocratique respectueuse du consensus helvétique. Le grand requin refuse de se tenir tranquille dans son aquarium et la grande baleinière Widmer n'a pas encore pu se débarrasser de son odeur de sang. Les requins pilotes frétillent et veulent la bouffer à la sauce grisonne… Et n'allons pas écrire que la démission forcée par son parti de Francis Matthey, lors de son élection au Conseil fédéral, était du même acabit. Le parti socialiste voulait alors absolument une femme, Christiane Brunner, refusée par le bloc bourgeois. Et c'est Ruth Dreifuss qui fut élue. A moins que l'on considère Christoph Blocher comme représentant unique du genre blochersexuel, ce qui pourrait bien être la vision des UDC, la comparaison s'arrête là.

Nous assistons, année après année, au hold-up d'un pays par de riches et puissants bourgeois, sûrs de leur fait, arrogants, persuadés que la Suisse appartient à ceux qui concentrent les biens vers des centres d'intérêts uniques à caractères ultra nationalistes et individuels. La Suisse dérive lentement vers une vision russe et poutinienne du monde avec une presse muselée, une population dévouée à son chef, une sorte de République de Salo sado-masochiste où les pauvres seraient méprisés, les étrangers autorisés à travailler à condition de se conformer sans contradiction à l'ordre moral du pays. Pour mille francs, on aimerait bien revoir Mr Pascal Couchepin rééditer son fameux lapsus. En attendant, le Docteur Mörgele a prescrit son ordonnance: "Un seul remède qui lave plus blanc que blanc notre honneur contre l'ouverture honteuse des frontières, l'Europe, la mixité, la cohésion sociale, la diplomatie multilatérale. Optez pour le persil vert UDC, certifié label suisse "l'avenir au sens propre" contre l'internationale socialiste et ses alliés "l'avenir au sens salope".

Avec l'avènement des widmersexuel, l'UDC a un énorme problème: elle va soit vers la scission, soit vers la domination intégrale de son aile blochérienne.

 

Nous encourageons Samuel Schmid et Eveline Widmer-Schlumpf à tenir leurs places au Conseil fédéral et au sein de l'UDC qui s'est choisie un comité directeur en train de pourrir le climat du pays au point d'amener des individus fanatisés vers des zones de violences menant à une grande lessive raciale et civile.

Pour contrer l'attaque concertée des requins, le Docteur 777 vous propose sa méthode de détente et de relaxation:

 

Diagnose DR 777

 

"Quand la bonne santé personnelle de certains dépend petit à petit du mauvais état de santé de beaucoup, il faut soigner le cancer mortel développé à l'extérieur de son enveloppe charnelle et gangrénant tout le corps social. La crise des subprime est une attaque concertée des gros requins antidémocratiques sans responsabilités sociales pour appauvrir la classe moyenne et anéantir les pauvres."

 

1490908787.jpg

 

 

Posologie:

 

"En cas de troubles dangereux et persistants de la santé publique et d'atteinte préliminaire à la psychose du Blochmer post 12 décembre, prenez de la poudre d'es gambettes 3X par jour mélangée à 2dl d'O enrichie en protéines pendant vos contacts amoureux. Veuillez vous conformer à la posologie afin d'augmenter fortement vos capacités de résistance à la parano finale et guerrière du Blochmer et de ses amis requins de l'UDC."

Doctoresse honoris causa Milky Way, Univers City, Roumanie.

 

Tisane de nuit chinoise (en cas de haine insomniaque):

On ne demande plus à personne d'aimer son prochain comme soi-même. On demande juste à chacun de regarder l'autre comme un possible soi-même, dans l'horreur comme dans la beauté, l'exploit ou la lâcheté. Alors on devient capable de garder une distance respectable entre soi et autrui tout en témoignant d'une fidélité à sa singulière individualité comme à son esprit solidaire en humanité. Pour construire une identité de citoyen du monde, il est nécessaire à l'humain de considérer de manière égale la rotondité de la tasse qui retient la tisane dans son lit. Alors l'amour universel circule dans les effluves de votre tisane de nuit.


16:27 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (8)