11/03/2010

« Recours Max Göldi » est-ce une bonne idée?

Vos journaux favoris n'ont font pas encore une histoire. Pourtant on peut sérieusement se demander si faire recours dans le cadre de la justice libyenne est une bonne idée ou encore une bourde politique de Berne qui n'aurait pas imaginé le pire des scénarios possible.

Nous le savons tous. En justice, si l'on dépose recours c'est pour demander soit annulation de la peine, soit sa diminution. Nous courrons aussi le risque que notre peine puisse soudain devenir plus lourde sous l'influence d'un procureur particulièrement teigneux qui cherche une condamnation encore plus lourde.

Alors que la situation est bloquée du côté de Genève, que l'on est passé, comme par miracle, de 16 mois à 4 mois d'emprisonnement pour Max Göldi, nous offrons à Kadhafi une carte supplémentaire pour s'amuser avec nous.

Pardonnez-moi l'humour noir ici mais j'ai besoin, de désespoir, d'écrire ce que me rappelle une fameuse pub sexiste de l'époque ou une fille enlevait son soutien-gorge et son mari de répondre: « dis chérie, et c'est quand que tu enlèves le bas? ».

Kadhafi va encore jouer avec nous parce que nous ne lui avons pas donné satisfaction et que nous lui tendons un nouveau jouet. C'est une évidence. Et cette évidence va retomber sur Monsieur Max Göldi. Je ne sais plus si c'est à Berne ou à Tripoli que se promènent en toute bonne conscience les plus cyniques personnages de cette très mauvaise pièce de théâtre.

 

 

03:20 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

10/03/2010

Kadhafi téléphone à la Chine et l'Amérique

Pour un prétendu fou, il déploie un sacré génie diplomatique et un opportunisme à tous niveaux. La Suisse, et ce n'est pas rien, est en train de faire perdre l'Europe dans les pays du Maghreb.

Quelle rapidité de réaction chez les Américains quand un de leurs diplomates se permet un écart de langage inapproprié envers le dirigeant libyen! Excuses immédiates et plan marketing de séduction derrière... Et nous les Suisses? Donneurs de leçons, nous avons perdu notre aura de pays ouvert et accueillant. Nous avons aussi perdu notre aura de pays aux capacités de bons offices entre nations en délicatesse diplomatique. Nous avons enfin une tension croissante avec nos amis européens qui s'impatientent et s'énervent devant l'arrivée des Américains, pire encore des Chinois.

Et voilà. Pour un petit flic qui ne veut pas se dévoiler et qu'on n'arrive pas à trouver (nos services secrets sont vraiment trop nuls ou sans aucune volonté) le dérapage libyen poursuit sa descente aux enfers.

Faudra-t-il nommer un ministre de tutelle sur notre Conseil fédéral qui n'a pas encore tapé du poing sur la table (à moins qu'il le fasse dans le secret des pas perdus...) pour dire qu'il veut à tout prix le nom du coupable de la fuite?

« Le travail de la Presse n'est pas de faire de la diplomatie » mots prononcées par le rédacteur en chef de la TdG dans l'Illustré de cette semaine. Et le travail d'un Conseil fédéral n'est pas de faire du journalisme mais de la politique. Alors à quand la volonté de découvrir le coupable de la fuite?

A moins que nous soyons tous très heureux de 1) voir la Chine se trouver de nouvels amours tout près de chez nous, de  2) continuer à jouer le premiers de classe détestable ou le cancre parfait devant l'Europe, notre premier partenaire économique, politique et culturel, nous devons absolument résoudre cette crise avec la Libye et arrêter de donner notre leçon. La fin de la partie. Je crois que je l'ai déjà écrite quelque part...

En attendant, Monsieur Max Göldi reste dans les prisons libyennes. Et cela devient notre scandale humanitaire à nous à force de mettre les pieds au mur devant le pouvoir libyen. Est-ce qu'un flic qui a commis une bourde mérite plus de protection qu'un homme innocent qui a vécu 600 jours loin des siens, loin de la liberté? Le fou est encore sur l'échiquier et il n'a ni forcément le visage de Kadhafi ni la couleur noire du camp de Kadhafi. Les blancs n'obtiendront que le nul ou alors perdrons leurs plumes et se retrouveront à poil. Oublions la victoire. Kadhafi est plus fort aux échecs que la Suisse. Car Kadhafi, dans l'attente du nul, a commencé une partie de strip-tease sur l'échiquier. Et là encore, les premiers et derniers à se déshabiller seront les Suisses et non les Libyens.

 

 

 

08:20 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9)

07/03/2010

La clef genevoise n'a pas été trouvée

Une question de droit se pose, ce soir, alors que l'otage suisse encore en détention en Libye n'a pas retrouvé la liberté ni même bénéficier de la demande de grâce promise en début de semaine par son avocat.

Une question qui, à cause de l'escalade et de l'importance des coups portés de part et d'autres, me paraît amplement légitime:

Un juge d'instruction peut-il obtenir la levée du secret des sources d'un rédacteur en chef quand il y a raison d'Etat qui touche gravement, outre une prise d'otage de citoyens, à la stabilité citoyenne entre communautés d'origine déjà mise à mal par la votation sur les minarets; à ses intérêts économiques; à ses relations directes avec ses voisins européens; à ses rapports avec les pays musulmans?

On le voit, l'enjeu de cette affaire pourrait être lourde de conséquence pour la politique future de notre pays. Et nous aimerions vivement que le Conseil fédéral, ainsi que l'Etat de Genève, donnent une réponse à cette question. La loi fédérale prévoit-elle le devoir de lever du secret des sources en cas d'urgence, et en cas de guerre (n'oublions pas que, même si l'appel au djihad du Président libyen n'est qu'une gesticulation, l'appel a été lancé)?

Hannibal Kadhafi a tendu une perche à la Suisse en ce début de semaine. Les Libyens sont dans l'embarras. Ils veulent tout comme nous mettre un terme à cette histoire d'otages. Ne pouvons-nous pas trouver un moyen d'offrir la clef de sa libération à Max Göldi en dénonçant le coupable de la fuite des photos puisqu'il est incapable de se dénoncer par lui-même?

 

 

 

21:17 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (11)

01/03/2010

Fin du match Libye – Suisse

Un match nul entre les deux équipes internationales qui ont marqué de nombreux buts et autogoals sans jamais réussir à se départager. Un match terrible, un match âpre, un match qui a failli tourner à un drame définitif. Les déclarations des uns et des autres, les maladresses de part et d'autre ont failli punir pendant très longtemps deux citoyens suisses.

Nous reviendrons dans les prochains jours sur le compte rendu de ce match hargneux et vraiment inutile tellement les deux pays sont faits pour s'entendre et s'apprécier mutuellement.

En attendant, voici un clip vidéo pour se rappeler de la difficulté du combat.

 

17:58 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Connaître Muammar Kadhafi

 

Des étudiants libyens se sont postés aujourd'hui devant l'Ambassade suisse à Tripoli pour soutenir leur leader.

Voici trois vidéos (d'autres sont disponibles sur Y Tube) pour nous faire un peu mieux comprendre le fonctionnement intellectuel du Président Kadhafi.

Je termine par « Black magic Woman » de Carlos Santana. J'imagine que les Libyens apprécient aussi ce grand musicien à la frontière du supernaturel...

 

 

 

Mais où sont donc passés les otages suisses, Mme la journaliste?


Et la Suisse, Monsieur Kadhafi?

Pouvez-vous la visiter?

Oui. Bien sûr. Quand vous aurez libéré notre otage.


 

P.S. Je viens de lire à l'instant (soit 20 minutes après avoir rédigé ce billet) que Mr Hannibal Kadhafi a rendu visite à Mr Max Göldi en prison. C'est un très bon signe d'une libération iminente de l'otage suisse.

14:43 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)