20/10/2009

Ahmadinejad, Axel Borg, Guy Lefranc

Dans ce Jura suisse si proche de l'Alsace, et partiellement grâce à la parole d'évangile et darwinienne du bon Docteur Baettig, le Parlement des Jeunes a voté contre « l'expansion » des minarets sur le territoire helvétique et en se prononçant à la majorité de ses membres pour l'initiative anti-minarets de l'UDC.

Une Suisse angoissée, jeune ou moins jeune, regarde les errements du clan Kadhafi et les horreurs verbales et réelles du Président iranien avec une vision de plus en plus totalitaire des problèmes à résoudre entre communautés.

Une Suisse qui a pris peur devant les dictateurs et les imams extrémistes, une Suisse qui n'arrive pas à faire confiance à une fille basketteuse de 17 ans voulant porter son voile pendant son sport favori. « On n'est pas sérieux quand on a 17 ans » nous rappelait Rimbaud. Hélas! L'or des poètes n'agit plus sur une bonne partie de la population tétanisée devant l'intolérance de régimes aux abois. Ne l'oublions pas. Autant le régime iranien que le régime libyen ne sont pas à l'abri d'un renversement de gouvernement. C'est pour cela, et essentiellement pour cela, qu'ils durcissent leurs positions envers l'Occident en manipulant leur électorat et en diabolisant l'Occident.

Là-bas, dans ces contrées méconnues de nos mentalités occidentales, se trament des choses très sérieuses et dramatiques. Monsieur Ahmadinejad, jusqu'au physique, fait de plus en plus penser à un héros apocalyptique d'une bande dessinée: le fameux et raffiné Axel Borg de « La Grande Menace » où l'on voit le preux journaliste Guy Lefranc défendre la France contre la menace la plus sérieuse qu'elle ait connue: le lancement d'une bombe atomique sur sa capitale par un fou dangereux qui teste sa puissance narcissique de nuisance et s'en félicite tel un fou heureux.

Le Ballon d'Alsace est l'endroit où se noue le drame. Que celles et ceux qui n'ont pas lu ce « Lefranc » courent chez leur libraire, histoire de ramener les gens vers le vrai danger actuel. Paris n'est pas directement menacé. Jérusalem, oui. Les menaces d'anéantissement de cette capitale sont à prendre au sérieux. Le leader iranien donne de moins en moins les garanties suffisantes pour une vraie paix des braves. Alors quoi faire? Bombarder les sites nucléaires iraniens avant qu'ils ne soient trop tard? Espérer que les Iraniens vont se révolter? Décision gravissime à attendre de l'Amérique et des puissance alliées. En attendant, ne nous laissons pas piéger par les fauteurs de troubles. Les Musulmans, dans leur majorité, ne représentent pas une menace pour l'Occident.

P.S. pour celles et ceux qui sont intéressés par mes billets, j'ai écrit plusieurs articles à propos de l'Iran en 2005 et 2006 sur mon premier blog, hallo-win, diffusé sur la plate-forme overblog.

 

 

picture0344_2.jpg

 

Un enfant sous la menace militaire

c'est comme un enfant abandonné aux loups.

Alors pourquoi Mahomet, Jésus, Moïse,

devraient-ils être plus protégés qu'un seul enfant au monde

alors qu'ils n'habitent plus la planète Terre,

qu'ils n'ont plus ni faim, ni froid, ni peur?

Oubliez les dictateurs et les démagogues!

Ce sont des fous qui, comme de sombres astrologues,

se fient à leur bonne étoile

sans jamais se soucier de l'Autre.

 

 

17:07 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

07/10/2009

Censure, publicité, et médias

Les villes de Lausanne et de Bâle ont décidé de censurer l'affiche montrant des minarets ressemblant à des missiles posés sur fond de drapeau helvétique avec une femme (?), au premier plan, portant la burqa.

Cette affiche, je me suis déjà élevé contre elle il y a une quinzaine de jours sur mon blog et mon billet a donné lieu à un vif échange entre internautes. Cette affiche est détestable, semeuse de peur définitive et de haine contre la communauté musulmane, Cependant, elle a été admise dans certains encarts publicitaires de la presse romande. Une Rédaction n'a-t-elle pas le devoir de filtrer la valeur informative de ses annonceurs? Ne peut-elle pas tout simplement refuser un texte et une image qui paraissent trop portés à polémique?

Ce débat existe chez nous depuis les débuts du blochérisme. Et personne n'a trouvé la réponse convenable. Nous sommes dans une espèce de zone grise où chacun défend ce qui lui semble bon de défendre. Un prendra la défense de la liberté d'expression; un autre celle des valeurs humanistes qui interdisent d'insulter, de diffamer, de rejeter une communauté toute entière; un autre encore défendra le fait qu'une rédaction doit conserver à tout prix une neutralité en matière de publicité; un dernier suggéra que business is business. La presse manque de ressources financières. Tout les recettes publicitaires sont donc bonnes à prendre pour un journal de presse.

Je trouve personnellement très dommageable que l'UDC, après 20 ans de publicité tapageuse, parfois mensongère et grotesque, n'arrive toujours pas à argumenter avec des éléments et les réalités vraiment existantes. Oui, la société musulmane nous pose un problème important par rapport à nos valeurs démocratiques. Oui, leurs penseurs et leurs théoriciens semblent moins aptes à l'ouverture et moins préparés à un monde multiculturel que les penseurs et théoriciens d'autres religions venues d'ailleurs. Mais non, décidément non, les musulmans ne sont ni diaboliques ni portés sur le mal plus que les autres communautés dans le monde. Le crime existe en Asie, en Afrique, en Amérique du Sud, en Amérique, en Europe. Enfin bref, partout dans le monde des climats de haine, de désolation, de violence, de meurtre prolifèrent dans certaines régions suite au dénigrement d'autres façons de vivre, de prier, d'aimer, de penser.

Le monde musulman doit faire un gros effort de compréhension envers nous. C'est toujours vrai et actuel. Mais nous, nous devons aussi nous soulever contre l'inacceptable venant de la part de nos propres concitoyens qui pensent que c'est en refusant le monde global, en rejetant et stigmatisant l'étranger que nous allons mieux nous en sortir. S'il vous plaît, sympathisants et membres de l'UDC ouvrons l'oeil ensemble. Mais le bon oeil. Pas le mauvais oeil. Il en va de notre sécurité à tous et à la bonne santé de notre démocratie. Merci.

P.S. À Monsieur Oskar Freysinger. Vous êtes-vous déjà interrogé sur le fait qu'en Valais, ce merveilleux pays composé de gens magnifiques, les homosexuels ont si peur qu'ils n'osent même pas témoigner à visage découvert? Ne seriez-vous pas un peu responsable du port de la burqa parmi les membres de la communauté gay valaisanne? Merci de me répondre. Je suis certain qu'un membre de l'UDC vous fera lire ce billet si vous-même ne venez pas cliquer dessus. Entre poètes, on doit quand même pouvoir communiquer. Non?

 

 

 

 

 

16:06 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9)

05/10/2009

Le passé troublant de Vladimir Poutine

 

A l'ombre de l'affaire Polanski pourrait se révéler une affaire bien plus embarrassante pour le monde politique et économique. L'arrestation du réalisateur en plein festival de Zürich a scandalisé les milieux culturels. Les politiciens et grands patrons économiques risquent de moins s'intéresser à l'affaire Poutine qu'à l'affaire Polanski.

Trouver cette bombe à retardement dans L'Hebdo de cette semaine dans un article consacré à la chute du Mur de Berlin:

A la question de Michel Audétat:

« Quels sont les secrets les mieux gardés dans ces archives du communisme? »

l'historien Stéphane Courtois répond:

« Poutine était un éminent représentant de KGB en RDA (…) A Leipzig se tenait chaque année une énorme foire industrielle où se précipitaient les industriels occidentaux en quête de nouveaux marchés. Pour les piéger, on leur mettait dans les pattes des jeunes filles ou des jeunes garçons, selon leurs goûts, et on les faisait ensuite chanter. C'est notamment cela qu'aurait géré Poutine, le chantage sur les hommes d'affaires occidentaux piégés à Leipzig. Si l'on ouvre les dossiers, cela risque de faire des dégâts de tous les côtés. »

On va continuer à faire de courbettes à Vladimir Poutine dans les Chancelleries occidentales. Personne ne demandera un mandat d'arrêt international pour avoir trempé dans un commerce sexuel de jeunes garçons et de de jeunes filles. Et pour toutes les personnes qui ont écrasé de leurs mots durs le réalisateur Polanski, auront-elles le même courage maintenant de s'élever, de dénoncer, et de manifester leur dégoût contre tous ces chefs politiques ou économiques influents qui s'arrêtent chez nous alors qu'ils ont commis des crimes pédophiles?

Voilà qui rajoute encore au scandale ayant vu la manifestation zürichoise prise en otage par les politiciens bien-pensants qui s'en prennent toujours aux artistes mais très rarement aux politiciens et aux industriels. La caste des gens qui gouvernent aura toujours une longueur d'avance sur la caste des artistes qui eux, ne possèdent pas les leviers de la justice pour actionner des arrestations internationales contre les politiciens et les grands dirigeants du monde corrompus, abuseurs d'enfants et de trafics illicites en tous genres. On ne parle même pas des crimes de guerre et des crimes d'Etat contre des journalistes trop fouineurs camouflés en de simples crimes de droit commun...

Alors, elle est où la justice la même pour tout le monde, chers politiciens?

 

 

 

 

 

 

 

 

09:04 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (25)

25/09/2009

Une leçon de bicyclette

picture058_55.jpg

 

« La vie, c'est comme une course

de bicyclette. Il te faut rouler sans t'arrêter.

Si tu t'arrêtes, c'est fini. »

 

Einstein et Darwin,

deux savants de la théorie de l'évolution

 

Le départ a été donné. Les stratégies d'équipes sont bien arrêtées. Les coureurs connaissent la distance, la topographie du terrain, les cols, les ronds points, les virages dangereux, les descentes à risques. Le staff technique a organisé ravitaillements, bidons d'eau, survêtements, vélos de réserve. Les directeurs techniques ont fait un dernier petit tour chez les coureurs pour voir leur état de forme et d'esprit. Les managers et sponsors ont donné leurs derniers encouragement. Le public attend sur la route.

Nous sommes dans une étape où la Suisse est isolée. Son champion est classé en-dessus de la mêlée. Personne ne viendra la secourir en cas de pépin grave ou bénin. Les autres équipes se regardent, s'observent. Les Américains aimeraient bien, comme jadis, garder l' hégémonie et leur domination outrancière sur le peloton; les Russes tergiversent. Ils ont été pris à plusieurs reprises la main dans le pot de confiture du dopage. Ils pensent que les Américains trichent aussi. Mais pas de preuves. Sont-ils plus malins? Espagnols, Italiens, Français, Anglais craignent les Belges mais surveillent la Suisse.

Et puis il y a toutes ces équipes sud-américaines qui ne semblent pas lutter pour les premières places. Et enfin, les équipes pirates du Moyen-Orient. Quatar en tête, et ces Iraniens toujours à viser le carburant nucléaire. Plus loin encore, la Chine, et surtout la Corée du Nord qui menace tout le peloton de ses coureurs missiles en manque de compétition et de forme. En dernier, les équipes venues d'Afrique et parmi elles, la plus invraisemblable et déroutante de toute, la Libye, la maîtresse du théâtre ubuesque qui soudain se mêle de faire la course en tête et rêve de renverser tous les leaders en général et le leader suisse en particulier. Course absolument passionnante. Comme dirait notre journaliste maison, Jean Ziegler, « Les Libyens rêvent de renverser par la Révolution permanente toute l'oligarchie qui règne en maître depuis si longtemps sur les petites équipes asservies, exploitées, et déshéritées du monde ».

Derrière, les équipes laissent faire la lutte à couteaux tirés entre l'équipe surprise libyenne et celle de suisse. Chacun des teams a des arrières pensées sur la victoire finale. Les Européens se marrent à l'intérieur. Les Américains s'énervent un peu. Ils aimeraient bien que les équipes européennes soutiennent une des leurs. Mais voilà. La Suisse fait cavalier seul, en Europe.

Devant, les Suisses sont piégés. Deux des meilleurs lieutenants du leader sont retenus en otages dans le peloton, encadré étroitement par l'escouade de coureurs libyens. S'ils attaquent pour revenir et accompagner leur capitaine vers l'arrivée, ils ramèneront tout le peloton sur le leader. Mais devant, le clan libyen a, aussi fou que cela paraisse, trois coureurs de rayons pour attaquer le Suisse.

Personne n'aime les Libyens qui attaquent régulièrement hors des règles émises et tacites du cyclisme international. Ils profitent des coutumes du désert pour assécher les autres coureurs qui perdent un à un leurs porteurs d'eau sur la route. Ce qui s'appelle chez eux « l'épreuve de l'ascète » Et à la fin, ils pratiquent le « coup du chamelier » qui consiste à jeter incognito un papier graissé dans le dérailleur des meilleurs adversaires, ce qui fait, évidemment, dérailler tout le peloton, avec chutes collectives, démissions, engueulades, dissolution des solidarités, directeurs sportifs en déroute. Bref. Une déroute collective du peloton. La Libye est une équipe peu fréquentable mais qui ne peut être jetée du peloton pour cause de grande capacité à la pompe. La Petite Reine le sait et assume tant bien que mal cet accueil des équipes pirates.

Mais revenons à la course. Devant, le Suisse se débrouille très bien tout seul dans son contre-la-montre absolument solitaire. Il est dans sa bulle. Il sourit aux Libyens qui, tels des loups affamés, attendent la défaillance. Mais le Suisse assure. Il leurs envoie des vannes en leurs rappelant que la tente libyenne, l'épreuve de l'ascète, et le coup du chamelier, il connaît déjà. Les Libyens se mettent à rire devant tant d'autorité et de gueule. Ils veulent gagner la guerre. Mais devant ce coureur fou ils se disent que la paix est forcément préférable. Le Suisse en connaît trop pour se laisser manipuler et se faire jeter dans le bac à sable par eux.

Le Suisse arrive en vue de l'arrivée. Ils lève les yeux au ciel, applaudi le public, donne de petites tapes amicale à son maillot frappé du drapeau suisse. Trois cents mètres sous les applaudissements. Les Libyens ont déjà rejoint les dunes de leur désert. Derrière, les lieutenants arrivent et franchissent la ligne d'arrivée. L'équipe suisse se congratule, le directeur sportif et les sponsors sont tous là. Le champion de bicyclette s'appelle Fabian Cancellara.

Cette histoire fantastique est finie. Allumez une chandelle et fumez le calumet de la paix. Puis remontez et enfourchez votre bicyclette. La vie continue.

 

Pain, Pétrole, et Corruption,

 

STOP!

 

Pétrole contre Pourriture,

 

STOP!

 

Voulez-vous une chute de tout le peloton dans le précipice?

 

 

Oui? Alors cessez de prendre les citoyens

pour des idiots avec des soi-disant politiques

de haute moralité et de haute responsabilité.

 

Non? Alors remontez sur la bicyclette

et faites comme Cance.

Gérez votre rôle individuel et collectif à la perfection.

 

IN THE RIGHT SWISS TIMING!

 

picture058_5555.jpg

 

 

 

 

16:06 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

18/09/2009

Stop Nucléaire!

Une nouvelle qui m'a fait sortir de mon sommeil et bondir de mon lit, ce matin vers 06 heures. Tellement elle est incroyable et dite sur un ton neutre, sans énervement (juste avant la promo de « Biosphère », un nouveau magazine de RSR1 sur le développement durable!), à part la journaliste qui a rajouté sur un ton un brin sarcastique qu'elle n'irait plus se baigner en Méditerranée.

Alors je ne sais pas si j'hallucine, elle n'a pas été reprise plus tard, ou si j'ai bien entendu. Suite à la découverte de l'épave d'un cargo contenant des fûts de déchets radioactifs et coulé en 1995, il semblerait que l'on aurait la mafia calabraise impliquée dans l'affaire en pirate des eaux, les responsables de la centrale nucléaire en commanditaire... et les autorités politiques du Continent qui ont soit fermé les yeux soit agi avec une incompétence dramatique en la matière. Les pirates auraient donc été payés, par la direction de la centrale concernée, bien en-dessous du coût réel de recyclage des déchets. Quant à l'équipage du dit bateau, on ne sait pas s'il était au courant et complice ou s'il a coulé corps et biens ou sauvé in extrémis. Mais comme pour se débarrasser d'un cargo incognito, il y faudrait plutôt de la complicité qu'une prise de risque de voir des naufragés parlés...

Et ce n'était pas fini. La suite de la brève donne froid dans le dos. Selon l'aveu d'un mafieux repenti, il semblerait que ce soit des dizaines, voir des centaines de cargos qui ont subi le même sort! Dans l'ignorance générale ou la complicité globale des autorités! Car comment des cargos contenant de telles matières ne sont pas sous surveillance d'Etat! Car comment, dès les premières disparitions, n'a-t-on pas enquêté sérieusement sur les causes de naufrage!

Si cette nouvelle n'est pas un canular, c'est tout le système économique autour de l'énergie atomique qui est fautif, tous les Etats nucléaires qui sont pris dans cette pieuvre infernale de l'abandon des fûts radioactifs en Méditerranée. Et si tout cela est vrai, les lobbies du nucléaire ont perdu toute crédibilité devant la société civile. Il ne reste plus qu'à se rabattre de toute urgence sur les énergies renouvelables en espérant que Dieu (puisque seul lui désormais peut nous épargner encore d'une radioactivité générale) nous permettra de toujours nous baigner en Méditerranée et de manger du poisson pour autant qu'eux aussi survivent au désastre programmé!

La Mer devient une bombe radioactive à retardement. Et tout le monde se tait. C'est pire que Ben Laden. Et tout le monde le sait. On envoie nos soldats en Somalie, peut-être. Et ici, nos soldats dorment tranquilles dans les casernes alors que des bombes nucléaires coulées par les mafias sont sous la mer, prêtes à nous tuer demain... A quand des soldats sur les cargos nucléaires?

 

Et vous, chères blogueuses et blogueurs, ça vous fait quoi ce genre de nouvelle insensée?

 

08:41 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7)