11/03/2012

Marine le Pen pendue au téléphone

Il y a un an, le 11 mars 2011, le pays du Soleil Levant était dévasté par un tsunami. Un an plus tard, le Japon se relève dans la douleur de son drame. Fukushima sème encore sa radioactivité dans les vents et le pays craint plus que jamais le jour du "Big One". Faudra-t-il vivre encore longtemps avec le nucléaire?

En France, c'est un autre séisme qui se prépare sur la faille républicaine, un séisme propre à bouleverser la donne du premier tour. Marine le Pen, celle qui représente le raz-le-bol des Français de souche et des immigrés acquis à sa cause, celle qui rejette l'esprit racaille et profiteurs qui sévit au sein de la République française, risque bien de ne pas être présente au 1er tour de l'élection.

Qui peut dire aujourd'hui les répercussions en terre de France de cette disqualification, si disqualification il y a? Près de 20% de Françaises et Français frustrés, se sentant du coup des citoyennes et citoyens de seconde zone n'ayant pas droit à la parole républicaine. Une punition collective pour près de 1/5 des Français? C'est énorme! Une marginalisation version XXL!

Tout cela est le résultat d'une France qui ne se supporte plus, mal dans sa peau, tiraillée par des idéologies fortes qui provoquent haine et rejet de l'Autre. Ce n'est plus la République de France. C'est un pays prêt au combat de rue, un pays en très net régression qui prend le chemin et l'exemple sur certains pays instables de l'Afrique. Si l'instabilité du pays est le but recherché afin d'appauvrir encore les Français et donner encore plus aux riches, on comprend le programme. Sinon, nous sommes sidérés de voir le mépris que l'UMPS renvoit au Front National. Le mépris des uns contre le mépris des autres, cela n'est pas un programme politique. C'est du clanisme politique, une France ghetto qui a ses chefs locaux que se foutent de la gueule de la République. Une France en miettes qui n'existe plus.

Dans une semaine, nous saurons si le tsunami a eu lieu.

 

"Nos valeurs correspondent à l'idée que chaque être humain est en soi un absolu. Il peut être malade, paralysé, sans capacité de production, génial, formidablement entreprenant... Il n'y a pas de différence, pas de balance où l'on pèse celui qui sert et celui qui ne sert pas. On ne peut soutenir l'un et abandonner l'autre. Et c'est cela notre choix".

François Bayrou

 

10/03/2012

Bayrou à Toulouse: Touche pas à ma France!

François Bayrou défend l'union nationale contre la France de la division (Sarkozy) et celle de l'illusion (Hollande). Le péril d'une France en guerre perpétuelle avec elle-même ou vivant dans un rêve irréalisable est son combat et celui de toutes les Françaises et Français prêts à suivre son idéal et celui d'une majorité de citoyens qui veulent que l'on parle vrai entre soi.

Cette France est la France du désir, de l'avenir, celui qui perrmettra de sortir de l'impasse sarkozyenne et de l'ornière hollandaise. Ci-dessous son discours de Toulouse.

 

777777.JPG

 

 


EN DIRECT - Réunion publique de Toulouse - 100312 par bayrou

Louis Sarkozy joue les Gavroche dans les jardins de l'Elysée!

Le plus jeune fils de Nicolas Sarkozy, Louis, fils de Cécilia, s'en est pris à une gendarmette à coup de tomate et de billes dans les jardins de l'Elysée! A quinze ans, c'est le plus jeune fils de Nicolas qui joue Gavroche et pousse à la Révolution! On n'est jamais mieux trahi que par les siens...et c'était le 8 mars jour des femmes. Cécilia va finir par hanter les nuits du Président... Si même le fils gâche la fête à Nicolas.

Evidemment, discrétion assurée autour de l'affaire. La gendarmette ne déposera pas plainte. Nicolas va passer un savon à Louis et nous, nous allons chanter tous ensemble:

 

On est laid à Nanterre,
C'est la faute à Voltaire,
Et bête à Palaiseau,
C'est la faute à Rousseau.

Je ne suis pas notaire,
C'est la faute à Voltaire,
Je suis petit oiseau,
C'est la faute à Rousseau.

Joie est mon caractère,
C'est la faute à Voltaire,
Misère est mon trousseau,
C'est la faute à Rousseau.

Je suis tombé par terre,
C'est la faute à Voltaire,
Le nez dans le ruisseau,
C'est la faute ... [à Rousseau]


Ce soir. François Bayrou à Toulouse

ça va cogner d'amour, ce soir à Toulouse. ça va cogner franc dans les coeurs de France. François Bayrou va tenir un grand discours fait de fibres tactiles et d'envolées lyriques. Il faudra prendre votre mouchoir avec vous. Car vos états d'âmes, vos convictions démocratiques vont être mis à l'épreuve de vos tripes. La victoire se gagne avec le coeur. Souvenez-vous de la Révolution de Jasmin en Tunisie. Souvenez-vous qu'il a fallu un jeune qui se boute le feu, des centaines, puis des milliers de jeunes et de moins jeunes dans les rues, pour faire tomber un parti unique. Vous ne voulez plus d'autocrates au pouvoir en France, berceau de la Révolution? Vous voulez un Président impartial, à la fois sévère et sensible, juste et partageur, visionnaire et les pieds sur Terre? Alors, soutenez François Bayrou. Et surtout, battez-vous pour vos convictions.

ça va cogner d'amour, ce soir à Toulouse.

 

« Pour faire de grandes choses, il ne faut pas être un si grand génie ; il ne faut pas être au-desssus des hommes, il faut être avec eux.  »

Montesquieu

TO  LOSE  OR  TO WIN A TOULOUSE ?

Elysée 2012: Love GuitaRévolution

 

Il y a un temps pour parler ou pour écrire. Vient ensuite le temps de se taire et de garder le silence. En amour comme en politique, il ne faut pas fermer la porte à celle ou celui qui est l'incarnation de l'amour ou de la politique. La chance et la force du changement arrive avec celle ou celui qui porte la foi de ses engagements. Pas avec les faussaires, les tocards, les manipulateurs et les hypocrites.

Il ne reste que quelques semaines pour changer quelque chose à la France. Les médias font semblant de rien et laissent déjà jouer le match final Hollande-Sarkozy. J'ai même vu un panel de personnalités sur France 24, entourant la journaliste, s'inquiéter que l'Europe n'était pas au coeur de la campagne présidentielle alors que le sujet était essentiel. Et pourtant, 3 jours avant ce débat, François Bayrou donnait, à Strasbourg, son discours fondateur en parlant avec le coeur de l'Europe. Mais de Bayrou, personne n'en a parlé. Pas même la journaliste dont le rôle est pourtant d'interroger sur tous les candidats. Une très courte mention faite à Marine le Pen par un des interlocuteurs, et tout le reste c'était Hollande.Sarkozy-Hollande-Sarkozy-Hollande-Sarkozy. Comme un putain de match de tennis lancinant et merdique de fond de court pratiqué sur terre battue et rabattue sans aucune surprise ni créativité. Hollande et Sarkozy pratiquent seuls au monde le tennis politique français et sans aucun adversaires digne de leurs noms. Point.

La France, c'est vraiment UMPS. Désolé. Mais si la démocratie c'est UMPS, alors il ne fallait pas fêter à la victoire de la Révolution de Jasmin et de la Tunisie libre. Il fallait regretter et pleurer à la disparition de Ben Ali, de sa Leila Trabelsi, et de son parti de profiteurs.

Reste la musique pour adoucir mon coeur, la seule qui me console du merdier dans lequel notre monde est en train de se fourrer. Bientôt, je n'écrirai plus. Car à quoi servent les mots et les chansons quand les bulldozers rasent la poésie, le song, et l'amour?

 

 

Bayrou appelle les "humanistes" à ne pas accepter la droitisation de Sarkozy

afp.com/Bertrand Langlois

"Nos valeurs correspondent à l'idée que chaque être humain est en soi un absolu. Il peut être malade, paralysé, sans capacité de production, génial, formidablement entreprenant... Il n'y a pas de différence, pas de balance où l'on pèse celui qui sert et celui qui ne sert pas. On ne peut soutenir l'un et abandonner l'autre. Et c'est cela notre choix".

François Bayrou

 

Spéciale dédicace ce 10 mars 2012 à Rama Yade qui vient de remporter le Grand Prix de l'e-réputation. Que toutes les Françaises libres de ce peuple libre de France se mettent en marche et refusent à la fois Sarkozy et Hollande comme Président de tous les Français. Voici pourquoi Rama Yade s'est engagée en politique, son acte fondateur:

Afrik.com : Qu’est ce qui vous a poussé à vous engager en politique ?
Rama Yade :
L’incendie du Boulevard Henri Auriol, où 17 personnes originaires de l’immigration sont mortes, dont 14 enfants. Cette tragédie m’a profondément affecté. J’ai écrit une Tribune dans Le Monde sous un pseudonyme pour dénoncer ce drame. Ces enfants qui sont morts étaient avant tout des petits Français. J’étais choquée. Ils n’avaient pas le droit d’être brulés à vif comme ça ! J’aurais pu être à leur place. Vous savez, la vie tient à peu de chose. Ça a été une souffrance intérieure. Cet acte fondateur m’a poussé à m’engager pour toutes les populations en marge de la société française. La mort de Zayed et Bouna, qui a déclenché les émeutes à Clichy-sous-Bois, m’a révolté. Face à tous ces événements, je ne pouvais plus rester comme ça, il fallait que je m’engage. Mais pas à gauche. La gauche fait beaucoup de promesses mais elle ne les tient pas. C’est de l’hypocrisie. Elle demande automatiquement à ce que l’on vote pour elle parce que la droite est méchante. Mais la droite, elle au moins, n’a rien promis. Je ne dois rien à la gauche, ni à la droite non plus ! Je ne suis pas adepte de la discrimination positive. Je ne dis pas que les discriminations n’existent pas mais les gens ne sont pas des gueux à qui on fait la charité ! Pourquoi penser que ces populations sont incapables d’y arriver ? Pourquoi penser qu’il faut leur donner un coup de pouce pour qu’elles réussissent ! Beaucoup d’entre elles ne croient pas en leur réussite ! Moi je dis c’est possible ! Il ne faut pas avoir de complexe ! C’est pour toutes ces raisons que je veux intégrer l’Assemblée nationale. Je ne représenterai pas Rama Yade mais toute la France. Lorsque que j’étais à l’UNESCO pour la première fois et que j’ai vu la pancarte sur lequel était inscrit mon nom, j’ai dit "Waouh !" J’étais fière de représenter la France. La République a un sens pour moi. Et je crois aux principes républicains. J’ai travaillé dur, j’ai eu une jeunesse studieuse. J’ai prononcé un discours devant Angela Merkel entièrement en allemand, après lequel elle est venue ensuite me féliciter.

Rama Yade, vous êtes précieuse à la France.