09/03/2012

La femme Lumière

 

Suis-je une part d'elle

moi l'étrange frère de cette rebelle?

 

Est-elle la soeur de mon obscur

habit de lumière pure?

 

Dans cette étrange conjugaison d'azur

fugue-t-elle sur notre vague du futur?

 

Elle a fait un enfant d'ailleurs

propre à ses paysages intérieurs

 

Elle ouvre à la vie

et fait de l'homme de sa vie un cri

 

Elle va enfanter

comme une femme en liberté

 

Et je reste ébloui

devant cette femme Lumière

 

De l'Ombre à l'Univers

je trace mon chemin de vers

 

Une course pour l'honneur

une course pour le bonheur

 

Nicolas Sarkozy veut réussir sa sortie présidentielle

Nicolas Sarkozy est devenu super Président de France en perdant Cécilia. Nicolas Sarkozy perdra France en devenant super-amant de son épouse Carla. Il est en train d'écrire son testament en direct.

Voilà le message subliminal que veut nous imprimer dans nos mémoires Nicolas Sarkozy. Souvenez-vous. Nous étions en 2010. Interrogée sur l'avenir de son homme à la tête de la France, Carla avoua qu'elle ne voulait pas d'un deuxième mandat présidentiel pour son mari qui lui-même avoua un jour qu'il serait le candidat d'un seul mandat. Visionnaire Nicolas! Etre Président une fois dans sa vie pour tester l'épreuve du pouvoir à son sommet le plus achevé. Tel était le but réel de Nicolas Sarkozy. Expérimenter la "chose" présidentielle en devenant une bête politique tout en inventant l'hyper parti de l'UMP sur lequel appuyer son ascension personnelle. Il l'a fait. Il a déjà réussi dans son oeuvre. Tout le reste n'est que pécadilles, broutilles, et autres péripéties.

Restait à réussir sa sortie. Personne n'a voulu ou pu comprendre le rôle de la jeune maman qu'est Carla Bruni en participant à la campagne de Nicolas alors même qu'elle ne voulait pas d'un second mandat pour son mari. Parjure? Non. Au contraire. Dire au monde entier qu'elle était là, au contraire de Cécilia, qu'elle serait là coûte que coûte pour ce mari qui "donne tout".

C'est certain. Nicolas Sarkozy n'est pas dans la demi-mesure. Il force, il fonce, il avance, quitte à taper sa tête contre les murs par sa propre faute et sa fougue harcelleuse. Car "tout donner" ne veut pas encore dire "bien donné". Il a fini par mal donné à Cécilia qui s'est cassée du domicile conjugal le soir même de son arrivée au pouvoir. Quelle désertion au plus mauvais moment, mes amis! Pour gâcher la fête de son mari, elle a su y faire Cécilia! Il a fini par mal donné à la France aussi. Qui va, après l'avoir adulé, le rejeter dans un camouflet désepéré. Car France aurait bien voulu encore de son Nicolas si Nicolas avait su donner ce que France attendait de lui. Hors le Yacht de Boloré, le Fouquet's, le casse-toi pauvre con, le nettoyage au kärcher, le marin à qui l'on fait signe qu'il est mérpisable et négligeable, l'agricultrice à qui on fait remarquer qu'elle a un beau domaine alors qu'elle tombe en quasi faillite. Tout ça, et le reste ont donné l'image d'un Président insensible à la souffrance du peuple, à ses doléances, à ses désirs de voir une autre France que celle des racailles et des milliardaires.

Nicolas aura été le Président des People. Il a tout fait pour ça en ultra-médiatisant sa vie et en ayant des comportements bling-bling extrêmes pour un Président démocratique. Il s'en ira comme le Président des People. Sur son Yacht, avec son UMP au grand complet sur le pont, pour un dernier salut à l'hyper-président. Personne ne doit lui en vouloir d'être resté sur le pont jusqu'au bout de la noyade . Il n'aura tout simplement pas voulu faire comme le Commandant Schettino. Il aura voulu être lui, Nicolas Sarkozy, héros capitaine d'un navire trop friqué et luxueux pour le peuple travailleur. Mourir ensemble avec tout l'équipage, les électrices et électeurs de son camp de riches bourgeois. Nicolas Sarkozy, une saga people qui aura duré 5 ans. La Croisière a fini de s'amuser. On va passer aux choses sérieuses sur le chalutier fait en France pour la France de tous les Français et Françaises. Un peu moins de glamour, plus de poésie et d'authenticité.

A vous, cher Nicolas Sarkozy, cette dédicace en chanson. Car je ne vous déteste pas (pas tous les jours); je ne vous rejette pas (cela pas car vous êtes un être humain). Vous avez été le Grand Président que nous pouvions attendre dans la guerre menée à Kadhafi. Et pour l'honneur, je vous serre la main d'une façon franche et amicale. Bon vent dans votre nouvelle vie.

Et restez le super amant de Carla. Vous le méritez bien. Et elle, elle mérite bien de vous,.

 

" J'AI PEUR QU'IL MEURT s'il accomplit un second mandat. Il donne tout ! "

Carla Bruni parlant de son Nicolas le 8 mars, journée de la femme dans le monde

 

Le plan Bayrou: illustration des principes républicains

 

François Bayrou l'a dit hier soir: dans le monde de Sarkholland c'est la division pour le Président et l'illusion pour son Challenger, le faiseur de sauce hollandaise.

Que peut donc faire faire François Bayrou avec son zeste d'estragon supplémentaire en attendant de jouer son rôle de Président sur "Béarnaise de France", le chalutier qui vient perturber la donne grâce à ce vent solaire du 8 mars, le plus violent séisme depuis 5 ans, quand Sarkozy lui-même trouva la faille pour s'emparer de la couronne de France.

Nous le savons tous ici. Le rôle de Président de tous les Français est un art de haute-voltige. A trop haute-température, il y a toujours une partie du peuple qui s'enflamme et qui fait trancher la sauce. A trop basse-température, la Béarnaise n'a plus rien d'une Marseillaise conquérante pour un chateaubriand grillé bleu et gelé sur la table avec cette sauce ne réussissant pas à réchauffer son coeur tempéré. Manque de passion, manque d'onctuosité et de saveur, manque de tout, on ressort du restaurant avec le souvenir de cette béarnaise mayonnaise qui n'avait rien d'un chef-d'oeuvre de la cuisine française

Bref, François Bayrou est un candidat à haut-risque pour un cuisinier. Non dans sa méthode. Un cuisinier sait monter la béarnaise. Mais dans la constance et la consistance. Bayrou ne fait pas de promesses. Il est La promesse. Et d'être ainsi le candidat de tous les possibles, du renouveau et de la Grande France chère au Général, lui donne des allures de Président très, trop sérieux, pour un peuple si insouciant et léger comme le demande la femme idéale de France,

Un passage du Général de Gaulle, trouvé sur Wikipédia, à propos de Chateaubriand me fait penser au rôle futur de François Bayrou pour la France de 2012:

« À Colombey, le 24 octobre 1947, à l'heure du thé, le Général parle de Chateaubriand : « L'an dernier, j'ai relu lentement les Mémoires d'outre-tombe […] C'est une œuvre prodigieuse… Il pose sur l'avenir un regard profond… En fait, il avait presque tout vu… y compris les bolcheviks… et puis, je sens comme lui : essentiellement, voyez-vous, Chateaubriand est un désespéré… mais jusque dans son désespoir il fait face, il se redresse de toute sa taille  ».

Et plus loin: « C'était un désespéré. On le comprend, il avait prévu l'avenir ».

Voilà pourquoi François Bayrou est le candidat essentiel de cette élection présidentielle. C'est le seul qui défend un programme visionnaire et réaliste pour cette France désespérée et encore plus désespérante sous le monde de Sarkoholland.

Hollande se situe dans le programme socialiste dépassé depuis belle lurette. Sarkozy dans le programme réactionnaire ultra-libéral mortel. Bayrou est sur le chemin du juste milieu qui donne tout son sérieux à sa démarche.

« Est-ce que ce monde est sérieux? » demande Francis Cabrel dans une de ses plus belles chansons d'amour « La Corrida ». Si Bayrou gagne, nous aurons « Bayroui » l'homme revenu du désert pour redonner une belle image de la France. Si Bayrou perd, nous aurons « Ben non ». Et ce « Ben non » sonnera alors comme un désespoir des plus absolu.

François Bayrou, hier soir 8 mars 2012:

"les deux risques pour la société française" : la "division" pour Nicolas Sarkozy, "l'illusion" pour François Hollande. Et "si vous me demandez droite ou gauche, c'est que vous n'avez rien compris !".

Ils sortent d'où tout ces acrobates? La saignée aux Français, Monsieur le Dormeur du Valls? Ça, c'est une méthode de la médecine antique dont vous voulez offrir la potion aux Français. Soutenir la croissance, c'est d'abord croire en soi, à son projet personnel et collectif. Pour cela, il faut un président rassembleur qui donne la pêche et l'envie de travailler avec joie au contrat social de tout peuple prêt à relever le défi. Si il y a trop de pauvres délaissés sous perfusion et subventions, c'est la mort du peuple par la saignée des travailleurs nourrissant les exclus involontaires...ou volontaires. S'il y a trop de riches entreprises et de riches citoyens qui prennent leurs clics et leurs claques à cause d'un gouvernement qui confisque la richesse comme Ali Baba et ses quarante voleurs, la saignée sera mortelle et la croissance au niveau zéro de votre programme illusoire.

"La Stagnation avec François Bayrou", Monsieur le Dormeur du Valls? Non. The Wavin'Flag Nation.

Wavin' Flag (Drapeau flottant)

When I get older, I will be stronger
Quand je serais plus grand, je serais plus fort
They'll call me freedom, just like a Waving Flag
Ils m'appeleront Liberté, tout comme un drapeau flottant
When I get older, I will be stronger
Quand je serais plus grand, je serais plus fort
They'll call me freedom, just like a Waving Flag
Ils m'appeleront Liberté, tout comme un drapeau flottant
And then it goes back, and then it goes back
Et puis il revient, Et puis il revient
And then it goes back
Et puis il revient

Born to a throne, stronger than Rome
Né sur un trône, Plus fort que Rome
But Violent prone, poor people zone
Mais sujet brutal, Pauvre de pauvres citoyens
But it's my home, all I have known
Mais c'est ma maison, Tout ce que j'ai connu
Where I got grown, streets we would roam
Où j'ai grandis, les rues qu'ont parcouraient
But out of the darkness, I came the farthest
Mais sorti de l'obscurité, je suis venue le plus loin
Among the hardest survival
Parmi les survies les plus dures
Learn from these streets, it can be bleak
Apprendre de ses rues, ca peut être plus rude
Except no defeat, surrender retreat
Sauf sans défaite, La cession se retire

So we struggling, fighting to eat and
Alors on lutte, on se bat pour manger et
We wondering when we'll be free
On se demande quand nous serons libre ?
So we patiently wait, for that fateful day
Alors on attends patiemment, pour ce jour fatidique
It's not far away, so for now we say
Ce n'est pas loin, alors pour l'instant nous disons

When I get older, I will be stronger
Quand je serais plus grand, je serais plus fort
They'll call me freedom, just like a Waving Flag
Ils m'appeleront Liberté, tout comme un drapeau flottant
And then it goes back, and then it goes back
Et puis il revient, Et puis il revient
And then it goes back
Et puis il revient

So many wars, settling scores
Trop de guerres, de réglements de comptes
Bringing us promises, leaving us poor
Emportant nos espoirs, nous laissant pauvre
I heard them say, love is the way
Je l'ai entends dire, L'amour est la solution
Love is the answer, that's what they say,
L'amour est la réponse, C'est ce qu'ils disent
But look how they treat us, make us believers
Mais regarde comment ils nous traitent, ils nous font espérer
We fight their battles, then they deceive us
On combats ces combats, et ensuite ils nous déçoivent
Try to control us, they couldn't hold us
Essaient de nous contrôler, Ils ne pouvaient pas nous retenir
Cause we just move forward like Buffalo Soldiers
Car nous allons de l'avant comme des Buffalo Soldiers (1)

But we struggling, fighting to eat and
Mais nous luttons, on se bat pour manger et
We wondering when we'll be free
On se demande quand nous serons libre ?
So we patiently wait, for that fateful day
Alors on attends patiemment, pour ce jour fatidique
It's not far away, so for now we say
Ce n'est pas loin, alors pour l'instant nous disons

When I get older, I will be stronger
Quand je serais plus grand, je serais plus fort
They'll call me freedom, just like a Waving Flag
Ils m'appelleront Liberté, tout comme un drapeau flottant
And then it goes back, and then it goes back
Et puis il revient, Et puis il revient
And then it goes back
Et puis il revient

When I get older, I will be stronger
Quand je serais plus grand, je serais plus fort
They'll call me freedom, just like a Waving Flag
Ils m'appelleront Liberté, tout comme un drapeau flottant
And then it goes back, and then it goes back
Et puis il revient, Et puis il revient
And then it goes back
Et puis il revient

(Ohhhh Ohhhh Ohhhhh Ohhhh)
Ohhhh Ohhhh Ohhhhh Ohhhh
And everybody will be singing it
Et tout le monde chantera ça
(Ohhhh Ohhhh Ohhhhh Ohhhh)
Ohhhh Ohhhh Ohhhhh Ohhhh
And everybody will be singing it
Et tout le monde chantera ça
(Ohhhh Ohhhh Ohhhhh Ohhhh)
Ohhhh Ohhhh Ohhhhh Ohhhh
And everybody will be singing it
Et tout le monde chantera ça
(Ohhh Ohh Ohh Ohh)
Ohhh Ohh Ohh Ohh

When I get older, I will be stronger
Quand je serais plus grand, je serais plus fort
They'll call me freedom, just like a Waving Flag
Ils m'appeleront Liberté, tout comme un drapeau flottant
And then it goes back, and then it goes back
Et puis il revient, Et puis il revient
And then it goes back
Et puis il revient

When I get older, I will be stronger
Quand je serais plus grand, je serais plus fort
They'll call me freedom, just like a Waving Flag
Ils m'appelleront Liberté, tout comme un drapeau flottant
And then it goes back, and then it goes back
Et puis il revient, Et puis il revient
And then it goes back
Et puis il revient

When I get older, I will be stronger
Quand je serais plus grand, je serais plus fort
They'll call me freedom, just like a Waving Flag
Ils m'appelleront Liberté, tout comme un drapeau flottant
Just like a Waving Flag, just like a Waving flag
Tout comme un drapeau flottant, tout comme un drapeau flottant
Flag, flag, Just like a Waving Flag.
Drapeau, Drapeau, tout comme un drapeau flottant

08/03/2012

La bande des "Seven" de Nicolas Sarkozy

 

4 Enarques, 3 Préfets verrouillent la campagne de Nicolas Sarkozy.

« On n’est associés à rien, au courant de rien. Les élus sont paumés, totalement ignorés », s’énerve un député, tandis qu’un important ministre s’étonne de voir les membres du gouvernement mis à l’index. « Il nous a reproché ce matin en Conseil des ministres (NDLR : hier matin) de ne pas être assez présents sur le terrain et dans les médias. Mais pour dire quoi? On ne sait rien des propositions qu’il prépare. Toute sa campagne est verrouillée par quatre énarques et trois préfets qui ne connaissent rien du terrain », constate cet élu de poids, amer.

C'est comme cela que fonctionne toute secte. L'écrasante majorité de la secte marche aux ordres de quelques élus triés sur le volet. Les gens sont maintenus dans l'ignorance jusqu'à ce que le messie apparaisse et disent ses quatre vérités mensongères. Chaque fidèle est soumis à l'intimidation permanente comme sous la pression et le contrôle du groupe. Chacun vit avec un stress cumulé permanent avec la peur au ventre de faire faux, pas assez, risquant d'être traité à tout instant de traître à la cause ou d'incapable. Nicolas Sarkozy ne fera plus de politique s'il n'est pas réélu. C'est normal. Le maître ne peut pas être relégué subalterne ou remis à sa place à un rang inférieur que celui de Grand Gourou.

On dit que Bayrou est seul. Mais Bayrou c'est Bayrou and You, une équipe de deux jusqu'à 65 millions de personnes prêtes à assumer leur part de responsabilité dans l'Etat et pour l'Etat. Car l'Etat c'est toi, c'est moi, c'est vous, c'est nous.

Il est temps que les élus et les citoyens se rendent compte de la différence entre le vrai candidat légitime pour la Présidence du pays de la Révolution de 1789 et le faussaire qui s'est hissé au sommet grâce à une façon de faire que l'on retrouve hélas très souvent dans les sectes de types économiques, religieuses, politiques, souvent réunissant les trois critères méthodiques en même temps pour dominer les gens. Libérer la France de cette façon de fonctionner problématique et honteuse est une urgence. Un homme se tient à l'écart de l'UMPS. Il a pris son destin en main et marche vers sa rencontre avec tout le peuple de France.

 

Quand l'obstination de François Bayrou se traduira en succès

Connaissez-vous l'histoire d'un très beau chalutier des mers qui savait transformer une pêche médiocre en pêche miraculeuse grâce à son obstination absolue de ne jamais se laisser dériver à travers toutes les tentations corruptrices que la vie propose, et de maintenir ainsi le Cap de Bonne Espérance coûte que coûte pour France y compris dans les plus graves tempêtes?

Cette histoire est celle de François Bayrou avec les Français et les Françaises. Un chalutier qui d'abord attira les railleries, les sarcasmes, et les moqueries de gens se raccrochant aux valeurs cyniques de la vie, avant de gagner le respect, puis finalement l'adhésion de tout un peuple au bord de la banqueroute et de l'asphyxie. François Bayrou va pouvoir bientôt jeter ses filets à droite et à gauche. Ils remonteront chargés d'électrices et d'électeurs qui auront soudain compris que prendre le sillage de ce chalutier confiant, serein, rassurant, calme, au projet humain enviable, réalisable et souhaitable, cet acte de foi d'un candidat président résolument politique, philosophique, et spirituel, soutenu en plein milieu de la guerre médiatique nauséabonde et parjure que se livrent des adversaires tétanisés par la peur de perdre, ne peut être qu'un gage de réussite et d'espoir pour tous les Français et immigrés vivant sur cette terre de France.

Autour d'un Grand Capitaine se mobilise petit à petit l'attention des personnes ne pouvant plus adhérer au spectacle pitoyable que se livrent FN, PS et UMP. Et, vous l'aurez remarqué, à gauche comme à droite, les vedettes de ces trois partis à la dérive suivent, pour des raisons différentes et antagonistes, le chalutier  traçant son sillage bien net direction Elysée 2012.

Cette histoire vraie rappelle une autre histoire. Celle du Christ et de ses disciples qui doutaient de la réussite de l'entreprise... Elle rappelle aussi celle de France, une femme fantasmée qui résiste à l'amour pour ne pas faire tomber dans le piège de l'esclavage et de la compromission celles et ceux qui tomberont amoureux de son visage. Une femme libre, trop libre... mais venue d'ailleurs. Dites-lui oui au nom de sa liberté à elle, au nom de votre liberté à vous tous. Nous sommes à la recherche de France, la femme dont nous savons l'existence belle et romantique et dont beaucoup ont trahi en bafouant son honneur et le leur en préférant la frivolité et la folie des grandeurs...Ne demandez jamais à France si elle commande sa viande halal, casher ou simplement basique quand elle va chez le boucher. Elle a la foi. Mais c'est sa foi et pas celle du voisin ou de la voisine. Respect à sa foi.

Merci à "La Vallée du Paranormal" pour l'emprunt de ses très belles illustrations animées.

 

 


 

 

http://www.conseilwebsocial.com/wp-content/uploads/2011/05/chalutier-mouettes1.jpg