24/02/2012

"Le peuple voulait JFK, pas le gigolo Sarkozy"

Que vient faire Jack Rose Cadillac alias John Fitzgerald Kennedy dans la course à l'Elysée? Très simple, le raccourci. La France voyait en Nicolas Sarkozy une stature, une droiture, une investiture généreuse et désintéressée au service de la France, un homme érotique à femmes romantiques qui aimait le peuple. Mais le peuple a eu un Président, matou de gouttières, trop étriqué dans son bling-bling arriviste et m'as-tu vu, un enfant de la Mère Michelle, pardon à la Mère Merkel qui a perdu son chat quand il retourne voir France.

Un puma, c'est le répondant à la femme cougard, c'est un homme qui aime les jeunes femmes pour leur valeur naturelle, pas pour leur plastique en toc qu'elles tentent d'imposer à l'extérieur. L'homme puma cherche la femme. L'homme de Sarko, lui, cherche à tirer son bon coup. Nicolas rappelle-t-il près de lui la valeur naturelle de Rachida Dati, sa féminité, ou sa plastique en toc? Je vote sans hésiter pour la carte plastique platine qui offre le sésame de l'Elysée à Sarkozy.

Il existe une chanson pour Nicolas Sarkozy, une chanson qui répond à la petite phrase assassine qu'il a dirigé aujourd'hui contre François Hollande:

"Le PS voulait DSK, pas Hollande le rigolo".  L'UMPS a deux gigolos: DSK l'Intouchable qui a été sorti en pleurs et au forceps par le Parti du Brouillard des nuits sexuelles de DSk et des Rigolos de la morale. Et Sarkozy qui est sorti ce jour par le Mur du Song. Reste Hollande face à Bayrou. Le Rigolo face à Objectif France.

Just A Gigolo (Juste Un Gigolo)

I'm just a gigolo,
Je suis juste un gigolo,
And everywhere I go,
Et partout où je vais
People know the part I'm playing.
Les gens savent quel rôle je joue

Paid for every dance,
Payant pour chaque danse
Selling each romance,
Vendant chaque romance
Ooh, what they're saying.
Oh, c'est ce qu'ils disent

There will come a day,
Il viendra un jour
When youth will pass away,
Quand la jeunesse partira
What will they say about me ?
Que diront-ils à propos de moi ?

When the end comes I know
Quand la fin viendra je saurais que
I was just a gigolo,
J'étais juste un gigolo
Life goes on without me.
La vie se poursuivra sans moi

I'm just a gigolo,
Je suis juste un gigolo
And everywhere I go,
Et partout où je vais
People know the part needs playing.
Les gens savent le rôle dont ils ont besoin de jouer

Paid for every dance,
Payant pour chaque dance,
Selling each romance,
Vendant chaque romance
Ooh, what they're saying.
Oh, c'est ce qu'ils disent

There will come a day,
Il viendra un jour
When youth will pass away,
Quand la jeunesse partira
What will they say about me ?
Que diront-ils à propos de moi ?

When the end comes I know
Quand la fin viendra je saurais que
I was just a gigolo
J'étais juste un gigolo
Life goes on without me.
La vie se poursuivra sans moi

[Chorus]
[Refrain]

'Cause... I ain't got nobody
Car... j'ai personne
Nobody cares for me, nobody, nobody cares for me
Personne ne tient à moi, personne, personne ne tient à moi
I'm so sad and lonely, sad and lonely, sad and lonely
Je suis si triste et seul, triste et seul, triste et seul
Won't some sweet mama come and take a chance with me
Ne viendra pas une douce maman qui tentera sa chance avec moi
'Cause I ain't so bad
Car j'suis pas si mauvais

You know baby
Tu sais chérie
It's so lonesome all of the time
C'est tout le temps isolé
Even on the beat, only only on the beat
Même dans le rythme, seulement seulement dans le rythme
[Scat]
[Scat]

I ain't got nobody
J'ai personne
Nobody cares for me
Personne ne tient à moi
Nobody nobody
Personne personne
[Scat]
[Scat]

[Chorus]
[Refrain]

Gettin' so lonesome baby, lonesome all of the time
Devenant isolé chérie, tout le temps isolé
Even on the beat, Johnny, Johnny on the beat
Même dans le rythme, Johnny, Johnny dans le rythme
Get low so, daddy, mama
Baissez le son, papa, maman
Sonny said he's got nobody no ooh no...
Sonny disait qu'il n'avait personne non oh non...
Say now
Dis maintenant
Nobody (Nobody) x5
Personne (personne) x5
Nobody cares for me
Personne ne tient à moi.

C'est Rio, le Carnaval et tout ça, Mister Gigolo

"Nos valeurs correspondent à l'idée que chaque être humain est en soi un absolu. Il peut être malade, paralysé, sans capacité de production, génial, formidablement entreprenant... Il n'y a pas de différence, pas de balance où l'on pèse celui qui sert et celui qui ne sert pas. On ne peut soutenir l'un et abandonner l'autre. Et c'est cela notre choix".

François Bayrou

 

Nicolas Sarkozy: Binge drinking au Fouquet's

Au bling-bling répond aujourd'hui le binge drinking ou biture express de Nicolas Sarkozy en direct à la télévision.

 

Vision fulgurante et surnaturelle d'un Président en campagne élyséenne prit en flagrant délit d'état comateux éthylique. Et pourtant, il n'avait pas bu!? Que se passe-t-il donc dans la tête d'un Président qui sait sa faute originelle, faute impardonnable, erreur irrecevable d'un peuple qui travaille avec un pouvoir d'achat de plus en plus médiocre et vote pour Sarkozy avec son "travailler plus et gagner plus" alors qu'il va fêter au Fouquet's le soir même de son arrivée au pouvoir avec le gratin de la Finance française? Trahison du peuple dès la première nuit d'amour...

 

Nicolas le sait et prend sa cuite... Il est temps pour la Droite française de comprendre que pour elle c'est soit Bayrou soit le vide existentiel. Et que pour la France c'est soit Bayrou soit la dérive socialiste et l'augmentation du chômage comme en Espagne.

 

Le peuple aime travailler. A deux conditions: salaires décents et reconnaissance de leur travail. A la gauche d'aujourd'hui, c'est subsides et misérabilisme. A la droite d'aujourd'hui, c'est bouffe ta mère, écrase ton employé. Au centre, il y a un homme qui redonne dimension et dignité à nos humanités. Avez-vous envie de l'écouter et de l'élire, amies et amis Français? Où le je me'n foutisme de gauche et le cynisme de droite vous semble plus prometteur d'avenir?

 

"Nos valeurs correspondent à l'idée que chaque être humain est en soi un absolu. Il peut être malade, paralysé, sans capacité de production, génial, formidablement entreprenant... Il n'y a pas de différence, pas de balance où l'on pèse celui qui sert et celui qui ne sert pas. On ne peut soutenir l'un et abandonner l'autre. Et c'est cela notre choix".

François Bayrou

 

La vidéo du binge drinker Nicolas Sarkozy:

23/02/2012

Comment faire sauter Sarkholland, Mr Bayrou?

 

Manque d'agressivité, conseil de famille sympathique convoqué à TF1, François Bayrou gère sa campagne comme s'il était Président de tous les Français. Hors il est au combat dans une guerre fratricide qui compte trois généraux hyper cuirassés en face de lui et possédant des régiments entiers d'affidés de renom ou simplement militants pour ne pas dire combattants de la milice démocratique populaire ou populiste. Tous trois mènent une barque qui prend l'eau de toutes parts. Car leur combat s'adresse aux diviseurs de peuple et non à la multiplication et la prospérité des intérêts communs d'un pays en pleine progression en faveur du ghetto communautariste. Intérêts particuliers passant avant les intérêts communs.

Lui, François Bayrou, le plus compétant des généraux pour mener la France vers cette unité française retrouvée, ne se tient pas sur le champ de bataille en guerrier mais en gestionnaire. Il est tranquille, trop tranquille, comme un général qui a déjà vaincu ses adversaires. Hors il n'a rien vaincu du tout. Il perd même du terrain et recule devant les hordes disciplinées de ses trois concurrents principaux.

Il faut du sang d'encre sur les mains pour vaincre et conquérir le pouvoir, Mr Bayrou. C'est valable en démocratie comme en dictature. La différence étant l'urne démocratique pour les premiers, et l'urne funéraires pour les seconds. Celles et ceux qui aiment le pouvoir ne peuvent pas jouer les papas gentils et les maris poules et aimant. Ils seront aimés et respectés d'une grande partie de la population mais jamais installés sur le trône d'un pays aussi monarchiste et vindicatif qu'est resté la France. Un roi démocratique doit avoir le goût d'assassiner par de jolies flèches d'encre ses adversaires les plus dangereux afin d'impressionner et d'imposer sa patte démocrate. Chanson de Roland...

François Bayrou est le moraliste et le rassembleur idéal pour sauver cette France en état de déperdition et de perdition. Il n'est pas encore le candidat Président idéal. Il faut apprendre à tuer, Monsieur Bayrou. Sinon vous serez encore une fois mangé tout cru et marginalisé. C'est comme ça. Pas autrement. Et par amour de la France, vous vous devez de forcer votre tempérament de terrien pour prendre l'allure et le geste d'un tempérament de feu et de passion.

Vous voulez la victoire. Vous n'avez pas le choix. Electrifiez et faites rire vos électrices et électeurs en jouant la ruse pour terrasser et dynamiter les bataillons du Sarkoholland. Deux petits mois pour organiser le Waterloo du Sarkholland. Deux mois pour vous entourer de guerrières et guerriers politiques au tomahawk bien tranchant. Après, vous pourrez enterrer la hache de guerre et fumer le calumet de la paix avec la nation entière en vous installant à l'Elysée. Hop, c'est parti! User, ruser, sans abuser le peuple mais en abusant vos adversaires politiques. Pour la noble cause d'un peuple qui mérite mieux que l'état actuel de la France.

"Sur le trottoir de l’épicerie de quartier, le patron du MoDem s’inquiète pour l’étal du commerçant : « Doucement, doucement, vous allez tout renverser. » Les photographes s’agitent : dans leur champ, l’homme de Pau salue une jeune mère de famille voilée qui lui retourne son bonjour en souriant. Puis vient l’heure d’un déjeuner-débat".

Gennevilliers et

Villeneuve-la-Garenne, hier en visite au sein de la population de France

Renversez l'étal du Sarkholland, Mr Bayrou. Vous le pouvez par votre charme, votre force de persuasion, votre caractère bien trempé...et cette passion si rentrée et contenue chez vous qui doit sortir maintenant comme un volcan endormi depuis trop longtemps au fond de vous.

 

"Nos valeurs correspondent à l'idée que chaque être humain est en soi un absolu. Il peut être malade, paralysé, sans capacité de production, génial, formidablement entreprenant... Il n'y a pas de différence, pas de balance où l'on pèse celui qui sert et celui qui ne sert pas. On ne peut soutenir l'un et abandonner l'autre. Et c'est cela notre choix".

François Bayrou

 

 

20/02/2012

Elysée 2012: Voici la version française du Titanic

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

francoishollandetitanic.jpg

 

"Nos valeurs correspondent à l'idée que chaque être humain est en soi un absolu. Il peut être malade, paralysé, sans capacité de production, génial, formidablement entreprenant... Il n'y a pas de différence, pas de balance où l'on pèse celui qui sert et celui qui ne sert pas. On ne peut soutenir l'un et abandonner l'autre. Et c'est cela notre choix".

François Bayrou

 

 

18/02/2012

"François Sarkozy" not good enough*

Le visage masqué de la supercherie. Superbe lapsus de Lionel Jospin , hier, qui vient de dénoncer le visage inquiétant de l'UMPS. Et ce visage sans visage s'appelle désormais François Sarkozy. Dans le temps, j'avais beaucoup aimé les aventures de François Vidocq.

Est-ce qu'un François, aidé d'un Nicolas, sont-il entrain d'effacer le visage d'un autre François dans la campagne électorale? En tout cas, à force de ne parler que d'eux, et parfois de Marine le Pen comme épouvantail à oiseaux pour faire peur aux citoyennes et citoyens, François Sarkozy restera le personnage de fiction, criminel impuni, qui a eu la peau du candidat le plus démocrate et crédible. Si Bayrou meurt au premier tour, il faudra chercher la trace de son assassin ailleurs que dans les urnes.

Les lapsus des personnalités sont parfois porteurs de culpabilité..

* "Not good enough" c'est la prétentieuse et arrogante réponse de François Hollande à la diplomatie américaine lors de l'annulation de sa rencontre prévue avec Hillary Clinton, suivie de celle, non officielle, avec Barack Obama. Pour Monsieur Communiste Financier, ce n'était pas assez car Barack n'a point eu l'élégance (ce que le protocole américain interdit par ailleurs) de l'accueillir officiellement. Il se croit déjà Président, François Hollande. Quelle gaffe magistrale. Espérons que les Américains ont la mémoire courte en cas d'élection de l'indélicat personnage.

 

Not good enough:

François Sarkozy