25/04/2012

L'affolement gagne l'UMP, le MoDem se fissure

 

Les Français sont en train de mesurer les dégâts de leur choix irrationnel du côté des extrêmes.

Il n'y aura vraiment pas d'adhésion réelle au futur chef de l'Etat, François Hollande. Le nouveau président sera élu par défaut laissant une France en plein doute existentiel. Les 28% de Français qui ont voté pour le candidat PS au premier tour resteront les seuls convaincus de leur choix. Éventuellement les 2% d'Eva Joly seront solidaires avec lui. Tous les autres voteront pour Hollande par anti-sarkozysme. Au Front de Gauche, on n'attend la prochaine étape dans cinq ans pour creuser la tombe de Hollande après celle de Sarkozy. Les fossoyeurs de la démocratie ont de l'avenir. Au centre, le Modem devant les hésitations sans fin de leur chef iront rejoindre le camp suicidaire de la dépense plutôt que le camp de l'alliance de l' "indécence" avec un Sarkozy qui vire à droite toute. Choix de Sarkozy entièrement logique devant la démission de décision du Centre-Droite de Bayrou l'Iceberg...

On ne peut pas gouverner seul. Sarkozy l'a compris depuis longtemps. Bayrou, lui, n'a jamais accepté depuis cinq ans que la politique ce sont des jeux d'alliance pour que le jeu politique puisse se jouer et se faire au centre droite ou au centre gauche et non aux extrêmes de la gamme politique. Je comprends entièrement le choix désespéré de Sarkozy. Si, encore une fois, on reprend la politique sur l'exemple helvétique de ces 20 dernières années dans l'analyse, le Parti Libéral et Radical helvète, parti correspondant à l'UMP en France, a souvent pactisé sur certains sujets sensibles avec l'UDC de Blocher qui compte près de 10% de plus d'adhérents que le FN (!). Si par hasard le Parti du Centre, le PDC, avait viré un peu trop au rose sans jamais soutenir le PLR, le Parti Radical serait parti à droite toute avec Blocher. La faute originelle incombe donc à l'irresponsabilité du chef du MoDem qui tergiverse en pleine catastrophe nationale. Il aurait du enterrer la hache de guerre et déclarer l'Union de principe dès dimanche soir avec la Droite pour éviter la victoire totale du FN de Marine le Pen.

L'implosion de la politique au centre va donner un Hexagone naviguant dans un brouillard épais. Sur tous les grands dossiers, économie, finance, emploi, immigration, Europe, Schengen, politique internationale, la France va entraîner notre continent vers des divisions encore plus grandes. L'axe Berlin-Paris va rompre. A l'intérieur, Mélenchon et Le Pen vont capitaliser sur la paralysie gouvernementale. A dix jours du second tour les extrêmes ont gagné, le MoDem et l'UMP vont imploser. Marine le Pen récoltera les fruits de l'implosion. Au Centre, ce sont des personnalités comme Juppé ou Rama Yade qui tenteront, gilet de sauvetage posé sur les épaules, de redonner la raison aux Français. Avec succès? 10% chez les ex UMP plus 5% chez les ex du MoDem, cela fait un centre-droite à 15%, loin derrière la nouvelle force politique majoritaire d'un FN prévue à plus de 30%...

A gauche, les socialistes, placés devant ce nouveau paysage politique de l'horreur fileront en majorité, dans cinq ans, vers l'autre horreur, le Front de Gauche.

Le nouveau « Général » n'est pas né pour remplacer « Pétain ». Quel avenir pour la France et l'Europe? Sarkozy, considéré par certains ce matin comme le nouveau Pétain depuis qu'il se décomplexe du côté de l'extrême-droite, voilà placé la vision d'une Angela Merkel sous l'effigie d'Hitler...dans les têtes de l'extrême gauche française. Et Hollande, c'est qui? Le fantoche des féministes extrêmes? Le jouet de l'islam radical? L'otage de la gauche extrême? L'inconnu du Nord-Express Européen? Et Merkel, la « femme » de l'ex-tennisman français Sarkozy assassinée par l'inconnu français?

Le Pen et Mélenchon. Les vrais vainqueurs de cette élection présidentielle calamiteuse.

 

 


L'inconnu du Nord-Express - Trailer par enricogay

24/04/2012

Fascismes, première vague, deuxième vague...

 

Qu'est-ce qui est ringard à notre époque? Ni les fascismes ni les communismes. En 1995, il faisait déjà fureur avec Le Pen Père et Blocher qui, hélas pour lui, n'a pas engendré de fille encore plus douée pour lui succéder. L'extrême gauche du temps du père Le Pen était encore bien présente et bien représentée dans les élections. Les extrêmes ont toujours eu le vent en poupe en France. Une France incapable de Révolution, la vraie, celle qui épouse de nouvelles conceptions de construire la France et le monde. Avec l'avènement de l'hyper-capitalisme, autre extrême puissance de notre temps, et l'extrémisme religieux de plus en plus pratiqué, hyper-puissance mondialisée qui se divisent en milliers de chapelles de toutes confessions, les forces ringardes de notre temps sont les forces humanistes qui défendent un partage et un échange des cultures dans une belle atmosphère cultivée et spirituelle. Ce sont les énergies nobles et humaines marginalisées et ringardisées de notre temps. Soit les forces source de vie et d'énergie, de construction et de créativité qui sont dominées et battues par l'obscurantisme, le productivisme, le nihilisme, l'athéisme totalitaire et le religieux totalitaire. Cela fait beaucoup de forces négatives qui empêchent la lumière positive de donner un sens et une direction à notre époque.

A la troisième vague, ce sera la grande confrontation entre les peuples et les idéologies. Mais de cela, nos chers leaders qui squattent les écrans TV et les médias n'en parlent jamais. Car être coupable de l'avènement de la démagogie et du crime collectif cela ne fait pas bonne presse. On offre aujourd'hui un piédestal à Mélenchon et Le Pen sans aucune analyse du fond de leurs pensées et de leur démagogie. On normalise leurs discours. Normalisons. Demain, comme pour les extrémistes qui prônent des idéaux religieux criminels, nous aurons nos extrémistes au pouvoir. Mais ce jour-là, il ne faudra jamais oublier que nous n'avions pas eu la force de dénoncer sans relâche leurs mensonges et leurs facilités pour mener à bien leur combat historique. On casse du sucre sur le dos de Sarkozy. On apprécie Hollande pour son calme discours rassurant. Hors nous vivons sur une pétaudière. Et le seul qui le crie en France très fort c'est encore Sarkozy, le bling-bling Sarkozy qui après cinq ans au service des ultra-libéraux tente de récupérer le vote des petites gens au travail détruit par les modèles financiers et l'esprit spéculatif de notre temps.

Oui, vraiment. La politique moderne, il faudrait la jeter dans un sac et la brûler sur l'autel des vanités du Grand Démagogue, celui qui fait et domine les foules en entraînant les âmes par le fond.

Tout commence dans la joie de faire la chanson et tout finit dans le malheur d'entretenir et de développer la haine des autres, celles et ceux qui deviennent nos ennemis mortels. Chasse à l'homme...

Une démocratie peut se rétablir rapidement d'un désastre matériel ou économique, mais quand ses convictions morales faiblissent, il devient facile pour les démagogues et les charlatans de prêcher. Alors tyrannie et oppression passent à l'ordre du jour. »

de

James William Fulbright

 

Fête foraine à la Hollandaise

Avez-vous déjà gagné la rose au tire-pipe d'une fête foraine? Le PS, c'est le rassemblement itinérant des gens qui gagnent la rose pour aller au casse-pipe. Hollande va gagner. La Hollande perd son AAA. Mais ce n'est pas de la faute à Sarkozy.

Vous êtes contents, chères citoyennes et citoyens? Vous aimez la politique, cette politique de notre monde moderne. je retourne allumer d'essence mes affiches présidentielles sous la Tour Eiffel. J'en allume une pour Sarkozy dans un sarcophage et une pour la France avec un tournesol hollandais peint par Vincent Van Gogh.

Arrêter votre cirque, Mesdames et Messieurs les politiques. Les "Extrêmes Associés" débarquent. Partout. Vous ne vouez plus des humanités? Vous aurez la barbarie, comme au Proche-Orient et dans beaucoup de pays d'Afrique. A force d'aimer la tribu, le fascisme ou le communisme, de chanter dans vos fêtes à la gloire des leaders populistes, vous aurez votre bonne guerre. Chouette, je vais aller offrir un bisounours à ma femme au tire-pipe.

Bonne journée à toutes et à tous. J'adore les bonnes nouvelles qui viennent de  toute l'Europe. On dirait que la leçon de la seconde guerre n'a pas suffit. Déchirons l'Europe en quartier. Vive la Gaule et Astérix! Et les Vikings. Et la bonne guerre. Et les religions qui parlent d'amour en jetant des bombes ou en tirant des balles sur des enfants, des hommes, et des femmes. J'adore les hommes, les femmes, les enfants. J'adore tout le monde. Mais je reste tout seul dans mon coin à lancer mon chant désespéré sans relais médiatique, sans presque personne pour aimer ce que je fais ici sous vos yeux.

 

 

23/04/2012

Trois débats entre Sarkozy et Hollande c'est responsable

 

François Hollande veut se défiler en prétextant qu'on ne change pas les règles. Les "Extrêmes Associés" imposent ses débats par leur résultat effarant.

Nicolas Sarkozy doit absolument marteler qu'il veut ses trois débats en insistant sur la nécessité de ceux-ci. La France ne peut pas continuer avec les mêmes règles de jeu du processus électoral alors que la crise s'impose et impose un vote extrême des citoyens et citoyennes de France qui dépasse 30%. Les sujets sont très nombreux et tous très importants. Un seul débat ne peut suffire Il en va de la responsabilité d'un des plus grands et importants pays d'Europe qui a fait l'Europe. Le continent tout entier ne peut pas se casser la gueule en prenant l'option Hollande. Et les Français ne méritent pas de sombrer au niveau de la Grèce où même de la guerre civile entre les extrêmes.

 

 

 

Elysée 2012: pourquoi les extrêmes ont (presque) déjà gagné

Par urgence, je continue à commenter l'élection présidentielle française suite aux résultats calamiteux du premier tour.

 

François Bayrou constate à cette heure les dégâts d'une politique centriste non-partisane. Il a laissé libre le champ aux vrais démagogues qui ont tout dévasté durant la campagne, soit Jean-Luc Mélenchon et surtout Marine Le Pen. Ce soir, il récolte le résultat non mérité d'un homme qui n'a pas voulu se positionner clairement sur l'échiquier politique. Etre au centre de la vision politique d'un pays ne signifie pas refuser une union avec la Droite ou la Gauche pour gouverner si on constate que le peuple ne suit pas la ligne centriste pour la Présidence.

Le peuple, ne comprenant guère l'attitude solitaire de François Bayrou alors même que tous les sondages indiquaient qu'il n'aurait aucune chance de passer au second tour, a sanctionné l'attitude du patron du MoDem en le gratifiant d'un petit 9% de soutien, la moitié du score réalisé en 2007! Pendant ce temps, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon cartonnent. Les deux anti-Européens, associés encore aux communistes réalisent un score réuni de près de 35%! C'est tout simplement énorme. Sarkozy, Président sortant, ne réalise que 26%! Hollande, le futur promis, 28%!

C'est impensable. La catastrophe annoncée se précise. Si Sarkozy, pour tenter de survivre coûte que coûte, insiste sur l'aile droite de son parti, il va faire imploser la Droite. L'aile la plus proche des préoccupations humanistes ne pourra le suivre dans sa dérive extrémiste Si le 50% le plus à droite de ses sympathisant rejoignent alors Le Pen durant ces prochaines années, celle-ci peut espérer en 2017 un FN qui pourra dépasser les 30% au premier tour. La vague FN n'en finit plus de rouler sur les terres républicaines!

Bayrou, aujourd'hui en position de faiblesse, doit tenir au plus vite un discours très clair et tenter de ramener, avec un Nicolas Sarozy main dans la main, les brebis qui s'égarent vers les extrêmes. Ils échoueront peut-être ensemble mais au moins l'honneur républicain et humaniste aura été défendu jusqu'au bout afin de sauver l'idéal républicain français et européen sur un paquebot en vraie perdition. Bayrou-Sarozy à la barre. La dernière chance pour la République d'éviter le raz-de-marée des extrêmes dans cinq ans. C'est un cri, la sirène d'un S.O.S. D'un blogueur suisse et européen qui refuse la défaite devant les extrêmes qui montent partout en Europe.

Parce qu'il est Européen convaincu; parce qu'il est d'abord libéral et ensuite social; parce que sa seule famille politique c'est le centre-droite, François Bayrou doit renoncer au vote anti-sarkozy au côté de François Hollande qui reçoit davantage de soutien par anti-sarozysme  primaire que par adhésion au programme politique utopiste du leader socialiste. L'opportunisme de Mélenchon et de Le Pen les poussent à offrir la victoire à un candidat socialiste affaibli dès le premier jour qu'il accéderait au pouvoir. Ils savent tous les deux très bien pourquoi Sarkozy doit perdre absolument. Alors je l'écris encore une fois. Bayrou-Sarkozy, c'est la double force du centre-droite, la France Forte et Solidaire. François, n'hésitez pas. C'est là que se situe votre juste combat pour une France libre et démocratique, la France libérale et sociale.