06/07/2008

E(u)ro foot 2008 - 13 juin

Vendredi 13 juin: "Prendre un Köbi par la main / pour l'emmener vers demain / pour lui donner confiance en son pas / prendre un Köbi pour un roi. S.B.

 

Vendredi 13 juin: "Dans le rond central, j'envisage une beauté néerlandaise. Elle, elle joue l'arbitre roumaine tout sauf impartial, évidemment. Carton jaune! C'est elle qui m'a mis l'écharpe roumaine UEFA autour du cou, mais c'est moi qui porte le sifflet. Je me marre. "Ehh girly, il est où ton sifflet?" Carton rouge! Expulsion du terrain pour cette nuit… et deux matchs de suspension. Super boulette du slip. A mon retour, je me prendrai pour Streller et je jouerai les tirs à l'arc dans ses buts en sirotant son petit animal sur ma langue afin qu'il grandisse d'aise. Marquerai-je comme le poisson rouge de la fable ou serai-je éliminé de sa compétition en quatre jours pour gâchage inutile de salive? Je ne peux pas supporter à la fois ma première fille quart française, ma deuxième 100% made in Portugal, mes deux derniers enfants suisso-portugais, la serveuse française qui me chambre, la patronne italienne qui a un si beau sourire, la candidate hollandaise qui m'a tapé dans l'œil et ma déesse roumaine qui m'entoure d'anticipation amoureuse. Alors Je soutiens les Pays-Bas, parce qu'ils jouent aussi bien de nuit que de jour, et la Roumanie, surtout parce que c'est elle, Einamour et que je suis un bon souteneur. En finale, je serai tout à elle, rien qu'à elle. Encore faudra-t-il aller en finale. Et la Roumanie, avec ses airs de sainte nitouche qui recule, recule, recule, n'est pas une Portugaise affamée entrain de niquer son plombier polonais dans une baignoire brésilienne. Samba de Janeiro!" J.E.

 

picture034.jpg

 

"Terrain de foot à 11 Hollandais, sa disposition, sa force:

1 entraîneuse: 1 gardien, 7 demi offensifs, 3 attaquants,

et Viagra, le Suisse, arroseur de sa pelouse."

 

picture039.jpg

 

"Les soquettes bleues-nuage portées par Milky

remercient les play-boys oranges pour leur plat Pays.

Hi! Boys. Vous les avez oubliées dans mes vestiaires

sur ma pelouse hollandaise givrée.

Je vous les retourne par mail sur PachaKmac."

Milky Way

 

picture061.jpg

 

"11 carottes très cuites au Moët par l'entraîneuse.

Mais voici venir l'homme du 12ème type. Match à domicile,

fidèle à sa Ville, fidèle à sa Nation, fidèle à Einamour."

 

"Ta carrière d'entraîneuse, Milky, j'aimerais qu'elle continue,

après l'Eurofoot, dans notre famille avec Vénus et Ajax, nos enfants.

Demande à la fédération de Russie de régler tes royalties d'agent double.

On en aura besoin pour nourrir nos petits poissons rouges.

Ton Président du Bolchoï bernois qui a creusé dans sa caisse noire

pour payer ton cachet d'artiste durant ces 4 ans."

E(u)ro foot 2008 - 12 juin

(2ème match de poule)

 

Jeudi 12 juin: "Plutôt finir seul mais anti-foot primaire qu'adopter leur patriotisme débonnaire. Comme disait Homère: Supporters sacs à bière." S.B.

 

Jeudi 12 juin: "Cette nuit, au "Selacçao Club", elle mate une fille. Désir de triangulation après l'intervention divine pour beurre de la veille. Dieu n'est pas avare dans ses miracles d'eau et pourtant toute l'équipe a fini en bière. Voilà ce que c'est de jouer comme des requins lourdos sur un terrain détrempé exprès par Sa Très Grande Majesté  pour la nage libre des poissons rouges. Elle me fait le coup du sombrero, facile, passe ses jambes en les frottant à mes cuisses par un grand pont, reprend la balle au rebond qui ne rebondit plus et marque en pleine lucarne. Les yeux de la fille, fixés en face des miens, s'illuminent d'extase. C'est si intense la foudre dans les prunelles des nanas. Eloges funèbres aux poissons rouges au mental de requin. La biodiversité ne désire pas la création de tels monstres inadaptés à notre monde. Dans son gazon gorgé d'O, il vaut mieux un petit rouge au naturel qui frétille qu'un gros requin artificiel bourré de fric qui pendouille grave dans sa flaque et qui meurt dans ses propres filets nationalistes. Les bilatérales ne risquent plus rien du tout et le libre-échangisme à vingt huit va triompher avec quelques jolies règles de conduite individuelles et collectives. Mais tout ce libertinage ne forme pas encore une vraie équipe "Europe" qui gagnerait ses galons sur les terrains du monde entier. "Mariez-vous!" à ordonner Dieu, de son coin de paradis perdu." J.E.

E(u)ro foot 2008 - 11 juin

Mercredi 11 juin : "Sur nos monts quand le soleil annonce un perdant réveil…" ou "O monts indépendants repérez nos perdants…" S.B.

 

Mercredi 11 juin: "El pipo, la baleine rouge! Soudain la main de Dieu flirte dans sa surface de réparation. Elle me tacle de sa bouche. Yakin pousse le ballon qui surfe sur l'eau. Quine, double quine, carton pour gagner le loto du ciel contre les Turcs. C'est notre Diego de la Tombola, Yakin. Dans la flaque formée des gouttes d'eau, elle prend possession de la balle et y dépose ses lèvres sur le rond. Je dois juste shooter à mi-palais en fermant bien les yeux. Goaaaal! Hakan, le Rorqual rouge, libre dans sa tête, régale toute la Solar Arena. Le stade est en délire. Odeur de saucisses grillées et mayonnaise dans les cheveux. Je vais dégueuler de bonheur, mais à l'envers, parce que le poisson rouge Yakin, malgré la Mer Rouge descendue des nuages pour nous, n'arrive pas à tuer le match comme Lauriane Gill lui disait de faire dans la scène du crime d'il y a une semaine. Deux orgasmes avortés dans un match, c'est beaucoup pour un homme qui n'est plus ni néophyte ni à éjaculation précoce. Ils vont passer à côté de l'Euro, nos Suisses, comme nos Conseillers fédéraux. Le fantôme du requin Tophette Blocher rôde toujours dans les têtes des Helvètes malgré le grand maquereau et metteur en scène extraterrestre, Ci-J, le roi des cimetières vivants et des cadavres givrés dans le placard des lupanars . Coin, coin. Je suis triste à la fête, je reste au fond de ma cuisine, me défoule contre les murs. Je croyais que la Mer rouge avait ouvert ses vannes pour nous offrir la victoire contre les Turcs et nous faire tomber de bonheur comme on tombe en amour, par un merveilleux coup de foudre du destin. La vie est trop rarement comme on la rêve. Dieu ne peut quand même pas tout faire à notre place. J.E

E(u)ro foot 2008 - 10 juin

Mardi 10 juin: "Qu'importe le gazon, pourvu qu'ils aient l'ivresse. Dieux! Quoi de plus con que leur troupeau en liesse?" S.B.

 

Mardi 10 juin: Une balle en cloche sur son gazon de gonzesse libre. Dieux! Je plonge dans sa profondeur, ma tête pleine d'ardeur. Son petit filet de dentelle oublié dans les buts tremble de bonheur. Bientôt, sa cage sera maculé de blancheur. - Ciel, mon amant!- crie-t-elle soudainement en rigolant tout en observant dans la lucarne les supporters anglais massés sur la tribune nord. J'ai la berlue. Est-ce la Gueuse qui me soûle? Que font-ils là, les Britt ta nique? Le doute m'habite. Je fais un nouveau tour dans sa fan zone abandonnée. Elle me propose un sandwich au beckham roumain, trente cinq milles francs la location de son stand au mois. Je suis à la rue. Je me défonce devant, derrière, partout sur le terrain, pour elle, rien que pour elle et notre futur radieux. Je ne sais pas si la spice girl du Mac Do d'en face va nous servir gratuitement ce caprice des dieux. Hélas, sans Viagra, blessé irrémédiablement aux adducteurs, l'Italien naturalisé qui a toujours tenu son axe offensif et qui fait gagner chaque fille qui l'embauche, je crains la faillite de mon bout du monde et de toute notre équipe helvétique. Peut-être que Coca-Cola, dans l'euphorie, va nous sponsoriser quand même. Qui sait? On peut toujours rêver d'orgasmes financiers. Une lente introduction dans sa surface de réparation; elle s'élève au-dessus du melting-pot, le beckham roumain assaisonne déjà son gazon pris d'assaut par les hordes de Hollandais; prises de balle entre les jambes, elle dribble, il tire, bonne défense à la rhinosenderos; j'encaisse mentalement, bitch soccer, elle rudoie le beckham, un peu trop sangsue à son goût, le repousse, lui envoie une savate ignorée par l'arbitre, balance encore une quéquette sur sa joue rose, le fait tomber dans la boue du Wankdorf, le sifflet de l'homme-sandwich est coupé par le choc. Mais qui voit-on pénétrer sur le gazon, maintenant? Incroyable mêlée! Cafouillage dans les seize mètres, somptueuse bicyclette sur le rond de penalty par Adriana la remplaçante tchèque. Inouï! Ses compas voltigent à trois mètres de haut! Et que font donc ces Chinois de l'UEFA!? Ils ne censurent pas ce mouvement fabuleux! Adriana tricote avec Mutu et intimide Bouche Cousue, alias Zubi la Vierge, avant de tirer cul par dessus tête d'un puissant coup de reins. Elle hurle comme une tenniwoman: "Tout est bon chez ces cochons d'infidèles!". Mais non! Caramba. Encore raté. Voici qu'in extremis, revenue du charbon tricolore, Victoria Burkam, l'Afghane intégriste de service, intervient légitimement pour récupérer son beckham qui pue la petite crevette fraîche par la bouche et ce dernier lui bourre subito la pelouse avec beaucoup d'assise sur ses appuis en marquant un but grandiose. Autogoal familial sans bisou! Coup de sifflet strident de Mr Baise Oto, insultes pornos, expulsion du terrain méritée des entraîneuses. Incroyable! Angie Merkerel les accueillent dans les tribunes avec un gros bisou et un bouquet de fleurs pour leurs belles prestations artistiques et explose de joie: "Par ici la monnaie, les filles, j'ai une belle de nuit européenne à construire, moi". Néanmoins, un match de suspension pour les escort girls allemande et croates. Il faut respecter les limites, tout de même! Et pas bouffer de l'arbitre. Ouf! Le mangeur de chaperons rouges Sarkosy ne rôde pas en ce moment sur les gradins. Superbes occasions manquées par le Loupo de la République française. Carla peut roupiller sur ses deux oreilles qu'elle a très fines. Son Italie éliminera la France. Mirage global sous le soleil de joints noyé de coke coupée par l'eau du ciel. L'oranje Outang Seedorf revient à sa glauque réalité d'exclu des terrains. Il est triste à la fête. Les filles veulent chanter pour lui, qu'elles oublient peu à peu, et qui a dans les yeux, quelque chose qui fait mâle, qui fait mâle. Mêlée collective. Ballack tient le shoot hygiénique entre ses pieds. Coup franc tout ce qu'il y a de plus fourré. Goal de Teuton dans sa zone érogène. L'Autruche est out, la tête prise dans son sable viennois. Tandis que Villa construit ses buts en Espagne dans la plus pure tradition de l'architecture ibérique. L'honneur de l'UEFA est sauf, au contraire de celui de la F1. Quand à ma propre Formule 1, Mihaela de l'Ange, écurie DJ Dracula, elle se retrouve fatalement à sautiller de bonheur, telle une pouliche dans mon boxer. Sur la nouvelle paille bâloise, l'étalon "Jésus Super Star" a réussi son retour de joker gagnant. Ouf! Manque à l'appel, l'âne et le bœuf qui arriveront plus tard. "Est-ce que ce genre de grandes partouzes collectives organisées sont bonnes à la santé mentale des citoyens?" ose avancer à l'interview un grand philosophe de la place en recevant les quolibets du public en retour. Le consultant Decastello se pince le nez et se gratte l'oreille. Reste la balle, la balle magique qui fait trembler les filets. L'E(u)ro-foot 2008 a bel et bien démarré. Rien ne l'arrêtera." Tout est remarquable. Je suis un Président heureux" déclarera d'ailleurs, Platoche, le jeune homme a la maladie aux doigts écartés qui ne peut jamais se lever de son lit sans ses sponsors officiels. Il y a beaucoup de beignets aux pommes sur le gâteau financier du sultan. Et les cons de supporters chantent une néerlandaise en chœur: "Tralala, tralala, donnez-lui son string UEFA à cet homme heureux qui aime déjeuner en paix avec notre jus d'orange." J.E.

E(u)ro foot 2008 - 9 juin

Lundi 9 juin: "Un week-end d'Euro, et déjà plein le dos. Plus voir le rouge en peinture, plus voir un supporter en biture. Patience! Encore un match de perdu, et mercredi, on n'en parlera plus."

S.B. (Stéphane Bonvin, "Footoir", in "Le Temps")

 

Lundi 9 juin: "Il est de retour, le styliste! A saute-mouton sur la plage de Ballérone, et déjà ce une-deux magique avec elle et sa passe finale. La sentir se coller à mon cuir giclant au fond de sa cage d'or et vibrer à sa passive luxure. Jouissance! Un but fabuleux. Mercredi, nous réinventerons encore une Histoire d'O. Cela fait quatre ans que dure un des plus improbables duo en ce monde. Sans elle, vous ne m'auriez jamais lu. Sans elle, vous n'auriez jamais rien su. Sans elle, je serais resté bouche cousue, défiguré au fond d'une flaque comme un anonyme qui n'a jamais rien écrit dans sa vie. Des milliers de lettres jetées au feu médiatique comme au temps de l'Indifférence… La balle ne tourne pas toujours rond sur sol suisse. Pendant ce temps, des femmes voilées iront jouer les stars aux Jeux olympiques. Je crois que les religieux ont toujours eu plus d'influence sur les Gouvernements mondiaux que les électrons libres sur les journalistes. Dieu appartient pourtant à tous le monde. Mais la femme, elle, n'appartient pas aux hommes. Un monde meilleur? Hum…Cela ne bouge toujours pas en Chine, malgré les tremblements de terre, les inondations et les protestations. Quand à l'Afrique, même le Sud semble rattrapé par la plaie du clanisme continental. Paroles de bout du monde. Que le meilleur gagne, oui… mais pas en sortant du jeu des millions de personnes dissidentes et éliminées systématiquement par les plus forts ou les plus tricheurs."

J.E. (J.Emgé, "Le Temps perdu", In "A la Recherche…")