26/04/2010

Zahia Dehar: après le Grand Bleu, la grande marée

« Une étoile est tombée dans ma guitare. Si j'étais croyant, je dirais que c'est un don du ciel ». Bernard Lavilliers.

J'avais 17 ans quand cette chanson, La grande marée, est née de la main et de la voix de Bernard Lavilliers. A l'époque, j'achetais tous ses albums. Il était mon chanteur préféré. Il reste un de mes préférés pour ses hautes qualités musicales et poétiques.

Celles et ceux qui n'ont jamais entendu cette chanson ou qui n'ont jamais été sensible à celles-ci, écoutez bien les mots. Ils sont toujours d'actualité. La prison pour cause de délinquance; plus d'amoureux qui fréquentent au coin des rues; Des citoyens qui branchent leurs sexes dans le secteur; des gardiens qui nous surveillent devenant des eunuques dans le harem à la place de princes de l'amour que les filles peuvent choyer et respecter.

Une chanson pour Zahia et pour toute l'équipe des Bleus. Pourquoi des footballeurs adulés dans le monde entier ont-il besoin d'aller aux putes plutôt que de prendre le temps de séduire les jeunes femmes? Parce que plus personne n'a le temps de la séduction, de l'apprentissage amoureux, du désir d'être aimés qui nous met automatiquement face à nos attaches et à nos responsabilités. Consommons du sexe... et oublions tout le reste.

Société puérile et infantile qui pisse son éjacula dans des trous anonymes et qui court d'excitation en excitation sans jamais prendre le temps d'aimer...

Un billet de Philippe Barraud datant de ce jour sur son blog « Commentaires » annonce.

« Il faut dire que la pédophile n’a pas toujours été regardée comme une abomination. Au XXe siècle (même sur la fin !), nombre d’écrivains, de photographes, de chanteurs et d’artistes divers se sont construit une notoriété certaine dans ce registre, avec des oeuvres qui aujourd’hui suscitent le dégoût. Pendant longtemps, l’homme le plus riche d’Allemagne, Friedrich Alfred Krupp, a pu abuser un nombre incalculable de jeunes Italiens à Capri, à l’Hôtel Quisisana, au vu et au su de tout le monde, puisque des photos de ces orgies circulaient. L’hôtel, aujourd’hui, mentionne Krupp parmi les grands personnages qui ont fréquenté ses suites et contribué au développement touristique de l’île, aux côtés de Hemigway, Tom Cruise ou Jean-Paul Sartre… »

Pourquoi les artistes se taisent sur l'histoire de Zahia? Trop banale? Trop évidente? Trop stéréotypée? Mais alors si cette histoire ne nous révolte plus, sommes-nous tous tombés dans cette norme d'une société consommatrice et oublieuse de culture? J'attends les écrivains qui sauront écrire de belles et grandes choses sur cette histoire d'O. J'attends les cinéastes qui sauront poser un regard troublant sur des dérives sexuelles qui n'ont rien à voir avec une histoire d'amour entre une mineure et des garçons plus âgées qu'elle mais tout à voir avec de jeunes corps féminins monnayables à merci entre les mains des puissances financières, milieu dans lequel les jeunes sportifs, sensés représentés un exemple de probité et de chevalerie dans une société harmonieuse et cultivée, sont piégés par les moeurs perverses de leurs managers et mentors ainsi que par leurs propres impuissances à s'opposer au système d'une façon ou d'une autre . Et l'on se plaint de la violence de notre société?

Plus on dénonce l'oeuvre littéraire ou cinématographique (photos de nus adolescents, amours entre un homme d'âge mûr et une nimphette, etc.), son scandale ou son voyeurisme, plus la société s'autorise, dans la clandestinité, à profiter de chairs fraîches, de gamines toujours plus jeunes et presque prépubère. On bannit et on honnit l'artiste qui rentre en relation amoureuse avec une muse nymphette et qui en fait un oeuvre d'art. On admire le sportif, le businessman, l'avocat qui sort avec de très jeunes escort girls, pour autant que le personnage ne soit pas marié... En effet, la société semble faire une très nette différence entre Christiano Ronaldo, le célibataire, et Franck Ribéry, l'homme marié. Morale à géométrie variable... Pour en finir, c'est comme si la société développait dans le même temps la haine d'une relation amoureuse limite et douloureuse entre un quinquagénaire et une nymphette tout en recourant, en toute connaissance de cause, aux plaisirs du vice sur un plan strictement sexuel et financier préférant nettement l'univers sadien de la liberté sans limite à l'univers nabokovien auréolé de l'amour véridique entre une gamine et un adulte. Vaste chantier à décortiquer. Vaste champ de bataille sexuelle dévasté par des décennies de commercialisation du sexe et de la banalisation de la relation sexuelle...

Les filles de joie sont des oies que l'on gave d'oseille. Mais leurs foies deviennent énormes et l'entonnoir que les hommes imposent à leurs bouches ressemble de plus en plus à un urinoir à purin géant. Les bordels ne seront jamais réduit à zéro. Mais de grâce, réinventons l'amour au lieu d'offrir à nos filles le miroir grossissant d'un apprentissage idéal au bordel afin qu'elles réussissent financièrement dans la vie...

Je vous quitte avec la chanson de Bernard Lavilliers, une de mes fréquentations musicales de mes 17 printemps...

 

Zahia Dahar: les seins de Lola

Si vous cherchez sur Google, « les seins de Lola », vous trouvez sur wikipédia, une pièce de théâtre. C'est l'histoire d'une femme de passer 60 berges qui aimerait se siliconer la poitrine. Frustrée à cet âge d'en avoir jamais eu de gros pour faire craquer les hommes. En dehors de cette oeuvre artistique, vous ne trouverez que des pages ramenant à des bites, pardon à des sites pornographiques!

J'ai cherché sur Y Tube des vidéos qui nous permettent d'exploiter notre fibre paradoxale à nous les mecs. J'ai trouvé trois perles. Je les enfile sur le fil d'or des colliers fleuries des Tahitiennes qui ont toujours étés des femmes accueillantes à l'étranger...

Il est temps que le débat s'engage sur un milieu resté trop longtemps clos, dans l'ombre de nos confidentialités, et qui pourtant nous fascine, nous attire, et nous repousse tout à la fois. Un peu comme la marée de la mer...

 

 

 

 

 

Zahia Dehar, l'art, et la pornographie mineure

Depuis quelques jours, cette fille est devenue un fantôme. Son compte Facebook a été clos sur sa demande. Pas de nouveaux clichés à se mettre sous la dent dure de la presse.

Il y a comme une gêne perceptible qui s'est établie dans la société. La barrière du tabou a été franchie. En Suisse, seule pays en Europe qui légalisait encore la prostitution des filles mineures, le débat se durcit pour l'interdire. Ailleurs, en France en particulier, on faisait jusqu'ici comme si la loi n'existait pas. Cette fille s'envolait en l'air avec des hommes d'affaires, passaient les contrôles douaniers comme si de rien n'était.

Le laxisme en matière de prostitution mène des jeunes filles folles de fringues, de produits de marque, de vacances à la mer, à mettre leurs corps en jeu contre monnaie sonnante et trébuchante. La société désapprouve mollement. Les hommes y trouvent même un certain intérêt qui font d'eux des cochons lubriques avant d'être des amoureux de la forme, de la juvénilité, d'un corps qui s'ouvre, s'évanouit et s'épanouit dans la rosée du matin. Lolita, revient nous! Aujourd'hui, tu serais une pute vulgairement mise au premier plan par des médias directement mêlés et intéressée à la pornographie de masse et non une extraordinaire adolescente, héroïne d'un livre et de films, amoureuse d'un écrivain.

L'audience, c'est notre problème. Les médias savent que le cul bien gras et bien visible met les instincts sexuels des hommes au piquet et les rivent sur des sites qui proposent des offres de rencontres avec la pornographie. Nous, les hommes, savons tous que la vue d'une chatte nous excite au-delà de toutes mesures décentes, qu'une bouche et des seins siliconés sont des appels directs et permanents à forniquer. L'orgie est dans la rue!

Il est temps, mademoiselle Zahia Dehar, de devenir le fer de lance d'une nouvelle révolution érotique. Après avoir été exploitée et abusée, bien que beaucoup diront pour leur défense machiste que vous vous êtes créé un jolie compte en banque, devenez l'égérie des artistes, des écrivains, des cinéastes pour clouer le bec aux réseaux des boss de la pornographie. Devenez une anti Paris Hilton, une femme qui dégage son aura artistique et non son aura pornographique. Zahia, à vous de relever le défi que je vous propose. Allez pêcher en vous la sainteté corporelle de toute femme et chassez les démons de la lubricité... Réservez ceux-ci à vos amoureux durant vos moments propices pour cela. Et dans vos activités quotidiennes, dévoilez votre côté mystérieux à travers des attitudes qui feront de vous une artiste, une maîtresse désirable, une muse incontournable et non pas une travailleuse du sexe pour des tournantes avec des éboueurs du diable et des aiguilleurs gras de bouches d'égouts. Les aiguilleurs et les chevaliers du ciel vous attendent. Tanguy et Laverdure ont sans doute plus de charme masculin à vous offrir que les mâles touristiques qui passent d'une à l'autre en ne pensant qu'à l'astiquage et à la satisfaction de leurs queues.

Un clip vidéo formidable de Noir Désir pour vous aider à changer votre vie...

 

Photos-0035.jpg

25/04/2010

Zahia Dehar, rose des sables du Dahar

 

Do, ré, mi, fa, soldes, toutes les filles sont folles. Do, ré, mi, fa, sol, la, si, dos, tous les garçons sont des nigauds.

Le Dahar signifie « dos » en arabe, Zahia a déjà beaucoup fait la bête à deux dos avec ses clients. Et maintenant, elle en a plein le dos de la presse, des blogs, de tous ces gens qui gazouillent sur elle et qui font plein de fric sur son dos.

Il y a une chose que j'aimerais offrir à cette fille encore très gamine: la danse de la rose des sable.

Pour lui dire qu'en plus de sa beauté extérieure, elle peut inspirer les artistes. Car elle semble beaucoup moins « cruche qui va à l'O qu'à la fin elle se casse sans jamais aimer pour de vrai » d'une fille comme Paris Hilton. Alors j'offre les premiers cristaux de la cristallisation d'une future femme qui vaut sans doute mieux qu'exposer sa chair sur du papier glacé en monnayant ses passes sexuelles. A vous Zahia, cette danse orientale et ces trois clichés inédits de vous pour vous porter bonheur et beaucoup d'amour.

 

 

 

Photos-0048_111.jpg


 

 

Photos-0049_11.jpg

 

 

 

Photos-0050_22.jpg

 

 

24/04/2010

Zahia Dehar, la putain radieuse des médias

Parents du monde entier, Banlieusards de Paris et et d'ailleurs, vos filles pratiqueront un métier d'avenir: Putains!

Et dire qu'une justice internationale a été créée pour juger le système japonais des femmes de réconfort utilisées par l'armée dans les années 30! Lire les articles consacrés à ce sujet en cherchant sur Google. Nos footballeurs, nos banquiers, nos businessman, voir nos journalistes, sont nos soldats modernes (lire sur mon blog mes plages personnelles concernant ces demoiselles). Et dire que l'on fait la justice du passé, que l'on recycle le linge sale du passé en linge propre, en se foutant de notre justice actuelle! Certes, ces demoiselles sont bien mieux traitées et payées pour leurs services que leurs ex soeurs asiatiques. Certes, elles jouissent d'une certaine protection sociale. Mais le fond du problème reste le même et la question aussi. Voulons-nous faire de nos filles des putains respectueuses plutôt que des épouses et des amantes respectables? L'humanisme hypocrite de notre temps, c'est cela la vraie hypocrisie.

Je reprends texto le billet de ce jour consacré à ce sujet par Peter Rothenbühler, ancien Rédacteur en Chef du Matin Orange:

« Arrêtez de tirer sur Ribéry! Et ne faites pas comme s'il s'était passé quelque chose d' absolument extraordinaire dans ce bordel des Champs-Elysées où des footballeurs se sont amusées avec des prostituées. Si l'un d'elle n'avait que 17 ans (on n'est pas sérieuse quand on a 17 ans, ndvr), c'est une affaire à régler avec le patron de l'établissement, pas avec les clients. Il est tout à fait dans les habitudes des équipes sportives de faire venir des filles (groupies, call-girls ou autres) à l'hôtel pour fêter une victoire. Et alors? Ça se fait depuis la nuit des temps. Et cela se fera toujours. Mais probablement qu'à l'avenir les millionnaires du foot vont s'assurer d'un service de protection plus efficace ».

Et boum! Passez, Madame, Monsieur, il n'y aura bientôt plus rien à voir! Les hommes qui ont des moyens se paient les filles qui n'ont pas de moyens mais un corps à leur offrir en échange. Point barre. Ma question:

Nous les hommes, voulons-nous plus que des putes dans nos lits et des reines Miss Monde sur les podiums pour camoufler nos vices sous le tapis? Autre question: un certain journalisme fait-il toujours honneur à sa profession ou défend-il désormais les maquereaux et le proxénétisme, les filières criminelles de la prostitution? Car même bien payées, la majorité des filles appartiennent à des réseaux dirigés par des hommes. Je rappelle ici que si la prostitution est légale, le proxénétisme ne l'est pas. Dernière question: payer pour faire l'amour, capter les filles uniquement avec son potentiel financier plutôt qu'avec ses propres capacités amoureuses, est-ce très sain pour les filles comme pour les hommes?

A méditer durant le week-end avec une petite chanson dans la tête et cette page de couverture du Matin Orange...

 

 

Photos-0046_11.jpg