29/10/2018

Sadik

Quand se dessine

une société fade et assassine,

un univers sadocrade,

il reste tes soleils et ta grâce

pour sauver mes goûts

et mes couleurs

de la déchéance.

 

S'enfuir dans la coke,

jouer les esclaves et les maîtres,

se laisser dominer, enchaîner,

fouetter, écraser, étouffer,

injurier, maltraiter

comme un esclave.

Prendre le fouet, attacher,

devenir maître,

soumettre aux humiliations,

aux pénétrations forcées,

aux goûts sadiques

des unes et des autres.

 

Non!

Il y a autre chose ailleurs.

S'enfuir pour le meilleur

sur la route,

avec toi et tes splendeurs,

dans les grands espaces verts

et s'envoyer en l'air

sous les étoiles.

Tant pis pour tout le pire

et pour les prisonniers

qui sont restés enchaînés

aux moeurs sadiques.

 

Quitter ce monde carcéral,

les chaînes n'ont pas été créées

pour toi et moi!

Les chaînes et les supplices

ne sont pas de nos vices.

C'est la liberté et la joie,

les plaisirs simples,

la nature,

et notre amour

qui définissent le mieux

notre vie et nos sentiments.

 

De l'eau fraîche et du pain,

vite!

 

Avant qu'il ne soit trop tard.

Et que je meurs

en maître ou en esclave

dans un lieu de perdition.

 

28/10/2018

Le Point reprend les Catilinaires pour Halloween et c'est mortel

Cadeau empoisonné de sorcière pour Jean-Luc Mélenchon.

Le Point remonte à Cicéron pour faire de Mélenchon le fantôme moderne de Catilina...

Et la ressemblance est frappante. Par contre, on n'écrira pas que Macron est à la hauteur de Cicéron... 

La Rome Antique nous invite à se déguiser en consul et sénateur/sénatrice, en empereur et impératrice, en monstrueux artistes (genre Néron aux deux visages) ou en humanistes romantiques LGTB (genre Hadrien et Antinoüs).

Pour ma pomme, ce sera Hadrien et sa tristesse définitive après la disparition de son amant Antinoüs. J'aime pas les hommes au lit mais j'aime l'idée de l'amour romantique désespéré.

Et en arrière fond, la petite musique virale d'un automne à Tanger,  pour plaire à Jean-Luc Mélenchon qui m'en voudra à mort pour Catilina et Dracula...Le vampire à l'oreille, ça se passe aussi sur les blogs muets...

A 3 minutes 05 secondes, une voix d'outre-tombe intervient dans la chanson de Thiefaine... C'est presque un Halloween parfait...

https://www.lepoint.fr/culture/la-minute-antique-32-melen...

 

27/10/2018

Quand il sera l'heure

 

On joue,

on fait la fête.

On joue,

ça n'a ni queue ni tête

et tes yeux sont de la braise

et tout ça finit en baise.

 

On joue,

on danse.

On joue,

ça n'a plus d'importance.

Avant d'être vieux et con,

vieux gibier de potence

et bon pour l'obsolescence,

on va partir à la chasse

et jouer à qui perd sa place

n'aura plus sa chance.

Mais qui gagnera sa place

oubliera son adolescence.

 

J'ai cette classe étrange

des vieux dingos

qui ont fait fiasco

en évitant la mégalo.

J'ai pas la casco complète

pour éviter que je me la pète

mais j'ai une loco

qui fume et fulmine.

Je sors avec des filles

qui sont nées en même temps

que mes adorables filles.

Je joue le vieux beau

qui n'a de beau

que son trop vieux coeur

de pirate sans port.

Je balance mes porcs

dans la gadoue

en cherchant la mort

à travers mes histoires d'amour.

Je joue à qui perd gagne

pour laisser une trace,

une bavure dans mon histoire.

Et si la grande Histoire

retient ma dernière affaire d'amour

ce sera plus une réussite

qu'un terrible aveu

d'un énième échec sentimental.

Et si les artistes font du fric

avec mes plumes automnales

et mes lettres abyssales

qui voltigent sur le fil d'un blog

 en dansant

la fièvre au corps

pour voler au temps

un peu de jeunesse,

un peu de révolte,

un peu d'insoumission,

un peu de vérité,

un peu d'amour,

un peu d'amitié,

un peu de tout

pour faire un homme,

alors le temps perdu

aura été de l'argent

bien placé et bien utilisé

par des femmes et des hommes

qui auront compris

où je voulais en venir,

dans quel pays

j'aurais voulu vivre

avant de mourir tranquille;

un pays où je rêvais d'idéal révolutionnaire,

d'histoires romantiques extraordinaires,

et de jeux d'amours fantastiques.

 

Mea Culpa

ma France insoumise

à moi.

Je t'ai perdue

à force d'insoumission

et de refus des conventions.

 

Mea Culpa


Je n'ai jamais fait ça avant!
Je ne veux plus jamais le refaire

pour une femme ou un homme.


Mauvais virage sous cette République poussiéreuse.
Je l'ai trop fait, donc je ne peux pas faire semblant.
J'ai appris un peu trop tard.
Bon Dieu, je devais être aveugle!

Parce qu'elle m'a bien eu sur tout, tout, tout.
Comme ma belle jeunesse

je suis un joueur,
Je n'ai jamais eu peur de lancer les dés

et pour que le meilleur gagne

durant la partie.


Mais quand nous avons toutes et tous parié

sur notre France insoumise
la petite demoiselle aux yeux de serpent

a aussitôt ruiné nos rêves.


Elle ferait mieux de dormir avec un œil ouvert
Et ferait mieux de verrouiller ses portes

pour empêcher qu'une Insoumise les défonce

sous les caméras de l'Insoumission.


Parce qu'une fois

que nous aurons mis la main sur Lui...


L'Insoumis! Il s'est enfui avec tous nos espoirs

de faire la Révolution populaire.

 
Et il le fait pour le plaisir de se saborder

et de nous scalper toutes et tous

autant que nous sommes

sur son char romain de Vulcain,

sous cette République de Macron,

et en compagnie

de sa petite indienne Chirikou

qui communique, nique, nique,

en nous brisant la nuque

sous les caméras

et nous mettant la corde au cou

des perdants et des persécutés...


L'Insoumis. Il est probablement là-bas

pensant encore que c'est marrant
de réduire à néant l'anarchie insoumise;
le racontant avec force

et persuasion à tout le monde


pendant que je creuse déjà un fossé
pour cette salope avide de pouvoir.


Attention! il sera très rapide dans sa chute.


Je cherche une jolie petite chose

qu'on appelle Insoumise

mais je ne la trouve pas.


Si vous la voyez, dites lui que j'arrive

pour la Révolution d'Octobre.


Elle ferait alors mieux de courir avec moi

la prochaine fois.

 

25/10/2018

Quand la vérité ferme les yeux par pudeur

Avoir le courage de se battre

et rebattre les cartes

pour abattre

un système corrompu.

 

Mais que dire?

Mais que faire?

Mais que dire

si ce n'est mentir

à soi-même.

Parce que l'ambition ronge.

Parce que le désir de soi monte

à son apogée

et que je veux exister

sur la scène publique.

 

Quand est-ce

que je dis la vérité

et mens pourtant par omission?

Quand est-ce que je démissionne

de ma mission démocratique

pour assouvir mon ambition personnelle?

 

Quand est-ce

que monter sur le char des vainqueurs

est perçu par les perdants

comme une victoire révolutionnaire

sur les puissants?

 

Quand est-ce que Rome

s'est noyée

et que la Civilisation a disparue?

 

Sophia,

qu'elle est la seconde médiatique

qui dit la vérité de votre être?

Sophia et Jean-Luc,

rappelez-vous

que la Révolution cache ses cadavres

derrière des portes closes

et que personne n'est jamais parfait

en quoi que ce soit.

Nous avons nos travers,

nos petites imperfections,

nos manques,

nos affections,

nos amours.

Et que nos amours

précipitent parfois les êtres humains

du Capitole à la Roche tarpéienne.

 

Vulcain souffle sur les braises.

Vulcain est en fureur.

Vulcain veut brûler Jupiter.

Mais quand Vulcain

joue du marteau et de l'enclume

pour arriver au pouvoir,

aiguise-t-il une épée de Damoclès

pour lui-même?

Et si le crin de cheval cédait?

Et si Robespierre perdait le combat

et finissait sur l'échafaud du peuple?

 

20181025_082234.JPG