29/06/2022

Marcel Proust et son incruste de Suisse

Le Figaro, grâce aux Lettres à Horace Finaly, retrouvées et publiées chez Gallimard, vient de publier un article intéressant, sur papier et en audio, concernant un mystérieux personnage suisse du nom de Rochat ayant habité, et profité de la générosité de Marcel Proust, chez l'écrivain durant trois ans avant de partir quasi de force pour le Brésil grâce à l'aide de son ami banquier Horace Finaly.

Cet étrange personnage que Proust ne pouvait pas renvoyer dans son pays pour des raisons qu'on ignore, est-ce la pitié ou l'affection que lui portait l'écrivain, profitait de l'argent de son hôte pour sortir avec des "poules" parisiennes et se faire tailler de très beaux costards. Un homme vénéneux qui n'a pas laissé de traces mais qui a emporté dans son voyage au Brésil des livres de Proust dédicacés par l'écrivain. Il est mort très peu de temps après son arrivée au Brésil. Mais personne, à ce jour, n'a pu mettre une identité et un lieu de naissance à ce Suisse probablement originaire de la Vallée de Joux.

Lire ici: https://www.lefigaro.fr/livres/un-recueil-epistolaire-ine...

Je profite de ce billet pour vous laisser quelques photos de lettres envoyées par l'écrivain à Laure Hayman sur lesquelles j'ai déposé son buste sans tête. Je crois que l'assemblage est beau et que ces deux artistes auraient aimé, sculpture et écriture confondues, se voir ainsi réunis après le temps retrouvé.

 

 

20220629_174220.jpg

 

20220629_173911.jpg

 

20220629_173813.jpg

 

28/06/2022

L'Ukraine menacée de destruction totale

Kyev ne capitulera pas. Poutine ne s'arrêtera pas et ne perdra pas la guerre sauf à se risquer dans la folie d'attaquer les forces de l'Otan. Dans ce cas, nous serons de toute façon tous perdants et condamnés.

La question, lancinante, demeure. L'Ukraine va-t-elle disparaître sous la bombarde de Poutine? Le pays ne reverra-t-il plus jamais la paix et la prospérité? Ne pas se confronter aux forces armées de Poutine, c'est, pour l'Occident, un aveu d'échec de ses forces militaires prises sous la menace d'une riposte nucléaire du dictateur. Les Ukrainiens ne se débarrasseront pas seuls de la tenaille de l'ours de Moscou. Ils vont continuer de subir mille et un maux et nous ne ferons rien à part des sanctions, encore des sanctions, rien que des sanctions contre Moscou et les oligarques qui mettent à mal l'approvisionnement en matières premières des pays les plus à risque de famines monstrueuses durant les mois et années à venir.

L'Occident refuse la victoire impensable de Poutine. L'Ukraine sera dépecée et mise en miettes par Moscou. Vladimir Poutine ne lâchera jamais tant qu'il est au pouvoir.

Au final, il faut que Vladimir Poutine soit destitué par son propre peuple ou par un attentat, voir coup d'Etat militaire, contre sa personne. Sinon rien ne bougera jamais et l'Ukraine restera une terre de plus en plus martyre pour des années et des années.

Le scénario de cette guerre d'usure est effroyable. Qui peut modifier les épisodes à venir pour sauver l'Ukraine d'une destruction totale?

 

 

L'art disbruptif de Margrit Wirth (6)

V Rien d'autre que l'amour

Aimer les femmes, aimer les hommes. Aimer. Un verbe si pauvre dans la langue française. un verbe qui dit tout mais ne dit rien en même temps. "J'aime ce plat" "J'aime ce film" "J'aime mon chien" "J'aime ce tableau" "J'aime ce paysage" "J'aime cette sportive" "J'aime cet artiste" "j'aime mon enfant" "J'aime ma compagne" "J'aime ma maîtresse" "J'aime ma mère". On dit des dizaines de milliers de fois "J'aime" ou "je n'aime pas" dans notre existence d'être humain.

Mais ça veut dire quoi "aimer" de toutes ses forces malgré les misères et les malheurs que nous subissons, les défaites humiliantes, les échecs cuisants, les traumatismes, les refus, les rejets, les exclusions sociales et matérielles, la solitude persistante, l'incompréhension et la fuite des autres devant votre être?

"Aimer". Dans ces tableaux somptueux, Margrit Wirth nous parle sans cesse d'amour malgré les séparations et les drames intimes qu'elle a certainement vécu.

Il faut juste regarder et s'imprégner de cet art naïf si émouvant de la rencontre et de la beauté amoureuse qui jaillit sur la toile et qui finit par se dessécher malgré toutes les fleurs de l'amour que Margrit Wirth lance désespérément en gerbes en direction de son entourage pour sublimer sa révolte contre cette société de consommation qui ne voit rien, ces gens qui ne voient rien, qui ne respectent rien, bouffent et s'éclatent sans jamais s'arrêter sur l'essentiel de l'existence, ont des jugements hâtifs, abruptes et définitifs sur les marginaux, les gens qui semblent ne pas faire face au conditionnement de nos existences, cette "normalité" exigée pour être accepté-e dans le jeu carnavalesque de la société .

A la fin, l'amour triomphe dans le regard de Margrit Wirth. Mais à quel prix? A quel sacrifice personnel? A quelle solitude elle se confronte pour aller chercher au fond d'elle ses élans de romantisme désespérés?

20220527_081925.jpg

 

20220516_0940411111.jpg

Etais-je mi-ange, mi-diable,

mi-fidèle, mi-infidèle,

à notre union?

 

J'étais pourtant entièrement à toi

de toutes les façons.

 

20220527_075046.jpg

Sans titre

 

20220527_06545333.jpg

 

Te souvenais-tu

de nos corps enlacés

quand tu aimais ailleurs?

Je ne t'ai jamais oubliée

même quand tu partais

t'abandonner vers d'autres bras

qui demandaient ton corps.

 

20220527_0654533.jpg

Sans titre, non signé

 

20220527_071111111.jpg

Mes grandes colères

étaient alors des bouquets de fleurs

que je lançais à ton visage

pour que tu te rappelles

combien je t'aimais.

 

20220527_07111111.jpg

 

20220527_0711111.jpg

Sans titre

 

20220527_07162111.jpg

L'amour.

Ce feu indomptable.

Cette folie inépuisable.

 

Je m'épuisais à force d'écorcher

notre amour à cause de tes infidélités.

 

Je t'aimais pourtant libre et follement amoureuse

égarée dans tes rêveries sauvages d'Alexandrie.

20220527_0716211.jpg

Sans titre

 

20220527_072600000.jpg

Minuit moins une.

Cendrillon n'était-elle qu'une souillon

vue par la lorgnette rikiki

de la société de consommation?

Qu'une Marie couche-toi là

sans valeur autre que d'offrir de vilains plaisirs

aux amateurs de chair fraîche?

 

L'amour n'est jamais ce que l'on croit

mais unique à notre regard.

Il est dans ce regard porté vers l'autre

plus qu'une illusion fugitive.

L'art d'aimer est une musique sublime.

Il faut y croire malgré les trahisons supposées

et vivre heureux-se auprès de son arbre.

20220527_0726000.jpg

Sans titre

 

26/06/2022

La grande régression des sociétés humaines

La femme est l'avenir de l'homme...

C'était hier quand les poètes avaient encore de l'influence sur la société. C'était avant la grande consommation planétaire et globale, avant la captation des richesses par la Finance et les prédateurs voraces, avant la déprédation finale de notre biosphère, avant Poutine, avant Trump, avant toute la saleté actuelle qui régit notre monde.

Aux rigoristes et terroristes de l'islam rétorquent aujourd'hui les rigoristes et terroristes du christianisme qui veulent imposer leur modèle absolu d'autorité masculine, leur violence machiste, leurs guerres claniques, leurs saloperies en tous genres pour prendre et garder le pouvoir.

Rien ne va plus. Les violences sexuelles, les contraintes, les viols, ont envahi tous les champs de la société. Les drames familiaux sont nombreux malgré les appels à la dénonciation des violences. Les journaux font leurs choux gras de tous ces faits divers absolument scandaleux et horribles. Les mouvements de protestation n'arrivent pas à endiguer toute cette violence, cette terreur, ces armes à feu qui déversent leur mitraille sur des enfants innocents, des femmes, des hommes qui ont juste commis l'erreur d'être là au mauvais endroit et au mauvais moment.

La justice est un grand cirque permanent. Quelques criminels sont enfermés pour quelques années puis revivent au grand jour en recommençant leur schéma monstrueux. Les séries et les films glorifient les actes de terreur et font des criminels des héros voir des victimes du système. Certes. Le système est lui-même catalyseur des violences à travers la propagande matérialiste qu'il véhicule. Si tu n'as pas de pognon, tu n'es rien dans notre monde. Si tu ne marches pas sur les autres, ce sont les autres qui marcheront sur toi. Chacun pour soi. Et gare à celles et ceux qui renoncent à cette loi quasi divine de notre société. Ils et elles sont condamné-e-s à se laisser écrasé par le système qui n'a aucun état d'âme mais que des administrations brutales, sans humanité, promptes à rappeler aux endetté-e-s leur devoir de rembourser leur dette jusqu'au dernier centime plus les intérêts et les frais mirobolants qui vont avec. Le système engendre la violence et cette violence entraîne d'autres violences et la mise en place d'un système encore plus répressif, plus radical, plus dogmatique, plus injuste et inégalitaire.

Pendant ce temps, les vieilles idéologies religieuses renaissent avec leur puissance de feu. Des juges interdisent l'avortement mais autorisent plus que jamais le droit à la possession citoyennes d'armes à feu. Des juges veulent interdire le droit à la contraception ainsi que les relations sexuelles libres hors mariage mais donnent le pouvoir aux armées de partir en guerre au nom de la défense de la patrie. Notre époque est de nouveau à la guerre. Tout est prétexte à démolir son voisin, sa voisine qui ne pense pas et ne vit pas comme soi. On ne veut plus comprendre les étrangers, celles et ceux qui ont des soucis et des problèmes qu'on ne cherche pas à vouloir comprendre. On veut juger, punir, salir, expulser celle et celui qui ne vit pas selon les dogmes d'une majorité qui veut imposer ses lois aux minorités et qui doivent se faire discrètes, se taire, ou tout simplement disparaître.

Les poètes n'ont plus rien à dire. Leur pensée est foulée au pied par des masses arrogantes et incultes qui s'arrogent et monopolisent le droit de parole. La guerre semble acceptable et même désirable pour beaucoup. La loi du plus fort doit régner. Il n'y a plus de place pour les sensibles, celles et ceux qui s'alarment de l'état de nos sociétés. La femme n'est plus l'avenir de l'homme. C'est Robocop qui s'impose partout et gare à nos fesses.

Ce monde n'est plus le miens. Il s'enfonce dans la décadence et la violence.

 

La beauté figurative de nos arbres

Une longue promenade au départ de Champ-du-Moulin en passant par le Signal du Lessy et la Fruitière de Bevaix m'ont permis de capter quelques images spectaculaires de nos arbres qui sont des artistes à leurs heures...

Je vous les présente en musique champêtre. Une chanson de mon canton d'origine que je chantais souvent en compagnie de mes grands-parents paternels.

 

 

20220625_115057.jpg

L'emprunte

résine sur bois, 25 juin 2022

 

20220625_104800.jpg

La Séduction (1)

juin 2022

 

20220625_105256.jpg

La Séduction (2)

 

20220625_105214.jpg

La Séduction (3)

 

20220625_105552.jpg

L'Empire de la Forêt

 

20220625_105725.jpg

Le Jugement Dernier

L'homme nu en procès face à Sylvanus

 

20220625_110015.jpg

Guernica (1)

ou l'Arbre Picasso aux 5 créatures plus quelques autres suivant votre imagination

20220625_11001555555.jpg

Morpheus

 

20220625_1100155555.jpg

Le Vieil Indien

 

20220625_110015555.jpg

Le Bouc

 

20220625_11001555.jpg

Le Mérou

 

20220625_1100155.jpg

Le Gaulois casqué

 

20220625_105906.jpg

Guernica 2

 

20220625_112432.jpg

L'Ami chevelu

 

20220625_113005.jpg

La Tête de Pégase

 

20220625_113055.jpg

Le sein de Cléopâtre

 

20220625_113612(1).jpg

La Repousse des racines sur la tête à Matthieu

20220625_113522.jpg

 

20220625_113956.jpg

Dmitri Mouratov

L'Homme a la langue bien pendue

20220625_114056.jpg

L'Oeil du tsar qui ne dort jamais dans la tête des Russes

 

20220625_114759.jpg

Les Piques-territoires

 

20220625_114414.jpg

Le Grand Marabout d'Afrique

20220625_114651.jpg

 

20220625_114558.jpg

Signature anonyme

 

20220625_115159.jpg

La Colère des dieux

 

20220625_121232.jpg

Le Roi qui dort

 

20220625_124107.jpg

La Chouette Party

 

20220625_121731.jpg

DJ Nature

 

20220625_123246.jpg

La Fée verte, blanche, bleue, violette,

la Journée des fiertés de la Forêt

20220625_123501.jpg