28/01/2021

Et si l'on ouvrait la fenêtre du côté de Bellinzone?

Prendre le contre-pied de la vaccination, qui obsède le monde entier et accapare tous les moyens tant sanitaires que logistiques et financiers, est possible depuis quelques jours.

C'est un petit laboratoire sans grande fortune qui est en train, si la promesse se confirme, de terrasser le grand méchant Covid. Pour l'instant, le procédé de guérison et de prévention, qui agit ainsi comme double armes fatales de guerre, semble à la fois s'attaquer à tous les variants du coronavirus et en plus pourrait empêcher les mutations du SARS-cov2 ce qui le condamnerait à terme puisqu'il ne trouverait plus les issues de fuite pour sa survie. Les variants étant neutralisés, la maladie serait éradiquée dans les mois à venir...

Il est temps d'y prêter très grande attention avant qu'un Hiroshima quotidien décime la planète entière. 18.000 morts aux dernières nouvelles de la guerre. Hiroshima c'était 50.000 morts dans la même journée puis quelques dizaines de milliers dans les jours suivants.

La Suisse, mon libérateur, mon héros...

Et si c'était vrai et qu'enfin nous sortions toutes et tous ensemble de la sinistrose mondiale? Un pour tous, tous pour un...

https://www.lematin.ch/story/le-tessin-decouvre-une-doubl...

27/01/2021

Une boussole et un phare

Charlie Dalin va sans doute gagner le Vendée Globe...mais il ne fêtera peut-être pas sa victoire. Un peu comme Charlie Chaplin, il sera heureux d'avoir cédé la victoire à un autre si le vainqueur de la plus fantastique course autour du monde en solitaire sera finalement un homme qui aura précédemment sauvé un autre marin de la noyade en oubliant, dans l'affaire et pour quelques instants décisifs, la course et son trophée prestigieux.

Le monde de la Voile est un monde solidaire bien qu'individuel et solitaire quand il s'agit de lutter seul face aux éléments déchaînés, mer et  ciel confondus comme horizon, étoiles et sextant comme guide sous la voûte céleste. Bien qu'aujourd'hui GPS et prévisions météo aient enlevé une grande part d'imprévus, de charme romantique, et de folie à cette aventure hors du commun. On ne se lance pas sur le Vendée Globe comme les marins de l'Antiquité ou de la Renaissance en ne connaissant ni la route ni les terribles tempêtes à venir ni même les terres nouvelles à découvrir.

Pourtant, en ces temps qui nous accablent, cela fait du bien de s'imaginer sur la mer, libre de toute contrainte et de frontière, libre sans le masque et ce gel hydroalcoolique, libre sans cette folie qui s'empare des femmes et des hommes décidant que toutes et tous nous devrons nous conformer aux exigences de l'économie en nous faisant vacciner, sans réfléchir, comme des bestiaux face au vétérinaire. Pas une once de révolte dans les médias. Pas un seul questionnement autour de ce sujet où alors très discrètement presque en survolant, en rase motte, dans les débats . Aucune fâcherie avec ceux qui nous gouvernent si ce n'est des fâcheries quand aux fermetures de commerces et aux restrictions de nos libertés. Vacciner parmi semble être devenu la norme acceptable, mieux la norme désirable et indépassable. Celui ou celle qui ne s'y conformera pas sera un mauvais élève, un mauvais élève qu'il faudra punir et contraindre par des directives autoritaires privatives de liberté. On n'échappera plus à la piqûre si on veut rester des citoyens et des citoyennes libres de nos mouvements.

Notre monde a perdu le sens de la mesure. Et on se livre aux pharmas sans broncher et sans lever le petit doigt. Ils disent que ce vaccin est sûr. Alors, allons-y de gaité de coeur. Le vaccin anti-covid sauvera l'Humanité en même temps qu'il donnera un pouvoir financier incommensurable à quelques firmes pharmaceutiques, leurs dirigeants, et leurs actionnaires. Pendant ce temps, on ne taxe toujours pas les grandes richesses qui s'en donnent à coeur joie grâce aux aides mirobolantes des Etats mais on veut vacciner à tout prix les personnes atteintes par le couperet de la vieillesse et de la maladie en leur faisant miroiter un futur apaisant et sans risque d'attraper le covid alors qu'elles sont à quelques mois, quelques années, de leur fin de parcours et sujettes à d'autres maladies.

Parce que oui, le vaccin "pour les Anciens" ne nous redonnera ni notre vigueur ni notre jeunesse. Tout juste il nous protègera de nos angoisses quotidiennes de mourir prématurément. Quant à embrasser nos enfants et petits enfants, que nenni, ils disent qu'il faudra encore porter le masque et garder nos distances. Quelle mascarade! Faudrait quand même savoir si oui ou non ce fichu vaccin est une arme efficace et imparable contre le covid ou si ce n'est qu'un produit phare de la technologie qu'on nous injecte avec les risques de développer plus tard des maladies inconnues, ce genre d'effets indésirables auxquelles la science ne s'attendait pas! Les OGM c'étaient alors tout beau tout neuf et j'étais, à leurs débuts, un chaud partisan... La science peut aussi rendre aveugle comme l'amour...

Vous avez compris. Je prêche dans le désert et je sais que bien d'entre vous poseraient un clic "détestable" pour commenter mes propos. Je ne crains aucunement d'énerver mon public...s'il en reste un. Je ne crains surtout pas de secouer le monde médiatiques et ses journalistes gentils comme des moutons ou des toutous avec les vaccinateurs à tout prix. C'est tellement bizarre. Si, hier encore, un médecin avait dit à ses patients qu'il devait passer par le vaccin obligatoire pour se soigner d'un virus qui les enrhume à peine, voir qui leur donne des maux de tête ou une petite fièvre, il aurait été traité d'assassin et bon pour l'asile. Mais les temps ont changé. Une année de peste et plus de deux millions de morts dans le monde, une économie mondiale saccagée, des centaines de millions de gens ayant soit perdu leurs emplois soit perdu une partie de leur salaire, et des contraintes monstrueuses mises en place par des Etats affolés, font qu'aujourd'hui 100% des adultes se voient assigner à s'inoculer un produit tout nouveau et inconnu à peine il y a quelques mois.

Et si le vaccin allait être pire que la maladie elle-même? Et si on s'était trompé sur le chemin à suivre pour lutter contre le covid?  Et si, surtout, on fichait la paix à celles et ceux qui refusent d'être piqués parce qu'ils et elles ont choisi librement de s'exposer au virus plutôt que de se voir injecter un produit dont elles craignent les effets secondaires à long terme? Le choix du traitement ou du non traitement doit être laissé aux individus sauf en cas de risques mortelles majeurs pour l'Humanité. Personne n'a le droit de nous imposer un vaccin qui ne tue que 1% des personnes atteintes par le virus, qui plus est des personnes souvent en fin de vie ou alors atteintes de maladies chroniques. Pour elles, le vaccin peut-être leur issue de secours car les bénéfices peuvent se révéler largement plus grands que les risques. Pour toutes les autres, c'est le doute qui doit prévaloir. Est-ce que je crains tellement cette maladie que je me fais vacciner pour plus de sécurité supposée ou est-ce que je veux préserver mon corps de toute intrusion pharmaceutique au risque de le voir peut-être touché par la maladie et d'en souffrir durement?

Sur la mer, un marin doit sans cesse faire une pesée d'intérêts en tenant compte des données qu'il a en sa possession et des risques qu'il est prêt à courir pour se donner les moyens d'avancer le plus vite possible sur les eaux. Personne ne peut l'empêcher de faire le mauvais choix qui peut s'avérer fatal. Il est libre de son propre destin et il tient son cap contre vents et marées.

Le vaccin rendu obligatoire directement par la loi, ou alors indirectement par des entraves à la circulation mises en place par les autorités, voir des privés, nous infantilise et nous rend dépendants de la médecine alors même que nous sommes en bonne santé. C'est une honte et un scandale. Et aucun journaliste ni invité sur les plateaux télé pour donner cette vision des faits.

J'aimerais être encore ce marin aguerri sur la mer que rien ni personne n'empêche de choisir sa route, fut-elle tragique, héroïque, et funeste.

Si les héros de la mer reviennent de leur tour du monde, sains et sauf, et en vainqueur, c'est qu'ils auront su mesurer tous les risques de leur folle aventure. J'aimerais que nos dirigeants fassent de même et qu'ils réfléchissent aux conséquences de leurs lois liberticides qu'ils nous imposent petit à petit sans que les citoyennes et citoyens réagissent avec leur libre arbitre et leur clairvoyance.

 

   

21/01/2021

Corneille Theunissen et le travail des enfants

Les médailles et les monnaies permettent de refaire connaissance avec certains pans de l'Histoire oubliés ou méconnus de nos jours.

A la fin du XIXème siècle, un sculpteur-graveur va marquer de son emprunte la condition ouvrière, en particulier celle des mineurs et des paysans, ainsi que le monde militaire et la tragédie de la première guerre mondiale.

Faut-il voir chez Theunissen les traces de l'artiste engagé défendant dans ses oeuvres les couches sociales défavorisées par la vie?

En tout cas, la légende accorde à Corneille Theunissen la montée sur Paris au bras de Louise Michel, la célèbre institutrice anarchiste de la Commune. http://www.wikiphidias.fr/index.php?option=com_content&am...

Son oeuvre monumentale d'une famille de mineurs qui se trouve au Centre historique minier de Lewarde marque la souffrance endurée et accumulée par elle. https://commons.m.wikimedia.org/wiki/File:Corneille_Theun...

En 1916, il se rend à l’hôpital mobile sous tentes de Wimereux installé pour soigner les blessés de la bataille de la Somme, où il retranscrit par ses portraits et dessins la souffrance des malades et l'application du personnel hospitalier (source Wikipédia). https://fr.wikipedia.org/wiki/Corneille_Theunissen . Là, il dresse le portrait de deux infirmières au chevet des soldats:

20210119_064152.jpg

C'est grâce à une splendide médaille que ce billet existe. Sans elle, Theunissen me serait sans doute resté à jamais étranger à mes connaissances artistiques et sociales.

Sur l'avers de cette médaille, Theunissen dresse le portrait d'Emile Deshayes de Marcère, Ministre et dernier sénateur inamovible de la IIIème République. Mais si le Ministre a l'honneur de cette médaille ce n'est pas pour avoir été ministre mais parce que la Compagnie des Mines de Béthune le remercie pour ses 20 ans à la présidence et direction de la Compagnie spécialisée dans l'extraction de houille. https://fr.wikipedia.org/wiki/Compagnie_des_mines_de_B%C3...

Au revers de celle-ci, le décor semble à première vue assez étonnant. Au premier plan, des enfants, se tenant par la main, dansent autour d'un chêne. Un des enfants tient une branche d'olivier. Un autre, ce qui semble être une branche de belladone. https://www.ebay.fr/itm/Plantes-Belladone-Datura-Lithogra...

Il faut savoir que la belladone est utilisée à l'époque pour calmer les souffrances et qu'à la Renaissance elle était utilisée sous forme de crème pour augmenter la beauté des yeux des femmes. Reconnu comme poison, la belladone est aujourd'hui presque totalement abandonnée dans les traitements médicaux à cause des risques trop élevés.

Sur le chêne, une inscription gravée qui compare les volumes d'extraction de houille entre l'année 1888 et l'année 1908. Le volume a plus que doublé et la Compagnie de Béthune est alors au sommet de sa gloire nationale.

A l'arrière plan, une maison qui est sans doute l'ancien orphelinat par la suite transformé en bureaux de direction parce que l'orphelinat ne semble pas avoir été rentable pour la Compagnie qui préfèrera finalement aux coûts de l'orphelinat les familles de mineurs acceptant l'accueil des enfants abandonnés contre travail à la mine.

Dans une sorte d'allégorie, Theunissen oppose sur cette médaille, en unique exemplaire connu pour une frappe en argent, la souffrance consentie par les enfants durant l'extraction de millions de tonnes de houille à une danse joyeuse et endiablée autour d'un chêne représentant la République française et son développement économique fulgurant grâce au dur labeur des mineurs.

Désormais, cette magnifique médaille qui a valeur artistique, historique, et muséale, dont un exemplaire existe en bronze au Musée d'Orsay, semble venir nous confirmer une fois de plus que défendre le patrimoine artistique contre le fléau de l'oubli et de la disparition c'est aussi défendre nos démocraties contre les fléaux de la guerre et de la dictature d'où qu'elles surgissent.

Ci-dessous, les photos de ce très bel et unique objet numismatique connu à ce jour.

 

20210120_120223.jpg

 

20210120_113433.jpg

 

20210120_113504.jpg

 

20/01/2021

L'Amérique, les uns avec les autres

 

J'aimerais danser aujourd'hui

mais mon coeur ne danse plus.

J'aimerais chanter aujourd'hui

mais mon âme ne chante plus.

J'aimerais aimer le monde

mais le monde aujourd'hui

je le regarde comme une plaie immonde

et je ne l'aime plus

comme quand j'étais enfant.

 

J'ai comme une douleur

qui me revient de Tennessee,

une douleur qui grandit et ne guérit pas

au sein de cette société qui a rétréci

ses rêves jusqu'à la haine définitive,

le rejet, l'élimination, l'ignorance

de l'autre, mon voisin, mon frère,

ma voisine, ma soeur.

 

Je voudrais croire à tes mots, Joe.

Je voudrais croire à ta promesse, Kamala.

Je voudrais imaginer

que tout est encore possible

et que l'Amérique montre enfin

la beauté qu'elle a conçu en son ventre

plutôt qu'elle étale sa laideur pornographique

aux yeux du monde,

cette consommation abjecte, folle, et cannibale

réduisant l'humain

à cet objet d'utilité économique

voir cet objet inutile à éliminer

en créant des ghettos,

des zones de non-droits,

du racisme communautaire et institutionnel.

 

J'aimerais rêvé en couleurs

comme Martin Luther King

et le sénateur Bob Kennedy.

J'aimerais revoir ce rêve américain

qui me faisait rêvé dans mon enfance.

J'aimerais croire

que nous allons gagné

et vaincre le signe trumpien

plutôt que de perdre encore une fois.

Perdre nos liens,

perdre nos cultures,

perdre nos arts,

perdre nos relations humaines,

perdre pieds parmi ce maelström

rempli de vengeance et de haine,

de mensonge et de fake news.

 

Bonne route, Kamala et Joe.

J'aimerais y croire.

Alors faites pour que j'y crois encore.

 

JFK

 

20210120_11500777.jpg

 

 

Alexeï Navalny, l'amour, et la politique

Quand on revient des pas perdus de la mort, il est inenvisageable de ne pas continuer le combat de sa vie.

Vladimir Poutine voulait faire tomber Alexeï Navalny, son opposant le plus connu et le plus suivi en Russie. Un autocrate comme Vladimir Poutine ne peut qu'attendre fidélité et respect pour son pouvoir de la part de ses sujets, c'est-à-dire le peuple.

Celles et ceux qui s'opposent à lui sont considéré-e-s comme des traîtres à la patrie. Et ils méritent des châtiments à la hauteur de leur traîtrise. Soit la mort lente et cruelle par empoisonnement. Navalny a échappé de justesse à son destin de traître grâce à l'Allemagne qui l'a accueilli et soigné sur son territoire. Les Russes étaient trop sûrs que le poison n'était plus détectable. Ils ont donc laissé partir le traître Alexeï en lui souhaitant bon rétablissement. L'art du cynisme poutinien était consommé.

Il faut prendre Vladimir Poutine tel qu'il est: un homme qui a voulu rendre à la Russie sa grandeur de l'époque tsariste. Et pour cela, ce président de haute stature ne s'embarrasse pas des gêneurs aux idéaux démocratiques. Il les élimine de façon subtile sans que cela ne l'atteigne directement. Il est difficile de pénétrer l'âme russe et ses méandres. Les ennemis de la grande Russie ne peuvent pas comprendre que ce peuple a subi les ravages de l'Histoire et la déconsidération du monde dit libre suite à la montée de l'idéologie communiste se traduisant avec l'arrivée de Lénine puis de Staline au pouvoir.

L'Occident capitaliste et impérialiste n'a jamais accepté qu'un programme politique basé sur l'égalité citoyenne imposé par le haut puisse s'opposer à la liberté de réussir ou rater sa vie jugée sur sa seule capacité à s'enrichir personnellement par l'effort des études ou simplement par facilité et capacité à faire de l'argent dans le monde des affaires. Les Russes ont planté leur système à cause de la dictature imposée, les intrigues au sommet du pouvoir du Soviet Suprême, de la corruption endémique au sein du polit bureau, des goulags réservés aux dissidents, et aux massacres d'une partie de sa propre population.

L'Occident et sa "démocratie" a été plus intelligente et plus maline. En laissant pleine liberté aux populations, elle a permis de camoufler les inégalités grandissantes et flagrantes entre les couches sociales du peuple. Mais aujourd'hui, le système est lui aussi à bout de souffle.

Alexeï Navalny est l'exemple d'un citoyen qui cherche autre chose au milieu du chaos du monde. Traître à Poutine et son pouvoir hégémonique de type tsariste, il pourrait bien aussi se montrer traître à l'Occident à l'instar de beaucoup d'anciens dissidents.

Alexeï combat pour le peuple et par le peuple. Il n'a plus peur de la mort à force de l'avoir fréquentée. Il est retourné au pays parce qu'il ne veut pas abandonner le peuple à son sort désormais attaché et condamné à suivre le tsar moderne de toutes les Russies. C'est un homme, un vrai. Mais cela ne dit rien sur sa capacité à mener le peuple russe vers plus de démocratie. D'ailleurs, est-ce que le peuple russe veut vraiment d'un président qui n'aurait pas la force de s'opposer à l'Occident et l'Amérique en particulier? Elle a déjà connu cela avec le président Boris Eltsine. Cela n'a pas été une réussite.

Au fond, la Russie à traverser deux siècles d'Histoire à vouloir proposer une alternative à la toute puissance occidentale. Il est compliqué, pour un ou une démocrate russe, de se faire un chemin autre qu'un chemin semé de ronces et d'embûches. Le peuple russe semble méprisé l'art du compromis, voir de la compromission. Elle préfère à l'homme diplomate, l'image de l'homme fort qui affronte les épreuves droit dans ses bottes et sans jamais renier l'Histoire russe à la fois tragique et grandiose. Les traîtres comme Navalny n'ont pas grâce aux yeux de très nombreux Russes nostalgique de la grande Russie. Mais Alexeï Navalny, revenant dans sa patrie malgré les menaces d'emprisonnement et de mort, montre qu'il a l'étoffe d'un homme qui aime son pays plus que tout, plus qu'une vie confortable et courtisée en Occident.

Les Russes qui plaident en faveur de la démocratie et de la liberté ont trouvé leur nouvel héros, leur capitaine Strogoff des temps modernes bravant à la fois les barbares et les affres d'un pouvoir central trop tourné vers ses élites aristocratiques moscovites, un capitaine qui correspond aux idéaux patriotes d'un peuple trop longtemps mis sous le joug d'hommes cyniques faisant souffrir le peuple condamné au silence et à subir les coups brutaux d'un pouvoir d'acier. L'amour romantique est de retour en Russie. C'est quelque chose de beau, de grand, de sublime. Il faut espérer que Vladimir Poutine s'en rende compte et qu'il laisse la vie sauve à son plus illustre opposant.

Vive Alexeï Navalny.

https://www.letemps.ch/opinions/alexei-navalny-courage-le...