20/04/2017

Ni gauche angélique ni droite angélique, des fraternités à construire

Celles et ceux qui ont appris à me connaître tout au long du fil de ce blog savent que je n'aime pas le treillis militaire et les dirigeants qui portent le vêtement pour diriger d'une main de fer un pays.

Donc je n'ai jamais été un fan de Hugo Chavez parce que j'aurais aimé sa résistance à l'impérialisme américain. Si mon pays possédait des puits de pétrole à satiété, que je veux en prendre le contrôle par un populisme paresseux qui consiste à dire que l'argent du pétrole ira au peuple et non à quelques capitalistes milliardaires, j'aurais fait comme Chavez, bien entendu. C'est facile. La rente pétrolière est sous le sol des Vénézuéliens, donc on peut la redistribuer au peuple tout en nourrissant son propre pouvoir.

Donc le Chavisme sans le pétrole est un plan qui fait badaboum si le pétrole n'est plus si abondant ou que son prix diminue de beaucoup sur les marchés internationaux. Le peuple croyant au miracle Chavez qui n'était en fait qu'un bien commun à tous à faire fructifier ensemble en visant déjà un futur écologiste et en engageant les bénéfices dans la recherche et les entreprises travaillant sur les énergies renouvelables plutôt que de continuer à polluer l'atmosphère avec le pétrole en arrosant gratuitement un peuple qui attendait l'argent à la fin du mois...revenu universel à la mode Chavez.

Pendant ce temps, le bon Chavez discourait et vitupérait contre l'Amérique et recevait des salves d'applaudissements nourris de ses admirateurs et admiratrices.

Et la France de Mélenchon avec ses insoumis et ses insoumises, ce sera du Chavez bis? Non. Bien sûr que non parce que le pétrole ne fleurit pas sur les terres de l'Hexagone et que le programme est axé sur la recherche, l'excellence de la formation, les investissements dans les entreprises à énergies renouvelables, l'agriculture bio, et le high tech permettant au passage des emplois moins qualifiés mais qui seraient rémunérés au minimum décent, qui est bien insuffisant pour s'enrichir mais au moins suffisant pour nourrir sa famille.

Et Mélenchon n'est pas l'inventeur de miracle. Il s'appuie sur des économistes sérieux qui ont travaillé et ont des solutions autres pour faire sortir un pays du marasme que le remboursement de la dette et l'austérité budgétaire.

Mélenchon ne dirigera pas non plus la France en treillis militaires, en général de toutes les armées. Ce sera plutôt un général du génie littéraire et artistique. Alors je ne crains pas ses coups de gueule et ses colères. Mélenchon est un doux, pas un violent. Mélenchon ne tapera pas sur les manifestants et manifestantes mais il défendra l'ordre publique et si des débordements violents arrivent, il saura faire preuve de sagesse avec les troupes de CRS tout en étant impitoyables dans le châtiment avec les casseurs mettant en danger la vie des gens, des civils, manifestants ou non, en premier qui pourraient aussi se ramasser des pavés perdus dans la gueule. La violence n'est pas la tasse de thé de Mélenchon pour faire avancer les choses d'autant que le programme de la France insoumise n'est pas de presser le citron des plus faibles mais de faire cracher au bassinet de l'Etat les plus fortunés. C'est pourquoi j'apprécie sa façon de parler dès que les abus d'engagement rebelle et les usages de la violence terroriste font leurs ravages dans la société.

Je n'aime pas l'utopie néolibérale qui croit que tout s'arrange avec la liberté totale du marché. Je ne l'aime pas, parce qu'elle est un mensonge intégral qui profite aux plus carnivores, aux cannibalismes économiques, et crée de plus en plus de dérèglements climatiques sur la Terre en donnant aux fascismes la possibilité de développer son idéologie malfaisante partout pour aboutir à la fin en dictature et en extermination des populations plutôt taxées de gauchistes comme ce fut le cas en Amérique du Sud sous les dictatures fascistes.

Je n'aime pas non plus l'extrême-gauche utopiste qui croit que tout sera tellement plus beau si nous sommes tous à égalité parfaite sous un régime de pensée unique qui régira tout, y compris nos consciences, y compris notre interdiction de penser autrement au risque de procès en sorcellerie, d'une mise en asile pour "rééducation sociale", voir à l'exil dans des goulags sibériens ou mis à mort devant un peloton d'exécution pour traîtrise avérée à la "bonne" Cause révolutionnaire.

De ces deux anges assassins, je n'en veux pas. Parce que ce sont de terrifiants démons tous les deux d'une humanité fraternelle, libre, heureuse, et en harmonie.

Donc, je ne crois pas du tout que la France insoumise s'oppose à la droite néolibérale avec des intentions et des tentations de devenir stalinienne et complètement destructrice de liberté pour la France. Je pense même tout le contraire et beaucoup de bien de cette France insoumise et de Jean-Luc Mélenchon.

Il fallait encore le dire, hélas, à J-3 du premier tour puisqu'une déferlante, un tsunami d'articles et d'interventions médiatiques tente de peindre le diable sur la muraille et de condamner à la mort le mouvement de la France insoumise.

Je m'excuse auprès de celles et ceux qui pensent que je ne m'arrête jamais d'écrire. C'est plus fort que moi. Même quand je pense qu'il est temps de prendre un petit peu de bon temps pour moi avant le deuxième tour, je finis par céder à l'écriture. Mélenchon, enchaîne-moi au poteau des insomnies et bâillonne-moi comme un totem qui n'en finit plus de déclarer son amour à la France insoumise.

 

Demain

J'ai pris parfois des routes

dont la destination

était No Futur.

J'ai cru voir la mort

mais la mort ne me voulait pas.

J'ai cru vivre ma vie

mais ma vie ne me voulait pas.

 

Tu vois tout ce silence

qui entoure ma longue vie?

Tu vois cette absence au monde

et mes mots qui courent

plus vites que le temps,

virevoltent comme un papillon

en état de grâce avant sa mort?

 

Tu vois et tu te tais.

Tu vois et tu le sais.

Si tu essayes de comprendre

la trajectoire du papillon,

tu ne la comprendras jamais.

Il monte, il descend,

il part à gauche, revient à droite

dans des mouvements si rapides

que tu ne comprends rien.

Puis il se pose sur une fleur

et bat des ailes tout doucement,

dévoilant sa beauté à ton regard.

 

Puis il repart

et reprend sa farandole,

sa course follement romantique

qui ne s'arrête jamais

jusqu'à cette mort certaine

qui le niquera un jour.

 

As-tu déjà entendu dire

qu'un papillon est très puissant?

Ah oui, peut-être,

dans une chanson où la théorie

du battement d'aile du papillon

provoque un tremblement de terre

à l'autre bout du monde.

Mais moi je tremble d'amour

pour que tu restes avec moi

et que demain nous appartienne.

 

As-tu déjà entendu dire

qu'un papillon est un bon amant,

qu'il est peut-être

le meilleur galant,

et le meilleur ami du monde aussi?

 

Demain.

Demain,

j'aimerais te demander ta main.

Demain.

Mais alors il faudra une révolution

et ce ticket d'entrée

par l'entrée des artistes

sur la piste de danse

pour que je vive enfin

la vie que je veux t'offrir.

 

Mais qui va redonner

au papillon sa place

dans la société?

 

Il va à gauche.

Il va à droite.

Il monte.

Il descend.

Personne ne devine sa trajectoire.

Il est déroutant.

Il est dingue.

Il est génial.

Mais c'est sa raison d'être.

Et quand il se pose sur ta fleur,

alors là,

il ne bouge plus

et rentre en osmose avec toi

en caressant de ses ailes

tes long cheveux d'or.

 

Fragile et puissant.

C'est l'être paradoxal.

Mais c'est bien lui ton papillon

qui restera sur ta fleur

le temps du battement d'aile

pour réussir notre révolution,

pour réussir notre amour au soleil

et une éternité de jours heureux.

image1 (1)111.jpg

 

19/04/2017

Merci Monsieur Jean Ziegler

Longtemps je me suis senti distant des prises de position de Jean Ziegler.

L'homme, que j'ai eu comme professeur éphémère (je suis un papillon, ne l'oubliez pas!) à l'Université de Genève en 1981 avant que je ne file chez les Sioux subir le scalp des Peaux-Rouges, me paraissait trop bourgeois sous ses attitudes de défenseur des plus pauvres. Et puis son discours, toujours avec les oligarchies bancaires dans la bouche, m'agaçait plus qu'il me séduisait.

Et puis voilà que, en ce printemps 2017, je me réconcilie avec le défenseur du Che et de Cuba. Il fait aussi sa révolution à un âge respectable et bazarde le parti socialiste en préférant les idées à l'appareil. Cela chauffe dans les chaumières Rue Solférino. On ne pardonnera pas comme cela à Jean d'avoir préféré Mélenchon à Hamon...ou Macron....Ah Ah dira Jean-Luc à Jean. Vous venez ce soir vous joindre aux frondeurs et frondeuses de la France insoumise qui ne tombent pas leur chemise pour les socialistes de la haute fuyant chez Hamon de Rothschild? Genève ferait-elle aussi sa révolution citoyenne?

Merci, Monsieur Ziegler. Vous êtes bien dans le coeur du monstre et vous faites honneur aux paroles du Che Guevara qui vous demandait de vous battre chez vous, en Suisse, avec vos armes démocratiques. Il n'était pas si désespéré que ça, le médecin argentin, mais cette sagesse pour nous les Suisses, il savait très bien qu'il ne pouvait pas l'appliquer face au rouleau compresseur de l'impérialisme américain, seules les armes, mille fois hélas, pouvaient parler dans sa chère Amérique du Sud où Allende, malgré les urnes, a subi le même sort cruel que lui.

Un soutien de poids helvétique à Jean-Luc Mélenchon à J-4...grâce au révolutionnaire Jean Ziegler.

http://www.tdg.ch/monde/europe/jean-ziegler-vrai-socialiste-c-jeanluc-melenchon/story/31605373

 

VIème République, bras ouverts, coeur au firmament

Avec ce billet s'achève mon travail d'avant premier-tour de la présidence française en soutien à la France insoumise et à Jean-Luc Mélenchon.

Il y a dans toute politique une clef philosophique qui soutient le résultat d'un vote. Sans hésitation, nous avons cette fois une configuration politique qui permet cette révolution des consciences, à travers un acte politique radical portant au pouvoir une nouvelle façon de faire la démocratie et construire un avenir en commun, de réussir quelque chose d'unique en son genre.

Si je devais résumer en une seule chanson toute la passion que j'ai essayé de vous transmettre à travers mes billets pour aider la France insoumise à triompher de tous les obstacles sur sa route, c'est celle que je vous donne à écouter ci-dessous, une chanson archiconnue des Françaises et des Français...puisqu'elle est d'un chanteur-musicien-compositeur-interprète de chez vous.

Imaginez tous que cette chanson est dédiée non pas à une femme, comme à son origine, l'histoire sublime d'un homme qui est amoureux d'une femme (et l'inverse aussi) mais à la VIème République à venir, cette Marianne retrouvant sa jeunesse et sa passion, et vous aurez compris combien un mouvement politique peut transformer les foules loin des contingences cyniques et comptables, et transporter en faisant circuler tant d'amour et d'énergie à travers un pays qui se croyait en proie à la catastrophe et à sa soumission aux puissants. La catastrophe est en passe d'être dépassée grâce à nous tous qui croyons à un autre monde possible, à une autre volonté de construire le monde pour lui éviter la catastrophe; à un "nous" qui intègre un "je" et non un "je" qui désintègre le "nous" selon la misérable vision néolibérale. Pour cela, un seul vote, une seule voie possible: le programme de l'Avenir en commun.

C'est un oui d'adhésion et non un oui par élimination d'autres candidats ou de la candidate présente dans cette élection historique. C'est un oui d'amour envers des femmes et des hommes, des jeunes filles et des jeunes gens qui donnent tout à leur pays pour le voir triompher de la haine mortifère, de la division de classes et ethnique, et de la pauvreté morale et matérielle dans laquelle une partie du peuple a été plongée par la faute de politiques néolibérales irresponsables et criminelles et à qui nous n'accordons désormais plus aucune confiance quand on voit qu'elles ont porté un Donald Trump au pouvoir en Amérique. Rien d'autre que de voter pour ces gens et de suivre leur politique absurde nous fait désormais gerber du sang car ils nous condamnent élection après élection à la déchéance citoyenne. à l'exclusion sociale, à la lente disparition de nos propres familles et amis, à l'expropriation même de notre propre existence puisque nous devenons des fantômes sans aucune carnation à leurs yeux, sans aucune spiritualité, sans aucune valeur, sans rien. Néant!...Puisque nous n'avons que trop peu d'argent...

Hors nous ne sommes pas néant et nous ne monétisons pas nos consciences. Nous somme l'Être! Tous ensemble, femmes, hommes, enfants, qui que nous soyons!

A vous la France insoumise, à cette VIème République, cette chanson désormais mondialement célèbre dans sa version coeuridada ou espagnole si vous préférez.

On se retrouve tous pour le second tour, le coeur vaillant et à l'ouvrage pour gagner et réussir ce pari qui paraissait encore impossible à beaucoup d'entre nous il y a à peine un mois en arrière.

Je termine par un petit poème de mon cru puisque j'ai ce don du ciel ignoré par beaucoup. 

La nuit, je n'ai pas sommeil.

J'ai le soleil brûlant

qui m'éclaire de l'autre côté du monde.

 

La nuit, quand ils dorment tous et toutes

du sommeil du Juste,

quand l'enfant prend son doudou

dans les bras et rêve d'amour,

j'effleure juste mon clavier

de mes doigts légers

et je remplis la page virtuelle

pour que la blanche lumière

devienne colombe,

pour que les lettres que j'écris

deviennent esprit,

pour que mon coeur qui vit

se réalise en mots et en poésie.

 

Sans elle,

sans la culture,

sans nos poètes,

sans nos écrivains,

sans nos philosophes,

sans nos cinéastes,

sans nos peintres,

sans nos bédéistes,

sans nos danseurs,

sans nos chanteurs,

sans nos musiciens,

sans nos vidéastes.

sans nos acteurs et actrices,

sans ce monde bouillonnant,

je serais mort d'anémie,

j'aurais manqué de globules rouges

et finalement d'oxygène.

 

Et je ne serais pas,

cette nuit,

à t'éclairer du soleil du Juste

grâce à la France insoumise,

à vous tous

qui avez mis le feu à mon coeur.

 

Vive la VIème République!

Rendez-vous dans la nuit blanche de dimanche

pour écrire une nouvelle page historique

avec la colombe Mélenchon

au second tour.

 

18/04/2017

Ni Zadiste ni Nuit Debout, VIème République tout simplement

Marine Le Pen aime faire son fiel sur le dos d'un Jean-Luc Mélenchon à la solde des anars et des gens libres dans leur tête et qui n'en font qu'à leur tête et au gré de leur bon coeur.

Marine Le Pen pense certainement aussi que la France insoumise c'est "No Border", l'ouverture de toutes les frontières et l'arrivée massive de la Terre entière sur la terre promise française.

Comme je suis les deux à la fois, "No Border et anar", Madame Le Pen pense peut-être que je pourrais être un des gourous maléfiques qui dirige la manoeuvre à l'ombre et influence Jean-Luc et sa bande d'insoumis et d'insoumises.

Hors rien n'est vrai dans tout ça. D'abord, je ne suis pas Français donc je ne voterai pas ni n'aurai aucun poste à responsabilité dans cette nouvelle France que j'attends de tous mes voeux les meilleurs et bienveillants envers cette France insoumise. Ensuite, Mélenchon ne s'en laisse compter par personne. Il est maître à bord de sa propre entreprise présidentielle et il prend les personnes qu'ils veut pour l'aider dans sa tâche. Tous les autres insoumis et insoumises font un travail en vol libre sans aucun contact direct ou même indirect avec l'équipe de Jean-Luc Mélenchon.

Donc en aucun cas les participants et participantes de Nuit Debout, les Zadistes et autres No Border en faveur des réfugiés n'ont une influence directe sur la campagne de Mélenchon. Ils et elles sont peut-être, pour certains et certaines d'entre eux/elles des appuis, des soutiens au même titre que n'importe quel(le) Français ou Française, voir étrangers sans droit de vote, qui ira voter Mélenchon ou qui aurait voté pour lui en ayant la nationalité française.

Donc Madame Le Pen, grande pétroleuse (voir l'Histoire de France) du fascisme ambiant et incendiaire de la nouvelle Commune formée par les foules acquises à la France insoumise, vous pouvez continuer à mentir, à diffamer, à apostropher la France insoumise, celle-ci avance avec les plumes du cygne qui connaît sa route et dont vos éclaboussures, vos gaz d'échappement, votre pétrole glisse sur les pages blanches que nous ouvrons aux citoyens et citoyennes de France et du monde entier.

Les Insoumis et Insoumises, voici Marine Le Pen 2.0. selon une carte postale de 1871:

 
Caricature de « pétroleuse » d’après une carte postale versaillaise de 1871.

Les pétroleuses est le terme qualifiant une femme accusée d’avoir employé du pétrole pour allumer des incendies, en 1871, lors de l’écrasement de la Commune de Paris par les versaillais. On affubla de ce terme, particulièrement après l’incendie de l’Hôtel de ville

Nous n'allons pas nous écraser. Nous allons remonter jusqu'à l'Elysée tous ensemble et sans gourou, et sans étiquette. Nous sommes des citoyennes et citoyens responsables du futur de nos enfants et à ce titre nous luttons tous avec notre coeur et notre raison. Zadistes ou Anars, No Border et Migrants, nous appartenons au genre humain à la même égalité, à la même liberté, à la même fraternité que n'importe quel citoyen ou citoyenne devrait accordé à l'Autre.