28/03/2020

Eviter la parano et les solutions irréalistes

Tout d'abord, il faut se souvenir que nous sommes tous et toutes mortelles. La vie et la mort forment un couple indissociable l'un de l'autre. Il nous faut donc apprivoiser ce couple et le prendre en ami plutôt que d'avoir une terreur absolue de celle qui viendra nous faucher un jour ou l'autre.

Combattre efficacement un virus potentiellement mortel ne peut se faire qui si nous le regardons droit dans les yeux et avec sang froid en maîtrisant notre peur qui crée des réactions de panique et de parano nous entraînant vers un plus grand désastre.

Certaines personnes présentent sur Internet des connaissances scientifiques apparentes concernant Covid-19. Elles disent peut-être juste mais il faudrait les confronter à d'autres personnes de science pour savoir si elles sont dans la vérité ou si l'on peut douter sérieusement de leur science infuse...

Une personne, du haut de son chalet suisse, je suppose, vivant quelque part sur notre territoire donc, propose une authentique quarantaine (c'est-à-dire 40 jours de confinement total à l'échelle de la planète) pour tuer le virus disant, au passage, que c'est la seule solution de réussite car ce virus reviendra par vagues et que la 2ème vague réinfectera les personnes qui ont développé la maladie en pénétrant par une autre porte. Ce qui provoquera des arrêts cardiaques, entre autres conséquences, en amenant une infection encore plus virulente et une hécatombe de morts puisque la réaction du patient à Covid-19 sera d'autant plus puissante en retour.

C'est le principe du: on ne vaccine pas une personne qui a eu la tuberculose parce qu'alors elle réagirait tellement violemment au vaccin qu'elle pourrait en mourir.

Si Covid-19 est certainement diabolique et qu'il est potentiellement capable de pénétrer nos cellules par différentes portes, nous n'avons cependant pas la possibilité de faire respecter un confinement strict et absolu durant 40 jours pour toute la planète. C'est complètement irréaliste à bien des égards. Sur une maquette, on peut très bien l'expliquer scientifiquement et réussir à tuer le virus. Dans la réalité du monde, c'est bien entendu impossible. Et tout le monde le sait d'évidence.

Ce qu'il faut donc c'est bien de freiner la progression du virus, trouver des remèdes efficaces, et créer un vaccin. Et plus encore développer des politiques d'entraides, de solidarités entre les personnes et les pays. C'est notre seule chance de réussir à sortir de cette guerre mondiale et repartir dans une Civilisation qui aura été totalement transformée et qui sera alors bien plus humaine, plus solidaire, et en bonne intelligence avec la nature et le climat.

La Covid-19 nous aura alors complètement changé humainement parlant et il y aura certainement un mort célèbre dans l'affaire: l'ultra-libéralisme. Je n'irai pas à son enterrement et surtout je me réjouirai avec les humains de la disparition de ce monstre économique, cette gorgone, qui nous rendait trop égoïstes, esclaves d'une idéologie folle ayant poussé l'Humanité au bord du gouffre.

C'est donc cela que les Capitaines et les états-majors de la planète doivent avoir en tête comme objectif prioritaire en même temps que la lutte contre Covid-19. Modifier la trajectoire de notre Titanic mondial pour éviter l'iceberg qui nous ferait disparaître corps et âmes avec des solutions simplistes, dogmatiques, irréalistes qui ajouteraient de la parano et de la catastrophe à la catastrophe.

 

 

Des dirigeants si incompétents...

La Covid-19 touche l'Humanité. Elle ne touche ni le reste du monde animal ni le monde végétal.

Et pourtant une quantité impressionnante de pays interdit désormais l'exportation de blé ou de riz pour des raisons aussi obscures qu'incompréhensibles.

Si ces pays avaient été foudroyés par des récoltes calamiteuses, on comprendrait les décisions de leurs dirigeants pour protéger de la famine les populations locales. Mais au contraire, les récoltes mondiales de céréales n'ont jamais été aussi prometteuses qu'en 2019 et 2020.

Donc ces pays empêchent une entrée d'argent frais nécessaire aux producteurs, provoquant ainsi un risque des pertes de récoltes, des faillites, et des licenciements massifs. Car il est possible de stocker des matières premières un certain temps mais certainement pas indéfiniment. D'autres parts, les producteurs doivent trouver des moyens nouveaux pour stocker les surplus massifs qui ne sont plus exportés tout en ne percevant pas d'entrée d'argent puisque les ventes à l'exportation sont gelées...

Quand la bêtise humaine dirige le monde de quelque côté que l'on regarde, nous ne sommes plus très loin du k.o.

Et comme les populations ne sont parfois pas plus intelligentes en s'en prenant au corps médical, nouveaux pestiférés de populations hystériques agissant à l'exact opposé de la solidarité et de l'entre-aide, on comprend que notre cerveau reptilien agit sur notre intelligence comme un ennemi supplémentaire mortel pour notre Civilisation.

Connaître son ennemi intérieur serait une des bases essentielles de l'éducation et de l'initiation des enfants comme des foules pour une Humanité future sauvant notre Civilisation de la Fin.

Bienvenue au pays des dinosaures du XXIème siècle... Il y a du boulot...et la société de l'ultra-consommation à provoquer des ravages incalculables sur la bonne santé mentale, morale, et spirituelle des peuples.

 

 

27/03/2020

Pourquoi?

Covid-19 est arrivé en France le 24 janvier (premiers cas testés et avérés).

Il est dès lors des questions qu'il est légitime de se poser.

Comment-est il possible que des gens atteints de pneumonie et de déficience grave de la respiration n'aient pas été systématiquement testées dès cette date-là?

J'étais le 29 janvier dernier sur territoire français et c'est une médecin française qui a découvert ma pneumonie grâce à une radiographie réalisée dans l'urgence. Sa seule question a été: "Vous ne revenez pas de Chine et n'avez pas été en contact avec des personnes revenues de là-bas?".

Aucune consigne stricte venue des autorités républicaines avaient été alors mises en place concernant des gens atteints de maladies pulmonaires. Alors que tout le monde savait ce qui arrivait en Chine et que les premiers cas avérés avaient été détectés sur des personnes ayant voyagé en Chine ou ayant été en contact direct ou indirect avec des personnes chinoises en vacances ou pour affaires en France.

Dans les restaurants, le nombre de moments à risque sont très nombreux. Promiscuité, patrons et serveurs-ses serrant la main, voir faisant la bise aux clients, personnel confiné dans des endroits très étroits (cuisine, buffet, etc.), assiettes passant de main en main, durée de présence à côté d'inconnu-e-s largement plus longue que le quart d'heure prescrit dont tout le monde parle aujourd'hui. Circulation au W.C. et renouvellement de clientèle dépassant largement les capacités de base de l'établissement (jusqu'à deux fois, voir trois fois la capacité en cours de soirée), et, pour certains établissement, clientèle chinoise venant de Chine augmentant ainsi les risques de contamination.

Nous avons eu tout faux en imaginant que ce foutu virus était une affaire chinoise et que cela ne pourrait pas nous atteindre. Nous avons été imprudents, arrogants, moqueurs, en critiquant ces Chinois mangeurs de gibier sauvage et mélangeant allègrement les espèces sur les étals des marchés avec une hygiène largement à désirer.

Nous avons regardé le Tsunami comme les touristes regardaient le Tsunami venir sur les plages de Thaïlande au lieu de fuir séance tenante.

Nos autorités, qui en savaient forcément plus que nous sur le danger de Covid-19, n'ont pas pris les bonnes mesures au bon moment.

Pourquoi?

Combien de personnes ont-elle été infectée à cause de toutes les imprudences commises à ce moment là par tout le monde, monde de la médecine compris qui n'ont pas assez alerté les politiques pour prendre des mesures drastiques.

J'aurais du être testé dans les heures qui ont suivi ma pneumonie avérée. J'aurais du porter un masque et mis à l'isolement ainsi que toute ma famille jusqu'au résultat du test. Cela n'a pas été fait. Pour tous les cas comme le miens, il aurait fallu faire cela.

Nous le payons immensément aujourd'hui et partout dans le monde.

COVID-19 a transpercé nos lignes de défense comme les nazis dopés avançaient jour et nuit sur les lignes des alliés en dévastant l'Europe et une partie du reste du monde. En deux mois, il a réussi à nous démunir et à nous mettre face à nos responsabilités collectives et individuelles pour lutter efficacement contre lui et retrouver dans quelques mois notre liberté et notre retour à des conditions de vie et de travail à nouveau plus ou moins normales.

Nous payons tous très cher nos erreurs initiales. La riposte tarde à venir. Pour le moment, Covid-19 gagne du terrain. C'est presque 1'000 morts par jour en Italie, en Espagne, en France, aux Etats-Unis, en Iran, pour ne citer que les pays qui ont le plus grand nombre de décès.

Et l'économie suisse parle déjà d'un retour à la normale le 19 avril. Il faudra avant ça gagner la guerre et, pour beaucoup d'entre nous, s'exposer avec courage aux risques sur leur lieu de travail. Comme les personnes s'exposaient après l'explosion du réacteur nucléaire de Chernobyl pour sauver l'URSS et l'Europe des radiations mortelles.

C'est un prix très (trop) lourd à payer à cause des négligences de départ des autorités sanitaires, politiques, économiques de la planète.

On pouvait faire autrement, sans doute, et surtout prendre beaucoup plus de précaution avec les malades pulmonaires dès cette fameuse date du 24 janvier 2020. L'intelligence était là mais pas la volonté de mettre des barrières provisoires au libre-échangisme mondial et aussi par crainte de vexer la Chine en n'acceptant plus les voyages de leurs ressortissants tant que le virus n'était pas assez clairement circonscrit.

https://www.parismatch.com/Actu/Sante/Coronavirus-l-appel...

 

Julie, la vie insouciante, l'accident mortel

Covid-19 a frappé une jeune fille de 16 ans à Paris.

Tout le monde, corps médical compris, a pris d'abord les choses à la légère. Le jeune fille ne semblait présenter que des symptômes de toux légère bien qu'elle semblait déjà manquer de souffle.

Testée, Julie est déclarée positive dans un premier temps. Tout le monde enfile sa combinaison de protection anti-Covid-19. La famille de Julie se voit soudain plonger dans une nouvelle dimension. Mais un autre teste infirme le premier test positif. Julie est Covid-19 négatif. Chacun respire. Pourtant Julie a montré des signes très inquiétant de déficience respiratoire tout au long de son séjour hospitalier. Tout le monde enlève sa combinaison. Julie peut rentrer à la maison malgré les graves symptômes. Elle promet qu'elle repassera demain à l'hôpital. Durant la nuit suivante, son état s'aggrave fortement

Elle avait pourtant déclarer souffrir du coeur. Peut-être un autre signe de ce virus infernal qu'il faut prendre au sérieux. Il y a probablement des picotements assez réguliers ressentis au coeur chez certaines personnes atteintes par ce virus. Pour ma part, je n'en sais rien. Mais durant ma pneumonie mon coeur me piquait  parfois la poitrine et le manque de souffle a duré relativement longtemps. J'avais aussi une étrange douleur en bas du fessier quand je marchais et une fatigue relativement durable dans le temps. Elle a disparu aujourd'hui mais elle est restée plus de 15 jours. Toujours sans savoir si c'est le virus qui m'a agressé en fin janvier ou début février ou une simple pneumonie.

Julie n'est en fait pas du tout sortie d'un danger mortel qui la guette. Elle retombe avec un insuffisance respiratoire sévère et retourne donc aux urgences où les médecins doivent se résoudre à l'intuber. Finalement, elle finit par mourir dans l'atrocité la plus totale pour elle et sa famille.

Les jeunes, il est plus que jamais temps de ne plus du tout rigoler avec ce sale machin qui nous attrape par surprise. Respectez toutes les consignes d'éloignement et de restriction de circuler. Ne vous croyez pas invulnérables. Covid-19 agresse tous les organismes de façon sournoise et méthodique. Il laisse souvent un temps de répit puis repart de plus belle pour nous entraîner dans la mort si nous n'avons pas obtenu la bonne médication et que notre corps n'a pas réagi au médicament pour dompter la bête maléfique. Tout se joue sur 1 à 2 semaines. Et aucune personne, jeune ou âgée, ne peut être sûr pour son pronostic vital. Il y a des vieux de plus de 100 ans qui s'en sortent. Il y a Julie de 16 ans qui en est morte.

Julie va sauver des vies de jeunes adolescents grâce à son horrible disparition. Elle doit devenir le symbole d'une jeunesse consciente en lutte totale contre cette monstrueuse chose qu'est Covid-19.

Julie n'a pas été prise en charge correctement parce que Covid-19 est un terroriste à ruses variables. Le corps médical doit absolument rester sur ses gardes avec tout le monde, jeunesse comprise, pour lutter contre cette bestiole microscopique qui a plusieurs armes fatales à son arc funeste.

https://www.lematin.ch/monde/coronavirus-fauche-ado-16-an...

 

 

26/03/2020

Jonas, le gros poisson, la baleine, et le pingouin

Si vous avez des enfants, vous pouvez les intéresser à la nature et leur montrer comment les beautés et la variété des paysages font partie intégrante de leur savoir-vivre.

Ce matin, j'ai profité de passer une heure en forêt pour quitter mon confinement. Une sorte d'échappée-belle vers la liberté et l'air pur.

Je me suis intéressé plus particulièrement aux souches de bois et à l'abattage récent de grands arbres.

Vous verrez, vos enfants peuvent trouver pleins d'idées et voir plein d'animaux plus ou moins antiques, voir même retrouver le monde mythologique égyptien en pleine forêt neuchâteloise.

Nous sommes tous capables de poésie et de spiritualité. En ce temps qui nous éprouve, frappe nos familles, catapulte l'Humanité dans une autre dimension, nous pétrifie d'angoisse et de peur, nous pouvons trouver la force de vaincre la maladie et de ressusciter l'Humanité pour un monde meilleur. Notre pouvoir est en nous. A nous d'agir pour le bien.

 

 

 

20200326_091343.jpg

 

20200326_094620.jpg

Un pote à Titeuf dans la forêt

 

20200326_0946200.jpg

 

 

 

20200326_095942.jpg

Jonas, le gros poisson, la baleine, et le pingouin.

Tu vois pas?

 

20200326_0959422.jpg

Là tu vois mieux?

Il y a même un autre tableau dans le tableau.

Anubis, le dieu chacal, prenant Jonas dans ses bras.

Le temps des funérailles...

20200326_09594222.jpg

 

 

20200326_09284999.jpg

Celui-là, à toi de lui donner ton nom