23/09/2020

Cette nuit fantastique à Berne

 

La ville s'endort

mais dehors

ils sautent à l'élastique

quelque part dans le Vercors

il y a ces corps tournesol

qui jonchent le sol

 sur la place fédérale

des branchages que la police évacue

dans leurs sacs de couchages

des arbres debout dans leurs tentes

et des papillons indésirables

qui font chenilles

dans l'ordre établi

ils sont des nuisibles

dans la loi écrite

ils feront de la prison

pour l'ordre et la loi

pour faire exemple

regarde l'enfant

qui regarde derrière lui

effrayé par leurs serpents à sornettes

regarde le cheval

qui regarde cet obstacle fédéral

cette grande scène hippique

où trônent les élus et les élues

qui légifèrent et décident

contre les hippies

ces Indiens d'utopie

déserteurs éclaireurs

de nouvelles pistes

 

20200918_084350000000000000000000.jpg

Police bernoise et activiste

 

20200918_0843500000000000000000.jpg

Activiste d'Extinction Rebellion

dans la bouche de l'Ogre et la Loi

 

20200918_084350000000000000.jpg

Nouveau vitrail du Palais fédéral

 

20200918_08435000000.jpg

Parlementaire casqué style Louis-Philippe Nantermod

20200918_0843500000000000.jpg

Le Clown médiatique à belle crinière style Matthieu Béguelin

https://www.facebook.com/matthieu.beguelin/posts/10164837981890112

 

 

 

20200918_0843500000000.jpg

Vue d'ensemble sur cette nuit fantastique à Berne

 

 

 

20200923_083658.jpg

Artefacts créés à partir de la plaquette en bronze

de Hans Erni pour le concours hippique de Tramelan, 1987

 

 

 

20200917_203302.jpg

Signature stylisée exceptionnelle de l'artiste au dos de la plaquette

 

 

 

22/09/2020

De la désobéissance civile, cette mal-aimée

La Berne fédérale s'est réveillée ce matin avec des tentes d'Indiens devant sa maison.

Que faut-il penser de cette occupation des lieux par une tribu d'éco-responsables qui désirent ardemment que le Conseil fédéral et le Parlement se pressent dans les décisions décisives à prendre face au rouleau compresseur de l'Economie ultra-libérale?

Comment faut-il apprécier la prise en otage de la place publique par cette jeunesse révoltée qui désire des décisions radicales en faveur de nouvelles normes climatiques?

Voilà les noms d'oiseaux qui volent de la part de ceux qui défendent, à l'instar d'un certain Donald Trump, l'Ordre et la Loi. Ce sont des fainéants, des anarchistes, des jean-foutre, quand ce ne sont pas des personnes qui veulent terroriser et régner par la dictature.

Rappelons tout de même que parmi les soutiens de cette mouvance non-violente, il y a même un certain prix Nobel de chimie, Jacques Dubochet, qui a inventé l'eau froide afin de calmer les parlementaires les plus furieux qui seraient prêts à prendre les armes contre ces crades et merdeux anarchistes. Après tout, ces gens de rien ne seraient que de misérables crève-misères qui vivraient au crochet de ceux qui bossent et qui paient les assurances sociales. Des parlementaires bien dans leur peau et qui aiment la justice et la loi parlent ainsi de ces agitateurs et agitatrices mais ces mêmes parlementaires aiment l'ordre et la loi quand ils vont toujours dans leurs intérêts bien compris.

Il faut rappeler aux bourgeois qu'au temps de Louis XVI, une bonne partie d'entre eux qui subissaient l'arrogance et le mépris des nobles, se sont alliés avec le peuple et le monde des artisans et des paysans pour abattre la monarchie et créer la démocratie. Aujourd'hui, clairement, une partie de cette bourgeoisie profite de la manne des puissantes multinationales. Les néo-aristocrates modernes ne commettent pas deux fois la même erreur. Ils savent que s'allier au camp bourgeois, c'est s'allier une majorité populaire lors des votes cruciaux. Pour les autres, et cette jeunesse l'a bien compris, les votations donnent des résultats lents, très médiocres, et consensuelles qui ne font que repousser l'urgence climatique aux calendes grecques.

Si cette désobéissance civile est radicale c'est que notre système ne peut plus se satisfaire de demi-mesures. Nous pouvions commencer le travail dans les années 70 déjà. Un demi-siècle nous sépare de ce temps-là et la tragédie climatique s'est accélérée parce que l'ultra-libéralisme et son gigantisme consumériste a tout écrasé sur son passage en rapetissant notre capacité de conscience et en aiguisant notre appétit matérialiste à travers des campagnes publicitaires, un matraquage idéologique des cerveaux qui a rendu les populations entièrement dépendantes au modèle capitaliste. Si je n'ai pas ma Rolex à 50 ans, je ne suis rien disait l'autre.

Le Parlement fédéral a la loi pour lui. Certes. Il peut faire évacuer cette jeunesse en mouvement. Il peut porter plainte et jeter des jeunes filles et des jeunes gens en prison pour entrave au bon déroulement de la session parlementaire et occupation illégale de la place fédérale.

Mais cela ne fera que renforcer le camp des sympathisants et des sympathisantes à la cause. Et cela pourrait même fissurer le ronron des chambres fédérales où certaines et certains parlementaires nouvellement élu-e-s soutiennent discrètement cette occupation illicite et cette action de désobéissance civile.

Les jeunes n'ont plus envie d'être bernés par des promesses jamais tenues. Ils sont à Berne pour exiger une avancée herculéenne des travaux climatiques. Que cela plaise ou non au camp bourgeois, il va bien falloir changer de rythme et s'ouvrir à la révolution verte.

C'est comme cela que l'on sauvera aussi la démocratie face aux dérives autoritaires et les dangers de tyrannie que le monde entier court à travers des dirigeants populistes qui ne s'embarrassent pas trop de la loi quand cela gêne trop à leurs plans personnels. Il suffit de regarder l'Amérique d'aujourd'hui pour comprendre mes propos.

L'ordre et la la loi, c'est aussi une invention perpétuelle et une remise en question de nos valeurs trop bien assises sur des lauriers faisandés. Que dirait le peuple aujourd'hui si les objecteurs de conscience et leur désobéissance civile de jadis étaient encore jetés en prison pour entrave à l'ordre et la loi?

 

 

 

 

Cette Amérique qui régresse

Les droits de l'homme et de la femme sont en train de régresser partout sur la planète.

En même temps que l'égoïsme semble primé sur l'altruisme conformément à une pensée ultralibérale qui refuse de céder du terrain et se bat pour augmenter encore les richesses des plus privilégiés, une montée de l'intégrisme religieux envahit l'Amérique grâce à Donald Trump...qui lui ne semble pourtant pas un fer de lance de la religion chrétienne dans sa vie quotidienne...

Quand le monde va mal, les superstitions et les croyances collectives semblent dominer les esprits les plus friables ayant besoin de se rattacher à quelque chose qui bafoue les libertés chèrement acquises. Tout ce qui ne correspond pas au canon classique de la religion, aux dogmes d'origine, est classé systématiquement comme hérétique voir criminel par les plus conservateurs. Le fanatisme peut laisser ainsi libre cours à l'arbitraire et à sa violence au nom de la Foi en Dieu.

Une nouvelle chasse aux sorcières "communistes" semblent vouloir s'installer durablement au sommet du pouvoir politique et de la justice américaine. Cela ne sent pas bon du tout mais hélas ce que les Républicains n'ont pas accordé à Barack Obama, soit l'élection d'un juge suprême peut avant la fin de son mandat, ils veulent l'accorder à Donald Trump pour faire de la Cour suprême des Etats-Unis un nid de conservatisme qui servira plus la religion que les droits de l'homme et de la femme.

La démocratie, une fois de plus, se prend un boulet de canon dans sa forteresse déjà bien lézardée. La religion a souvent soutenu des rois, des empereurs, des tyrans tout au long de l'Histoire. Et c'est le propre aux Lumières et à la Révolution d'avoir réussi à chasser du pouvoir politique et judiciaire les pouvoirs religieux et leur emprise sur les âmes. Il n'en n'ira pas autrement demain en Amérique si Donald Trump parvient à ses fins. Et nul doute qu'au mois de novembre si pour différentes raisons, que Donald Trump s'évertuera à démontrer et à monter en épingle, l'Amérique reste sans présidence après les élections, ce sera à la Cour suprême de trancher et qui donnera finalement son avis de droit pour désigner le président élu... Difficile à croire que Joe Biden ait une chance devant la nouvelle Cour suprême des Etats-Unis d'Amérique.

Ainsi va l'Amérique. Ainsi va le monde et la décadence de nos démocraties.

 

21/09/2020

Cubisme, colombe, et paix

Pablo Picasso, comme Hans Erni, ont beaucoup utilisé la colombe dans leur art comme symbole de paix et de réconciliation.

Dans les années 30, on retrouve chez le Suisse la grande influence qu'exerce alors sur lui le peintre espagnol. Il donne à sa peinture des touches de cubisme tout en gardant un style bien à lui. Il ne copie pas Picasso. Il fait du Erni et son style reste tout de même très figuratif et il ne déroge pas à ses propres goûts quand à l'expérience du cubisme. C'est pourquoi il ne semble pas être classé comme peintre majeur du courant cubiste par les spécialistes. Toujours en marge de la mode, Erni va son chemin et ne se pose pas de questions sur les critiques d'art qui parfois lui adressent quelques remarques désobligeantes quand ils n'ignorent pas purement et simplement sa création artistique... Sans doute le côté snob de l'art élitiste et les idées bourgeoises bien ancrées et dogmatiques font un peu d'Erni un paria dont il faut laisser en marge de l'art. L'homme trouvera d'abord son public en Amérique avant de le trouver en Suisse et dans le reste du monde.

Ci-dessous, un tableau d'Erni des années trente (jeune fille à la colombe) où l'on observe l'influence du cubisme sur lui. Puis d'autres images créées à partir de l'oeuvre originale du peintre s'intitulant "Rentre dans le cube de la colombe."

 

 

 

 

20200920_171913.jpg

 

 

 

 

20200920_1719133.jpg

 

 

 

 

20200920_17191333333.jpg

 

 

 

 

20200920_1719133333.jpg

 

 

 

 

20200920_1719133333333333.jpg

 

 

 

 

20200920_17191333333333333333333.jpg

 

 

 

 

20200920_17191333333333333333.jpg

 

 

 

 

20200920_171913333333333333333.jpg

 

20/09/2020

Demain, elle part

 

 

Ce matin, j'ai reçu son faire-part secret.

"Tu es mon unique soleil.

Je suis ta lune mais je m'en vais

avec toi dans mon coeur."

 

J'ai tout mon temps

pour t'aimer en solo.

J'ai tout mon temps

pour les sanglots et les trémolos.

J'ai tout mon temps

pour les vieilles photos

et les souvenirs vieillots.

 

Je suis ton amour

invisible.

Et si je crée en t'attendant

pour écrire l'indiscible

cet amour indescriptible

entre une fille de joie

et ce poète de la nuit

c'est pour calmer ma douleur.

 

Soleil et lune.

Interlude.

Ma nudité dans ta lune.

Lune et soleil.

Solitude.

Ta beauté dans mon soleil.

 

20200920_072901.jpg

Les astres secrets d'Hans Erni

 

 

 

20200919_21160000.jpg

L'enfant dans la lune

 

 

 

20200919_211600000000.jpg

Clin d'oeil lunaire

 

 

 

20200919_2116000000.jpg

Rouge-gorge amoureux