08/04/2018

Auto-conférence de Tolbiac

ça pue la pisse et l'ammoniac

pour le gouvernement Macron.

Les étudiants et étudiantes

vont faire Mai 18

avec les cheminot(e)s,

les pilotes, stewards, hôtesse de l'air,

les médecins, infirmiers et infirmières,

les retraité(e)s,

les déclassé(e)s,

les chômeurs et chômeuses,

les éboueurs et éboueuses,

avec tout ce que compte

la France d'insurrection,

de supplice,

d'adversité,

et de courage.

 

C'est la fin du néolibéralisme.

Réjouissons-nous tous.

C'est la fin du règne des dinosaures.

Avec Léo Ferré,

nous sommes tous des chiens et des chiennes,

mais des chiens et des chiennes malicieux, malicieuses.

Avec Léon Blum,

nous sommes tous pour les libertés sexuelles.

Tous putes et salopes,

mais fidèles à nos idéaux.

Avec le poète inconnu,

tous prêts à monter aux barricades,

tous prêts à la révolution romantique,

tous prêts à changer

ce monde de prédateurs

qui nous étouffent et nous tuent.

 

A vous tous, étudiantes et étudiants,

d'être les fantassins de notre révolution.

Le poète inconnu est avec vous tous

en chair et en esprit.

 

"Si l'offense est générale

nous voulons le débordement général"

Frédéric Lordon

Rendez-vous le 5 mai 2018,

Paris, Place de la République.

 

 

 

9 avril

9 avril 1834.

Les ouvriers de la soie

se soulèvent.

600 morts parmi les canuts

et 10'000 arrestations.

Avant la mise à mort de la Commune,

les Canuts se font massacrer

pour avoir osé défendre

leur dignité,

leur révolution,

leur volonté

d'un destin un peu meilleur

et d'une vie plus décente.

 

9 avril 1872.

Léon Blum naît à Paris.

Il défendra l'expérimentation sexuelle

avant mariage.

Il fera un scandale

lui l'homme qui saura refuser le Maréchal Pétain

et se retrouvera en exil

réprouvé comme une catin de la République.

 

9 avril 1988.

La fille d'une famille roumaine,

très pauvre et qui mangeait

parfois la nourriture

traînant par terre,

donne son premier cri

en poussant la porte de la vie.

Elle deviendra 30 ans plus tard

l'égérie d'un poète réprouvé

en exil de son pays

qui lui refuse sa place de poète

des Helvètes.

Elle deviendra sa catin

au grand coeur

et la fée de Merlin l'Enchanteur.

 

Ces 9 avril qui resteront

dans l'Histoire des femmes et des hommes

sont des moments d'amour

pour la liberté, la démocratie, et la beauté

d'un monde pourtant englué et stagnant

dans sa surpuissance préhistorique.

 

L'amour ce n'est pas la domination

ni la soumission.

L'amour c'est quelque chose

d'inconditionnel entre une femme et un homme,

quelque chose qui dure au-delà

du rapport de séduction,

au-delà de la passion,

au-delà de la séparation.

 

Et notre amour

est de ces choses-là,

inconditionnel,

comme des parents avec leur enfant

protégeant l'éducation sentimentale

de la violence indigne des prédateurs

qui ont envahi notre planète.

 

Je resterai poète de lumière

survolant notre amour

dans tes dentelles de soie

jusqu'à la fin de mes jours.

 

Pour tes 30 printemps,

et pour échapper

à notre auto-censure,

ce tableau surréaliste

et complètement dada de toi:

 

Petit cochon rouge

se posant sur ton décolleté

 

image1 (7)77777777777777.jpg

 

Tes Yeux

Nous étions dans le train.

Je regardais par la fenêtre

quand tes yeux ont ouvert les feux.

Tes yeux,

par la fenêtre de tes yeux

je voyais l'avenir à deux.

Nous étions dans le train

tu ne connaissais pas Higelin

et je trouvais ça marrant

que tu ne connaisses pas Higelin.

Un bon chanteur

est un chanteur mort

chante Halexander

et maintenant tu connais

la chanson d'Higelin.

 

Tes yeux penchés sur ton I-Phone

s'absentaient parfois très loin,

et pourtant si proche

de moi,

ils éclairaient ce samedi d'avril.

 

Tes yeux voulaient dormir

mais tu ne dors jamais

dans le train.

Tes yeux ne se découvrent pas

d'un fil en avril

et pourtant tu voulais me dire.

Tes yeux voulaient me dire

mais tes yeux se taisent

toujours dans le train d'avril.

Tes yeux voulaient m'aimer

au mois de mai.

mais le train de la vie

emporte les grands amours

vers les ténèbres et la tombe.

 

Tes yeux?

Tes yeux ont déjà regardé

dix milles hommes dans les yeux.

Tes yeux?

Tes yeux noisettes

s'habillent en nuisette

et gardent le souvenir

de nuits troubles et affolantes.

Tes yeux me font du pied.

Tes yeux me prennent en otage.

Tes yeux m'enlèvent

et me gardent au fond de ton coeur.

Tes yeux,

ils ont connu

tant d'inconnus

comme une équation érotique

à mille inconnues,

tant de nuits obscures,

tant de plaisirs coupables,

tant de plaisirs mercure

comme un noir poison

qui t'as gâché l'amour

pour une décennie,

tes yeux d'amour

qui m'ont redonné vie

et ne me quittent jamais.

 

Tes yeux,

c'est toute ma poésie.

Tes yeux,

ce sont nos heures de folie

quand nos corps bataillent

sur ce lit qui connaît tant d'hommes,

tant d'amours coupables,

tant de moments secrets

perdus dans le temps,

perdus pour toujours.

 

Tes yeux

on dirait qu'ils sont irréels

et qu'ils donnent naissance

à tout l'amour du monde. 

Et si les hommes

se sont perdus dans tes yeux

comme Icare se brûlant les ailes

au soleil,

je serai ce dernier homme

qui aura su parler de tes yeux

et de notre amour

pareil au soleil.

 

Hommage à Hig le Magicien

 

Quand je regarde ta lune

se donner blanche et romantique

à mon visage ébloui

j'ai tes pompiers dans mon zizi.

Quand je regarde ton soleil

se brûler innervé par ton orgasme

dompté sur ma langue

j'ai tes pompiers dans mon zizi.

Quand je regarde ton ciel

s'ouvrir sur la lumière d'un trou noir

j'ai tes pompiers dans mon zizi.

Et quand nous créons nos étoiles,

que notre amour devient tantraphysique

la science amoureuse

a fait un pas de plus

et j'ai tes pompiers dans mon zizi.

 

Et si je tombe de ton ciel

alors je suis mort

de tes pompiers.

Et si je tombe de ton corps

alors je suis mort

de tes pompiers.

Et si je tombe de tes yeux

alors je suis dingue

de tes pompiers.

Et si je tombe de ta bouche

alors je suis fou

de tes pompiers.

 

Il faudra m'enfermer

comme un fauve en cage.

Je risque un massacre,

une symphonie censurée

pour pompiers et hautbois.

Il faudra me mettre

la camisole de force

et censurer toute notre musique.

Je risque un massacre d'amour.

Un massacre d'amour

est annoncé.

Je te préviens.

J'ai tes pompiers dans mon zizi

et si tu n'éteins pas mon feu,

mon feu va cracher partout

sur la Terre entière

que tes pompiers

mettent le feu à mon zizi

Je suis tiens! tiens!

Prends encore!

un peu de miel et de confiture,

un peu d'absinthe menthe à l'O.

je suis tien, je suis tien tien

et je suis martien aussi,

à bout de la guerre,

à bout d'arguments,

à bout de bons sentiments,

à bout de saints-sacrements.

Je bous de mon zizi

de ne pouvoir t'aimer.

Mon bout est à feu et à sang.

Sans toi, c'est la fin érotique.

Je suis mort

si tu pars.

Je suis mort

si tu pars.

Je suis mort

dans ton lupanar.

Je suis mort

comme un anar.

Je suis mort.

«Il est tard, sauve-toi, je t’aime, riez pas du pauvre macchabée.» 

Je t'aime bouche bée.

Reste si tu me trouves

assez con pour t'aimer,

assez con d'aimer

une fille libre comme toi,

assez con d'y croire

à la folie.

 

Que la folie nous emporte.

Je t'aime.

 

Notre amour

c'est le point Hig.

 

 

07/04/2018

Tous ces grands chanteurs

Higelin est parti.

C'est Adjani

qui ne peut plus dire

je t'aime.

 

Higelin s'était construit des ailes

mais à quoi ça lui servaient ses ailes

dans ce monde si lourd,

ce monde si fermé et si sourd 

à nos histoires d'amour

que même le soleil pourrait finir

par s'éteindre

en plein midi

que personne ne s'en apercevrait

tant d'yeux rivés sur leurs I-Phone?

 

Higelin poète de mes 20 ans,

même si je ne l'écoutais

que trop rarement

par manque de temps.

Higelin n'avait pas besoin

des simulacres et des simagrées

du showbizz

pour écrire des poèmes inouïs.

Il était Hig

et finissait tous ses vers

en tige

comme vertige

ou haute voltige,

révoltige ou divin prestige,

champagne sur nos sentiments évanouis

au milieu des asphyxies de ce monde,

l'amour sans savoir ce que c'est

et puis ces guerres et ces haines

qui tuent le temps précieux

de nous aimer sans avoir recours

aux artifices et sex-toys

tellement vibrants mais morts,

tellement excitant mais mortels

comme des objets de plaisir

sans jouissance charnelle,

des objets de silicone

qui inondent les vallées

et les cols de l'Utérus

de nos déesses émouvantes,

muettes d'un silence glacial

se donnant du plaisir,

d'un plaisir sans partage,

d'un charnier pornographique,

d'un orgasme sans amour,

d'une baise aussi givrée

que les nuits d'hiver

tout seul, toute seule,

dans nos lits morts. 

 

Il faudra leur dire

que les poètes sont morts

mais que leurs sons et lumières

ne se perdent jamais tout-à-fait

et que lorsque la mort rôde

il faudra encore savoir prendre

le temps d'aimer

pour de vrai

sans artifice et sans sex-toy

la fille qui passe

et qui ne reviendra pas

de sitôt

nous faire l'amour

si nous ne connaissons plus rien à l'amour.

 

Higelin est parti.

C'est Adjani

qui ne peut plus lui dire

je t'aime.