24/03/2020

Manu Dibango est mort du Covid-19

Une triste nouvelle de plus. Le musicien, dit Papy Groove, est décédé à l'âge de 86 ans après avoir contracté la COVID-19.

Les jeunes, s'il vous plaît, faites encore un effort pour sauver nos personnes âgées. Merci. Elles font aussi partie de notre patrimoine collectif de l'Humanité.

 

 

Des patrons plus précaires que leurs employé-e-s?

Le Covid-19 fait subir un renversement surprenant de tendance au pays du capitalisme. Les employé-e-s seraient mieux indemnisé-e-s que leur patron.

Certes. Cela paraît renversant dans un pays parmi les plus libéraux du monde. Le Conseil fédéral devra encore statuer prochainement suite à la pétition lancée par les patrons de PME qui demandent clairement un réajustement de leur droit exceptionnel à des indemnités chômage (ce qui n'avait par ailleurs jamais existé auparavant pour les indépendant-e-s).

En général, on perçoit un entrepreneur comme quelqu'un au statut social nettement plus élevé que celui de ses employés. Hors, il faut se rappeler ici que la vision capitaliste de notre système prévoit que les patrons s'octroient les bénéfices et assument les pertes de leur entreprise. Ce qui est presque toujours le cas (sauf chez les patrons altruistes) en ce qui concerne les bénéfices mais parfois pas le cas pour les pertes dont le patron essaie de s'en soustraire d'une façon ou d'une autre pour limiter sa propre casse.

J'ai aussi été patron de ma première petite entreprise qui comptait alors 6 employé-e-s à plein temps dans les années 80. Après deux ans d'exploitation, j'ai du lâcher mon indépendance devant les charges trop lourdes (loyer exorbitant, entre autres). Au bilan, et avec l'aide de mon comptable, je m'étais alors moins bien payé que mon employée de chambres d'hôtel en considérant les résultats. Je travaillais alors 7 jours sur 7 et mes employé-e-s n'ont jamais du subir mes pertes d'une façon ou d'une autre.

Alors oui, je comprends et je défends la réaction des patron et patronnes de PME surtout quand l'entreprise se réduit à eux seuls ou à un ou deux employé-e-s (petits restaurants, par exemple) dont l'entreprise ne dégage pas un gros bénéfice et permet juste de continuer la route. Par contre, pour les entrepreneurs qui dégagent de gros résultats d'entreprises et ne font jamais participer leur personnel aux bénéfices réalisées par l'entreprise, je trouve, philosophiquement parlant, que cela serait bien que leurs employés "gagnent" pour une fois mieux leur vie qu'eux durant quelques mois quand l'entreprise ne peut plus fonctionner normalement.

Une bonne leçon pour ces entrepreneurs millionnaires, en quelque sorte.

En espérant d'ailleurs, que ces derniers n'auront pas l'indécence de demander de l'aide à l'Etat. Ils peuvent survivre au-delà de quelques moins de fermeture...

https://www.letemps.ch/economie/crise-indemnite-chomage-c...

 

Pourra-t-on créer un passeport immunitaire Covid-19?

La Suisse cherche à créer un test pour voir si les personnes déjà infectées par le Covid-19, et qui ont guéri de ce virus, ont réussi à développer des anti-corps suffisants et seraient donc immunisées contre le risque de réinfection.

Si nous arrivons à créer un test fiable, ce sera un pas en avant dans cette guerre que nous menons au virus. Les personnes actuellement en chômage technique pourraient palier aux absences de nouveaux malades et de gens mis en quarantaine qui n'ont pas encore contractés le virus. Ces personnes pourraient surtout se mettre à disposition pour occuper des postes exposés comme dans les hôpitaux, les offices de poste, ou les magasins en remplacement des titulaires malades ou en quarantaine.

Si changer de profession pendant quelques temps n'est pas possible dans toutes les situations (la formation et l'exigence du poste) il y a sans doute des possibilités dans les métiers qui ne demandent pas forcément toutes les compétences d'un diplôme reconnu pour développer cependant une certaine efficacité au travail.

Des soldats-citoyens-ennes immunisé-e-s seraient donc prêt à continuer le combat sur le front du travail pour maintenir les rouages prioritaires du pays.

Une autre bonne nouvelle possible pourrait tomber parmi les centaines de mauvaises nouvelles qui nous arrivent du monde entier.

 

 

23/03/2020

Travailler encore

C'est un pays

qui ne s'arrête jamais,

un pays que j'habite,

un pays que j'aime.

Même si lui

ne m'aime pas en retour.

20200323_155300.jpg

Lithographie de Hans Erni, pour ses 65 ans, hommage aux maçons

 

Qu'ai-je fait?

Oui je sais.

Ma vie n'est pas un long fleuve tranquille

Qu'ai-je commis?

Oui je sais.

Je suis sorti des clous d'une vie tranquille

Qu'ai-je vécu?

Oui je sais.

Je suis un adepte de l'intranquillité.

 

J'ai toujours travaillé

plus dur et plus que certains.

J'ai toujours travaillé

mais je suis toujours

resté dans les soucis,

les dettes, et les poursuites.

20200323_155300000000.jpg

Le Sang du Travail

 

Aujourd'hui,

je suis à l'arrêt.

Par obligation,

par sécurité,

par protection

pour le peuple.

 

Mais je travaille toujours

ici avec vous, mais sans vous.

J'écris, je photographie,

je crée, je m'exprime

comme je l'ai toujours fait,

en muet  du pays.

20200323_155300000.jpg

Le Maçon et l'Artiste

 

J'aimerais remercier

toutes celles et tous ceux

qui vont au travail,

qui font encore tourner le pays,

qui prennent des risques

et qui ne se plaignent pas.

 

Des images, c'est peu de choses

pour soulager l'angoisse qui étreint,

les incertitudes du lendemain,

pour faire oublier le virus

qui rôde en assassin invisible

sur nos têtes assommées

par les nouvelles quotidiennes.

 

Nous n'allons pas tous mourir.

Mais nous aurons des morts

dans nos familles, parmi nos amis.

Nous n'allons pas tous devenir misérables.

Mais la misère nous guette

et emportera beaucoup d'entre nous.

20200323_1553000000000000.jpg

Helvetia Nostra

 

Faisons la fête au travail.

A celui qui nous apporte

confort et sécurité;

à celui que nous aimons

ou que nous détestons;

à celui qui nous remplit

le ventre et notre esprit.

 

A celles et ceux

qui vont au travail,

qui ont peur pour leur vie

et celles de leurs proches,

je dédie ce billet et cette chanson.

 

 

Le sacrifice des personnes âgées pour sauver l'économie?

Tous les pays d'Europe choisissent leur propre stratégie face au coronavirus.

Fini l'Union Européenne! Elle est morte et enterrée par le COVID-19.

Si l'on compare un pays fédéral comme la Suisse, qui tient bien les rennes, malgré quelques velléités cantonale, à l'Union Européenne, on voit très bien les manquements béants et définitifs d'un quelconque pouvoir européen à large échelle (en comparaison de l'Etat centralisé chinois qui a tout dirigé durant le développement du virus, l'Union européenne en est réduite à un pois chiche sans aucune influence sur les nations).

Il y a surtout un point stratégique central que les pays se sont octroyés. Fait-on du confinement des populations le nerf de cette guerre totale faite au virus ou, au contraire, parions-nous sur le développement de la maladie à large échelle (puisque les populations jeunes sont pour le moment peu touchée par un développement grave de la maladie) au détriment des populations âgées qui seront alors sacrifiées à raison d'un pourcentage très important mettant par ailleurs la santé du personnel médical en très grand danger et en état d'épuisement total. Aucun pays n'est préparé à soigner des dizaines de milliers de personnes ayant besoin de soin urgents comme aucun pays ne devrait pouvoir envisager de laisser mourir une grande partie de sa population âgée. La réaction d'une dictature comme la Chine, qui a été jusqu'à euthanasiée les animaux domestiques pour que les gens ne sortent pas et qui a embarqué immédiatement toute personne atteinte de fièvre vers les hôpitaux à COVID-19, serait alors considérée comme bien plus humaniste envers tout son peuple que certains pays du Nord (par ailleurs très sociaux à l'ordinaire avec les familles, entre autres) de l'Europe qui joue gravement avec le feu en espérant cette immunité collective.

Doit-on sacrifier les vieux pour permettre à l'économie de continuer sans trop de dégâts? C'est une question qui était alors impensable dans les pays démocratiques. Il semble pourtant que des pays y ont répondu de manière hâtive, dans la précipitation et la panique ou inconscience la plus totale, sans trop réfléchir au devenir des populations âgées.

Ces pays, ces dirigeants, qui ont pris de telles décisions aussi folles devront répondre devant leur peuple et la Cour européenne des droits de l'Homme si tout cela tourne en génocide de la population vieillissante.

Vite des philosophes et des hommes, des femmes, sages au pouvoir!