17/05/2017

Nicolas Hulot hululera-t-il bientôt?

Il y a une nomination un peu saugrenue dans le nouveau gouvernement Macron: c'est celle de Nicolas Hulot au Ministère de la Transition énergétique et solaire, pardon solidaire.

Petit un, nous sommes désormais dans la Transition énergétique sans y être. Areva veillera à ce que l'énergie atomique soit bien représentée pour faire durer les futures poubelles nucléaires qui seront très nombreuses en France. Avec Edouard Philippe comme Premier Ministre, ex d'Areva (ce n'est pas une bombe atomique mais les mecs actifs dans les directions d'entreprises font souvent oeuvre de sentimentalisme et de retour d'ascenseur avec leur baronnerie passée) on est déjà sûr qu'Hulot risque bien d'hululer assez rapidement si les budgets filent à la vitesse de l'atome du côté de la recherche nucléaire plutôt que du côté des énergies renouvelables dont il attend pour elles des budgets conséquents de l'Etat.

Petit deux, il fait donc partie d'un gouvernement qui va axer ses priorités sur le libre-échangisme toujours en cours, monde dans lequel les marchandises circulent souvent avec une aberration totale d'un pays à l'autre, d'un continent à l'autre gaspillant ainsi les matières premières et polluant l'air sans discontinuer. Oui. Je sais, cela donne du travail au monde entier. Mais pourquoi tant de misère et de gens sans travail alors?

Ce monde-là n'est pas, à priori, le monde de Nicolas Hulot qui se dit avoir une fibre écologique maximale.

Laissons donc travailler ce gouvernement possiblement éphémère puisque, dans un mois, il y aura peut-être, déjà, un nouveau gouvernement avec un premier ministre de la France insoumise ou des Républicains. Ce serait alors une belle gabegie. Mais c'est la France dans toute sa splendeur et son incertitude actuelle.

Je termine par cette magnifique phrase de Jean Rogissart tirée de Passante d'Octobre et dénichée sur Wikipédia. Je la dédicace au Premier Ministre de la Transition énergétique et solidaire:

"Et tu auras beau houpper, hurler à l’aide, hululer comme une hulotte, la fagne est une solitude, un désert funeste à qui la nargue ; personne ne t’entendra."

Nicolas Hulot est prévenu. Il y aura du tiraillement entre lui et Edouard Philippe.

20170517_091513.JPG

Potin au masque (Marseille? Sa Grèce antique? Son théâtre?)

aussi rare que la chance de gagner le gros lot dans la vie.

20170517_091659.JPG

Et son revers le taureau (demande à un numismate professionnel si c'est vraiment ça).

 

La Gaule est généreuse avec l'homme qui défend les Lumières.

 

 

Médiapart "oublie" de faire la révolution avec ses lectrices et lecteurs

Le site Médiapart d'Edwy Plenel est en difficulté.

Nombre de ses lectrices et lecteurs se désabonnent à la suite de l'élection présidentielle. La ligne éditoriale, peu favorable à la France insoumise sans y être totalement opposée, et plutôt favorable à Emmanuel Macron a rompu la confiance entre une partie des abonné(e)s et les journalistes qui font Médiapart.

Nous vivons dans un temps de basculement. La défaite au premier tour de Jean-Luc Mélenchon pour la présidence a amplifié la défiance des abonnés envers Médiapart. Tout le monde sait qu'Edwy Plenel a toujours été plutôt favorable aux caciques du PS, Christiane Taubira notamment qui a su partir du gouvernement Hollande au bon moment. Le problème est que Taubira et autres notables, dont le plus détesté Manuel Valls et Hollande lui-même, s'en sont allés donner la main à Emmanuel Macron et non à Jean-Luc Mélenchon. Le schisme était donc inévitable entre la rédaction de Médiapart et une partie de son lectorat. 

Il y a une vraie rupture politique de type révolutionnaire entre la France insoumise et la classe politique française dominante aujourd'hui. Cela met en réelle difficulté le site Médiapart qui ne vit que par ses abonné(e)s puisque toute publicité et revenu découlant de cette source y sont bannis. L'indépendance journalistique n'est pas remise en cause par les lecteurs et lectrices fâchés qui se désabonnent où se posent la question de leur départ. Ce qui est remis en cause par une partie du lectorat, c'est la prise de risque ou plutôt l'absence de risque, la volonté de Médiapart de rester dans sa zone de confort, de ne point prendre décision et de trancher entre ses envies de "faire révolution" avec les insoumis et insoumises en risquant de se couper de la classe politique dominante et ses envies de jouer les "sages" se maintenant dans une sorte de neutralité avec une ligne éditoriale frileuse en ménageant la chèvre insoumise et le choux Macron. Pour un journal de combat social, ça la fout mal, Macron étant automatiquement rejeté, par la majorité de l'ancien lectorat de Médiapart, du côté libéral de la Force, Dark Vador s'en allant semer ses graines du démantèlement de la Loi Travail, des avantages fiscaux aux plus riches, des aides d'Etat mirifiques aux entreprises du CAC40, etc. 

Edwy Plenel et son équipe seront condamnés à faire un choix douloureux dans les prochains mois si la France insoumise ne perd pas sa dynamique révolutionnaire après les législatives. La rédaction a peut-être oublié que la France insoumise ne se réduit pas aux rebelles des Nuits Debout, le mouvement anarchiste qui a fait les jours et les nuits de la politique française au printemps 2016 dans les volutes et les odeurs des bombes lacrymogènes. La France insoumise aujourd'hui c'est un demi-millions d'activistes sur le terrain, 7 millions de citoyens et citoyennes qui ont voté pour Jean-Luc Mélenchon dans un mouvement d'adhésion, près de 20% des votants au premier tour...à 3 petits points d'un Macron qui lui a reçu au moins un 5% à 7% de votes qui étaient des votes utiles pour éviter un deuxième tour Le Pen-Fillon ou Le Pen-Mélenchon.

La France insoumise avait sans doute, avant le premier tour déjà, réalisé l'essentiel de son combat de persuasion auprès ces citoyens et citoyennes et sur les autres prétendants à l'investiture présidentielle: rallier la plus grande petite partie des Français et des Françaises à son programme à presque égalité avec...le Front National...qui lui ne pouvait pas espérer au-delà des 30% à 35% d'électeurs et d'électrices au second tour au contraire de Jean-Luc Mélenchon qui aurait sans doute dépassé les 40% en sa faveur au second tour face à Macron, voir qui l'aurait battu tant le leader de la France insoumise aurait déstabilisé le candidat ultra-libéral de...gauche lors du grand débat présidentiel.

Ne pas intégrer le vague inarrêtable de la révolution insoumise dans le logiciel médiapartien est peut-être la faute majeure d'Edwy Plenel qui, apparemment, n'arrive pas à sortir de la vieille logique des partis...

Pour ma part, je garde mon soutien à ce média qui crée d'excellents débats sur son site et dont le travail très professionnel ne peut pas être remis en question d'un coup de gueule révolutionnaire. Mais ce billet fait acte de bienveillance envers un journal en ligne qui est pour moi devenu essentiel dans le paysage politique français.

Prendre le vent avec la révolution et le goût de la  VIème République est ce petit quelque chose qui manque actuellement à Médiapart pour retrouver moins de défiance de la part de son lectorat.

Ces petits rien qui font de nous ces Terriens prêts pour une révolution des consciences.

 

16/05/2017

Marseille, la bouille à Keny

Ils veulent

la bouille à Macron Kennedy

dans leur vie rose bonbon.

Ils veulent

les micros branchés sur leur vieux monde

et les flingues médiatiques branchés

sur les révolutionnaires.

 

J'irai pas bouffé

la bouillabaisse avec Mennucci.

Je suis pas un touriste

qui se cancane sur la Croisette

mais peut-être un terroriste

dangereux à leurs yeux tristes

qui boute le feu à l'allumette

pour entretenir la joie d'exister

malgré ma vie Rue des Impasses.

 

J'ai pas la bouille à baise

d'un bourgeois bon chic bon genre

ni celui d'un traître aux miens

qui se fait plein de fric

et vote toujours bon chic bon genre.

 

J'aime la bouille à Keny.

A Keny qui?

A Keny Arkana

la fille qui boute le feu

au vieux monde,

la bouille à l'insoumise

qui n'a pas froid aux yeux

et qui s'ouvre sur le rapmonde.

 

J'en ai marre seille

de verser des larmes

en restant dans leur système.

J'en ai marre seille

de verser l'oseille

sur leurs comptes en banque

tandis que je joue le saltimbanque

pour leurs villas et leurs yachts.

J'en ai marre seille

de me réveiller tous les matins

sans avenir et sans projet

autre que celui de trimer

pour la gloire d'un riche.

J'en ai marre seille

de déverser mes peines

et de ne rien pouvoir faire.

 

Révolution.

Marseille, Capitale de la vraie rupture.

 

Keny Arkana,

une bombe tout en poésie!

 

La gauche française aujourd'hui? Coluche l'aurait lessivée

La dernière du jour. Manuel Valls n'aura ni adversaire PS ni En Marche sur son territoire. C'est la politique du ni-ni et cela lui va si bien. Mais il aura quand un adversaire de la France insoumise et un autre des LR...

La Gauche aujourd'hui en France, c'est bientôt cent chapelles qui se réclament de Jaurès. On a donc le parti anticapitaliste de Poutou: les communistes de Laurent; EELV de Jadot; Arthaud de Lutte Ouvrière; Hamon du PS gauche de la gauche; dès aujourd'hui Valls du PS ni gauche ni gauche mais droche quand même qui ne va pas tarder à créer son propre mouvement à coups de 49.3 du menton; Macron, bien sûr, l'ouvreur heureux du Mac Rond de la Rotonde qui va faire recette publicitaire dans toutes les villes de France et de Navarre; Gérard Philippe, son chevalier servant dans Fanfan la Tupipes queqchose or not Tupipes nada à ce mic-mac géant, la gauche-droite télécrochet of The Voice qui te place un uppercut hors d'atteinte à la droite-droite de Sarkozy, heuu excuse-moi, c'était Edouard Philippe le Retardataire au doigté très fin et à l'appétit très grand mais il fallait que je la fasse pour toi celle-là; et puis, on va pousser la gauche existentielle jusqu'à l'anar de droite NKM qui a des tendances affirmées de gauche quand elle porte sa veste de cuir noir avec sa bouche en coeur qui bat la chamade pour la rue et les rockers de Starmania. Enfin, pourquoi pas, Juppé lui-même qui, forcé par le pouvoir d'attraction de la planète Jupiter Macron, se fait gratuitement un des anneaux de Saturne lors d'une éclipse lunaire pour ce mouvement En marche capturant ainsi toutes sortes de météores venant de partout chambouler l'ordre politique ancien.

Tu parles d'un cataclysme! Les dinosaures n'y vont pas résister!

Avec ça, j'ai oublié LI, Les Insoumis et Insoumises mais si je lis bien leur programme, ils me semblent sortir des partis politiques et vouloir embrasser un programme commun pour la France. Une dictature en puissance? Ben non pas vraiment. Les gens voteront aussi pour qui ils veulent dans le futur. Donc, ce sont les électrices et électeurs qui font et défont les pouvoirs en place. Si la France veut accorder ses violents sur la politique des milliardaires, ils et elles le feront encore dans le futur. Si elle veut la révolution, la France la fera. Cela s'appelle une prise de conscience, ou non, des enjeux d'aujourd'hui.

Les Allemands, dans leur majorité, n'avaient pas vu venir le désastre Adolf Hitler. Les Français, dans leur majorité, verront peut-être les jours heureux de la France insoumise s'ils et elles osent l'audace de rêver d'un monde plus juste et meilleur.

Un mois pour réussir le débarquement à l'Assemblée nationale, amoureux et amoureuses du monde libre et conscient. soutiens et militants de la France insoumise. Ils ne nous feront pas le coup du Rainbow Warrior parce que nous savons tout de leur détermination jusqu'au boutiste à nous couler et nous laisser en rade pour la vie entière. Nous sommes les guerriers et les guerrières arc-en-ciel. Et nous allons réussir notre mission.

 

Macron veut-il imposer le modèle suisse à la France?

Emmanuel, t'as rien compris à ton pays si tu crois que la Suisse peut s'imposer à la France.

Le havre de paix que tu leur proposes, c'est un havre de guerre larvée et ça me navre. Tu prends la Vème République pour une conne fédérale à sept ministres qui gouvernent ensemble un pays en harmonie. Et ça, c'est un truc de rêveur nourri au biberon du marketing américain et qui veut marginaliser les "néo-Bolcheviks" ou plutôt les Melenchonviks en pleine révolution. Cela ne marchera pas. Les moeurs politiques françaises ne ressemblent en rien aux moeurs suisses. La Suisse qui mange dans le même caquelon à fondue après s'être étripée sur les plateaux de télévision, t'oublie fissa pour la France. Le chaudron des Helvètes et la Soupe au lait de Kappel, la neutralité, et tout le folklore qui fait le charme de la Suisse n'a pas été inventée durant la révolution française. Le chaudron de l'Hexagone fait plutôt penser à des têtes de veau vinaigrette offertes au public venu savourer la défaite des nobles et des grands bourgeois...

Ta révolution tranquille et douillette, tu ne l'auras pas. Parce que si la France insoumise ne veut plus rien comprendre à ton monde tout simplement parce qu'elle a trop bien compris où ce monde de la finance la mène, ce n'est pas pour se retrouver tous ensemble au resto du coeur de Coluche. Tu le sais très bien, Coluche était haï en politique par les bourgeois de la politique mais aussi aimé d'eux parce qu'il les faisait bien rire. La France d'en haut ne fréquente pas la France d'en bas et vice versa. C'est comme cela la réalité française. Pas autrement. Et le Français n'a pas du tout le tempérament du Suisse qui baisse la tête une fois qu'il se retrouve en échec économique, familial, social, et qui prend tout sur lui de sa défaite par soucis de paix confédérale éternelle. Le sado-masochisme a ses limites en France. La responsabilité individuelle ne va pas si loin dans ton pays qui juge d'abord la victoire ou la défaite des gens sur la responsabilité collective du pays avec ce désastre actuelle des institutions et la casse sociale alors que l'économie se porte elle comme un charme avec ses millionnaires qui n'ont jamais été aussi nombreux et de plus en plus riches. 

Je te le dis, tu n'arriveras pas à marginaliser la France insoumise. Et tu risques d'avoir bien des déboires en voulant réunir dans "la famille" les Socialistes, les Républicains, et En Marche pour une majorité de coalition présidentielle à l'Assemblée nationale afin de faire barrage aux Insoumis qui auront peut-être obtenu le plus de sièges.

Le Royaume des insoumis et des insoumises n'appartient pas à ton monde de riches, il appartient à celui qui vient où les richesses du coeur et de l'esprit prendront le pas sur les richesses matérielles comme valeurs objectives et futuristes de l'être humain. Et ce jour-là, la France fera mieux que la Suisse en matière de démocratie et d'horizontalité du pouvoir parce que les pauvres ne resteront alors pas condamnés à leur pauvreté à vie alors qu'ils font mille efforts pour montrer qu'ils méritent peut-être encore une place au sein d'une société qui a fini par les ignorer...royalement.

Emmanuel, prépare-toi à la révolution. Pas à la paix. Pas encore.