20/05/2018

Les jeunes Suisses ont une dent contre Monsanto

Les Suisses ont horreur du désordre. Ils préfèrent donc rester dans l'ordre néolibéral tout en grillant leurs saucisses et entrecôtes sur leurs balcons merveilleux alors que la France est aux tisons et que le monde brûle.

La Suisse bouge un peu. Hâte toi lentement et le révolution viendra... C'est le dicton de circonstance en ce mai 2018.

C'est donc à une fête à...Monsanto que les écologistes helvétiques ont convié la population.

Nous en Suisse, on vote, ma bonne dame, mon bon monsieur. On ne fait pas la révolution comme ces sauvages, ces sans-culottes de Françaises et de Français qui rêvent de pendre la tête à Macron à un gibet de potence...carnavalesque.

Dans 50 ans, en relisant les archives de notre temps, les médias pourront écrire que les Suisses faisaient signer une pétition contre le géant de l'agro-alimentaire chimique Monsanto qui veut privatiser le vivant et nous gâter de ces pollutions chimiques tandis que la France semait les germes politique de la chute du Capitalisme.

La gauchiasse, comme l'appellent désormais les braves bourgeois qui haïssent la révolte du peuple,  la gauchiasse française enchaînaient les grèves et les manifestations ainsi que les AG et les blocages de fac, les zadistes défendaient leur ZAD à notre Dame-des-Landes tandis que les écolos helvètes faisaient pousser brocolis, oignons, et choux-fleurs sur leurs têtes bien faites pour protester contre Monsanto avec des slogans qui ressemblaient à ceux de la fête à Macron.

Les Suisses avancent d'un petit pas timide pour conquérir la rue et défendent une vision contestataire de l'alimentaire mais ne remettent d'aucune façon en cause le système dans lequel ils vivent si bien en général et en profitent au mieux. Ils râlent pourtant contre l'assurance-maladie privée mais obligatoire qui leur coûte bientôt le prix du saladier d'argent de Wimbledon chaque mois; les Suisses sont de braves vaches à traire mais ils se taisent encore parce que leurs salaires, pour la plupart d'entre eux, n'a rien à voir avec un salaire moyen français, allemand ou italien; les Suisses pensent sincèrement que les Français font fausse route et qu'ils et elles feraient mieux de retourner au travail plutôt que de se révolter dans la rue; les Suisses pensent que Macron est un président BCBG, jeune cadre dynamique de la banque devenu président de tout un pays, qui est l'homme de la situation pour transformer la France en pays néolibéral plutôt que de moderniser l'Etat providentiel complètement ringard et ruineux aux yeux des Helvètes fiers du tout libéral; les Suisses pensent que Monsanto est juste un monstre qui s'est créé tout seul, au même titre que Facebook et Google, mais qu'il n'est pas le fruit des entrailles mortelles du néolibéralisme.

Les Suisses ne veulent pas de révolution copernicienne. En bons citoyens et en bonnes citoyennes, ils se tiennent peinard, se hâtent lentement, et mille jeunes défilent un samedi par an dans la petite ville de Morges pour dire NON à Monsanto.

Tout un programme politique...

Le Facebook des champs a toujours le champ libre devant lui. Nos initiatives populaires sont certes importantes pour la vie démocratique mais que peuvent-elles faire si nous gardons un système qui a permis toutes les dérives actuelles et tous les poisons qui se répandent et nous tuent à petit feu, nos enfants les premiers qui sont empoisonnés dès leur naissance? Pour les géants du monde ultralibéral, ces initiatives et votations ne sont que torchons de papier votés par un peuple bien naïf qui croit encore réellement que nous devons réformer le système et non le détruire...par une bonne révolution populaire qui nous permettra de reprendre le pouvoir sur nous en devenant solidaires les uns des autres.

Les rouges et les anars font peur mais ce ne sont pas eux qui mettent la planète à sac et détruisent les peuples. Demandez la responsabilité de l'état de notre planète aux champions de l'ultra-libéralisme qui nous injectent dans nos cerveaux la lèpre de notre temps: soit l'ultra-matérialisme, l'ultra-individualisme, et l'ultra-consumérisme.

https://www.24heures.ch/vaud-regions/lausanne-region/mill... 

 

19/05/2018

Une France Debout, dernière chance de changer un système délirant

La mer, ça commence par un ruisseau, puis un torrent, puis une rivière, puis un fleuve, puis une marée humaine qui déboule sur les pavés avec des roulements de tambour.

La casse sociale, ça suffit! Les ordonnances de l'empereur au service du Capital, ça suffit! Les vexations, les soumissions, les gens qui ne sont rien aux yeux du propre président Start-Up de leur pays, ça suffit!

Nous qu'est-ce qu'on veut? On veut juste être et juste donner à nos enfants, nos petits-enfants, le droit d'être dans un monde de justice et de partage et non dans un système ou chacun monte sur l'autre en se servant au passage pour accroître son vampirisme matérialiste et réduire les simples, les gentils, les romantiques à n'être plus que de la chair à canon pour leur système sanguinaire assoiffé de sang du peuple, anémiant les femmes et les hommes et les réduisant au néant.

Prends la Révolution et épouse-là. C'est elle qui mérite ta fidélité et ton respect, ta dignité et ton amour.

Les cons qui veulent te réduire à néant par quelques mots haineux et assassins ne peuvent avoir aucun effet sur toi. Au contraire, ils ne peuvent que te donner plus d'énergie et de courage à affronter ce système qui ne nous donne plus aucun espoir de futur tellement il s'est corrompu avec les très riches, donnant même la présidence des pays aux très très riches. Ces présidents ne sont plus les nôtres tant ils sont la copie conforme aux rois et aux empereurs dont la Révolution démocratique ne voulaient plus en 1789.

Alors si la Suisse sommeille sur son oseille, il y a des seilles d'eau glacée qui sont déversées en France sur ce barrage de plomb. Et quand l'eau se mettra à courir dans la rue (elle a déjà pris la rue, manque la marée) alors tu sauras combien les coeurs sont chauds, voluptueux, toujours amoureux, romantiques, tragiques, comiques comme une grande histoire d'amour révolutionnaire.

Au Plouc qui se rappelle de son Mai 68 en oubliant de descendre cette fois dans la rue en Mai 2018 avec le peuple qui chante sa révolution. Trop vieux, le Plouc? Mais non! Être jeune n'est pas qu'une question de physique. Elle est d'abord une question de mental. Reconnaître et appuyer les mêmes droits aux jeunes et au peuple de se révolter en Mai 2018 c'est le minimum syndical pour qui a fait Mai 68. 

http://jncuenod.blog.tdg.ch/archive/2018/05/17/le-mouveme...

 

 

18/05/2018

Si le soleil ne brille plus

 

Si le soleil ne brille pas

pour les petites gens

c'est que les grands,

les prédateurs,

les bouffeurs d'espace,

occupent tout le terrain

de lumière

et que les petites gens,

relégués dans la nuit,

croient que c'est bien normal

puisque leur président leur dit

qu'il faut des premiers de cordée

en oubliant de leur dire

qu'il faut des deuxièmes,

des troisièmes, des quatrièmes,

des millièmes,

et même des 7 milliardièmes

de cordée

sur le podium de l'Humanité

pour que le soleil brille

en faveur de tout le monde.

 

Un premier de cordée,

ça devrait penser à la pauvreté

et même à la misère

quand il voit tous les milliards

de cette société productiviste

qui rentrent dans quelques poches

et qu'il décide pourtant,

en tout état de cause,

de donner encore plus aux très riches

et aux premiers de cordée.

Un premier de cordée,

ça devrait imaginer

et anticiper le principe, le concept global

de la démocratie pour tous

qui passe forcément par plus d'égalité

des chances et des gains

et non par l'inégalité organisée

et la prédation des biens,

le démembrement des entreprises

et des humains

par quelques grands esprits

préhistoriques

qui font marcher leur cerveau

reptilien plutôt qu'humain.

Un premier de cordée,

il devrait prendre exemple

sur des grandes figures

de l'Humanité

et non pas sur des grandes figures

de l'économie ultra-libérale

qui ont gagné des milliards

sur le dos des autres

au risque de faire s'écrouler

la civilisation démocratique.

Un premier de cordée

devrait être capable de faire briller

le soleil sur notre terre promise

à condition qu'il s'occupe

et se préoccupe réellement

de la redistribution de l'oseille

en prenant conseil

sur des économistes communautaires

et non en écoutant les litanies,

les dogmes sectaires des curés

de l'Eglise des papes financiers

et de leurs conclaves à Wall Street.

 

Le soleil reviendra

quand un premier de cordée

dirigera enfin le pays

vers une société de partage

et non pour cette petite meute

de dinosaures hors de notre temps

provoquant ravages sociaux

et société de saccage,

financiarisation tyrannique du monde

et abandon des lois démocratiques;

un premier de cordée

qui ne serait pas un dinosaure

aux dents longues

mais une femme ou un homme

qui guide sans violence

un peuple vers sa délivrance,

vers son indépendance retrouvée

face à son ex-addiction

à la consommation junkie,

cette drogue des temps modernes

qui a envahi tous nos espaces publics et privés,

tous nos lieux de plaisirs et de débauche,

tous nos lieux d'échanges

où seul compte le porte-monnaie

pour obtenir et recevoir

quelques bienfaits

mais aussi beaucoup de frustration

et surtout un terrible manque

d'amour, de reconnaissance,

et de partage.

 

Si le soleil démocratique ne brille plus

sur cette terre de France,

Pharaon sait très bien pourquoi.

 

 

 

Avant 26 mai, se visionner cette émission politique du "Média"...

Cela se passe sur "Le Média" et c'est essentiel. Hélas, les médias traditionnels font l'impasse et passent leur chemin comme si de rien n'était.

Alors si on parlait vraiment politique et lutte des classes pour une fois et pas seulement néolibéralisme et pouvoir d'achat comme seules obsessions au programme des êtres humains de notre temps.

A vous de regarder si vous avez deux heures à consacrer à autre chose qu'aux loisirs ou à une série cul(te) ou à un show de télé-réalité ou à un film grosse production sorti des studios d'Hollywood...

Pour changer nos sociétés il faut changer de civilisation... et ça passe aussi par la grève générale d'un peuple en révolution.

 

La légende de Sekhmet, déesse au visage de lionne

 

Si même les dieux sont avec nous, alors c'est que nous avons raison de vouloir la victoire pour le futur.

 

Elle a quitté Pharaon

et se tient au côté

du peuple. 

 

La Puissante a décidé

de changer de camp.

 

La Puissante

impuissante le pouvoir

des corrompus,

des trop riches,

des trop arrogants,

des trop cyniques,

et restitue le pouvoir

au peuple.

 

La femme-lionne, chaman,

guérisseuse

protectrice de la famille,

mais aussi fille et

guerrière en chef

du dieu Ré,

du dieu soleil.

 

Si Sekhmet a rejoint

le peuple,

alors ils vont être renversés

les uns après les autres,

les menteurs,

les bonimenteurs,

les faiseurs de bon capital

et de paradis fiscaux.

 

Sekhmet est avec le peuple

et Pharaon n'a désormais

plus le choix

s'il ne veut être renversé

par la révolution:

il doit écouter le peuple

en marche

et qui va venir, comme

de gigantesques marées humaines

se heurter au pouvoir de Pharaon

et tout renverser

sur son passage,

les armées de pharaon,

l'ancienne Loi,

l'ancien système,

l'ancien qui n'a plus de légitimité

à poursuivre

une politique de confiscation

des richesses

au détriment

des travailleuses et travailleurs.

 

Sekhmet la divine est avec nous,

avec le peuple.

Elle appartient au peuple

qui crée la justice

et terrasse les gens

qui provoquent les injustices.

 

20180518_124221.JPG

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sekhmet

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/12/08/pourquoi...

 

http://www.gauchemip.org/spip.php?article7669