13/06/2018

Aquarius Time

Je vois tous ces rejetés

à la mer,

ces femmes, ces hommes,

ces enfants,

dont personne ne veut,

dont presque plus personne

ne veut porter

attention ni compassion

pour les chérir

sur la Terre

des bienfaits de leur amour,

de leur soutien, de leur aide.

 

Je vois toute l'horreur

de ce fascisme odieux

qui grimpe les murs

et lance des invectives

en direction des hordes

de migrants et de migrantes

qui viennent par vagues successives

tenter leur survie chez nous.

 

Elles sont seules

assises dans la cale du navire

et ne se souviennent plus

de ce que leurs corps ont déjà enduré

pendant des longs mois

tellement leur suffocante souffrance

ne peut être ressentie,

exprimée avec des phrases,

avec des mots creux,

tellement l'abandon

est gigantesque,

tellement l'être humain,

ou ce qu'il en reste,

peut parfois devenir abject,

égoïste, prédateur

pour sa soeur,

pour son frère.

 

Elles se taisent.

Certaines sont enceintes

et sont prostrées

telles des proies défaites trop faciles

que le chacal viendra s'offrir,

saisir la chair pour en faire

son festin criminel

avec ces corps

qui ne s'appartiennent déjà plus,

qui errent comme des fantômes,

comme les déportés de Buchenwald,

sans plus d'identité,

sans plus de terre ni maison,

sans droit à la vie

sauf à être

l'exploitée, l'exploité au travail,

l'exploitée, l'exploité sexuel(le),

et rejetés dans l'indifférence

comme un déchet,

comme un non-humain,

comme une chose

qu'on ne veut plus

nulle part autre qu'en enfer

pour le dominer et l'exploiter

encore et encore

jusqu'à la mort,

jusqu'à l'inutilité

de sa carcasse décharnée,

squelettique, méconnaissable

 

Mais dans quel monde

ai-je posé les pieds

le jour de ma naissance?

Mais de quelle absence,

de quel poids de souffrance

je porte le nom,

dans quelle histoire de fou

suis-je tombé

en venant au monde?

 

Y a-t-il donc sur Terre

des gens merveilleux

qui n'ont jamais droit

au soleil et à l'amour?

Y a-t-il donc sur cette Terre

des gens de lumière

que l'on jette dans les cachots

et qui ont vocation à disparition

après exploitations et tortures?

Juste parce qu'ils ne sont pas nés

avec cette bonne étoile

du chanceux

et que la malédiction

semble vouloir s'acharner

sur eux?

 

Il y a ceux que l'on admire,

que l'on envie,

que l'on célèbre

même si ce sont les plus grands

prédateurs de l'Humanité

qui ont déjà fait un certain Mal.

 

Il y a ceux que l'on hait,

que l'on jette dans les oubliettes,

qu'on invite à célébrer jusqu'à

leurs propres pompes funèbres

de leur vivant

parce qu'ils ne sont pas du nombre,

du nombre d'élus et d'élues

qui s'octroient les paradis sur Terre

même si eux, les exclus du paradis,

sont des humains

d'une grande bonté

et d'une beauté d'âme exceptionnelle.

Mamadou Gassama

où es-tu parmi eux, parmi elles?

Parmi eux, parmi elles,

dans ce drame monstrueux?

 

Ce soir, j'ai envie

de vous dire à toutes et tous

que l'amour fait des miracles,

que l'amour peut tout

à condition de se serrer les coudes,

de jouer souder

comme une équipe de football

et de prendre notre Terre

comme un grand terrain de foot

qui est le terrain de jeu

de tous les Terriens

et de toutes les Terriennes.

Abolir les injustices.

Abolir le néolibéralisme.

Abolir les rois et les dictateurs.

Abolir le vieux monde

et monter dans l'Aquarius

sans peur ni reproche

à la rencontre

de ces enfants,

de ces femmes,

de ces hommes

qui sont des êtres humains

et non des bêtes de somme,

des esclaves sexuels,

des corvéables à merci,

et des morts-vivants

qui ont la peste

et sont rejetés

de nos sociétés complètement folles

qui prônent les droits humains

et font pourtant tout le contraire.

 

Nous pouvons vivre

sur la même planète

à la seule condition

que nous soyons capables

de tuer le fasciste

qui sommeille en nous

et nous rend laids,

criminels, et bestiaux

 

C'est en ça que je crois

et tant pis

si on me traite de fou utopiste.

 

Aquarius

c'était aussi le LEM

de la mission lunaire Apollo 13.

C'était le petit objet

sensé déposer sur la lune

des cosmonautes.

Et ce fut finalement

l'objet d'une mission impossible

réussie à force de génie

et de solidarité humaine

de toute la mission scientifique

de la NASA

qui ramena finalement

sain et sauf sur Terre

trois hommes perdus

dans l'espace

qui auraient du devenir

les premiers cadavres

momifiés dans l'espace

si la solidarité humaine

n'avait pas su trouver

¨les jeux inventifs et coopératifs

pour ramener trois âmes

saines et sauves

sur notre Terre.

 

Alors Oui!

Aquarius c'est tout un symbole

pour le genre humain

et notre Civilisation.

 

N.B. Venez nombreux et nombreuses participer à la manif nationale du 16 juin à Bern:

https://asile.ch/evenement/berne-manifestation-entre-nous...

 

11/06/2018

Vois combien de patience

Dans le milieu,

il ne faudrait faire confiance

à personne.

 

Dans le milieu,

ne se joueraient

que des jeux d'intérêt,

des jeux pervers,

des jeux qui se règlent

en rapports de force,

des jeux dominés

par le pouvoir de l'argent

et le pouvoir de séduction.

Le deuxième imposant

son prix au premier.

Le premier imposant

sa domination au second

et demandant la soumission

à ses désirs et ses fantasmes.

 

D'ordinaire,

il ne faudrait jamais accorder

sa confiance et son amour

à une fille de joie

qui doit trop souvent mentir,

trop souvent dire

n'importe quoi

pour satisfaire son client

afin de donner l'apparence

d'un plaisir partagé,

d'une jouissance obtenue

en vingt minutes de sexe

avec un inconnu

sous la contrainte de l'argent.

D'ordinaire,

une fille de joie ne devrait jamais accorder

sa confiance et son amour

à un client

qui ne vient là que consommer

de la chair fraîche

puis repart satisfait

d'avoir tiré son coup. 

 

Mais toi et moi,

cela ça n'a jamais tenu de l'ordinaire.

Au contraire, cela a touché d'emblée

à l'extraordinaire.

Vois combien de patience

j'ai eu pour t'attendre

jour après jour,

nuit après nuit

avec mes poèmes qui ont couché

notre amour sur cette toile.

Vois combien de caresses

tu as offert à mon corps

pour que, nous deux,

on s'apprivoise petit à petit

comme l'oiseau de l'amour

fait son nid;

pour que nous deux,

on choisisse cette mission impossible

de l'amour partagé

dans une piaule de passe.

 

 Ne pense plus

que tu n'as pas ma confiance.

J'ai juste besoin de grande vigilance

pour comprendre notre amour

qui grandit au black

comme une drôle de

clandestinité romantique;

j'ai juste besoin

que tu apprennes aussi

à faire confiance

et à te confier

à cet homme que tu aimes

sans que tu doives

faire bande à part

et que tu te retires vexée

dans une attitude agressive,

cavalière seule

sur la route scabreuse

de tes licornes fabuleuses.

 

Je te donne ma confiance

et mon amour.

Je te donne carte blanche

pour réussir ta vie

même si cela se fera

sans doute trop souvent

loin de moi.

Je te donne tout mon amour

pour élever notre relation

au sommet de la complicité.

 

S'il te plaît

ne te fâche pas

quand j'essaye de comprendre

et que je fais preuve de vigilance

pour éviter que notre relation

se dilue lamentablement

dans ta vie dissolue.

Je ne te flique pas.

Je ne te surveille pas.

Je te laisse libre de tes choix.

 

A la fin,

tu verras combien

j'ai eu raison

de ne jamais rien lâcher

et de faire mon travail d'amant

soucieux du chemin tracé

par son amante

dans le labyrinthe

des maisons de passe 

et des impasses tarifées

de la Voie Lactée.

 

Un vieil homme t'aime

et t'accompagne à distance

parce qu'il a confiance

en la femme géniale

que tu deviens année après année.

 

Garde tout cela en mémoire.

Tu auras encore besoin

d'un ami comme moi.

Je garde bon espoir.

J'ai besoin d'un amour magnifique

comme toi

qui m'a aimé pour de vrai

alors que tout était compromis

dans ma pauvre vie

de marginal.

 

10/06/2018

L'amour pour la première fois

  

Quand il n'y aura plus

de grand frisson

dans ma vie de vieux fripon

et que je n'irai

plus jamais sur ton pont

visiter Venise sous tes jupons

je prendrai la courbe

du soleil et j'irai me coucher

dans l'Océan

jouant encore à cache-cache

avec mes rêves de grand amour

pour toi.

 

Je te verrai toujours venir

du Grand Orient

avec les vents solaires

et mon corps dénudé retrouvant

tous ses élans de jeunesse,

son adolescence volée

qu'il n'a jamais connu

pour cause d'inceste

et de sentiment de viol

quand la première fois

son sexe abusé a touché

le duvet doux d'une fille.

 

C'est un très vieux secret

de famille catholique

qui resurgit sur le papier

si loin dans le temps,

un très vieux souvenir

que je transporte dans la vie

avec cette douleur intime

dont je ne parle à personne

mais qui me rappelle

combien j'ai raté mes années

d'ado blessé et blessant,

d'ado abusé et abuseur

qui n'ouvrait

jamais ses ailes d'amour

pour donner de l'amour

à une camarade,

à une camarade de classe

qui aurait pu lui donner

ce premier amour.

 

Quand je t'ai rencontrée,

mon amour,

j'ai cru vivre enfin

cet amour adolescent

dans ta chambre de bordel.

J'étais intimidé par ta beauté

et je n'osais te dire

ce que j'avais envie de faire

avec toi,

j'étais comme cet enfant

qui croise pour la première fois

les yeux amoureux d'une adolescente,

le premier grand amour

de sa vie.

C'était inimaginable

de me coucher avec toi.

C'était mystérieux et fabuleux

comme dans un conte de fée.

C'était toi qui m'apprenait

tout des jeux de l'amour,

moi le vieux qui avait déjà

tant goûté au sexe des filles.

C'était toi qui me disait

ce que je devais faire

pour te donner du plaisir

et c'était nous qui voulions

faire grandir dans le ciel

notre amour de lumière.

 

Je ne voulais ni voir mon âge

ni ces trois décennies de malheur

qui nous séparent aujourd'hui

d'un possible avenir en commun.

Je ne voulais pas voir le drame

d'une situation qui allait surgir

tôt ou tard

dans nos discussions sérieuses.

Je ne voulais voir

que notre amour

qui vibrait dans nos yeux.

 

Et maintenant que tu m'as dis

que notre histoire amoureuse 

est sans issue

j'ai envie de m'ôter la vie

et de me coucher dans le soleil,

me noyer dans la mer

comme un naufragé de l'amour,

un ado qui a perdu sa belle

au jeu de l'amour.

 

Tu m'as dit,

pour me consoler,

que je serai toujours ton poète,

ton amant, ton ami.

Tu m'as dit,

pour me rassurer,

et par whatsapp,

puisque des milliers de kilomètres

nous séparent,

que tout reste la même chose

entre toi et moi,

et que nous allons continuer

à nous voir,

à nous aimer entre deux rendez-vous

pour toi.

 

Mais je t'ai manquée

dans l'espace-temps,

dans l'espace-vie.

Impossible d'effacer 30 ans.

Impossible de gommer

rides et histoires fracassées

sur les récifs de mon existence.

Impossible de construire

à l'envers et de remonter

le temps et l'amour

sut ta vague océanique

et notre voilier magique.

 

Tu m'as donné

ce cadeau unique.

Tu m'as fait vivre

une histoire d'ado retardé,

une première histoire d'amour

dans la vie

comme si j'avais pu

remonter le temps

et me retrouver à 17 ans

avec la plus belle fille de la Terre

qui me donnait

pour la première fois

son amour merveilleux.

 

Pour ça

et tellement d'autres choses,

je te dis merci

mon grand amour.

 

 

09/06/2018

Pourquoi il faut brûler "Le Matin"

"Le Matin"

c'était un objet unique

tenu par des centaines

de milliers de mains,

tiré à des centaines

de milliers d'exemplaires.

 

"Le Matin"

étalait sa came

sur les zincs

de tous les bistrots

de Suisse romande.

 

"Le Matin"

était de la brigade des stups

en même temps que le dealer

et le produit stupéfiant.

 

"Le Matin"

était tout à la fois,

les escort girls en sus

étalant leurs charmes

dans les pages scandales

celles que le quidam tournait

prestement sans un regard

quand il était entouré de public

où alors celles que

des bandes jeunes se moquaient

avec des grivoiseries glauques

à l'heure de l'apéro;

les people y faisaient

leur baratin en long et en large

faisant grandir l'idée

auprès du peuple

qu'il faut toujours cette touche

d'artifice glamour

pour devenir quelqu'un

qui s'impose en ce monde

et ne point garder son naturel

en contrôlant son image

devant les médias

pour rester le plus lisse possible

et le plus normal possible.

 

"Le Matin"

participait du bistrot

et de la Stammtisch.

Il faisait pleuvoir

les invectives et les propos

du peuple, du popu,

de celles et ceux

qui préfèrent le noir et le blanc

à la zone grise dérangeante

et la complexité des situations,

des humanités comme on dit

quand on est un peu cultivé.

 

"Le Matin"

rejoindra "La Nuit"

mais avant

il faudra brûler

sa toute dernière édition

pour montrer

aux néocons prêcheurs

qu'un torchon peut brûler

de passion et de vie

devant la guillotine

alors qu'une presse

sans papier

déposée sur support électronique

n'est que glace et solitude,

désespoir et silence,

chacun sur son écran,

plus personne qui ne le cherche

du regard,

s'impatiente,

aborde la sommelière

avec un sourire ou un reproche

parce que "Son Matin"

n'est pas à sa place ce matin

et qu'un lecteur

prend un peu trop de temps

à le lire

en s'endormant dessus

ou en pianotant

sur son I Phone

au lieu de tourner les pages.

 

Un bistrot sans "Le Matin"

c'est comme si

le peuple avait définitivement

perdu la partie

devant l'outrageante domination

de l'individualisme et de l'égoïsme

qui agitent nos vies quotidiennes.

 

Brûlez "Le Matin"

à sa dernière édition.

Faites des feux de joie

pour pallier à la folie

et à l'inconséquence

de directions comptables

qui détruisent les liens sociaux

en inventant des conneries,

ce "20 Minutes"

qui a tué "Le Matin",

ce "20 Minutes" sans âme

qui n'a jamais fait sa place

dans les bistrots

et qui gaspille du papier

alors que "Le Matin"

était une institution vénérable

lu en premier

avant même le journal local

avant même,

crise intellectuelle de lèse-majesté oblige,

"Le Temps"

par les intellos de boulevard.

 

Les conneries des néocons

sont à pleurer.

 

Ne laissez pas couler

"Le Matin"

sans y avoir mis

le feu de votre désespoir

devant des décideurs

stupides et obsédés

par la performance financière.

 

La coeur a ses saisons que la raison ignore

En quelle saison

avons-nous perdu la raison,

mon amour?

Etait-ce le jour

ou tu m'as dit

que j'étais

l'homme parfait pour toi

et que je trouvais tout cela

très exagéré?

 

Nous n'avions pas

le moindre espoir

de gravir la vie ensemble.

Nous n'avions pas

le moindre espoir

de gravir les sommets

d'une famille heureuse,

le tapis rouge du succès

et la palme d'or du cinéma

pour une "une famille parfaite"

qui aurait été ce film 

à la fois incroyable et écrasant

de trop de réussite

à la Roger & Mirka.

 

Et pourtant ma vieillesse

donnait des visions d'ivresse

au poète un peu fou

que je suis

quand je me transfigure devant toi.

Et pourtant ta jeunesse

donnait des visions d'allégresse

à la fille de joie affolée

que tu es

quand tu viens te blottir

dans mes bras de mer.

 

Nous allons rester à jamais

des amants maudits,

des amants qui se cachent

pour oublier

nos différences d'âge,

nos différences d'intérêt,

toi visant le futur,

moi visant l'éternité.

 

J'ai rencontré une sirène

qui m'a redonné l'amour.

J'ai rencontré un ange féminin

qui m'a donné

son amour collector

comme si elle plaçait

mon antiquité masculine

dans sa galerie au souvenir,

son amour de jeune femme

pour cet homme trop vieux

qu'elle gardera

toujours dans sa vitrine

chez elle, comme un roi-pharaon

qu'elle aura embaumé avec soin

entouré des reliques et témoins

de notre amour mis en pyramide.

 

J'ai rencontré celle

que j'aurais aimée ma vie entière.

Mais je ne rattraperai

jamais mes années de jeunesse.

Mais je ne serai 

plus jamais ce jeune homme

plein d'ambition

qui aurait convenu

à notre affaire amoureuse.

 

Ne réfléchis plus avec le coeur.

Réfléchis avec la tête

qu'elle m'écrit.

Réfléchis et tu comprendras

que nous n'avions pas

la moindre chance

de nous passer l'alliance

et vivre un conte de fée.

 

Et pourquoi donc tu ne me l'as

pas dit au début de notre histoire?

Parce qu'au début

je te regardais avec le coeur

et que ma tête

ne voulait pas voir

la réalité de ta vieillesse.

 

Le vieil homme te regardera

toujours

avec le coeur

parce qu'il refuse absolument

d'être

ce vieux qui n'a plus

sa chance

et qui doit céder l'amour

de sa vie à un autre

pour raison d'âge,

pour son obsolescence avancée

devant ta beauté insolente,

ton rire éclatant,

tes yeux illuminant

ma vie qui se dirige

maintenant

vers l'absence à notre monde.

 

Nous allons encore

nous aimer en attendant

que tu trouves l'homme de ta vie.

Nous irons encore en mer

vivre notre grand amour

et tant pis pour ceux

qui ont à redire.

Et tant pis pour celles

qui trouvent moche

cette histoire entre un vieux

et une jeune femme.

Et merde aux féministes

qui ne voit que dégradation

et exploitation de la femme

dans les alcôves de salon rose.

Et merde aux machos

qui se moquent de ce vieux

qui perd son temps et son argent

avec cette fille qui se donne

aux hommes contre monnaie

sonnante et trébuchante.

Et merde à tous ceux

qui y voient une grosse arnaque

à l'amour.

 

Toi et moi

ce ne sera jamais

une arnaque à l'amour.

Cela restera

le casse amoureux du siècle,

l'histoire romantique

la plus géniale au monde,

l'histoire qui guillotine le cynisme

et abolit le néolibéralisme

en cette année de grâce 2018

décidé par notre tribunal révolutionnaire,

notre justice amoureuse

qui dit merde au cynisme,

merde à leur morale de bazar,

merde aux cons,

merde aux néocons.

 

Révolution mon Amour!