05/11/2019

Alix chez les Helvètes, que vogue la galère!

Le dernier épisode d'Alix, la fameuse bande dessinée qui rayonne depuis ma jeunesse, se passe en terre helvète.

Comme je ne l'ai pas encore lue mais que j'ai lu quelques articles de presse parlant de l'événement dont ici https://www.letemps.ch/culture/alix-mysteres-lhelvetie j'ai appris que notre cher Alix est envoyé par César lui-même en fin diplomate dans le but de conquérir les coeurs et les esprits des populations locales... Après la défaite de Bibracte et les quelques 150.000 Helvètes tués dans la guerre et la disparition mystérieuse de Divico qui n'a laissé aucune trace archéologique à ce jour, il n'était sans doute pas facile aux populations renvoyées sur leur terre d'origine par César d'accepter la domination romaine.

Mais Rome a su jouer finement avec des populations farouches et guère habituées à se soumettre (rappelons-nous la morgue de Divico envers César qui lui répond à sa demande d'otages pour avoir le droit de s'installer en Gaule, que les Helvètes ont pour l'habitude d'exiger eux des otages et non d'en donner...). Les Helvètes sont de fiers guerriers. Mais pas seulement. Ils ont aussi des druides, des poètes, des femmes d'influence. Les Romains ne disent pas grand chose de ces braves Celtes qui n'écrivent pas leur Histoire. Sans César, on n'aurait même pas su que Divico avait existé et qu'il avait été le plus valeureux chef des Helvètes.

Le dernier épisode d'Alix essaye donc de nous révéler quelques brides de vérité à travers une fiction bédéiste.

Ce que nous pouvons imaginer aussi c'est que nos Helvètes y ont découvert des opportunités de s'allier à Rome et d'accepter la colonisation. Et l'ouverture des routes transfrontalières en passant par les cols alpins ou celles qui vont traverser le pays dans sa grande largeur était sans doute la plus belle des opportunités pour commercer et s'enrichir alors même que les Helvètes avaient quitté le Plateau suisse aussi à cause de la rudesse du climat. 

Rome apporte avec elle de nouvelles connaissances et ouvre tous les horizons à des Helvètes souvent avides de nouvelles terres et curieux de tout en gens du voyage qu'ils sont. Sans trop bouger de chez eux, les Romains leur apportent les dernières nouvelles de l'Empire et les derniers sursaut de l'Egypte pharaonique dont certains nobles admirent le monde des pyramides, leurs rois, leurs reines.

Bien entendu, tous les Helvètes n'établiront pas forcément des liens durables de bonne entente avec les colons. Certains resteront de farouches opposants à "l'invasion" romaine. Mais dans l'ensemble, l'Helvétie acceptera le destin né de la défaite de Divico devant les armées de César. Dès lors, la mixité des cultures va donner naissance à une sorte d'âme helvétique à la fois fière de ses racines et très ouverte vers l'extérieur. Finies les guerres de conquêtes et l'exode vers de nouveaux territoires. Les Helvètes sont les Helvètes. La Suisse actuelle se construira à partir d'une immense défaite et de l'échec colossal d'un peuple de migrants qui n'avait alors pas encore su s'établir sur un territoire de façon durable. Bien plus tard, quand les conditions de vue redeviendront assez misérable, de nouvelles tribus d'Helvètes partiront vers les Amériques pour fonder de nouvelles colonies locales. Le migrant qui est en nous n'a jamais vraiment perdu de son authenticité à vouloir découvrir un monde meilleur pour lui et les siens...

De glace et de flammes,

de rivières et de lacs,

de sommets et d'abysses,

de forêts et de champs,

nous les Helvètes habitons

la passion du vaste monde.

20191105_0837455.jpg

 

 

 

04/11/2019

Quand les Romains sont arrivés...

Quand les Romains ont débarqué dans nos contrées, on nous a fait croire au cours d'Histoire à l'école, que les Gaulois étaient des barbares et les Romains des êtres raffinés portant la Civilisation dans nos villes et campagnes.

Ce qui a d'ailleurs empêché de placer Divico et sa tribu de Tigurins au centre de la création de l'Helvétie, peuple migrant, peuple barbare alors que peuple conquérant des terres comme les Romains en gardant Rome comme capitale de l'Empire, c''était peuple qui amène la Civilisation aux incultes peuples celtiques issus de traditions barbares...et gens du voyage...

Pourtant, concernant la barbarie, Rome savait aussi y faire dans le raffinement des tortures et des mises à mort... Mais Rome a laissé des amphithéâtres, des écrits illustres, des villes entières, et des jeux du cirque. Alors que les Celtes, société secrète et chamanique par excellence, ne nous ont laissé guère de traces écrites ni de monuments immortels (ou presque). Par contre, ils nous ont laissé des trésors artisanaux qui prouvent combien ils avaient des connaissances avancées dans différents domaines. Quand à leur médecine, elle devait être aussi avancée, à travers leur savoir du monde végétal et animal, que la médecine romaine ou grecque, par exemple.

L'école nous offre parfois une vision un peu trop restreinte de la réalité passée. Il est fort dommageable que l'Helvétie, par exemple, nous soit racontée presque à travers la mono-vision d'un colon romain alors que nos propres ancêtres sont encore considérés comme des barbares...aux yeux de bien des gens. 

La mixité de nos cultures était alors largement une réalité à l'époque dite romaine. Nos gens d'ici ont accepté finalement la domination romaine mais ils ont été assez rusés pour conserver aussi leurs traditions. D'ailleurs les Romains furent aussi très intelligents en n'interdisant pas les traditions et les cultes celtiques.

Tout cela nous change de notre foutue époque qui voit des idéologies s'affronter sur fond de suprématie mondiale de l'ordre divin... Cela fait mal au ventre de savoir que nous sommes apparemment plus stupides que les Celtes et les Romains qui ont su, à leur époque et après une Guerre des Gaules sanglante, érigé le fameux Piliers des Nautes (bien avant Notre-Dame de Paris et sur le même lieu, coïncidence extraordinaire) réunissant leurs dieux dans le marbre afin de faire la paix et pour le vivre ensemble.

Si les musulmans, les juifs, et les chrétiens, associant aussi les autres dieux d'autres religions pouvaient en faire autant aujourd'hui, on ferait peut-être un petit pas d'avance et un pas de géant vers une culture mondiale de la Connaissance, de l'Art, de la Philosophie, et du Sacré.

Non? 

Mais le terrorisme intellectuel et le terrorisme tout court sont tellement à la mode de nos jours qu'évidemment ma proposition semble d'une utopie éternelle et a classé X dans nos médias habituels.

 

03/11/2019

La pêche à Lousonna

Il y a 2000 ans, rappelons-nous que le Christ a parmi ses disciples un certain nombre de pêcheurs.

Ce n'est pas étonnant. Les pêcheurs de cette époque sont considérés comme le bas de l'échelle sociale. Ils sont pauvres et on les voit comme des marginaux entre deux mondes. Rappelons-nous aussi la parole d'Aristote. "Il y a trois sortes d'hommes: les vivants, les morts, et ceux qui vivent sur la mer".

Donc si les pêcheurs sont chargés d'apporter la nourriture à la communauté, ils ne sont pas pour autant très considérés et courtisés par la population. Ils font comme qui dirait bande à part, solitaires marins et maris toujours en sursis. Même au bord d'un lac, être mariée à un pêcheur ne garantit pas de garder son mari longtemps. Il s'use, vieillit plus vite que les autres hommes, et il peut à tout moment disparaître lors d'une tempête ou durant un coup de tabac subit sur le lac.

Neptune est donc le dieu auquel il est nécessaire de sacrifier pour s'attirer les grâces divines qui apporteront du poisson en quantité et qui protégeront les marins de la colère du ciel et du lac. 

Nos Helvètes, après avoir abandonné les berges de nos lacs, sont de retour suite à la terrible défaite de Bibracte. Désormais, ils vont rester attacher à leurs terres grâce à César. Ils ne vont pas pour autant abandonner leurs croyances et même ils vont renforcer leurs particularités et leur singularité par rapport aux autres tribus celtes de la Gaule.

Nous n'avons pas retrouvé de traces de filets de pêche de cette époque si ce n'est les éléments métalliques tels que les plombs qui lestaient les filets. Nous ne savons donc pas vraiment de quelles formes, de quelles grandeurs et comment les pêcheurs établis à Lousonna se servaient de leurs filets pour attraper le poisson. 

Mais l'objet fabuleux dont je vous ai déjà plusieurs fois parlé donne une piste fort intéressante quant à la manière de pêcher à cette époque chez nous. Je l'ai rempli d'eau afin de mieux distinguer le filet gravé dans le creux de l'objet. La pigmentation rouge a été ajouté après la gravure de la pierre comme d'ailleurs sur l'ensemble de l'objet, pigmentation rouge qui a aujourd'hui presque disparu  sur le visage du Neptune helvète.

Un coup de filet des milieux archéologiques pourraient sans doute donner plus d'explications et de connaissances au sujet de ce merveilleux Neptune unique et bien de chez nous...

20191103_164001.jpg

 

20191103_164051.jpg

 

 

 

 

Ces autres témoins du passé

Combien de secrets bien gardés une rivière gardent en elle pour des siècles voir des millénaires?

Quand vous vous promenez le dimanche près d'une source ou le long d'une rivière, il ne vous vient pas à l'esprit qu'en vous arrêtant en un lieu, l'esprit léger, le regard curieux, le désir de remonter le temps à la recherche d'une trace, d'un témoin qui donnerait un indice sur les gens du passé, il vous vient alors une sorte de joie enfantine quand vous tombez sur un objet, ne serait-ce le plus insignifiant, qui vous indique que des populations ont vécu dans le coin il y a très longtemps et que votre découverte vous rattache tout soudain à elles, à leur façon de vivre, d'aimer, de travailler, de croire, de laisser dans la pierre ou le métal le souvenir de leur passage.

Bien entendu, il faut s'armer de patience et avoir l'oeil et les sens bien ouverts pour repérer des objets parfois minuscules et partiellement détériorés voir recouverts d'une couche de limon qui les défigure ne livrant pas immédiatement toute la saveur de l'objet. S'en suit alors une phase de nettoyage et de recherche de l'objet à travers les livres ou sur Internet. Pour certains d'entre eux, le mystère reste entier et seuls des archéologues pourraient vous dire à quoi ils auraient pu servir.

Ci-dessous, quelques objets, dont une hache en roche granitique très probablement du néolithique, tous trouvés dans la même zone de l'Areuse, et en plein village de Boudry, où se mélange les siècles, voir les millénaires, d'un temps révolu.

Promeneurs, promeneuses, nos rivières ont encore des choses à nous apprendre et à nous restituer. Ouvrez l'oeil! Et pas seulement sur le barbecue et la bonne bouteille de vin de la région.

 

20191103_074636.jpg

02/11/2019

Diorite parce qu'il le vaut bien

Chères amies et amis de ce blog, ce n'est pas grâce à nos chers scientifiques helvètes et autres stars de musée que je découvre peu à peu des choses intéressantes sur les objets que j'ai trouvé ou qui sont tombés pratiquement du ciel entre mes mains (mais le ciel est vaste pour les gens qui ont la main heureuse).

Donc voilà, si personne ne s'empresse de prendre contact et n'a visiblement pas la volonté de me parler, Monsieur de l'APYM c'est vraiment dommage de ne pas honorer d'une rencontre amicale et passionnante le joli cadeau postal que vous avez reçu de ma part il y a presque un an maintenant, de mon côté je continue mes recherches d'amateur à travers les pages consacrées à l'archéologie sur le Web. Ce n'est pas du travail de professionnel, je vous l'accorde, mais voilà il faut bien que je trouve parfois des débuts de réponse à mes questions même si je fais face à un mur solidaire de la part de l'intelligentsia helvétique.

Donc, voilà quelque chose qui pourrait bien confirmer l'époque de création de mon objet le plus mystérieux.

Il semblerait que tout se dirige vers un objet en diorite noire aux reflets verts olives et bruns, diorite bien utilisée et très prisée au Ier siècle avant J.-C. par les pharaons d'Egyptes qui se rapproche des caractéristiques du granite.

Un buste de Ptolémée X se trouvant au Musée du Louvre à Paris ainsi qu'un autre, exceptionnel, d'une reine ou divinité de l'époque ptolémaïque, mis en vente à un prix assez astronomique, ressemblent bien à la roche dans lequel "Divus Divico" a été gravée probablement aux environs de la même époque.

Le lien vers le buste de la reine:

http://www.alaintruong.com/archives/2008/12/22/11831866.h...

et celui vers le buste de Ptolémée X, Musée du Louvre, Paris:

http://zone47.com/crotos/?p195=3044747&p276=20668334

Ci-dessous, je remets deux images en ligne de l'objet. Si je dis le fond de ma pensée, et bien je dis qu'il est assez scandaleux de maintenir un citoyen au silence dans le pays "le plus démocratique du monde".

Maintenant, la balle est largement dans le camp des gens qui connaissent ce blog et qui savent. Je ne suis pas là pour me faire de la pub. Je suis là pour donner quelques beaux objets antiques à mon pays dont les citoyens et citoyennes méritent de découvrir l'origine et un bout de leur histoire même si leur lieux d'extraction est peut-être perdu à tout jamais (le chasseur de trésor est encore en vie bien que très malade à ce qu'on m'a rapporté. Il est bien le seul à pouvoir donner les lieux de fouille et l'endroit exact de cet objet magnifique, par exemple). Il ne s'agit pas de le condamner ou de le punir. Il s'agit qu'il puisse dire où il a trouvé ce fabuleux trésor.

A bon entendeur...

20191102_152417.jpg

 

20191102_152431 (1).jpg

N'est-il pas merveilleux cet objet de nos Helvètes celtiques?