18/03/2020

Appel urgent à tous les médias

Face à un ennemi invisible potentiellement mortel pour notre monde civilisé (oui les jeunes, vous ne mourez pas du coronavirus mais à moyen terme, plus rapidement que vous pouvez penser, le monde serait livré à la barbarie si nous ne gagnons pas cette guerre mondiale) j'en appelle à la solidarité totale et j'invite tous les médias du monde à mettre librement et gratuitement en ligne toutes leurs contributions sur le corona virus.

L'idée c'est bien sûr d'informer de façon la plus complète toutes les populations du globe sur les avancées de la lutte, sur la dangerosité du virus que nous ne connaissons pas encore assez bien, sur toutes les manières de lutter efficacement contre lui, et aussi dans l'espoir de faire naître quelques bonnes idées dans l'esprit de citoyennes, de citoyens, de scientifiques, de politiques, d'artistes, etc.

Payer pour avoir accès à de l'information concernant ce combat me paraît devenu obscène et trop égoïste. Nous savons tous et toutes que les médias sont parfois en difficultés financières. Mais qui ne l'est pas actuellement parmi les travailleurs et travailleuses touchant des salaires leurs permettant juste de boucler leur fin de mois, petits indépendants, patrons de PME sans grande fortune, etc.?

Les médias sont notre source d'information unique, notre or en lingots, pour réussir à vaincre cet ennemi mortel pour nous tous et nous toutes. Parce que seule l'intelligence collective parviendra à nous donner des solutions, permettra aux scientifiques d'en savoir encore plus et surtout leurs permettra d'avoir des intuitions lumineuses tout comme pour les responsables politiques et économiques.

La lutte contre le coronavirus est désormais notre bataille à tous, sans aucune exception. Et seul l'altruisme permettra ne nous sauver de cette situation qui deviendra chaque jour plus dramatique si nous nous renfermons sur nos égoïsmes et nos peurs en espérant des opportunités commerciales qui permettraient éventuellement d'obtenir des parts de marché substantielles à terme et d'abattre quelques concurrents au passage, de nous comporter comme des vautours et des charognards sur la peau des victimes, d'écrire des titres accrocheurs sur le corona tout en exigeant fr.1-- ou fr.2-- pour sa lecture.

Après la fin de notre Civilisation, les survivants et survivantes se rappelleraient alors combien l'Humanité était encore accrochée à ses intérêts personnels alors que le navire coulait corps et âmes. Un Capitaine digne de ce nom reste aux commandes jusqu'à la fin et ne pense jamais à ses intérêts personnels.

Et les médias sont tous ensemble notre Capitaine amiral de l'information.

 

 

17/03/2020

Ton PQ Jules César

20200317_16224333.jpg

 

Rome n'est pas tombée

en un seul jour.

Elle a disparue

parce qu'un danger invisible

vint la prendre par surprise.

 

César avait raison.

On croit tout contrôler.

On pense tout maîtriser.

On se sait tout-puissant

alors qu'à chaque instant

on peut disparaître à jamais

d'un simple accident

ou d'un arrêt cardiaque.

 

Un virus microscopique

ou une météorite

peut tout changer

de l'ordre apparent du monde.

 

 

20200317_162243333.jpg

 

 

Dans ton appartement, joue avec tes enfants et la palette de PQ que tu a dévalisé à la Mig. C'est comme cela que le rire en un seul jour pourra sauver ta famille et Rome de la destruction totale.

 

 

 

 

 

Les Cracheurs de feu

"Je suis le clown qu'on envoie pour dégager la piste. Et quand m'a-t-on dit, l'ambulance est arrivée. Mes dents! furent les derniers mots de ma mère. Être sans son dentier, même sur un brancard, c'était plus humiliant que la mort même."

Tony Harrison

Où sont parties les foules

les foules qui circulaient

les foules qui se bousculaient

les foules qui s'entassaient

dans les métros et les trains?

20200317_080214.jpg

Vois-tu le cracheur de feu?

 

La gare n'a plus de regards,

le métro n'a plus de bouches,

le contrôleur n'a plus d'égard,

la vie évaporée,

le ciel bleu menacé

par un horizon noir.

 

Pas un corbeau à l'horizon.

Le corbillard peut passer.

 

20200317_0803100.jpg

Vois-tu le cracheur de feu?

 

J'aurais encore voulu danser

avec toi.

Mais il est trop tard.

J'aurais encore voulu faire l'amour

avec toi.

Mais il est trop tard.

20200317_08031000.jpg

Vois-tu le charmeur de feu?

 

Ton sourire virtuel à mon visage.

Ta voix virtuelle à ma bouche.

Ton corps virtuel à mes caresses.

Je vole dans mes rêves

et t'enlève à la pesanteur

de notre réalité irréelle.

20200317_080310000.jpg

Vois-tu le Charmeur de feu?

 

Quand tout recommencera,

quand les foules reviendront,

nous irons, comme deux adolescents,

à notre première rencontre de l'amour.

Tu seras plus belle et rayonnante

dans le soleil du printemps.

Je serai plus jeune et amoureux

dans tes yeux ardents.

20200317_08031000000.jpg

Vois-tu le charmeur de feu masqué?

 

Je suis le cracheur de feu

qui n'a pas froid aux yeux.

20200317_0803100000000.jpg

Vois-tu le charmeur de feu dans le bleu de l'azur?

 

La foule a trépassé.

Les bateaux sont à quai.

Les avions sont cloués au sol.

Les voitures ne partent plus en voyage.

Les trains attendent l'horaire

mais il n'y a plus de temps

sauf celui de s'aimer

avant la mort

avant que la mort

ne nous enlève à l'amour.

 

20200317_08031000000000.jpg

Vois-tu la charmeuse ou le cracheur d'amour?

 

20200317_080310000000000.jpg

Sommes-nous

toi et moi

la vie ou la mort?

MDR

 

20200317_0803100000000000.jpg

Oh regarde!

Regarde comme toi et moi

on danse avec la mort

sur la cime des arbres.

C'est nous deux

au Carnaval de Venise!

C'est dingue

ce que l'amour de l'art

peut créer à travers une machine.

20200317_08031000000000000.jpg

Je savais que tu étais

ma dernière dragonne de Roumanie.

Et nous deux, on recrée le monde

pour qu'il soit plus beau et plus heureux.

 

20200317_080310000000000000.jpg

Vois-tu la cracheuse de feu?

 

20200317_0803100000000000000.jpg

 

 

 

16/03/2020

Le pari de la responsabilité personnelle

La Confédération a pris les mesures auxquelles la majorité des personnes responsables s'attendaient.

Il reste cependant quelques points noirs concernant les travailleuses et travailleurs qui devront continuer à se rendre sur leur lieux de travail. Elles et ils sont très nombreuses et nombreux, en dehors même des magasins d'alimentation, des hôpitaux, du personnel soignant, des pharmacies, des postes, et des banques.

Comment demander à tous ces gens de respecter strictement des mesures de retrait social quand au moins 9 heures par jour ils sont au contact des autres personnes? Comment dire aux jeunes et moins jeunes personnes, autrement que par un recours à l'autorité plus stricte, qu'ils ne devront plus faire de fêtes dans leurs appartements ou dans leurs jardins avec des amis venus d'autres quartiers, d'autres maisons, d'autres lieux de travail pour décompresser en soirée ou le week-end? Comment demander à deux amoureux habitants dans des maisons différentes et travaillant sur des lieux différents de ne plus se rencontrer pendant des semaines alors qu'on leur impose encore la présence au travail pour toucher un salaire? Comment exiger de grands parents, qui passent l'amour pour leurs petits enfants avant leur propre sécurité absolue, qu'ils renoncent à leur droit de visite et de garde sachant que les parents eux travaillent et vont au contact d'autres personnes?

L'être humain développe des capacités de résistance face aux recommandations des autorités. Si, sur les autoroutes, la Confédération demandait simplement de respecter les 120 km/h. aux conducteurs sans les risques d'amendes et de retraits de permis, combien de personnes respecteraient toujours les 120 km/h.? 10% ? 50% ? Davantage?

Face à la séduction festive, les travailleuses et travailleurs sont faibles et c'est bien normal. Personne n'a envie de penser qu'au travail et à ses exigences. Privés de bistrots et de restaurants, que leur reste-t-il? Plus rien. Toutes les activités sportives et de loisirs sont mises à l'arrêt. On demande même de ne plus faire de tourisme en utilisant les trains pour aller faire une ballade en groupe à la montagne ou au bord d'une rivière.

Donc, en réalité, le pari de la Confédération sera très difficile à tenir même si le peuple suisse est généralement responsable. Nous sommes des êtres humains, pas des machines qui avalons un nouveau programme imposé toujours plus dure à subir, et face au désir d'évasion et de rencontres, de faire simplement la fête entre copains et copines, nous sommes fragiles et nous aurons tendance à utiliser les failles du système surtout si la maladie ne nous concerne pas.

Sans véritable confinement et risque d'amendes salées, je crains que les directives de la Confédération restent relativement improductives et que le respect des distances sociales entre nous risquent assez souvent de rester lettre morte. Hélas.

Espérons que je me trompe et que chacun, chacune suivra les mesures à la lettre. Sinon notre calvaire risque de se prolonger largement au-delà de 1 mois.

Alors à nous tous et nous toutes, même si cela sera très difficiles à certains, de respecter les règles confédérales sans attendre les amendes, l'armée et la police dans nos rues pour nous verbaliser et nous demander pourquoi nous nous déplaçons.

Thème du Confinement: "Cogito ergo sum"

Et si les humains profitaient de la pause forcée pour se remettre à la philosophie afin d'éclairer leur lanterne méchamment éteinte par la surconsommation?

La Technologie nous a plongé dans un puits de connaissances mais aussi dans un vide matérialiste qui nous impose son modèle: "Je possède donc je suis". Au lieu du doute de la pensée, les peuples se sont aliénés à la toute-puissance matérialiste grâce à un lavage de cerveaux mondial organisé par la publicité mensongère quant à la finalité des objets que nous achetons. Au lieu du fameux "Je pense donc je suis" de Descartes, nous opposons "Je boursicote donc j'ai la cote du succès" ou "Je consomme donc je suis".

Le corona a lui tout seul cloue les avions au sol et met en péril toutes les compagnies aériennes. Bien plus persuasif que Greta Thunberg et surtout bien plus dangereux, il nous impose son régime très restrictif à travers la terreur qu'il produit sur les gens et les institutions.

Il est temps de douter et de redéfinir nos modes de vie et de consommation. Il est temps pour nous tous de réapprendre la philosophie, les humanités, ce que certaines personnes pensent parfois les connaissances inutiles parce qu'improductives et non vecteur d'argent. Ces connaissances qui nourrissent les esprits et les âmes mais ne remplissent ni le ventre ni le porte-monnaie.

Nous voilà à un tournant civilisationnel. Si nous nous en sortons, ce sera par le haut, par l'esprit, l'âme, le coeur, et non par la peur et la faim au ventre. Cette crise est aussi une crise du doute sur nos conceptions libérales du monde, notre façon de consommer sans cesse du vide et d'ignorer les nourritures de l'esprit qui nous apprennent à formuler notre équilibre, donc à oublier le toujours plus pour privilégier le souffle, la vitalité de l'esprit meilleur vecteur pour combattre l'ennemi, soit ce COVID-19 qui est l'arme la plus destructive de l'ancien monde que beaucoup ont cru graver dans le marbre des dogmes ultra-libéraux pour l'éternité.

 

 

 

20200316_100038.jpg

Grande lithographie d'Hans Erni (1964) de plus de 1m80cm

représentant les télécommunications modernes

et notre course à la mondialisation

 

20200316_095809.jpg

La Course au Progrès

 

20200316_095916.jpg

Dessiner la nouvelle Civilisation sur une planche à dessein.

Règle d'or numéro 1 pour tous les étudiants et étudiantes des écoles confinés à domicile: "Penser les choses et la matière pour l'être humain et non l'être humain comme asservissement aux choses et à la matière."

 

20200316_095712.jpg

Confinement, le COVID-19 nous oblige à la réflexion collective

"Cogito ergo sum"

 

20200211_124417.jpg

Le C#NA XX est dans la machine pour réparer l'accident viral.

Notre sécurité sociale est prioritaire.