04/11/2015

Pourquoi la culture alternative est nécessaire à la société

En marge de l'actualité concernant les démêlés de l'Usine avec l'Etat de Genève, il me semble nécessaire de redire ici combien la culture marginale et expérimentale ne doit pas disparaître au profit de la "grande culture" chère aux bourgeois.

Dans une démocratie qui respecte encore sa population, un gouvernement ne peut pas mettre en péril des lieux de contre-culture au seul prétexte qu'ils ne respecteraient plus la loi ou les lois nouvellement applicables.

La contre-culture s'est toujours nourrie de résistance et de révolte contre les systèmes établis. Elle n'a pas pour objet de satisfaire la bien-pensance. Elle représente une nécessité alternative à toutes les personnes qui ne se sentent pas vraiment en phase avec les comportements de la majorité citoyenne. Vouloir fermer les lieux alternatifs revient à dire définitivement non à des gens, des êtres humains qui trouvent leurs intérêts ailleurs que dans les canons de culture officiels. Et dire non en fermant toutes les portes, en saccageant un lieu de vie et de création, c'est dire non à ces êtres humains et les enfermer dans une logique de l'exclusion qui va faire d'eux des parias et des gens qui n'ont plus aucune légitimité au sein de la société.

Hors la démocratie CE N'EST PAS çA! La démocratie c'est d'abord le respect des différences, le respect de l'égalité et des libertés pour tous et toutes.

L'Etat de Genève ne peut pas menacer l'existence d'un lieu culturel majeur pour des tags sauvages et une non-conformité au nouveau droit de patente des établissements publics (dans le cas de l'Usine, 5 tenanciers pour 5 lieux de débit au lieu d'une autorisation générale d'exploiter pour tous les débits de boissons à l'intérieur de l'Usine. A l'Etat de faire preuve de souplesse avec un lieu qui a son importance, sa propre vitalité, sa propre dynamique auprès d'une jeunesse qui n'apprécie pas les rapports verticaux et hiérarchiques de notre monde.

Après l'expérience que j'ai vécue à Vintimille, en Italie, cet été, je peux dire combien un trésor d'humanité et de créativité à été détruit à la frontière par la faute de la rigidité de lois rendant nos gouvernements très peu fréquentables et de plus en plus soumis à des règles et des rapports dictatoriaux avec la jeunesse plutôt qu'à des rapports d'harmonie et de confiance mutuelle.

Ne laissez pas détruire la culture alternative! C'est elle qui se bat en première ligne contre les comportements fascistes et inhumains hélas de plus en plus fréquentables par nombre de citoyens et citoyennes qui se renferment sur eux-mêmes en fermant leur coeur à la démocratie.

 

2015-08-16 1000000000000000.PNG

KILLED

2015-08-16 10000000000000000.PNG

.

 

31/10/2015

Soudan du Sud: et dire qu'ils ne sont pas de vrais réfugiés de l'horreur!

Pour Halloween, on aimerait distribuer des bonbons aux enfants et offrir des fleurs aux femmes parce que l'amour est impérissable.

Mais voilà. Les gentilles goules, les Dracula de discothèque et d'alcôves, ne sont pas au rendez-vous dans tous les quartiers du monde.

Je vous rappelle ici que les Soudanais sont des NEM, pas de ces bons rouleaux croustillants vietnamiens préparés avec les mains d'une jolie fille aux yeux bridés. Non. Les NEM, en Suisse, ce sont les jeunes garçons et filles qui débarquent d'Italie et qui sont frappées d'une non-entrée en matière comme s'ils étaient atteints d'une maladie qu'on ne peut guérir. Parce que les accords de Dublin, comme par hasard Dublin est la capitale de l'Irlande patrie de ce bon vieil avare et alcoolo de Jack O´Lantern, si démocratiques, disent que seul le premier pays d'accueil est apte à traiter de la demande d'asile.

Ô Suisse, île merveilleuse entourées de montagnes dont la Méditerranée n'atteint pas ses rivages... Pourquoi ne sommes-nous plus au temps des dinosaures, temps où l'Océan Préhistorique touchait les côtes de mon Jura natal?...

Revenons à Halloween et ses horreurs artistiques. Revenons à Berne, à notre refus confédéral d'accueillir nos soeurs et nos frères Soudanais (je sais, pour beaucoup d'entre-vous la fraternité de résume à votre clan, et encore). Revenons donc à la réalité puisque l'UDC, entre autre, pétrifie les raisons de l'asile dans une fiction bien à elle: les réfugiés d'Afrique Noire ne sont pas de vrais demandeurs d'asile. Ce sont des profiteurs qui viennent sucer le sang de nos institutions et de dangereux islamistes qui viennent propager une religion de haine et de violence.

Question: quand vous lirez ce que vous allez lire ci-dessous, il faudra vous demander qui ment le plus de l'UDC où des rapports accablants sur l'état actuel du Soudan Sud... Attention. Âmes trop sensibles, s'abstenir.

 

"Leurs conclusions n’épargnent ni les forces gouvernementales du président Salva Kiir ni les rebelles menés par Riek Machar, tous deux accusés d’« extrême cruauté ». Les deux camps sont accusés d’avoir ciblé les populations civiles. Le rapport évoque ainsi « des gens brûlés dans des lieux de culte et des hôpitaux », des « charniers », « des femmes de tous âges violées »… Tout aussi glaçant, le document décrit des combattants s’adonnant à des mutilations, voire « ponctionnant le sang de personnes qui ont tout juste été tuées et forçant ceux d’une autre communauté ethnique à boire le sang et à manger de la chair humaine brûlée ». Les auteurs présumés de ces exactions auraient été identifiés mais le document ne livre aucun nom. Une « liste hautement confidentielle » devrait être soumise au Conseil de paix et de sécurité."

http://www.mediapart.fr/journal/international/301015/soudan-du-sud-une-guerre-civile-dune-extreme-cruaute

C'est Halloween. Faites un petit effort dans votre déguisement, ce soir de bal masqué. Je vous propose un slogan et le T-shirt qui va avec pour votre sortie au D club ou ailleurs. Un plat artistique confectionné avec amour et humour pour mes soeurs et frères No Borders du Soudan, et de partout ailleurs.

2015-09-14 0111.PNG

 

HURRYA!

2015-09-14 16.5444.PNG

 

LIBERTÉ

 

2015-10-31 09.11.17.png

 

 SOLIDARITÉ

 

2015-10-13 155555555555555555555555555555555555.PNG

ÉGALITÉ

 

 

22/10/2015

Migrations: la justice ou la police et les expulsions

Ils sont des dizaines de milliers de clandestins à être arrivés cette année sur le territoire de l'Europe. Et ils ne sont pas prêts à être légalisés chez nous.

Seuls, les Syriens et Syriennes ont un bon pourcentage de chance de rester provisoirement ou définitivement ici, sur le Continent qui a créé la Charte des Droits de l'Homme, le Continent qui a voulu chasser les fascismes et les dictatures. Pour tous autres, et surtout ceux d'Afrique Noire, ce sera où la clandestinité à long terme en se cachant ou le retour dans leur pays qui n'est plus un "chez eux" mais une prison, un goulag, où ils ne recevront comme accueil que le rejet de leur famille et la honte d'avoir échoué, au mieux (ou est-ce pire encore?) ou la prison voir la mort ordonnée par un tyran qui n'apprécie pas que l'on s'oppose à sa toute-puissance.

Allons nous garder des dizaines de milliers de clandestins sur nos terres par lâcheté et par volonté de ne pas créer "d'appel d'air" comme disent les politiciens et politiciennes qui ne manquent pas d'air?

Allons-nous tous les renvoyer chez eux au risque d'être les complices objectifs de leur emprisonnement, de leur meurtre, de leur disparition?

Il y a un temps pour la réflexion et la recherche de solution officielle qui ne mettent personne dans l'illégalité. Et puis il y a un temps (l'hiver) ou l'action devient absolument nécessaire au risque de rentrer dans l'illégalité à cause de gouvernements et de populations irresponsables qui refusent de voir la réalité en face. Et cette réalité nous explose à la figure. C'est Calais. Mais aussi tous les nouveaux arrivants qui se pressent aux frontières de l'est devant les barricades de la Hongrie, les armées mises en alerte en Slovénie, et dans les nouveaux bidons villes d'Italie et de France.

Ils sont des dizaines de milliers à attendre une régularisation de leur vie en Europe. Pour beaucoup, ils cherchent un pays (l'Angleterre pour beaucoup d'entre eux) où un membre de la famille, même lointain, habite. Ils recherchent une famille qui les accepte pour créer des liens, de l'amitié, de l'aide, des conseils, une solution et une formation professionnelle.

Qui va aider? Qui va prendre le risque d'accueillir un ou des clandestins qui n'ont aucune chance institutionnelle de vivre chez nous?

A chacune et chacun, je vous laisse le soin de votre réflexion avec ce photo-montage plus vrai que nature pris à Ventimiglia, à la frontière italo-française... et cette chanson célèbre de Jean Ferrat.

La justice est un idéal souvent jugé fondamental pour la vie sociale et la civilisation

 (source wikipédia)

 

2015-08-14 11.5000.png

 

13/10/2015

L'ordre des "traîtres" et les désordres de la fidélité

Pegida, le mouvement politique d'extrême.droite allemand contre l'islamisation de l'Europe, n'y va pas avec le dos de ses injures pour qualifier l'ouverture des frontières aux migrants par Angela Merkel.

D'aucun et d'aucune voudraient non seulement sa démission immédiate pour traîtrise à la nation allemande mais en plus elle devrait être envoyée au goulag avec tous les migrants et migrantes. Le parti ne va pas jusqu'à dire qu'elle devrait finir dans une chambre à gaz et un four crématoire. Mais c'est sans doute juste pour éviter les poursuites pénales. la dissolution du parti, et la case prison que ses braves âmes composant ce mouvement s'autocensurent.

 

Nous voilà donc bien de retour aux temps des nazis. Il n'y a plus de doute. Et qui dit nazis dit désordre mental, aliénation, soumission à un ordre maléfique. La facilité avec laquelle certaines personnes peuvent considérer comme traître à leur cause d'autres citoyens et citoyennes, dont tout de même ici la première dame d'Allemagne, est assez effrayant. Il faut pourtant remettre certaines valeurs européennes et chrétiennes au point.

 

"Traître à la nation": il faut rappeler que c'est l'Europe des pionniers, l'Europe qui a succédé à la débâcle et à la destruction de l'Europe par deux conflits mondiaux d'une exceptionnelle ampleur dans la monstruosité et le nombre de morts, qui a voulu faire de l'Europe un continent sans frontière dont les peuples pourraient vivre libres à travers la libre circulation des personnes, sans entrave douanière, et avec le droit de s'installer et de vivre sur tout le continent. Si Angela Merkel a étendu ce droit dans l'urgence à d'autres peuples extra-européen en migration suite aux conflits armés, à l'insécurité économique, aux manques de perspectives d'avenir dans leur propre pays, elle n'a pas voulu trahir la cause des droits de l'Homme ni son élan du coeur. Nous pourrions dire que Angela Merkel est traître à la nation mais fidèle à l'humanité entière, fidèle à sa spiritualité découlant de sa foi chrétienne, fidèle à l'anarchiste Jésus mais traîtresse des juges qui se dressent devant elle et veulent faire de la nation allemande une secte blanche et pure aux yeux bleus et aux cheveux blonds.

Cela vous étonne peut-être que j'écrive que Jésus était un anarchiste. Et pourtant, ne vient-il pas renverser l'ordre injuste d'un monde qui prétend tout savoir, tout faire juste, tout faire selon la Loi divine et la loi des prêtres et des gouvernements de l'époque. Jésus partage son temps entre différents milieux de sa société. Il n'hésite pas à fréquenter les notables quand cela lui parait nécessaire. Mais il passe le plus clair de son temps au milieu des défavorisés, les simples ouvriers, les marginaux, et les prostituées dont il prend la défense et veut empêcher la lapidation pourtant inscrite dans la loi religieuse juive. Jésus se fait donc traître à la religion et aux dogmes de son époques mais reste fidèle à sa spiritualité qu'il a approfondi sur les bases de son éducation auprès de ses anciens maitres en religion. Jésus réfléchit. Il ne suit jamais comme un mouton. Jésus fait réfléchir. Il laisse ses amis le contester et lui poser des questions parfois très délicates qui le mettent en contradiction avec sa foi. Jésus est anarchiste. Il ne fixe pas les lois. Il n'écrit même pas. Il n'édicte pas des principes écrits dans le marbre. Il va et ne se retourne jamais. 

Pour en revenir à Angela Merkel, elle a pris une décision super courageuse que seule une femme dotée d'une droiture et d'un caractère hors du commun pouvait prendre. Elle se dresse contre le monde inique de nos sociétés, ne se préoccupe pas des sondages, ignore les avertissements que sans doute bien des personnes de son entourage lui ont promulgué. Elle résiste à tout et à tous. Et pourtant, elle est la femme la plus puissante d'Allemagne et d'Europe.

Si une femme est fidèle aux valeurs de la Charte européenne, c'est elle. Si une femme est fidèle à ses responsabilités démocratiques, c'est encore elle. Par sa "traîtrise" à l'ordre ancien des nations, elle crée les conditions d'un nouveau monde possible. Comme Jésus, elle offre de nouvelles perspectives à l'Humanité, d'autres choix possibles, un royaume plus proche des femmes et des hommes, de la solidarité, de la fraternité. Un royaume plus proche de la loi divine telle que l'ordre démocratique le souhaite. Abattre le dogme de la nation dans un monde qui profite aux dictateurs se servant des frontières pour agir comme ils le veulent sur leur territoire, ce n'est pas être traître aux peuples. C'est donner à la liberté ses ailes pour créer les conditions d'une humanité planétaire libérée de ses conflits armés, de ses haines, de ses aliénations racistes. Une utopie globale pour un monde global? Sans doute. Mais Angela Merkel tente la seule chance de survie que notre Humanité possède encore face aux désastres militaires causés par l'existence des frontières et les nationalismes gonflés au fascisme.

Amie des peuples de la Terre, Angela Merkel remplit formidablement bien son mandat de Chancelière malgré toutes les injures et les menaces qu'elle reçoit en plein visage. Une femme au visage christique dont l'Humanité entière se souviendra pour autant que l'espèce homo sapiens sapiens survivent à ses démons...

 

 

La Madone

 

 Edvard Munch 1894