30/05/2019

Gouverner au sein d'une commune

Très belle émission d'Infrarouge, hier soir, sur TSR1.

Pour celles et ceux qui ont résisté à la finale de foot d'Europa league (ce qui n'est pas évident quand on aime le foot et plus particulièrement le foot anglais), il y avait donc cette émission assez extraordinaire qui nous plonge en immersion dans la vie du Conseil communal de la Tchaux sur une période d'une année entière suivit d'un débat très instructif sur le pouvoir, de plus en plus restreint, qu'il reste aux communes pour réellement gouverner.

Chez nous, la façon de gouverner semble irréel vu des pays voisins, en particuliers chez nos amis Français. Un UDC (extrême-droite) qui fréquente à l'année un Popiste (extrême-gauche) qui plus est président de Commune, une Libérale minoritaire qui doit se plier plus souvent qu'à son tour à la politique de gauche du Conseil communal au pays de l'ultra-libéralisme... Imaginez ça en France, c'est de la pure science fiction! Et pourtant ça marche! Parce que la magie de la politique en Helvétie c'est que finalement nous essayons tous et toutes d'oeuvrer d'abord au bien commun ou, du moins, au bien qui nous semble commun au plus grand nombre de la population ce qui, bien évidemment, est sans doute impossible dans l'absolu. Chaque histoire individuelle ne peut pas se confondre avec la vie collective d'un pays. Chacun et chacune nous devons porter notre part de souffrance et d'incompréhension que la politique ne peut résoudre de façon collective même avec les meilleures intentions du monde.

Si la Suisse fonctionne nettement mieux que certains de nos pays voisins qui, d'Italie en Grande-Bretagne en passant par la France, virent extrême-droite en dénonçant la politique néo-libérale de l'Europe calquée sur l'Amérique...virant pourtant conservatrice et contre un certain libre-échangisme qui ne leur serait pas assez favorable selon Trump (disons vulgairement que Trump a l'impression d'être cocufié trop souvent par les Chinois sur le plan économique et trop gros actionnaire militaire d'une Europe qui ne veut pas payer sa part des dépenses tout en se faisant entuber par une Amérique qui espère toujours la vassalité de l'Europe (ah Couchepin disant que le président de la Confédération ne peut que se plier à la convocation d'un Donald Trump, quel régal de soumission politique), si la Suisse donc fonctionne mieux et dans une paix sociale constante, nous le devons au génie et aux mécanismes fédéralistes qui permettent de faire vivre la démocratie et de contenter une grande partie de notre population bien que ça râle un peu partout et "qu'on nous prenne pour un peuple de gentils moutons" qui aime se faire tondre. Nous sommes le pays des bisounours...

Si la Suisse peut se vanter d'animer une vraie démocratie vivante à travers ses différents niveaux de compétences et de pouvoir, si notre service public radio-télévision est sans doute beaucoup plus libre et indépendant qu'ailleurs pour créer des émissions qui donnent à réfléchir et à penser la démocratie d'aujourd'hui et de demain (merci entre autres Temps Présent et Infrarouge ainsi que toutes les autres émissions hebdomadaires ou même journalière qui parlent de chez nous, de nos régions, nos villes, nos communes,  nos campagnes, notre économie, nos habitants) la Suisse devrait quand même sortir de son cocooning providentiel et faire l'effort d'aller voir ailleurs et comprendre pourquoi, dans de nombreux pays Européens, les Gouvernances nationales virent au fascisme après avoir pratiqué une politique néolibérale très autoritaire voulue par Bruxelles...et l'Amérique. 

Le bon mot, je le laisse à Pascal Couchepin, ancien Conseiller fédéral et ancien président autoritaire de la commune de Martigny en Valais, qui a dit, hier soir, sur le plateau d'Infrarouge, quelque chose approchant ça: oui, on peut gouverner ensemble parce la gauche et même l'extrême-gauche se sont ralliés au principe de la politique libérale (plutôt ultra-libérale mais il ne l'a pas dit). Cela a fait bien rire Théo Bregnard, POP (extrême-gauche), Président de la commune de la Chaux-de-Fonds qui n'a pas vraiment contesté quoique. Il n'en pensait pas moins lui le président de commune qui l'a joue collective au sein de son propre Conseil communal. 

C'est l'art de la différence. Pour mener une véritable politique de gauche progressiste, il faut d'abord des gens solidaires les uns des autres qui mettent en avant et prioritairement les qualités humaines et les compétences de chacune et chacun avant les dogmes idéologiques des uns et des autres alors que pour mener une politique ultralibérale il faut la contrainte et la soumission du peuple à des autorités supérieures, autoritaires, qui font, à travers des entités supranationales, de la réussite individuelle leur graal en pratiquant une politique très favorable aux puissants (aux dictateurs) en niant et méprisant bien trop souvent la fragilité humaine et la nécessité d'aider les plus petits que soi sans pour autant leur infliger la domination des puissants à travers l'aide toujours plus rachitique apportée par l'Etat. Trouver des moyens d'expression pour que chacun et chacune se reconnaissent dans la vie en société, s'aiment, s'apprécient, s'entraident dans les coups durs et surtout comprendre celle et celui qui sont sortis du cadre de la société pour vivre une forme de marginalité originale sans dénigrer constamment ces personnalités libres qui n'auraient pas d'oreilles du côté de ce monde dur de l'ultra-libéralisme.

L'ultralibéralisme n'est pas l'aboutissement de notre civilisation humaine. Il en est qu'un outil provisoire de mutation civilisationnelle. Nous sommes dans un temps ou les urgences climatique et sociales exigent de nous une nouvelle mutation idéologique. La Suisse doit participer à cette révolution européenne et mondiale au lieu de mépriser avec condescendance les égarements dans cette violence ultralibérale et ces fascismes qui montent désormais en puissance en réaction à des politiques souvent iniques et bien trop brutales pour les peuples et les diverses communautés les composant.

Pour terminer, et comme la Commune est au centre de cette émission d'Infrarouge, je voudrais tirer un parallèle avec la Commune de Paris, ce fameux épisode révolutionnaire sanglant qui a eu lieu entre mars et mai 1875 à Paris. Si tout explose à cette époque et que les morts sont nombreux, c'est que l'Assemblée nationale est composée de monarchistes (on dirait de néolibéraux macroniens aujourd'hui) et que le mouvement communard (on dirait les Gilets jaunes aujourd'hui ou du moins une bonne partie des gens qui composent ce mouvement), en résistance frontale, veut créer une ébauche d'autogestion pour Paris sur un modèle communiste.

En regardant à la fois Pascal Couchepin et Théo Bregnard hier soir sur le plateau de TSR1 nous avons pu voir qu'au XXIème siècle la cohabitation entre un citoyen autoritaire, carré, ultra-libéral et un citoyen communautaire, un peu lunaire, un brin anarchique, et leur façon à tous les deux de partager leurs expériences se passent sans jets de pavés, sans flashball, sans gaz lacrymo, sans répression, sans blessés de guerre.

La France devrait regarder la Suisse et la Suisse devrait regarder la France. Ensemble, nous pouvons révolutionner le monde.    

 

29/05/2019

En Vert et contre tous ou en Vert et pour tous?

Comment contrer à la fois le populisme, l'ultra-capitalisme, Marine le Pen et Emmanuel Macron?

Mélenchon ne fait déjà plus recette. Lui qui voulait le développement durable, une France débarrassée à la fois du fascisme et du capitalisme prédateur, se retrouve avec le bonnet d'âne. A force de ruer contre tout le monde, y compris contre les Verts, il se retrouve Gros-Jean comme devant en ayant emmené les Insoumis dans un mur des lamentations.

EELV a obtenu un score inespéré lors des Européenne dépassant parfois les 20% de votes dans certaines communes de France. Ne cédant ni à l'idéologie ultra-libérale de Macron, ni au Rassemblement National, ni au dogmatisme sectaire et suicidaire de cette Gauche qui fatigue à force de guerre des egos et des logos qui finalement nous entraîne vers un burn-out collectif signant l'abandon de tout espoir d'un vrai changement révolutionnaire, EEVL semble le parti le mieux structuré socialement pour mener la bataille des Municipales en 2020 et une élection présidentielle victorieuse en 2022.

Le chemin est encore très long pour espérer une grande victoire de la gauche grâce au parti vert. Mais à gauche, il serait vraiment temps de comprendre l'électrochoc subi au soir des Européennes. Car pour Macron, le résultat est inespéré, pour le Pen le résultat est conforme aux attentes, pour toutes les formations qui se réclament de la Gauche, le résultat des urnes est désespéré. La Gauche est fracassée et elle n'a même pas réussi à rassembler et mobiliser les plus révoltés, les Gilets Jaunes qui battent le pavé dans la rue, qui s'exposent à la répression, aux coups de matraques, aux gaz lacrymo, aux GAV, à un fichage policier, à la perte de leur emploi, à l'exclusion sociale hors la Famille jaune comme ils et elles se considèrent, et en plus aux mutilations physiques et psychiques (maintenant ce sont vraiment des fachos pour les gens. Ils ont voté en majorité pour Le Pen pour faire barrage à Macron, dans un jeu totalement puéril et hyper dangereux pour leur propre image).

Je reste Gilet Jaune. Je ne sais pas si je suis totalement masochiste mais je reste Gilet Jaune solidaire avec les plus faibles, les plus réprimés, les détestés de Macron et de son gouvernement.

Gros-Jean comme devant je le suis depuis si longtemps. Peut-être suis-je vraiment stupide ou alors juste pas assez opportuniste pour m'être fait une place au soleil. J'veux du soleil c'est le titre du film de Ruffin, non?

Le fond de l'air est jaune. Tous cocus et cocues et en plus beaucoup de Gilets Jaunes ont voté pour le pire, cette Marine dont les BAC et CRS les plus sadiques votent pour son RN, cela dit en passant. Où comment donner le bâton aux fachos pour se faire battre un peu plus. Gilet Jaune, réveille-toi! Les électeurs et électrices de Le Pen sont pour beaucoup des hyper riches et beaucoup de ces riches qui ne votent pas encore pour son parti mais Macron voteraient sans hésiter pour le RN en cas de déroute de son parti présidentiel aux prochaines Municipales.

Une vidéo pour un petit rappel. Si tu es écolo, ne vote plus Macron, si tu es écolo, ne vote jamais facho, ne vote que pour le Rassemblement des forces sociales révolutionnaires qui se préoccupent de l'état climatique et sociale de la planète.

 

 

 

28/05/2019

La France censure Laura Jaune...pardon Laura Laune

Pays des Lumières, sois disant, faut croire qu'y'a des pannes de courant. Les seuls Français qu'j'ai vu brillants c'était des Gilets Jaunes en feu sur les Champs.

Rien que pour celle-là il faut écouter cette blonde de sévices. J'ai d'abord cru qu'elle ne se prenait pas pour la queue d'une poire macronienne et puis j'ai quand même écouté sa chanson à boire. Elle a bouffé la chatte de la France et j'ai ri comme un goret.

La France des impo(r)tents, la France Télévision de Macron a choppé un ulcère à l'estomac en l'écoutant qu'elle en a censuré la mignonnette. La cellule de crise de l'Elysée, craignant un cancer national provoqué par le texte révolutionnaire de Docteur Blondasse, a classé la chanson secret-défense. C'était en février dernier. J'ai du raté une case. Si bien que je suis en retard. Mais bon. Quand on voit ce que la France subit et s'envoie entre la porte-valise Le Pen et la planche à billets Macron, le cancer semble ralentir mes facultés mentales et arriver à son stade terminal au pays de Germinal. C'est de l'autodérision. J'ai pas le cancer à ce que je sache mais comme je ne consulte plus depuis 30 ans, j'peux pas savoir.

Je retiens, je kiffe et je plussoie. Et j'appelle à la plussoyance des femmes telles que Laura Laune. Cette fille sait même faire un double doigt d'honneur à son public tout en recevant les rires et l'amour de la foule. Demandez ça aux CRS dans la rue qui défendent Monsieur Ordre Public face à l'anarchie, vous verrez leur réponse. Avec eux, ça ne rigole pas du tout quand ils reçoivent un gentil doigt d'honneur d'un journaliste classé black bloc par les services secrets français.

Et si en plus France 2 ne sait pas non plus rigoler avec cette Belge parce que Monsieur Propre, né en Ordre, y a mis son veto présidentiel divin à cause de la vexation suprême qu'il pense subir dans le texte. Ben oui, c'est clair, Jupiter n'en serait que sombre maquereau de cette pute tricolore alors que le Gilet jaune en serait son érotique héros... C'est en tout cas la sanction subliminale qui se lit entre les lignes de la chanson qui m'a rendu ivre joyeux.

Au fait, les Français et Françaises trouvent la chanson rigolote sauf celles et ceux qui ont voté Rassemblement National ou République en Marche. 

 

27/05/2019

LFI, le front de l'air est glacial

Eh oui! Le Front National, pardon, le Rassemblement National a cassé la gueule à JLM.

Mérité? Bof. Fallait juste que le Monsieur rassemble lui aussi au lieu qu'il divise toujours plus avec sa Sofia Chikirou. En plus, prétendre qu'elle et lui ne formaient pas un couple, bof, juste une paire de complices désireuse de dominer la LFI et de dégager les plus jeunes ou les plus dérangeants à cette image du chef incontesté et incontestable.

Il serait temps de rassembler la Gauche (oh l'horrible mot tant compromis avec le Capital selon l'Evangile mélenchoniste), de se réconcilier avec la jeunesse communiste qui se bat en désespoir de cause à défaut d'impressionner dans les urnes. Mélenchon s'est pris une veste mais refuse l'autocritique et a demandé à ses lieutenants de se taire à ce sujet... Tout un programme.

Monsieur Mélenchon, vous êtes un admirable orateur et chef de meute. Mais il vous manque la sensibilité des modestes pour tenir compte de votre propre désastre après votre presque victoire électorale de 2017.

Capitalisez, oui, on peut parfois parler de capital, sur toutes les forces de gauche qui existent encore dans ce pays. Trouvez les façons de faire pour renouer un programme commun à la gauche en laissant tomber les égouts des egos. Il y a du talent, de l'intelligence, de la subtilité, de la force artistique, intellectuelle, scientifique, et spirituelle au sein de la Gauche. L'insoumission ne doit pas rester une posture pour le dégagisme des autres forces politiques en dehors de LFI. L'insoumission doit mener bataille pour changer radicalement de système et elle doit se trouver des alliés, des femmes et des hommes qui ont compris l'urgence pour la France et l'Europe de refonder la politique au sens noble du terme.

2022 est l'année butoir. La dernière année d'un changement possible pour une politique révolutionnaire acquise par la démocratie. Après il sera sans doute trop tard et la guerre civile sera à nos portes.

Monsieur Mélenchon, il est temps pour la France Insoumise de reconsidérer son rôle politique qui ne doit pas tourner autour de son nombril mais autour du nombril de la France, son rassemblement, sa foi en un avenir possible, écologique et social. S'il vous plaît ne gâchez pas plus. Vous aviez presque obtenu la victoire. Aujourd'hui c'est la Bérézina et la Gauche est toujours en lambeaux. Le RN, lui, a le vent en poupe. Et Macron se marre dans son rôle jupitérien malgré sa courte défaite qui est en réalité une victoire (pour paraphraser ce qui se dit). la dépression guette toutes celles et tous ceux qui ont compris que le feu est à la France. Les Gilets jaunes ne sont que le symptôme, l'allumette qui a déclenché l'incendie, incendie qui deviendra sans doute gigantesque si la France ne parvient pas à trouver un nouveau projet commun de société. La haine est à nos portes. Et l'amour se fait la malle. 

Monsieur Mélenchon, il est temps, vraiment temps de réussir à marquer des buts contre l'ultra-libéralisme et le Rassemblement National.

Il reste trois petites années pour réussir le pari très osé de réunir la Gauche et de remporter une grande victoire révolutionnaire par les urnes.

Un nouveau tricot jaune de la victoire pour la Gauche ou une roue de vélo crevée et définitivement hors course? 

 

La haine a de beaux jours devant elle

"Les haineux, les factieux, les réfractaires".

Mais qui sont-ils?

 C'est un fâcheux métier que de servir un fou : si on lui donne de bons conseils, et qu'il n'ait pas dans la tête de les suivre, il faut de nécessité qu'on ait la moitié des maux qu'il s'attire par sa folie. 
Aristophane ; Plutus - Ve siècle av. J.-C.

Collard (RN) - Cohn-Bendit (soutien affligeant de LREM) sur TF1 hier soir:

"Connard, traître, faux-cul,ignoble ordure".

Qui doit s'en aller du bal? Personne. Ils ont gagné...ensemble mais l'un contre l'autre.

Tout est dit. Rien ne changera. Le peuple est hypnotisé entre son vote en faveur de l'ultra-libéralisme ou en faveur du fascisme. En 2022, ce sera encore Macron ou Le Pen. Les Gilets jaunes et leurs soutiens n'ont rien compris ou ne veulent rien comprendre. Pour faire une révolution, il ne faut pas juste scander son nom dans la rue. Il faut avoir cette force intérieure qui dit qu'être radical ce n'est pas être pour l'amour de la patrie et contre l'amour porté envers les étrangers. Être radical c'est vouloir changer de système et se battre contre cette folie de l'ultra-libéralisme non pour instaurer un nouveau fascisme mais pour créer les conditions de la survie de notre Humanité.

Les salauds, les traîtres à l'Humanité, les faiseurs de haine prennent le pouvoir grâce aux injustices béantes provoquées par le chacun pour soi, les égoïsmes de castes et individuels, les ultra-libéraux qui pensent que c'est grâce à eux qu'ils ont tout obtenu dans la vie et que si les autres n'ont rien c'est qu'ils n'ont pas su faire les efforts nécessaires pour obtenir le droit de vivre décemment de leur travail. 

Les ultra-libéraux et les fascistes se battent les uns contre les autres mais pour la victoire de la haine et de la guerre.

L'Europe n'ira pas mieux demain, la planète n'ira pas mieux demain, la France n'ira pas mieux demain.

Et en 2022 nous aurons encore le match de second tour LREM - RN. C'est très épuisant d'écrire et de se battre dans ce silence de plomb.

 

Et une petite deuxième pour la route.

Car comme le disait déjà Aristophane:

 Conservons les pensées des poètes, recueillons-les précieusement comme des fruits dans nos armoires : Si nous avons ce soin, nos vêtements exhaleront toute l'année un parfum de sagesse. 
Aristophane ; Les guêpes - Ve siècle av. J.-C.