31/08/2019

La Science nous appelle. Les dieux nous interpellent.

La Science ne répond pas à la mort.

Elle nous éclaire sur la vie.

La Science a éliminé les dieux

du champ d'action des Hommes

mais elle ne peut éliminer la mort.

L'immortalité est du royaume des dieux.

Si tu veux vivre prépare-toi à la mort

car c'est la mort

qui te donnera les clefs de l'immortalité.

 

Durant notre existence, il y a forcément des choses que l'on ne s'explique pas. Nous avons soif de connaissance, soif de lumière, soif de tout comprendre ou, du moins, d'éviter trop d'ignorance et d'égarement sur cette Terre. Donc l'Humanité cherche depuis des millénaires en fonction de ses pôles d'intérêt et de ses modes. Et nous trouvons ce que nous voulons trouver ou alors nous restons dans le domaine du fantasme et de la croyance parce que nous ne trouvons pas.

Chaque connaissance nouvelle amène son lot de questionnement nouveau. Chaque pan de vérité dévoilée amène de nouvelles interrogation sur l'étape suivante à mener. La lumière jaillit en haut du puits mais nous restons enfermer dans une sorte d'obscurité sans fin qui ne nous dit rien sur le sens de l'existence et pourquoi la vie plutôt que rien ici bas sur cette Terre. Et pourquoi cette immense solitude dans un si grand Univers.

Nous pouvons nous passer des dieux. D'ailleurs ils nous ont apporté autant de bienfaits que de ravages, autant de crimes que de beautés, autant de folie que de sagesse. Nous pouvons nous passer d'eux parce que la Science nous a éclairé sur le pourquoi du comment et que les dieux ne semblent plus jouer actuellement dans la cour de nos esprits cartésiens, sensés, rationnels, prêts à ne croire qu'en la Science et son développement sans fin.

Nous pouvons fermer la porte aux dieux. Mais eux, du haut de leur panthéon, ils semblent se moquer bien de nous, ils nous regardent encore et nous dévorent de leurs passions, de leurs amours, de leurs guerres surréalistes, et la Science, loin de les ignorer, fait tout pour les étudier en les réactualisant à travers les nouvelles connaissances sur nos ancêtres, leur psychologie, leurs rites, leurs façons de mêler les dieux aux affaires humaines. L'archéologie nous éclaire et nous enseigne aussi sur les croyances de nos Anciens et pas seulement sur les activités de leur quotidien.

Et nous? Pensons-nous vraiment pouvoir nous séparer totalement des dieux par un athéisme bon teint et de bon aloi? Et nous? Quand un horrible accident, une maladie mortelle, touche nos proches ou nous touche directement, quand un attentat fait disparaître des gens de notre communauté, quand une guerre fracasse nos humanités, sommes-nous bien certains et certaines de pouvoir nous passer définitivement des dieux? Et nous, quand des choses nous tombent du ciel sans rien demander, que ces choses nous arrivent par le plus pur des hasards et que nous n'avons rien fait pour mériter pareil cadeau ou pareille malédiction, sommes-nous bien sûr de vouloir remercier ou maudire la science plutôt qu'imaginer que les dieux ont peut-être quelque chose à voir dans notre bonheur ou notre malheur?

Il arrive que des choses nous tombent du Ciel de façon totalement providentielle et mystérieuse, l'amour en premier, Eros, et nous savons bien aussi que nous finirons tous et toutes dans une tombe, Thanatos. Alors, parfois, il est bon de lever les yeux au Ciel et de remercier les dieux pour les bienfaits que la vie nous offre et accepter les cadeaux comme les malédictions comme des présages d'éternité future.

Aimer la Science pour la lumière qu'elle nous apporte. Aimer les dieux pour leur source inépuisable d'éternité et de poésie.

30/08/2019

Quand tu reviendras

 

L'été de tous les départs

des oiseaux m'ont annoncé

que la fin de notre histoire

était arrivée.

 

Mais c'était quoi notre histoire?

D'abord des poèmes

qui ne trouvaient pas d'adresse

pour toucher ton coeur

et te dire que tu avais trouvé

le bon compagnon

qui saurait être fidèle,

attentif, protecteur,

attentionné, gentil,

merveilleusement présent

à tes besoins de liberté

et tes désirs d'amour

sans chaîne et sans condition.

 

Mais c'était quoi notre histoire?

Des rendez-vous volés

pour une heure

à ta vie de femme

toujours trop occupée

à vivre sa vie ailleurs.

Des rendez-vous d'amour

qui semblaient une éternité

et ne jamais devoir s'arrêter.

 

As-tu pris conscience

que toi et moi

c'était plus fort

qu'une simple histoire de cul?

As-tu voulu comprendre

que toi et moi

on aurait pu être si forts,

si beaux à deux

malgré les difficultés

de nos vies?

 

Et maintenant?

Maintenant tu fais quoi

tout l'été loin de ton amour?

Et maintenant?

Maintenant je fais quoi

tout l'été sans ton amour?

 

Pourquoi s'aimer sans issue?

Pourquoi regarder mes problèmes

plutôt qu'aimer mes poèmes

qui changent la vision de nos vies?

Pourquoi s'aimer

si le but c'est de se quitter

et de ne rester que bons amis?

Je suis amoureux de toi

malgré tes absences,

malgré les choses

que tu ne me diras pas,

malgré que toi

tu refuses l'évidence

d'un amour providence

qui nous a uni

un soir au coin d'un bar.

 

C'est ton choix.

Mais faire des mauvais choix

cela n'a jamais été un bon plan.

Tu peux trouver beaucoup mieux

en jeunesse, en situation,

en désir de fonder une famille.

Mais tu ne me trouveras plus

à t'attendre jour après jour.

Mais tu ne me trouveras plus

à t'aimer bien au-delà

d'une simple histoire de cul.

 

Quand tu reviendras

ne me dis pas

que tu m'aimes plus.

Parce qu'aimer

ce n'est pas qu'une histoire de cul.

C'est d'abord s'engager

pour l'homme qui peut se tromper

sur toi et tes mystérieux voyages,

s'engager et être là

le jour de ses 60 ans

pour le rendre heureux

et lui faire croire

que tu l'aimes vraiment,

que rester amoureux

c'est toujours possible,

c'est toujours merveilleusement possible,

c'est toujours impossible... 

c'est toujours la plus grande aventure

de l'existence.

 

Tu n'étais pas là.

Je t'attends encore.

Tu seras peut-être là.

je te prendrai dans mes bras.

Et si tu veux d'une corrida

il y aura toujours mon amour

à faire saigner pour toi.

Il y aura toujours nos corps à corps

et tes départs anticipés.

Il y aura toujours cet homme

qui t'attend au bout du quai

pour monter dans le train avec toi.

 

Seulement parce que tu es

la femme de ma vie.

 

29/08/2019

Concours de circonstances assez hallucinant...

Je lis à l'instant ces quelques lignes de la Société vaudoise des officiers parue en 2002...

Amies et amis lectrices et lecteurs, je vous laisse prendre connaissance de ce texte. Pour ma part, je suis assez estomaqué du concours de circonstances... Et vous le serez peut-être tout autant que moi lors de l'un de mes prochains billets... Surprise. Un tout petit peu de patience en attendant quelque chose de grand, de sublime. L'imagination au pouvoir. Oui, la Société vaudoise des officiers a vu certainement juste en 2002 déjà.

A vous de lire ici, si vous arrivez à prendre le lien sur Google en introduisant les mots "mort de Divico":

file:///C:/Users/jean-marie/Downloads/rms-001_2002_147__7...

Défense : Société vaudoise des officiers - e-periodica

https://www.e-periodica.ch › cntmng
scolaires n'enseignent pas assezla realite historique de Divico, qui devrait etre notre veritable ... Divico, chef helvete, a non ... malheureusement, la fin: la mort.

 

Le grand rêve déçu des Helvètes

Dans les années 60 avant J.C. les Helvètes sentent la menace et la pression de l'Empire romain au sud des Alpes.

Au Nord, les peuples germaniques les harcèlent sans cesse. Les Helvètes se sentent à l'étroit sur leur territoire et peu à peu ils s'organisent autour d'Orgétorix, le jeune chef ambitieux qui voudrait devenir roi des Helvètes et d'un peuple gaulois réunifié autour des Helvètes (à l'époque, les guerriers Helvètes sont redoutés et redoutables).

Hors une partie des Helvètes ne veulent pas d'un roi tandis que toutes les peuplades voisines des Helvètes ne sont pas forcément d'accord de faire alliance avec ces Helvètes envahisseurs qui voudraient désormais prendre leur aise quelque part dans le sud-ouest de la Gaule. César le sait et il s'occupe déjà à diviser et à corrompre certains chefs gaulois en les prenant sous sa protection.

Orgétorix organise le voyage...mais il finira par ne pas être du voyage. Dénoncé par les siens pour sa soif de pouvoir et son désir d'être roi, il finira en prison et se suicidera. Un grand chef en moins à combattre pour César. Car malgré sa mort, les Helvètes se mettent en route en -58. Orgétorix disparu c'est encore le vieux Divico qui mènera l'expédition. On ne sait pas ce que pense à ce moment-là le vieux chef helvète de la condamnation et de la disparition du jeune Orgétorix. Etait-il du côté des gens qui jugeaient mal le jeune ambitieux ou prêt à mener le combat avec lui pour vaincre César?

Quoiqu'il en soit, une force de la nature helvétique était d'ores et déjà éliminée et dans l'impossibilité de nuire aux armées de César.

Divico n'a semble-t-il jamais voulu être roi des Helvètes. Plus subtil que son jeune prétendant et surtout beaucoup plus âgé,

il aspire à la paix et à la prospérité de son peuple. Battre César, certes. Mais pour le bien des Gaulois et leur indépendance. Pas pour une ambition personnelle dont le vieux chef ne saurait que faire. Il a dépassé l'âge de la prétention et de la gloire. Mais il n'a pas perdu sa fierté et celle de son peuple. Et quand César lui demande des otages, Divico refuse net et même à l'outrecuidance de répondre à l'empereur que les Helvètes ont pour l'habitude d'exiger des otages mais pas d'en donner à leurs ennemis.

La fin de Divico après la défaite de Bibracte, personne ne semble la connaître vraiment. César n'en parle pas. On dit juste qu'il est mort la même année de la défaite des Helvètes et du retour sur leur terre. De quoi, comment, où exactement? Personne ne nous informe à ce sujet. Comment les Helvètes eux-mêmes ont offert ou non une cérémonie et une sépulture à leur grand chef défunt, nulle trace écrite ou archéologique. Et apparemment aucune monnaie n'a été gravée à son effigie de son vivant ou après sa mort.

Alors quel était le visage du plus grand chef des Helvètes? Et a-t-il été vénéré quelque part en secret après sa mort par les nobles Helvètes qui l'ont connu ou qui ont entendu parler de lui. Divico a-t-il vraiment pu s'évanouir dans la nature comme cela? C'est possible mais pas certain. Puisque grâce à César lui-même, Divico intrigue encore aujourd'hui notre population. Un viticulteur crée un cépage bio hyper résistant aux maladies. Un passionné de jeu vidéo crée un jeu autour du personnage... 

Et si la légende Divico faisait encore rêver les Suisses d'aujourd'hui? Pourquoi pas. Les pièces de monnaie, potins, découvertes très récemment à Sainte-Croix et à Aigle avec cette grosse tête, cette arbalète, ou encore cette croix frappées, produite dans les décennies immédiates après la défaite de Bibracte, semblent donner crédit à la fondation du mythe helvète, un chef mythique (pas un roi), une arbalète, et la croix... Quoi de plus saisissant que de retrouver des symboles suisses très actuels sur des monnaies dont nous ne pouvions pas savoir qu'elles en portaient déjà tous les symboles.   

Alors quelle tête réelle avait Divico peu avant sa mort, ou plutôt quelle image s'en faisait les témoignages de l'époque, et peut-on extrapoler à partir d'un objet fascinant pour rendre un visage divin à notre précurseur, bien malgré lui, d'une Suisse libre, neutre, et vivant en paix presque perpétuelle avec ses voisins grâce à son refus de porter le conflit armé hors de nos terres suite à la migration avortée de -58 ? 

Dans un prochain billet, vous découvrirez une merveille, un trésor. Son authenticité n'est pas encore certifiée. Seuls les archéologues pourront nous dire prochainement, je l'espère (pour peu qu'ils prennent la peine de prendre contact...) si c'est un art du faux plus ou moins moderne ou au contraire un objet d'époque extraordinaire. La croix pourrait là encore être déterminante et donner un fort indice quant à son authenticité et désormais à son importance actuelle dans notre identité helvète après la défaite de Bibracte.

2000 ans nous sépare désormais de notre identité helvétique originelle... c'est si loin. Et pourtant si proche avec la découverte de ces fameuses monnaies, potins sans prétention mais ô combien précieux pour notre Histoire, en 2008 et 2011...

 

28/08/2019

L'Histoire de la Suisse commence avec Divico...et non avec Guillaume Tell

D'un côté, nous avons un personnage glorieux qui a bien existé entre 130 et 58 avant J.C. De l'autre, un personnage de fiction qui aurait exercé sa bravoure contre le bailli Gessler en l'An 1307, soit quelques années après le pacte du Grütli auquel il aurait participé.

Une chose relie pourtant le héros celtique helvétique et le tireur à l'arbalète: ils seraient tous les deux Uranais. Chef des Tigurins, Divico sera célébré comme le héros qui aura mené à la victoire des Celtes contre les Romains à Agens en l'An 107 avant J.C. bataille qui voit le consul Lucius Cassius défait par l'armée Celte en vadrouille sur territoire étranger. Plus tard, en -58, lors de la fameuse bataille sur la Saône à Bibracte qui voit le peuple helvète défait par les légions de César, Divico sera encore présent, vieil homme affaibli mais toujours vaillant. César le reconnaît bien et d'ailleurs l'homme est nommé ambassadeur des Helvètes auprès de César.

Divico meurt la même année après avoir négocié le retour des Helvètes sur notre territoire, territoire qui avait été abandonné par les tribus laissant les villages brûlés dans l'optique de ne plus revenir et de s'établir du côté de la Méditerranée... Les Helvètes rêvaient alors déjà de soleil et d'un climat plus propice. Ils étaient réputés comme guerriers et faisaient alors des misères aux tribus germaniques. Ils avaient déjà battu les Romains. Orgueilleux, ils se croyaient invincibles. C'était compté sans la volonté et les forces armées de César... 

César sera relativement clément en épargnant une bonne partie du peuple défait mais il lui imposera sa loi. Retour case départ et défense de l'axe nord de l'empire romain face aux invasions des "barbares" germaniques.

Quel était alors l'état d'esprit qui animaient les Helvètes? Ils avaient perdu. De nombreuses familles avaient été décimées lors de l'affrontement. Le vieux Divico semble en être mort de chagrin la même année car à aucun moment on parle de lui comme d'un guerrier tué au combat. Au contraire, il aurait sans doute réussi à épargner aux Helvètes une défaite encore plus amer et un génocide... César vouait sans doute une admiration et une estime totale à ce fougueux chef Helvète.

Les Helvètes retournent chez eux la tête basse. Ils n'ont plus rien. Ils ont brûlé leurs maisons. Ils doivent tout reconstruire. A partir de ce moment, sans doute, les Helvètes cessent d'avoir des envies migratoires et décident de protéger farouchement leur territoire, leur culture, leur façon de travailler et de bâtir.

Bien avant Guillaume Tell, le mythe d'une Suisse indépendante et libre naît. Divico, le vieux chef Gaulois en est l'emblème. Et pourtant, il ne laisse, à ce jour, aucune trace sur les monnaies frappées par les Helvètes au contraire de Vercingétorix en Gaule française et d'un jeune chef helvète, Orgétorix, qui sera en réalité le général des armées helvètes lors de l'expédition en -61 ans vers le sud-ouest gaulois. Orgétorix se suicidera suite à la défaite de Bibracte et surtout suite à la capture de son jeune fils dans le camp helvète par les Romains.

A partir de ce temps, les Helvètes se construisent une identité forte avec des coutumes, des rites, des monnaies qui leur sont propres. 

En 2008, à Sainte-Croix, puis en 2011 à Aigle, plusieurs monnaies sensationnelles sont découvertes. Elles ont des caractéristiques typiquement helvétiques avec l'arbalète et une croix isométrique, ainsi qu'une grosse tête figurant sur les divers potins. Bien avant Guillaume Tell, bien avant notre drapeau fédéral, le peuple celte d'Helvétie donnent les images de notre mythologie et l'emblème fédéral! Et nous ne le savions pas avant la découverte de Sainte-Croix en 2008, confirmée par une autre trouvaille en 2011 à Aigle.

Ces découvertes sont fondamentales dans la compréhension d'une identité et d'une culture suisse qui se forment à ce moment-là d'autant que ces monnaies ont été frappées après le retour des Helvètes de Bibracte.

Après la Guerre des Gaules, les Helvètes deviennent des Gaulois très attachés à leur terre. Désormais, ils voyagent entre terre et ciel sur leur terre qui les a vu naître...et décident de protéger leur propre art et de perpétuer un savoir-faire unique et des dieux locaux mixés aux dieux grecs, romains, voir même égyptiens ( à Lousonna on admire la culture pharaonique)...

A lire ici et voir les photos de ces fameuses monnaies qui changent tout quant à l'interprétation de nos origines suisses... C'est bien en l'An 58 avant J.C. que la Suisse embryonnaire a vu le jour et qu'un vieil homme, le chef Divico, après avoir été un fantastique guerrier, donne la première empreinte diplomatique d'une Helvétie indépendante et neutre lors des conflits guerriers.

http://monnaiesanciennes.blogspot.com/2011/12/trouvaille-...