27/08/2020

Ces monnaies fautées qui échappent même aux pros

Pour devenir numismate amateur, il ne faut rien de plus que de la curiosité pour les monnaies, de l'intérêt pour l'histoire de celles-ci et l'Histoire en général, de l'observation, et une furieuse envie d'aller sans cesse à la rencontre de nouvelles découvertes.

Cela tient à la fois de la chasse au trésor et de l'excitation que la monnaie (pas l'argent mais la monnaie) suscite et du désir de tenir un jour, entre ses mains, LA monnaie pas comme les autres, la rareté, l'exception, la qualité FDC (fleur de coin) ou/et la patine unique. Il y a des milliers, voir des centaines de milliers de pièces à travers le monde, cela depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours, qui nous permettent de détenir dans notre collection au moins une pièce qui fait vraiment la différence d'avec les autres exemplaires de la même frappe sans pour autant qu'elle nous ait coûté un saladier d'argent pour l'obtenir.

Il est vrai. Les occasions sont rares et généralement ce sont les riches qui se taillent la part du lion dans le domaine de la numismatique.

Ci-dessous, je vous présente une de ces fameuses pièces parfois très recherchées des collectionneurs chasseurs de différences même infimes. Mais avant ça, il faut avoir osé aller au-delà de l'apparence sale, plutôt que patinée, de la pièce et ne pas craindre la perte de valeur de cette pièce parce qu'elle a une méchante entaille dans la face... Observer la pièce, la comparer à d'autres pièces de la même année et comprendre au final que vous détenez, par chance, un exemplaire unique d'une pièce fautée, la matrice de frappe sans doute qui a été grippée par un corps étranger provoquant à l'origine l'entaille nette sur la face.

J'ai observé. J'ai comparé. J'ai nettoyé la pièce simplement avec un chiffon doux. La crasse est partie. La monnaie s'avère finalement être une monnaie de qualité superbe à non-circulée en dehors de l'entaille. Et surtout, les inscriptions, divisés en trois sections, sur la tranche sont en partie décalées. Chose que je n'ai lu nulle part dans les anomalies reconnues des pros et trouvées sur les monnaies helvètes. Au final, une pièce unique qui à échapper aux pros d'une grande maison spécialisée dans la vente des monnaies, monnaie que j'ai obtenue pour un très bon prix. En latin, la légende de la face: DOMINUS PROVIDEBIT. Le Seigneur pourvoira. Dans le cas de ce fr.5.-- 1923, exemplaire unique pour cause d'anomalie à la frappe, on ne peut mieux dire. Apparemment personne n'avait vu et entendu parler de cette pièce fautée avant mes propres observations...

 

Voici les photos de cette monnaie unique pour le plaisir des numismates amateurs... et professionnels. La tranche est comparée à une autre monnaie frappée standard de la même année.

 

20200827_1548266.jpg

Dans le cercle rouge, l'entaille nette sous le I et le C.

A noter que la mèche de cheveux en forme de vague

sur la tête du berger n'appartient qu'à l'année 1923.

Un look sympa qui enlève un peu à l'austérité de notre fameuse tête de berger que tout le monde connaît.

 

20200827_154909.jpg

Entaille précise et nette, patine noire à la base de l'entaille.

 

20200827_154212.jpg

DOMINUS *** puis le décalage entre la section 1 et la section 2, la pièce du dessus est la pièce fautée

 

20200827_154112.jpg

PROVIDEBIT puis le décalage est rétabli dans l'espace créé entre la deuxième et la troisième section. Les 10 étoiles sont alignées parfaitement entre elles ainsi qu'avec le DOMINUS suivi des 3 étoiles.

 

20200827_154640.jpg

La monnaie unique c'est comme une fille unique, un amour unique.

Tout le monde aimerait l'obtenir pour sa rareté absolue

mais elle ne dévoilera tous les détails de ses jardins secrets

qu'à celui qui aura su faire preuve d'attention et de persévérance.

 

 

Love me tender

 

 

 

 

20200826_170350(1).jpg

 

 

 

20200826_170350000.jpg

 

 

20200826_170350.jpg

26/08/2020

La messe républicaine et l'orgie trumpienne

Plus les bobards sont gros et plus ça marche.

Il faut reconnaître le talent à Donald Trump et sa famille d'avoir un sacré culot et de savoir mentir aussi bien qu'ils respirent face caméra.

Les champions de la fake news, des faits déformés, de la réalité alternative, se sont eux et ils dirigent hélas l'Amérique. Si le rêve américain est basé sur le mensonge et les contre-vérités alors ce n'est plus, selon mon opinion, le rêve américain mais le rêve d'une oligarchie pas mieux que les oligarchies russes, chinoises, et autres dictatures à travers le monde.

La supercherie, le cynisme le plus abouti au service de leur pouvoir, la duplicité, et à la fin le machiavélisme et la violence d'Etat pour conserver le pouvoir ne sont pas à l'image d'un rêve américain supposé être le garant de la démocratie, de l'égalité, de la liberté, et de la fraternité. Bien au contraire, tout cela représente les caractéristiques d'un Etat totalitaire qui s'accapare, par l'argent, tous les pouvoirs. De la politique, en passant par les médias, les églises (ah les églises de Dieu qu'elles sont bien pratiques pour servir le pouvoir terrestre), la culture, l'idéologie dominante et même absolue.

Non vraiment. Même Mélania Trump s'y est mise. Elle a pris goût à la Maison Blanche et aux rêves d'hégémonie de son mari. Elle pense peut-être déjà à introniser son fils Baron le moment venu au sommet de l'empire Trump. Car oui. Au final, ce ne sera plus l'Amérique et le rêve américain mais l'Empire Trump, le triomphe d'un clan qui aura mis à terre la démocratie et assassiné la vérité, la liberté, la fraternité, et l'égalité entre citoyens et citoyennes américains et américaines.

Sombre tableau. Si Donald Trump l'emporte, et il peut l'emporter par la fraude et toutes les techniques de désinformation, nous pourrons faire le deuil des démocraties et du siècle des Lumières. Tout sera fini pour des dizaines d'années voir à tout jamais. Et au final, nos démocraties modernes, comme l'antique démocratie grecque, n'auront été qu'un interlude face aux désirs d'empires toujours bien présents d'hommes manipulateurs et de femmes manipulatrices.

Sans sursaut du rêve américain, ce sera pour des décennies le cauchemar Trump et ses descendants.

Adieu le rêve américain et la liberté de vivre dans un pays ouvert, progressiste, altruiste, et plein de projets novateurs pour conduire l'Humanité vers une réalité plus désirable.

 

25/08/2020

L'étrange voyage au pays de Hans Erni (3)

Facétie broute encore son herbe; une autruche qui ne met pas sa tête sous l'eau; le buffle d'eau à barbichette qui vous montre sa majesté; Lu Zern, star asiatique d'un placard publicitaire non officielle, fait la promotion de la ville. Les dernières images de l'étrange voyage à Lucerne d'un photographe pas comme les autres.

 

20200824_1451266.jpg

 

 

20200824_145006.jpg

 

 

 

20200824_145126.jpg

 

 

 

20200824_145222.jpg

 

 

 

20200824_120003.jpg

 

 

 

20200825_09071000_Moment.jpg

 

 

 

24/08/2020

L'étrange voyage au pays de Hans Erni (2)

L'étrange histoire du dragon de feu et du dragon d'eau

 

Elle lui retient le bras.

Du sang coule de sa bouche.

Son oeil et son arcade sourcilière sont blessés.

Lui porte une égratignure au col.

Sans doute la signature de son ongle à elle

laissée sur sa nuque.

20200824_164742.jpg

 

20200824_164820.jpg

 

20200824_165028.jpg

Cordialement pour Willi Grütter, le 26 mars 1983

 

20200824_165837.jpg

La colombe ne vole pas. Et de minuscules gouttes de gouache rouge se sont égarées dans la signature...

 

 

 

20200824_144204.jpg

Ce n'est peut-être

que du rouge d'artiste

qui s'est perdu sur le dessin

au hasard des voyages de la toile.

Une oeuvre vivante

qui s'est augmentée

de petites taches rouges

sortant de nulle part

et dont personne ne connaît l'origine.

Ou alors un accident voulu

sur la toile par l'artiste

pour interroger discrètement

sur la violence dans le couple.

Ou un acte, à postériori,

de la main d'un homme ou d'une femme

voir d'un enfant?

Ce rouge interroge et intrigue.

Et aux endroits bien précis.

C'est pourtant de la gouache aussi

comme toute l'oeuvre dessinée en gouache blanche.

Une dédicace à un certain Willi Grütter.

Pas d'indice.

Un très beau dessin.

Une fille apeurée en robe légère

dont la main retient fermement le bras

d'un garçon qui semble si triste.

 

Une oeuvre particulière

du peintre Hans Erni

qui a souvent privilégié,

à travers l'expression de son art,

l'harmonie, la beauté, l'esthétique,

l'esprit de géométrie, le bonheur, la paix,

plutôt que le chaos et la destruction,

la dispute, le malheur, et la séparation.

Une oeuvre unique

que j'ai été retrouvée

dans une petite ville lucernoise,

sa région natale,

qui est un peu mienne aussi

par ma grand-mère paternelle.

Une oeuvre dont j'ai recherché

les raisons de son esthétique un brin trash,

le fantastique au sens premier du terme.

 

Voici son histoire

à travers la métaconscience

d'un photographe bidouilleur d'électronique

cherchant le fantastique dans ce couple fusionnel

magnifique peint par Hans Erni.

Le cadeau est exceptionnel.

Merci Madame X.

 

 

 

"Divergence".

Elle l'a dit dans un souffle

comme paniquée des conséquences.

Il ne comprend pas ce mot

qui le griffe à la gorge

et il ne voudra jamais le comprendre.

Elle répète lentement en séparant les syllabes:

 

"Di-ver-gence".

 

Comment stopper le grave processus

d'auto-destruction

quand un couple s'aime de passion?

 

Le quitter serait la seule option

pour empêcher les conséquences tragiques

de cette réaction en chaîne

devenue mortelle entre eux

et mettant le feu à leurs sentiments.

 

Mais le réacteur s'est déjà emballé.

Elle craint la destruction totale

et l'anéantissement de sa famille.

 

Quitter le noyau nucléaire

de la famille sans se faire violence

c'est totalement impossible

quand la passion dévore un couple.

 

La violence c'est l'arme

des gens paumés

qui ne savent plus où ils vont

ni qui ils sont vraiment.

 

La violence c'est Bertrand Cantat

qui tue par passion Marie Trintignant.

 

La violence c'est l'arme

des femmes et des hommes

qui ont abusé grave de leur passion

jusqu'à s'en rendre esclaves

et finissant leur amour dans la déchirure

d'une violence aveugle.

 

La violence c'est le feu à la maison,

la destruction du cocon familial,

le massacre des innocents,

les enfants.

 

La réalité du couple fusionnel

se déroulera parfois dans le cratère maudit

d'un volcan sentimental toxique

quand tout finira mal.

 

Et l'amour finit mal, d'une façon générale.

 

Le couple solaire

est en réalité un réacteur nucléaire

émettant de très fortes ondes radioaffectives.

Tant qu'il y a convergence de vue

tout se passe à merveille.

Mais s'il y a divergence profonde

dans le couple

à un moment T de l'existence

tout peut alors déraper dans la violence,

la haine, la destruction de toute la famille.

 

Elle se pense en dragon d'eau

pour éteindre l'incendie.

Il se pense en dragon de feu

pour souffler en désespoir de cause

sur les flammes de leur passion.

 

Divergence.

Elle n'a plus la même vision

sur la route à suivre.

Elle a forcément raison.

Son dragon de feu amoureux

a perdu grave la raison.

Pour sauver la maison et ses enfants

son dragon d'eau à elle

doit éteindre l'incendie de leur passion.

Sacrifier son amour.

Eteindre son dragon de feu

par son dragon d'eau.

La seule option pour survivre

elle et les enfants,

et même le sauver lui.

 

Après de graves souffrances,

la passion s'éteindra à jamais.

Il ne restera que les cendres d'un amour

entre deux êtres cramés et noyés

après s'être tant dévorés d'amour.

 

Ne cherche pas trop à comprendre la violence.

Cherche plutôt à lutter contre elle

par tous les moyens du bord.

Tu sauveras tout l'amour de ton âme.

 

20200821_1245100000.jpg

 

 

20200821_1245100000000000.jpg

 

 

20200821_124510000000000000.jpg

 

Dragon de feu contre dragon d'eau

 

20200821_124510000000.jpg

 

 

20200821_12451000000000.jpg

 

 

20200821_124510000000000.jpg

 

 

20200821_1245100000000.jpg

 

 

20200821_12451000000000000000.jpg

 

 

20200821_124510000000000000000.jpg

 

 

20200821_12451000000000000000000.jpg

 

 

L'intégralité des artefacts créés ci-dessus ont été réalisés à partir du tableau original dédicacé par Hans Erni que je vous ai présenté dans ce même billet.