10/04/2021

Situation sanitaire mondiale pire qu'en 2020

Malgré les propos rassurants et lénifiants des autorités, les restrictions et les interdits, les précautions prises, la distanciation sociale mise en place, les traitements médicamenteux et hospitaliers en progrès, la mise en place d'une campagne vaccinale mondiale, tout va plus mal sur le plan sanitaire en avril 2021 comparé à la même période d'il y a un an.

Depuis octobre dernier, la courbe du nombre global de contaminations ne fait qu'augmenter de manière exponentielle alors qu'entre mars 2020 et septembre 2020 elle n'avait qu'augmenter de manière linéaire.

En un mot, le monde ne contrôle plus la pandémie et pourtant nous nous réjouissons déjà d'en finir avec elle en juillet prochain... grâce au miracle vaccinal.

Pourtant, à part Israël qui fait exception pour le moment, la campagne vaccinale mondiale ne semble pas avoir d'effet décisif dans la diminution drastique du nombre de contaminations et de leur dangerosité. Au contraire, les couches les plus jeunes semblent désormais plus exposées aux risques de développer une forme grave de la maladie.

Sauf bonne volonté du virus de nous ficher la paix, la science, la médecine, et nos politiques de luttes répressives et très autoritaires pour contrer le virus semblent peu encourageantes voir totalement improductives. La population est très fatiguée et usée par des mesures qui ne portent pas vraiment leurs fruits, une campagne vaccinale accompagnée d'effets secondaires parfois déjà mortels pour certain-e-s vacciné-e-s, une interruption arbitraire de certains pans de l'économie touchant particulièrement les travailleurs et travailleuses ainsi que les petits indépendants (petits commerces, artistes indépendants) aux revenus parmi les plus faibles de la société.

En résumé, celles et ceux qui nous annoncent un été joyeux et un retour à la normale semblent très optimistes ou aveuglé-e-s par les prétendus bienfaits de la vaccination pour toutes et pour tous. Il faut clairement s'attendre à quelques désillusions magistrales et à une méfiance grandissante envers certains vaccins, voir à l'encontre de la totalité des vaccins actuellement sur le marché.

Le fait que Pfizer demande une autorisation de vacciner les enfants en Amérique du Nord, alors que près d'un milliards de personnes âgées et vulnérables n'ont pas accès aux vaccins, est totalement indécent et montre à quel point les pharmas sont avant tout intéressées à faire du fric et à vendre leur came aux pays qui paient le plus et non par une éradication de la pandémie sur la planète en protégeant d'abord les personnes à risques quels que soient les pays d'origine des citoyens et citoyennes.

Nous sommes clairement dans l'oeil du cyclone de la pandémie et rien n'indique que nous allons en sortir rapidement avec l'espoir de revivre normalement. Il est possible que ce virus nous empoisonne la vie pendant des années doublé par des décisions étatiques très autoritaires empêchant les gens de gérer leur santé et celles de leur entourage avec un libre-arbitre et de bonnes décisions individuelles permettant de contrer de différentes manières les attaques successives par les variants du virus. Une immunité de groupe naturelle n'étant au final peut-être pas la plus mauvaise des solutions pour avoir une chance de se débarrasser du coronavirus. Comme les états, la science, les pharmas, semblent ne pas vouloir tenir compte de cette possibilité et vouloir imposer de toutes les manières possibles et détournées la vaccination obligatoire, nous aurons d'ici à quelques mois et années que des personnes vulnérables au virus et dépendantes aux vaccins de première, seconde, troisième génération, etc. , se faisant régulièrement injecter des produits dont on connaît encore peu les effets secondaires sur l'être humain et sur le moyen et long terme.

A dire vrai, il n'y pas vraiment, à l'heure où je vous écris, de quoi être super optimiste dans l'avenir de notre planète et de notre Civilisation.

 

Les commentaires sont fermés.