14/04/2021

En route vers la vaccination obligatoire

Les terrasses sont ouvertes. Faites vos jeux...

Mais là n'est pas l'essentiel de la Conférence de presse tenue par le seul Alain Berset. Pour les restaurants sans terrasse, les petits bar-cafés, les pubs, les discothèques et autres établissements dont la terrasse est trop petite, cela leur fait une belle jambe de plâtre cette ouverture à minima.

Non. L'essentiel à retenir aujourd'hui, ce sont les paroles tenues par Alain Berset qui louvoie autour de la vaccination. Mais son langage veut tout dire. Il n'y aura pas de restriction différenciées aux non-vacciné-e-s tant que toutes celles et tous ceux qui auront voulu le faire n'en auront pas eu la possibilité. Après, on passera dans le monde de l'apartheid social pour les durs à cuire qui refuseront toujours le vaccin. Sauf s'ils et elles ont un porte-monnaie gros comme ça qui leur permettra de faire des tests PCR à fr.150.-- (dans les 3 jours précédents au maximum s'il vous plaît) pour aller s'offrir un simple café, un spectacle, un repas, voir une coupe de cheveux.

Mais pourquoi Alain Berset refuse-t-il toujours de parler de vaccination obligatoire? Peut-être parce que cela serait très ennuyeux pour l'économie du pays. On serait alors obligé d'attendre que tout le monde soit vacciné avant d'autoriser certaines libertés aux déjà vacciné-e-s et cela pousserait alors le bouchon des mesures anti-covid jusqu'en septembre au moins... et qu'en septembre, ma bonne madame ou mon bon monsieur, il sera temps de rappeler les premiers vaccinés à leurs devoirs de faire une petite injection supplémentaire pour garder l'immunité. Donc les prima vacciné-e-s qui n'auraient pas la possibilité de se revacciner tout de suite deviendraient à leur tour un danger pour le développement du virus et de ses variants qui d'ici là auront encore progressé dans leur méchanceté... C'est le serpent covid qui se mord la queue.

S'il vous plaît, Monsieur Berset, crachez le morceau. "Le vaccin est rendu obligatoire, sauf sur contre-indication médicale. Les réfractaires seront responsables de leur choix et pourront être poursuivis en justice, devront payer leur traitement médical en cas d'infection par le coronavirus. Il va de soi que, vu le décret sur l'obligation vaccinale, les citoyennes et citoyens qui seraient gravement affecté-e-s dans leur santé à la suite de la vaccination pourront poursuivre les pharmas responsables de la dégradation de leur santé ainsi que la Confédération elle-même pour être dédommagé-e-s pleinement à défaut de retrouver leur santé un jour."

Voilà à quoi la Confédération n'osera jamais s'engager tout en exigeant du peuple qu'il se vaccine urbi et orbi à l'ARN messager.

Il serait temps de dire toute la vérité, rien que la vérité à vos ouailles, cher Monsieur Alain Berset. Parce que oui. Cet après-midi j'ai lu entre vos paroles et j'ai bien compris que je n'allais pas échapper à la vaccination, pas plus que toutes les Suissesses et Suisses, sauf à devenir vraiment intégralement marginal et à habiter dans une grotte comme un ermite.

Voilà la nouvelle la plus importante de cet après-midi. Ami-e-s de la lutte anti-vaccinale nous sommes piégé-e-s comme des rats d'égout.

 

Les commentaires sont fermés.