03/05/2021

Je doute donc je suis

Si tous les vaccins du monde pouvaient sauver l'Humanité de sa violence et de toute cette folie qui consiste à dire que pour pouvoir garder sa liberté, il faudra dorénavant se soumettre aux vaccins contre le covid quelque soit notre opinion et notre souhait personnel à ce sujet.

Bel altruisme des vacciné-e-s qui ne pensent au final qu'à reprendre leur course effrénée aux voyages dans le monde entier alors que le coronavirus décime encore des populations entières qui n'ont ni les doses nécessaires ni les moyens pour vacciner leurs ainé-e-s et leurs personnes à risques...

Bel altruisme des vacciné-e-s contre le soi-disant égoïsme des non-vacciné-e-s qui prennent sur eux et sur elles le risque de développer plus fortement la maladie afin de garder la possibilité de se défendre avec des anti-corps naturels permettant peut-être un jour d'éradiquer la maladie par une immunité collective plus solide que celle créée artificiellement par des vaccins dont on ne connaît pas encore leur vraie valeur sur notre santé à long terme ni les risques potentielles de dégradation de nos défenses naturelles à cause de l'apport vaccinal.

Dans le doute, abstiens-toi, disait le philosophe. Celles et ceux qui vont à l'église de la Pharmacologie ont la foi et il est normal qu'ils et elles fassent confiance aux gourous les manipulant avec leur bible scientifique basée sur des réalités prétendument objectives et irréfutables... A voir. Il y a eu déjà de nombreux scandales à travers la planète au sujet de médicaments et de vaccins alors que leurs commerçants disaient que les produits étaient fiables à 100%.

Ah bon? La Science détiendrait-elle toute la Vérité sur l'origine et le développement du Covid-19? Et si non, comment peut-elle être certaine qu'il va falloir vacciner la planète entière pour éradiquer le virus et que les résistant-e-s à la communion vaccinale sont des suppôts de Satan très égoïstes et ne méritant plus leurs libertés individuelles?

Est-ce donc avec ce susucre sous forme liquide et chimique introduit sous notre peau qu'ils comptent nous dompter et nous asservir au monde de la scientologie pharmaceutique? Je t'impose le vaccin et je te redonne ton droit à la liberté?

Aurions-nous droit à un remix de l'infirmière Ratched dans Vol au-dessus d'un Nid de coucou? Sortir de cet asile de fous dans lequel la big Pharma nous a embrigadé de gré ou de force à coups de propagande planétaire et s'échapper en bus pour une partie de pêche sur un bateau ou faire la fête dans des bars clandestins réservés aux blacklisté-e-s?

De quelle côté du mur la folie vous rassure?

Il était dit au début de la pandémie que les moutons ne contesteraient pas les décisions de nos gouvernements. Il était dit que la Big Pharma ferait des centaines de milliards de bénéfice avec cette pandémie et que Bill Gates avait prophétisé bien plus tôt que la IIIème guerre mondiale serait un virus malintentionné qu'il faudrait abattre grâce aux vaccins et à la discipline collective de toutes les populations du monde soumises au rythme de la vaccination et aux mesures liberticides des états. Le fascisme soft de gens bien qui luttent pour le Bien sans le fascisme hard d'une armée hitlérienne meurtrière qui éliminait les impurs au nom d'une idéologie débile. Juste faire gober et accepter aux populations que la seule solution finale et définitive c'est la vaccination à échelle mondiale et pour toutes les couches de la population. Et faire accepter aux populations que celles et ceux qui ne se soumettront pas au système mondial voulu par la grande industrie pharmaceutique deviendront alors des parias et des gens méritant qu'on leur interdise toutes sortes de liberté. Tour de passe-passe de génie des prêtres communicants à l'intention des communiants et communiantes ainsi que des brebis égarées retournant au bercail après avoir renié dans un premier temps la sainte Eglise apostolique de Pharmacologie made in Pfizer-Biontech et Moderna, pour ne citer que les deux principales entreprises sur le marché de la vaccination covid.

Comme si le seul virus au monde qui tuait les gens de plus de 85 ans (90% des victimes sur la planète) était le covid-19. Et qu'à partir de ce constat, toutes celles et tous ceux qui ne se soumettraient pas à la vaccination tomberaient sous le coup d'un système d'apartheid prévu par les grands prêtres de la politique.

La fin justifie les moyens quand une idéologie orchestrée par des gourous scientologiques s'imposer de force à toute l'Humanité. Je préfère rester le "Chef" amérindien dans Vol au-dessus d'un Nid de coucou.

Cela me paraît encore plus sain d'esprit.

 

 

Prolonger l'aide aux restaurateurs jusqu'en décembre?

Les bistrotiers se battent sur tous les fronts...sauf pour réassurer un salaire complet décent à leur employé-e-s...

C'est bien beau de vouloir demander l'aide à la Confédération jusqu'en décembre pour pouvoir toucher des indemnités sur le chiffre d'affaire incomplet et mettre au chômage partiel le personnel quand bon leur semble avec une flexibilité jamais connue avant mars 2020. Une demi-heure par ci, deux heures par là, mais tu restes à ma disposition dans la tranche horaire que tu dois respecter au cas où la clientèle serait là et que j'ai besoin de toi. Par contre, à la fin du mois, une partie de ton salaire sera déclaré en RHT et sur les heures RHT tu perdras encore et toujours le 20% de ton salaire parce que je n'ai pas les sous pour compenser les 20% qui manquent.

Cela s'appelle du travail sur appel déguisé dans le cadre d'un horaire de travail imposé. Cela veut dire qu'en prolongeant son aide sous cette forme, l'Etat fait prolonger le calvaire salarial de centaines de milliers d'actifs et d'actives dans la branche de la gastronomie.

Merci. Mais je pense que tout cela finira mal et que les employé-e-s de cette branche n'oublieront jamais comment ils et elles ont été maltraité-e-s durant le covid par leurs patrons, l'Etat central, les syndicats, et les médias qui ne se battent que pour les employé-e-s du commerce de détail travaillant pour la Migros ou la Coop...et qui pourtant n'ont jamais dû subir à ce jour une quelconque perte de salaire même mis en RHT par leur employeur... Les primes covid accordées et octroyées aux vendeuses et vendeurs resté-e-s sur le front durant la pandémie seraient même considérées comme indécentes par le syndicat UNIA qui n'a pas eu ce même mot pour la souffrance endurée par les employé-e-s de la gastronomie subissant une perte de salaire annuel très conséquente.

On n'a jamais dit, dans ses milieux syndicaux, que le personnel de la restauration avait risqué encore plus sa peau et méritaient aussi une prime en travaillant dans des locaux fermés et mal aérés où les gens consommaient sans masque tout en riant parfois à gorge déployée avec un verre de vin dans le nez...

 

Dégénérescence

 

Rôder la nuit dans la rue

quand le cafard t'habite

et que ton amour a pris la fuite.

 

Mais déjà il n'y a plus de bars de nuit

ni de droit à la liberté

pour les résistant-e-s au vaccin.

Face à leur système unique de pensée,

nous sommes broyés, plus rien.

Et pour prendre les trains de nuit,

comme un fugitif ou un vaurien

en direction de la mer,

je suis presque trop vieux

et j'ai les poches bien vides.

 

Les filles portent des masques

et c'est bien pire qu'avant.

Tu vas au bordel

comme si tu allais à l'hôpital

pour une consultation d'urgence.

Et la fille te reçoit comme un pestiféré

qui va lui fourguer une merde de virus.

 

Virus partout;

Désir nulle part.

 

Le pire slogan de cette année

d'abandon de la rue

par les révolutionnaires.

 

Passeport vaccinal

ou test PCR

avant l'accès

au plumard.

Joli programme pour débuter

une danse de l'amour.

 

La fille elle te dira

désinfection mi amor,

es-tu déjà vacciné, Monsieur?

Sinon, je ne pratique pas

avec les risques de contamination.

Sinon, je ne baise pas

avec des mecs contaminés

qui n'ont pas pris leur dose

de Pfizer, pas la petite pilule bleue,

la douce piqûre qui fait loi d'autorisation

avec son code QR et son pass vert,

je veux un type sans bactérie, sans microbe,

sans risque de me donner la maladie

la plus grave de la Terre...

 

Avant, c'était sortez couvert

et le préservatif,

le truc indispensable

à toute séance de sexe.

Maintenant c'est la royale couverture

avec la capote,

le masque, et la piqûre.

 

Plus de bisous,

plus de complicité,

plus de risque

de tomber amoureux

et de rester sur un souvenir

d'amour et de tendresse

malgré une relation de passage.

 

Tu vois mon ange,

maintenant ce sera le plan B comme Baise

et plus du tout le plan A comme Amour

qui a contribué à notre amour.

On est passé à l'époque

des plats qui se mangent froids

et des bites dégueu qui crachent

dans vos corps vides d'expression,

des poupées inertes pensant d'abord

à protéger leur santé

aux passages des clients.

 

Tu vois mon ange,

c'est le temps du covid

et du suicide.

Je tombe dans le vide

si tu t'en vas pour toujours

loin de moi, loin de nos corps enlacés.

 

C'est au bar qu'on s'était parlé

et tenu par la main.

C'est au bar qu'on a décidé

de finir dans ta piaule.

Tu me souriais

et tu me faisais confiance.

C'est dans ta chambre

que tu m'as donné tes tarifs.

C'est dans ta chambre

que tu m'as regardé

comme un homme à désirer

et plus si affinité.

Avec ta bouche et tes yeux,

tes seins et tes fesses,

tes bijoux d'amour et tes mains,

tu m'as fait voir le paradis

et j'ai voulu garder le paradis.

 

Tu n'as pas dit non

et tu voulais toi aussi

ta part d'amour et de plaisir.

 

Si c'était maintenant,

notre rencontre,

il n'y aurait plus de bar,

plus de magie,

plus de complicité.

Que des masques

entre toi et moi.

Tu me demanderais

si je suis vacciné

et tu me dirais

que tu n'embrasses pas,

que l'on garde nos distances,

nos têtes à minimum un mètre

l'une de l'autre,

et je devrais garder le masque

puisque je n'aurais pas pris le vaccin.

 

On ne se serait jamais rencontré

dans le vrai sens du terme.

On aurait juste baisé

pour que tu gagnes ta thune

et que je vide lamentablement

mes couilles sur toi.

Et puis je serais reparti

de ta triste piaule

sans avoir su qui tu étais

et à côté de quelle fille merveilleuse

je venais de passer sans rien y voir.

 

C'est pas à toi

que je vais parler

des problèmes de ton métier.

Tu sais tout ça mieux que moi.

Sans magie, je n'aime pas la baise.

Sans une fille qui ne voit pas les étoiles

à travers mon regard,

sans complicité et sans désir,

je ne toucherai plus aux femmes

et je ne ferai plus l'amour.

Je renoncerai à ce monde glauque,

ultra sanitaire, sans joie, suicidaire,

ce pur échange de cul contre du fric.

 

Tu me laisses seul

au pire moment.

Tu vas regarder en avant

pour ta vie

tandis que je regarderai en arrière

avec cette terrible nostalgie

d'avoir connu la femme de ma vie

et d'avoir du céder ma place

pour un autre auprès de toi.

 

Alors je te laisse

sur cette chanson

sortie en 2017

au temps de notre splendide relation

qui prenait l'ascenseur

avec notre amour magnifique et magique.

 

Seul et sans toi,

je ne vois pas d'avenir.

Seulement des contraintes,

un état policier,

un apartheid social,

et le monde tout en noir

qui se dirige vers la folie

d'une société peureuse,

glaciale, séparant les gens

entre les purs et les impurs.