07/05/2021

Le cycle infernal de la dépendance aux Big Pharmas

Préambule:

Un marchand de drogues, comme un marchand d'armes, cherche sans cesse de nouveaux laborants en chimie et de nouveaux paysans producteurs ainsi que de nouveaux marchés pour s'enrichir sans fin. Il agit sans aucun scrupule ni force morale envers les personnes, souvent très jeunes, qui tomberont dans le piège de la dépendance à la drogue et en mourront ayant perdu auparavant leur dignité d'être humain et leur protection sociale. Ce marchand cherche des chefs de gang, des réseaux criminels, qui lui achèteront sa came et il participera ainsi à la grande criminalité et au grand banditisme. Il sera responsable de la détérioration de la santé et de la sécurité publics. Il sera le meurtrier indirect de milliers de personnes tout en se pavanant comme un prince dans les clubs de nuit. On lui fera des courbettes en veux-tu en voilà. Il portera même le titre aristocratique préféré de la presse qui le surnommera le baron de la drogue. Il sera même adulé par des milliers de personnes grâce à l'argent qui circulera à travers ses réseaux de narco-trafiquant-e-s permettant aux plus pauvres de ses fidèles soumis à ses méthodes criminelles de gagner de l'argent et nourrir leurs familles tout en autorisant au cycle de la criminalité de se régénérer de génération en génération.

En saisissant la marchandise, en arrêtant petits et parfois gros poissons, les brigades des stupéfiants ne peuvent jamais arrêter le cycle. Elle le retarde et le gêne tout au plus au prix nombreuses vies innocentes qui meurent sous les balles des criminels. C'est un jeu dangereux et pervers où il n'y a que des perdants, les victimes, et des gagnants cyniques provisoires aux capacités criminelles hors norme.

Fin de préambule.

Joe Biden, en voulant lever la propriété des brevets sur les vaccins anti-covid pour accélérer la vaccination à travers la planète, a créé une levée de boucliers parmi l'industrie pharmaceutique et ses actionnaires ainsi que parmi les politiciens et politiciennes proches des lobbies de la branche... Pour ces gens, on ne touche ni à la propriété intellectuelle ni aux méga profits générés par la crise du coronavirus et le développement planétaire fulgurant des vaccins qui lui sont lié. La vaccination anti-covid est un pur business qui rapporte des centaines de milliards de dollars, créent des centaines de milliers d'emplois sur la planète, développe une économie florissante, génère tellement de bénéfices que le cycle infernal de la dépendance aux Big Pharmas rentre dans les moeurs de la société et que chaque année trouvera son nouveau prétexte sanitaire pour demander aux populations du monde de se soumettre à la vaccination.

Le courage de Joe Biden, qui risque au passage de se faire assassiner par un étrange tireur désaxé..., est exemplaire et à relever. On t'offrira une belle médaille pour courage héroïque, Sleepy Joe, comme à John Kennedy  et Bobby Kennedy qui, après avoir trempé à travers leur père avec la mafia, ont voulu faire de l'ordre et rendre plus de justice au pays... On sait ce qui leur est arrivé.

En venant perturber la marche triomphante des barons de la Pharma, le Président Biden révèle toute la dimension obscure et la laideur du système de la chimie pharmaceutique, ses réseaux d'influence extraordinairement puissants et organisés, ses ramifications tentaculaires et mafieuses au sein même des gouvernements sensés être démocratiques. La réaction négative des Pharmas est à la hauteur du danger que nos sociétés courent en ce moment à se jeter dans le tout vaccinal sans même réfléchir aux conséquences à longs termes de notre dépendance à la chimie et ses laboratoires. Quand un marchand d'armes fabrique des canons, des avions, des bombes, des fusils, c'est pour les vendre et faire de juteux profits. Il ne défend pas la veuve et l'orphelin et ses goûts pour le romantisme sont très limités. Peu importe pour lui si ses armes seront utilisées sur le terrain et si des guerres feront des millions de mort-e-s.

Quand une big pharma est cotée en Bourse, elle a les yeux rivés sur ses performances et ses bénéfices. Peu importe si les vaccins sont au final utilisés, efficaces et peu dangereux pour les foules. Pourvu qu'on les autorise sur le marché et que l'on puisse en conserver la propriété intellectuelle quitte à ce que la population humaine subisse encore de lourdes pertes à cause du virus. Ce n'est donc pas l'altruisme qui guide ces scientifiques et ces big boss de la Pharma et leurs actionnaires. C'est l'égoïsme le plus pur et la défense de leurs intérêts particuliers au détriment de l'action collective.

Comprenez que beaucoup de gens ont des doutes sur les vaccins et qu'ils refuseront toujours de se faire vacciner face à des produits artificiels créés dans un climat de cynisme absolu. Leur doute est légitime et Joe Biden en fait bien involontairement une démonstration magistrale tout en risquant sa peau de Président en se positionnement pour la libération et la rupture des droits au brevet intellectuel durant cette pandémie mondiale qui n'en finit plus de faire des ravages sociaux, politiques, sanitaires, et économiques.

Les barons de la pharma risquent de trouver une solution fatale si Sleepy Joe insiste dans sa démarche...presque révolutionnaire.