09/05/2021

Rendre les gens dépendants, but du marketing

L'esprit publicitaire du temps veut qu'un produit gagnant trouve son public cible grâce à un marketing bien orchestré.

A la base, bien sûr, il faut un bon produit finalisé et capable d'être produit industriellement pour à la fois satisfaire à la demande du marché et performant comme satisfaisant pour son public.

Depuis 50 ans, la pharma est entrée dans nos vies tout doucement puis assez frontalement. Depuis la crise du coronavirus c'est même carrément l'invasion planétaire avec nos jours et nos nuits occupé-e-s par l'angoisse et le décompte des mort-e-s et hospitalisé-e-s au quotidien. Il n'y en a plus que pour le Covid-19.

Toutes sortes de produits sont entrés dans nos vies. Le gel hydroalcoolique, les produits désinfectants pour les tables et les surfaces qui s'attaquent au coronavirus, entre autres, les masques, les tests PCR. les tests antigéniques rapides, les auto-tests à faire au domicile, les tests salivaires, les médicaments en tous genres, de la chloroquine en passant par le Remdesivir et autres vizirs au nom barbares tout aussi affûtés, aux médicaments révolutionnaires à base d'anticorps, la panoplie des instruments de guerre pour lutter contre le virus est impressionnant et fort coûteux pour ne pas dire désastreux pour les budgets familiaux sans pour autant garantir la liberté et la sécurité des personnes face aux ravages provoqués par le virus. Au contraire, la surveillance des déplacements des citoyennes et citoyens ainsi que les entorses gravissimes au droit de vivre et de circuler n'ont jamais pu être levées depuis l'arrivée du virus. Sans compter qu'une nouvelle montagne de déchets à éliminer a été créée provoquant une nouvelle source de pollution artificielle.

Arrive finalement les vaccins développés par centaines tout autour de la planète. Seule une dizaine, à l'heure actuelle, semblent être aptes à fonctionner parmi les candidats vaccins. Aucun d'entre eux n'a été développé spécialement par romantisme et amour inconditionnel du genre humain. Tous ont dû être financés par des investissements colossaux, privés comme publics, avant d'aboutir à un résultat acceptable. Tous ont été développés par des gens aux dents longues qui voyaient bien que les premiers sur la ligne de front seraient les plus aptes à générer des bénéfices monstrueux propres à faire d'eux les maîtres d'un nouveau monde pharmaceutique dont même les politiciens des Etats démocratiques ne pourraient plus contester l'hégémonie et la nécessité.

A partir de ce constat, les pharmas ont gagné la guerre sur toute la ligne. Non seulement, elles affrontent le virus et l'empêchent de se développer mais en plus elles décrédibilisent toute contestation possible, tout horizon autre que la vaccination comme passage obligé dans nos vies. En sachant que le virus saura trouver le chemin pour se développer quand même à travers ses variants, les pharmas savent que grâce à leur partenaire-ennemi coriace et ultra-résistant elles ont de très beaux jours d'existence devant elles et que leurs actions grimperont encore de façon exponentielle à la Bourse.

Est-ce que l'Humanité se portera mieux demain et que tous les contrôles et autres entraves à la vie seront levés? Non. Est que l'Humanité saura éviter l'apartheid créé entre vacciné-e-s et non-vacciné-e-s grâce à l'arrivée de la vaccination? Non. Est-ce qu'un jour notre dépendance aux différents vaccins nouvellement créés chutera drastiquement et que nous retournerons dans le monde "normal" d'avant? Non. Est-ce qu'on s'embrassera sans retenue et qu'on se tiendra par la main comme avant? Non.

Le vaccin ne nous ramènera aucune liberté fondamentale car la menace des variants du virus restera présente. Pour cet été, ce sont les variants indiens qui viennent d'être déclarés résistants aux vaccins actuels... Ensuite, on verra bien. Les grands gagnants sont les pharmas. Les grands perdants sont toutes celles et tous ceux qui ont souffert de la pandémie plus que certain-e-s autres. Les familles endeuillées, les gens interdits de travailler, les gens qui ont perdu leur job, les amoureux et les familles qui ont été séparés par les interdictions de voyager, les gens qui aujourd'hui vont se battre entre eux avec la haine au ventre et l'arrivée de l'apartheid social créé à partir de la vaccination et de son pass vaccinal.

Combien d'années de galère nous attendent dans cette guerre déclarée au virus? La décadence de nos sociétés modernes semblaient déjà amorcée avant l'arrivée de Covid-19. Avec lui, il semble que tout s'accélère encore et que l'espoir d'un monde meilleur et plus heureux s'efface à jamais.

C'est chacun pour sa pomme, cynisme raffiné à la clef. Et le peuple adhère. Que celles et ceux qui ne foncent pas avec bonheur à leur séance de vaccination soient maudit-e-s. Ils et elles n'auront que ce que les contestataires au système totalitaire méritent: la punition morale, l'interdiction de fréquenter les lieux publics et de voyager à l'étranger, le discours du réarmement moral des vacciné-e-s tout heureux-ses de passer à la piqûre chaque année pour conserver leurs droits sociaux les plus élémentaires.

Pendant ce temps, le virus n'aura qu'à continuer son travail de fossoyeur grâce aux guerres entre pays riches et pays pauvres, entre partisans et adversaires du vaccin. Il y aura de nouveaux morts en tous genres. Morts du corona, morts économiques et par suicide, morts de la solitude, morts dans des affrontements entre civils et civils ou civils et policiers, morts amoureuses à cause de conflits internationaux déclenchés grâce à des réciprocités vaccinales refusées entre blocs idéologiques. Faites vos jeux à la roulette russe. Rien ne va plus. Sauf le marketing vaccinal et les gens désormais accrocs à la vaccination qui prêteront bien volontiers leur bras à l'effort de guerre pourvu qu'ils gardent leur sacro-sainte liberté de circuler au sein des nations qui accepteront le vaccin prescrit par leur pays.

 

   

Les commentaires sont fermés.