11/05/2021

21 mai, les grosses manifs seront de retour

Une manif fourre-tout contre l’intégralité du «système de domination patriarcal impérialiste et capitaliste» mais avant tout pour défendre le climat...qui lui ne revendique rien du tout vu qu'il n'a pas la parole pour défendre sa cause.

C'est brillant comme idée mais pas trop innovant. Celles et ceux qui ont vraiment souffert de l'année prolongée de pandémie sur le plan des salaires ne sont même pas conviés au bal et mis en avant dans la lutte finale... On cherchera longtemps ce que cette manif peut bien signifier de concret dans la lutte contre le capitalisme et pour une justice salariale entre toutes les couches de la population.

J'aurais été sans doute un fervent participant à ce genre d'évènement à une autre époque. D'autant que je devrais encore disposer de temps libre le 21 mai puisque mon job est toujours à l'arrêt forcé. C'était avant le covid-19 et surtout avant de constater que la discrimination sociale et salariale n'est pas forcément dirigé contre les femmes où les migrants mais qu'elle concerne surtout le secteur économique dans lequel évoluent les personnes. Des uns, la fonction publique, les professions de la santé, du bâtiment, de l'horlogerie et mécanique, et du commerce de détail, sont très bien servis et très bien défendus par les syndicats. D'autres, la restauration et hôtellerie, la culture dans une moindre mesure, sont en plein désert syndical et peuvent aller se faire voir chez les métèques pour savoir s'ils défendraient mieux les droits de ces métiers largement ignorés des forces de la gauche pastèque. Les indigènes de chez nous n'ont pas vraiment eu de chaudes larmes et des revendications forcenées pour ces professions abandonnées à leur triste sort tandis que le reste de la population puisse toujours vaquer à ses occupations le plus normalement du monde tout en gagnant son pain sans une seule perte financière, voir avec des primes sanitaires à la clef pour certaines et certains.

On pourra toujours nous suggérer que nous étions en vacances tandis qu'eux allaient au turbin et que la princesse nous nourrissait, nous logeait, nous blanchissait tandis que nous paressions dans notre canapé face à la télé, genre t'es pas bien au chômage mais moi j'aurais profité à fond d'une année sabbatique même à 80% de mon salaire. Normal, les salaires de ces personnes qui parlent un peu trop bien et souvent dans les médias naviguent en général à un niveau salarial du double voir du triple d'un cuistot. Se contenter d'un 80% de salaire cela n'aurait donc pas été si effrayant que ça.

Le 21 mai, on aurait pu voir des pancartes du style. "SALAIRES DE LA RESTAURATION A 80%, MISERE SOCIALE A 100%". Au lieu de ça on aura genre "VIEUX MÂLE BLANC DE PLUS 50 ANS, RACISTE, SEXISTE, COLONIALISTE, CAPITALISTE, CASSE-TOI DE MA VUE!"

Comme je crains de me sentir mal à l'aise au milieu de ce joli monde vu ma couleur de peau, mon genre, et mon âge, je pense décliner l'invitation à venir manifester avec des jeunes qui pourraient bien confondre mon visage avec celui d'un gros porc capitaliste qui a en plus profité à fond de la pandémie pour s'enrichir encore plus.

Il est parfois difficile de différencier un capitaliste blanc d'un pré-SDF dans la misère. Il suffirait que ce dernier s'habille façon dandy Baudelaire pour qu'il fasse genre petit bourgeois Blanc excentrique qui pleure encore dans les jupes de sa maman pleine de pognon.

Belle jeunesse, le combat est ailleurs et ni l'âge, ni le genre, ni la couleur de peau, ni le vêtement font le moine ou le salaud.

https://www.letemps.ch/suisse/21-mai-convergence-luttes-s...

 

 

 

Les commentaires sont fermés.