28/05/2021

De fausse nouvelle à nouvelle envisageable

Facebook fait depuis quelques temps de l'épuration médiatique.

Donald Trump en est la plus célèbre "victime". Il faut dire qu'il l'a bien cherché puisqu'il a failli provoquer un massacre au Capitole de Washington avec ses inventions complotistes autour de sa non réélection.

Mais Facebook s'en prend à toutes sortes de théories plus ou moins fumeuses et la plate-forme a le grand tort de s'être transformée en police de la pensée. Ce qui est grave et accablant pour son créateur Marc Zuckerberg.

Tout cela a commencé avec l'interdiction du nu, qu'il soit sous la forme d'un simple sein féminin à l'air ou, plus inquiétant encore, à travers les représentations de nus artistiques. En pleine époque où le porno a envahi le Web plus sûrement encore que les religions, Facebook, la prude victorienne, semble totalement dépassée et anachronique.

Le plus cocasse et marrant, pour autant qu'on en oublie le basculement oscillant du Bien volontaire et puriste au Mal liberticide du côté de la force obscure de la plate-forme mondialement célèbre, c'est que Marc Dark Vador se repend parfois de ses péchés et absout quelques complotistes qu'il avait à la base exclus de sa plate-forme communautaire.

Il en est ainsi de celles et ceux qui répandaient l'idée que le virus SARS-COV2 sortait tout droit d'un laboratoire et non d'une émanation naturelle (ou surnaturelle pour les croyant-e-s en divinités) de provenance animale telle que la chauve-souris par exemple.

Désormais, et du moment que le New York Times en a fait sa Une du jour, il est admis que, la possibilité d'une expérience de laboratoire ayant mal tournée, le virus se soit répandu dans la nature à travers la main de l'Homme (plutôt que de celle de Dieu...).

Sacré Marc. Très étrangement, et à ce jour, je n'ai jamais été censuré sur sa plate-forme. Mais je n'en connais pas la raison exacte. Soit c'est parce que je suis insignifiant en terme de lectorat, ce qui est l'option la plus probable, soit c'est parce que Marc m'aurait dans ses bons papiers et qu'il aurait décidé que le petit Suisse pouvait continuer à pondre ses billets avec toute sa liberté voltairienne méritant qu'on lui laissa la liberté réservée aux princes de l'information alternative.

Et puis de toutes façon, les algorithmes de Google faisant déjà le sale boulot et plongé dans les profondeurs du dark Net visible, mon blog n'a en réalité que très peu de visibilité et d'accessibilité officielle pour les recherches des internautes.

Mais dans le deuxième cas fort improbable de reconnaissance sociale, merci de cet honneur cher Marc Zuckerberg. Cela fait du bien de ne pas recevoir de message de ta plate-forme qui me dit que tel ou tel de mes billets a été supprimé pour divulgation de fausses informations.

En attendant, seul les fous savent qu'ils écrivent presque chaque jour pour ne pas devenir complètement dingues parmi ce monde de plus en plus illisible et profondément parano.

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.