27/07/2021

Rendez-vous d'été avec Camille Claudel

Beaucoup de choses s'écrivent depuis une quarantaine d'année sur la grande artiste qu'était Camille Claudel.

Des films, remarquables, ont été réalisés à partir de sa vie et de son oeuvre. La plupart d'entre vous qui me lisez, vous connaissez déjà ces films.

Je vous convie aujourd'hui à une découverte d'une oeuvre, peut-être une contrefaçon très réussie mais illégale par usurpation d'identité , ou alors un objet unique, oublié, et qui aurait été réalisé par Claudel dans les dernières années de sa vie artistique. Cette objet mystérieux, en bronze, reprend les canons de "La Jeune Fille à la gerbe" modelée en terre cuite, mais dans une dimension plus réduite et surtout variant de l'oeuvre originelle et avec une signature pas anodine du tout.

Nous savons que Camille Claudel à souvent modifier sa façon de signer ses oeuvres. Parfois nom et prénom en lettres majuscules, comme sur la terre cuite originelle de la Jeune Fille à la gerbe. D'autres fois, en lié, avec le prénom complet suivi du nom. Et d'autres fois encore, en lié, mais avec le C. de Camille suivi du nom.

L'exemplaire que je vous propose est un bronze signé en lié du seul nom: Claudel, ce qui n'est sans doute pas anodin dans la perspective d'une reprise tardive d'une oeuvre primordiale où Camille filait le parfait amour avec Rodin. De plus, toute la structure de la statuette est variante. De la dimension de l'oeuvre, petite, à la gerbe, en passant par la coiffure, l'alignement des pieds, et le socle, tout a été légèrement modifié dans ce travail mais en gardant l'unité de l'oeuvre primitive. De plus, aucun cachet de fondeur ni date de création y figure.

Pour un faussaire, peu d'intérêt à modifier pareillement l'oeuvre originale. Impossible de le faire passer pour un Claudel et de la vendre une fortune sur le marché. Une contrefaçon légale, accessible sur le marché de l'art, et tirées à de nombreux exemplaires? Nul part, je n'ai trouvé une référence à cet objet "officiel" et qui serait licite. De plus, son apparence globale montre certains signes de fatigue et d'un âge pas trop récent. Le marbre est légèrement fissuré par endroit et il a subi des petits chocs sur les angles. Petites griffures sur le visage et le corps de la jeune fille.

Hors, l'oeuvre de Claudel est tombée dans le domaine public qu'en l'année 2014, soit il y a 7 ans, après les 70 ans légaux des droits d'auteur pour les descendants d'un ou d'une artiste décédée.

Auparavant, la famille et les descendants de Camille Claudel protégeaient jalousement l'intégrité de l'oeuvre et auraient empêché toute vente aux enchères illégales avec des poursuites en justice et demande de destruction de la contrefaçon. Aucun intérêt de fabriquer un faux Claudel sauf pour un sculpteur amoureux de Claudel qui lui aurait attribué le travail... Ce serait pour le moins étrange tant les artistes, en toute logique, aiment en principe s'attribuer les mérites de leur travail. Une copie "d'après Camille Claudel" pour la vente en nombreux exemplaires? Pas possible puisque cette notification manque à l'objet.

Alors voilà. Je ne peux rien vous dire de plus dans l'état actuel des choses. Sauf d'admirer les photos que je vous propose, de lire mon petit texte inspiré par la vie de Camille, et de visionner cette magnifique vidéo musicale jointe à ce billet.

 

 

Paul, mon petit Paul,

c'est le temps des moissons.

Ma parole, je ne suis pas folle.

Tu ne le vois donc pas?

Regarde!

Regarde comme ma gerbe de blé

fleurit encore et encore

de ma nuque jusqu'à mes reins,

plus belle et insolente que jamais,

Tendue comme un carquois

retenu sur mon dos,

plus gracieuse et profonde

qu'un ciel auburn sans fin,

prête à brûler ses épis d'amour

sous le soleil de Satan,

comme Cupidon sur les coeurs

des visiteurs et des visiteuses

admirant mon oeuvre,

ma vie, ma passion,

qu'août n'a jamais été que lumière d'or

et que ses pluies d'orage regorgent

de mes sanglots boueux retenus

au fond de mon corps fatigué,

de mes yeux clos

qui retiennent mes souvenirs

du temps de ma jeunesse riante,

du temps où je me jetais dans l'art

à corps perdu

tandis que déjà vous me jetiez,

vous, ma famille,

pareils à des bourreaux,

en prison, mon âme à jamais perdue

pour l'art et la sculpture.

 

J'ai la gerbe, mon petit Paul.

J'ai envie de te gerber dessus.

 

Mes larmes, mes larmes

ne sont que des pauvres lames

que tu essuies trop facilement

en t'enfuyant loin de cette asile de folles,

mon petit Paul.

 

Un diplomate de France

qui n'est jamais arrivé à faire libérer

sa grande Camille, son unique Camille?

Tu te fous de moi, Paul,

comme tu te fous de mes maux.

Ton prestige avant tout.

Ta gloire loin de moi.

Tes mondanités et tes bondieuseries.

Tes foutaises d'ambassadeur,

en quelque sorte.

Et moi, cette terre glaise abandonnée

qui ne réalise plus rien d'autre

que de l'absence et de l'obsolescence.

 

Mais si Dieu existe

comment a-t-il pu laisser faire ce crime,

cet abandon monstrueux?

 

Mon orgueil? Mon mépris?

Mes moqueries à l'égard

de ces instances de l'art,

ce grand Monsieur Rodin

si mesquin, si petit,

qui a si bien trahi sa promesse

de faire de moi sa femme,

son amante exclusive?

Te rends-tu compte, mon petit Paul?

Si je suis folle, paranoïaque,

fabulatrice, et accusatrice,

c'est que le bonhomme a arraché

sa main à la mienne

et qu'il m'a laissée sombrer dans l'abîme.

Il fallait donc que je laisse le traître

à sa Rose et ses femmes d'une seule nuit.

 

Regarde, petit Paul!

Je suis là, aujourd'hui.

Je suis ressuscitée d'entre vos oublis

que vous vouliez me faire subir

afin de vous disculper de vos erreurs.

 

Il me reste des têtes de bonhommes

à fracasser dans mon atelier.

Fais attention à la tienne, mon petit Paul.

Je t'ai chéri comme une soeur aimante.

Mais je pourrais bien encore ruiner et toi

et ta réputation de bonhomme d'Etat,

de bonhomme d'Eglise,

et de bonhomme de Lettres,

de bonhomme parfait et sans reproche,

plutôt que défendre ton horrible position,

ta décision scandaleuse

de m'avoir laissée choir, là, 30 ans, abandonnée

comme une chienne lépreuse,

une chienne affamée d'amour,

une chienne éperdue de passion,

dans la misère de cet asile psychiatrique.

 

Je voulais garder la tête haute,

mon petit Paul

garder ma liberté,

ma créativité, mon indépendance.

Tu m'as réduite, avec maman et Louise,

à l'asile de fou,

à l'inactivité, au suicide de mon esprit,

à cette chose qui ne me ressemble pas.

 

Dois-je t'aimer ou te haïr, mon petit Paul?

Dois-je vous prendre en pitié

ou me consoler d'être enfin aimée,

aujourd'hui et à jamais,

par cette grande famille

qu'est l'Art et la Sculpture

qui autrefois n'a pas su, ou pas voulu,

par esprit patriarcal,

voir la portée de mon oeuvre.

*****

« Ma maison est transformée en forteresse :

des chaînes, des mâchicoulis,

des pièges à loup derrière toutes les portes

témoignent du peu de confiance

que j’ai dans l’humanité »

Camille Claudel

 

20210727_0715022.jpg

 

 

20210727_105141.jpg

 

 

20210727_105206.jpg

 

 

20210727_104632.jpg

 

 

20210727_104808(1).jpg

 

 

20210727_104808.jpg

 

 

20210727_105815.jpg

 

 

20210727_110017.jpg

 

 

20210727_0725222.jpg

 

 

20210727_0711533.jpg

 

 

20210726_233707.jpg

 

 

20210726_233348.jpg

 

 

20210726_2317333.jpg

 

 

20210726_231733.jpg

 

 

20210726_163749.jpg

 

 

20210726_163501.jpg

 

 

20210726_163319.jpg

 

 

20210726_163119.jpg

 

 

20210726_163153.jpg

 

 

20210726_162734.jpg

 

 

20210726_160733.jpg

 

 

20210726_162539.jpg

 

 

20210726_162409.jpg

 

 

20210726_162445.jpg

 

 

20210726_163436.jpg

 

 

20210726_163553.jpg

 

 

20210727_070905.jpg

 

 

20210727_074046.jpg

 

 

20210727_071125.jpg

 

 

20210727_071153.jpg

 

 

20210727_073952.jpg

 

 

20210727_071502.jpg

 

 

20210727_073902.jpg

 

 

20210727_071707.jpg

 

 

20210727_072556.jpg

 

 

20210727_072447.jpg

 

 

20210727_073616.jpg

La Ruée vers Moderna et Pfizer

Je cherche mon or et j'ai découvert un filon.

La pépite Moderna ou Pfizer qui me protège et gardera ma santé intacte de toute atteinte grave par la covid ainsi que celle de mes proches et des gens que je croise dans la rue...

En France, les vaccinodromes font actuellement carton plein grâce aux menaces macroniennes et aux interdits en tous genres qui limiteront désormais les libertés de ces enragé-e-s de non-vacciné-e-s atteint-e-s de démence. Bientôt, on les transférera dans des camps de rééducation pour soigner leur sénilité et leur débilité et on tentera de les convertir à la bonne parole macronienne. On dira qu'il sont dangereux pour la survie de la société et qu'ils transmettent sciemment un virus mortel. On dira qu'ils sont de grands psychopathes, des criminels sans empathie, des salauds intégraux, de la vermine, des gens impurs, des empoisonneurs, qu'il faudrait éliminer de la planète Terre parce qu'ils ont refusé de prendre leur dose de blondeur modernienne ou pfizerienne.

On n'est pas chez les nazis. Pas encore mais sait-on jamais. Hitler n'a pas trouvé la solution finale au début de sa carrière de politicien...à moins que je ne sois pas capable de lire l'histoire de sa biographie. Il fut même peintre, peintre raté, certes.

On est rentré dans le monde de l'hygiénisme absolu tout en étant dans celui où ce qui arrange la société de consommation continue de tuer massivement et de provoquer des cancers, des insuffisances respiratoires graves. Je parle ici des particules fines et autres joyeusetés polluantes. Mais notre ennemi commun à toutes et à tous que sont, in fine, les bagnoles, les avions, les super paquebots de croisières, les tankers géants qui naviguent en haute mer, sont et restent nos amis quotidien. Comme on ne peut pas s'en passer et qu'ils nous permettent de circuler et de prendre du plaisir, on les accepte et on les choie même si demain c'est une catastrophe planétaire et gigantesque qui nous guette par leur faute et la nôtre plus directement (déjà aujourd'hui, un petit aperçu de ce qui nous attend toutes et tous comme catastrophes climatiques). Tous ces objets du désir tuent, de surcroît, dans des accidents de la route, du ciel, de la mer, du rail. C'est la fatalité qu'on dit. Il faut bien ramener tout cela à la fatalité sinon on ne bouge plus de chez soi.

Pour l'être humain, pourtant, pas de fatalité admise. Tu te vaccines et tu la boucles. T'es pas ma bagnole privée, t'es pas mon prochain avion à prendre. T'es juste un gros con, un être humain qui ne veut pas respecter les consignes d'Etat et qui m'emmerde sérieusement. Je dirais même que tu me tapes grave sur les nerfs. Donc, s'il faut, on t'enfermera à domicile ou en maison d'accueil, on te séparera des tiens et de la société, on tentera une ultime fois de te "déradicaliser" de cette pensée terroriste et égoïste que tu as développé, ce complotisme malsain qui perturbe ton cerveau mal orienté, et sinon on ne te permettra plus jamais de nous refiler le virus bien que de toute façon le vaccin est sensé nous protéger, nous les vacciné-e-s de la raison pure, de ton sale virus que tu tiens à nous refiler par ta stupidité maladive à ne pas faire une confiance aveugle et absolue, acquise de droit divin par les gourous de Big Pharma et aux politiciens qui, désormais, votent des lois d'urgence, des articles d'exception permettant le bannissement et l'interdiction de voyager aux non adorateurs et adoratrices du vaccin.

Tout doucement mais tout de même très rapidement (c'est pour refaire le coup de Berset) nous sombrons dans l'apartheid et la division.

L'avenir n'est pas rose. Il est brun.

Cher petit virus qui révèle toute nos capacités intellectuelles et morales à créer des boucs émissaires, des ennemis de la pensée dominante, des gens qui ne méritent plus d'être des citoyennes et des citoyens à part entière de part leur très grande faute morale à refuser une piqûre prétendue bonne pour toute la société...

Plus il y a de vacciné-e-s, plus les variants de la covid contaminent, plus les Etats développent leurs discours en faveur du vaccin.

Il y a comme un leurre quelque part. Mais je ne sais pas où. Soit le virus est vraiment diabolique, soit les Etats et la Science se permettent d'instiller une menace grandissante pour imposer leurs produits sur le marché dont demain nous ne pourrons plus jamais nous passer. Un genre de Mac Donald médical, un fast-food planétaire de la pharma et désormais obligatoire pour rester du bon côté des gentils protecteurs de la société contre les méchants "pas net du bocal" qui refusent de sauver des vies en ne se vaccinant pas.

Ma méchanceté, c'est comme une protection et une résistance contre une idéologie que nos dirigeants veulent nous imposer de gré ou de force. Rien de plus, rien de moins. Je n'ai jamais refusé un vaccin qui me semblait acceptable parce que sagement conseillé et ayant fait largement ses preuves sur la durée. Mais là, franchement là, je n'en peux plus de la propagande officielle de la big pharma et de nos dirigeants.