17/10/2021

A nouveau vivre comme les Anglais et les Anglaises?

Les Anglais font toujours autrement que le reste de l'Europe.

Et cela leur réussit souvent. Concernant les mesures anti-covid, les sujets de sa Gracieuse Majesté n'ont pas reçu d'ordre divin de la reine.

Ils et elles sont libres de circuler partout. Et pour la plupart, sans masque nulle part bien que cela ne soit pas recommandé par l'Etat. Certes, le taux d'infection remonte mais les hospitalisations restent sous contrôle alors que le nombre de morts n'est guère plus élevé qu'en Suisse en fonction du nombre total de la population.

L'Angleterre a un taux de vaccination actuel voisin du taux de la Suisse. Beaucoup ont renoncé, pour le moment, a avoir recours à un des vaccins existants pour se protéger contre la covid. La plupart des victimes qui perdent la vie à cause de la covid restent des personnes très âgées ou à risques ayant des maladies chroniques. 

Les Suisses et Suissesses ont la liberté de se faire vacciner. Les personnes âgées ainsi que les personnes à risques savent ce qu'elles encourent avec la covid. Elles sont adultes et, si elles décident de renoncer à la vaccination, elles en assument les risques comme les conséquences pouvant les entraîner vers la mort. Vaccinées, elles savent également qu'il est peut-être plus raisonnable de renoncer à trop s'approcher d'autres personnes et d'embrasser ou serrer la main à tout va, ceci par soucis de se protéger soi-même.

Je ne vois pas comment justifier, dans les circonstances actuelles, ce foutu pass sanitaire. La covid n'a pas la dangerosité d'Ebola, ce qui justifierait un vaccin obligatoire pour sauver la population d'une épidémie autrement plus dangereuse pour la survie du pays, et encore moins le sida. Pourtant, fort heureusement, personne ne va zyeuter sous les couettes des citoyens et citoyennes pour vérifier le port du préservatif avant de s'adonner à la fornication. Pourtant un geste barrière bien utile et salvateur contre une maladie très dangereuse, et d'autres maladies vénériennes, qui handicape à vie le porteur ou la porteuse du sida lorsqu'on change sans cesse de partenaire-s sexuel-s.

Aucune justification réelle pour continuer à utiliser ce pass sanitaire qui crée de la ségrégation, de la haine, du ressentiment, de la division, de la violence, du contrôle policier, de l'exaspération, de la honte, du fascisme, de l'apartheid, des faillites commerciales, des travailleurs et travailleuses menacé-e-s d'exclusion de leur emploi, au pays de la démocratie, de la dépression, des disputes incessantes au sein même des familles voir des couples.

Les Suissesses et Suisses devraient réfléchir aux conséquences extrêmes d'une solution extrême décidée par une politique fédérale devenue extrémiste et jusqu'au-boutiste, terriblement dépendante des décisions liberticides de nos voisins immédiats comme l'Italie, la France, voir l'Allemagne, dans ses prises de position.

C'est d'Angleterre qu'est parti la flotte navale qui a libéré l'Europe du nazisme. C'est d'Angleterre encore que nous vient un vent de libération face à des contraintes sanitaires injustifiables qui étouffent une partie de la population condamnée à raser les murs et à rester à distance des lieux publics sensés être accessibles à toutes et à tous.

NON au pass sanitaire le 28 novembre. OUI au choix vaccinal. OUI à la liberté. OUI à la solidarité entre vacciné-e-s et non-vacciné-e-s.