28/05/2010

Ribéry; après le caviar Zahia Dehar, le Bleu frétille!

Mathieu Valbuena- Franck Ribéry, la charnière centrale des Bleus qui pourrait devenir la terreur du gazon lors de la Coupe du Monde 2010.

D'origine espagnole, Valbuena, le numéro 10 des Bleus, pourrait bien être l'Espagnol d'origine qui marquera le plus ce Mondial. La France, avec Franck Ribéry qui rêve plus que jamais mettre la main à la Coupe après sa main fautive à la Croupe de la Gold Girl Zahia Dehar, va sans doute nous offrir un spectaculaire football champagne dont personne n'attend parmi les pronostiqueurs.

Et on dira merci à Zahia pour ce coup de martinet bienfaiteur à une équipe qui se traînait dans les profondeurs insondables de l'ennui. Ah le spleen! Oh les filles! Pour devenir les Baudelaire du gazon vert 2010, la France peut compter désormais sur Franck Ribéry comme son leader d'une poésie symbolique moderne et pleine d'imprévue qui va faire trembler l'Afrique et la planète.

« La femme est l'être qui projette la plus grande ombre ou la plus grande lumière dans nos rêve »

 

« Tout poète (footballeur, ndlr) lyrique en vertu de sa nature opère fatalement un retour vers l'Eden perdu »

« Les curiosités esthétiques » Charles Baudelaire

« Il y a dans tout homme, à toute heure, deux postulations simultanées, l'une vers Dieu, l'autre vers Satan. L'invocation à Dieu, ou spiritualité, est un désir de monter en grade; celle de Satan, ou animalité, est une joie de descendre »

« Mon coeur mis à nu » Charles Baudelaire

Monter et descendre, va-et-vient amoureux perpétuel entre l'homme et la femme, entre la promotion heureuse et la destitution honteuse. Ribéry, après sa descente aux enfers, va tout mettre en oeuvre pour remonter en grade. La France peut compter sur le bonhomme... A Sousse, en Tunisie, à deux doigts du Dahar (!) la France se ressource et va nous mettre une mine à tous. Domenec a eu bien de la chance d'avoir reçu en off les offres de service de Zahia Dehar comme coach et entraîneuse de son équipe qui était en pleine débandade après deux mains de Dieu qui ressemblaient plus aux deux grosses pognes de Lucifer prêtes à mettre la main à la Croupe...

 

Photos-0063_2.jpg

 

LE NOIR EST LA COULEUR DE LA DEMOCRATIE

CHARLES BAUDELAIRE


08:08 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (5) |

27/05/2010

Mondial 2010: Apartheid entre nantis et déclassés!

 

La FIFA ne joue pas le jeu. Ou plutôt elle botte en touche tout ce qui n'entre pas dans le cadre de son programme festif, sportif, et financier. Plus grave, elle utilise la pâte humaine à ses propres fins en exploitant honteusement et en toute connaissance de cause des individus qui restent sans couverture sociale et sous-payés. En même temps, elle a fait exproprier et expulser de son terrain de jeu tous les manants, les inutiles, les encombrants, les gêneurs... jusqu'aux marchands ambulants qui n'attendaient que la grande fête du foot pour se donner un ballon d'oxygène économique.

Le nom même de « Coupe du Monde 2010 » ne peut être utiliser gratuitement sur des pancartes dans des petits bars d'Afrique du Sud au risque d'une amende salée qui ira droit dans les caisses de la FIFA! Honte à vous et à votre comité d'organisation, Monsieur Sepp Blatter. Honte à vous! Parce que non seulement vous vous permettez d'engranger des milliards de francs qui iront engraisser vos poches et celles de vos petites copains mais qu'en plus vous vous permettez cela dans un pays qui a vécu des dizaines d'années d'apartheid et d'injustices sociales envers la population noire.

Il est bien beau de proclamer « NON AU RACISME! » « OUI AU FAIR-PLAY! » à longueur d'émissions télévisées. Vous vous faites une belle vitrine remplie d'émotions sportives, de médailles et de coupes, d'exploits footballistiques fantastiques. Vous utilisez la passion du monde pour ce sport en donnant fastes et éclats à votre salle à manger et à boire tout en cachant la misère qui règne dans vos cuisines. Vous me faîtes penser à une chaîne hôtelière du monde que je ne nommerai pas mais dont son héritière se trimballe avec 50 valises à Cannes. Vous vivez dans le luxe; vous invitez les personnalités dans le luxe; vous offrez des cadeaux issus des milieux du luxe; vous utilisez la mondialisation pour vanter la mixité mondiale de vos employés et votre dégoût du racisme et de l'exploitation des pauvres diables et diablesses par des mafias qui les entraînent dans le deal, le vol, et la prostitution tandis que vous et vos amis, la grande classe, l'élite du monde, le gold people V.I.P., vous vous couvrez d'or et bénéficiez d'une aura de sainteté au nom de la plus grande fête populaire du monde.

Finalement vous êtes un sacré hypocrite qui savez fort bien faire votre publicité. Mais si on essaye de vous lire d'un peu plus près, on constate que vous portez les habits éclatants des gangs de quartiers. Juste que les vôtres ne s'arrêtent pas à une banlieue parisienne mais s'étendent sur toute la planète Terre!

Désolant, affligeant, déshonorant. Ne vous étonnez pas si le taux de violence augmente, si le racisme augmente, si le fascisme devient fréquentable, et si votre compagnie devient infréquentable pour les quelques personnes qui n'ont pas froid aux yeux de vous le dire.

Réagissez, Monsieur! J'aime trop le foot et la fête pour cracher dans cette soupe. Demandez aux idoles d'êtres de vraies icônes humaines en exigeant d'eux un véritable renversement de tendance, une révolution, une chute par 10, voir par 100, des gains autorisés en matière de salaires et de transferts footballistiques afin qu'ils ne soient plus des vampires vénérés vivant sur le dos de leurs spectateurs soumis mais au contraire des êtres humains qui vont à leur labeur le génie chevillé aux pieds et la tête remplie d'étoiles humaines et bienfaitrice.

Ce serait là un acte de courage prodigieux et un exemple pour la Terre entière.

Hélas, je crains que l'utopie d'un monde plus juste et moins indécent, d'un écart réduit entre pauvres et riches, ne soit pas votre horizon et votre but ultime malgré vos belles et grandes déclarations en matière de droits humains et de bonheur collectif.

Avec tout mon respect malgré mon profond désaccord avec ce monde qui ne va décidément pas très bien et qui n'a jamais été autant raciste entre nantis et défavorisés de la mondialisation. Et si vous osez dire que ce n'est pas du racisme mais une simple distorsion de moyens tout à fait admissible dans une société de marché, je vous rappelle que les pharaons ont fait construire leurs belles pyramides par des esclaves considérés tels, sans aucune hypocrisie de la part de la hiérarchie pharaonesque. Au moins, les pharaons avaient la dignité et le courage de le dire et de l'écrire malgré les injustices et les souffrances qu'ils infligeaient à leurs esclaves...

 

 

picture066.jpg

 

 

 

15:37 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (5) |

Obama, Président du IIIème type, en lutte contre Wall Street

Selon le « New-York Magazine », Obama viendrait de Mars et Wall Street de Vénus. Très étonnant et détonnant dans l'atmosphère lourde qui plombe les places boursières du monde.

E.T. Obama déclare son amour au peuple en faisant la guerre aux banquiers new-yorkais. C'est un jeu dangereux mais courageux. Les banquiers sont toujours sûrs d'avoir raison et d'être so sexy pour la planète Terre. Voilà qu' Obama a désormais les yeux de Chimène pour le monde du travail, ce fils rebelle et productif qui a décidé de se rebiffer et de porter un coup de gourdin démocratique et fatal contre ce père banquier ingrat, abuseur, et mille fois profiteurs. Inceste de l'amour entre ce président-mère qui a eu besoin de son mari faux-monnayeur pour arriver au pouvoir et qui tente dorénavant de coucher avec le fils assassin qui ne veut plus de ce père renégat, corrompu, faillible, et obsédé par ses coucheries illégitimes et répétitives dans des blanchisseries d'argent sale et pourri.

Bref. Obama est un être hybride, androïde même, devenu une fille manquée qui joue au guerrier martien en combattant un garçon manqué qui se met à jouer du tutu sur Vénus, demoiselle coquette, suceuse de bonus, et bien dotée en Bourse maquillant sans arrêt ses comptes et ses rapports sous ses jarretelles, gonfle sa poitrine siliconée pour en mettre plein la vue aux boursicoteurs aveugles, relève ses jupons pour un oui pour un non, découche à tous les coins des rues de Manhattan pourvu que la couverture financière lui soit douce et que le matelas final lui soit très confortable afin d'assurer une retraite anticipée sur une îles paradisiaque.

Obama pourra-t-il laisser mourir Wall Street et rester le président de confiance de l'économie? Ou, autre scénario chinois, Obama pourra-t-il rester le Président du peuple des Etats-Unis s'il fait tout pour empêcher l'euthanasie de Wall Street? Dans un cas comme dans l'autre, il risque bien de terminer sa carrière comme Président Sacrifice de la plus grande nation économique du monde.

 

 

 

00:03 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (1) |

26/05/2010

Cheminade & Larouche ont-ils raison?

 

Crise après crise, plongeon après plongeon, les Etats s'endettent jusqu'à la banqueroute. Certains politiciens ont su voir venir le désastre. Ils ont été « massacrés et méprisés » des médias. Ont-ils vraiment une solution aux problèmes de la Finance mondiale? Sont-ils mieux outillés, plus honnêtes et plus démocrates que ceux qui sont en place? Je vous transmets une petite vidéo pour vous donner l'option d'un courant politique américano-européen qui prend de plus en plus forme (pour plus amples infos et actus en direct se rendre directement sur le site de « Solidarité & Progrès ».

 

P.S. Ce mouvement politique a été assimilé à une secte. Les attaques contre ces deux personnalités sont nombreuses et apparement bien étayées. Néammoins, on ne peut dénier une certaine réalité dans les propos de ces personnes. Qui tient la secte mondiale de la finance? Qu'est-ce qu'une secte au sens stricte du terme? Grand débat philosophique...

17:18 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (4) |

Wall Street: Scénario noir pour Obama

 

Selon le site internet du Président américain, Wall Street va se battre bec et ongles pour faire échouer la réforme concernant le système financier américain. Avant de parler du pire scénario possible, relisons les déclarations du président Obama faites samedi dernier sur son site:

le président prévient que «le secteur financier n'abandonnera pas» son combat pour faire dérailler la réforme. Les grands établissements de Wall Street «ont déjà dépensé un million de dollars par membre du Congrès en tentant d'influer sur le sujet», affirme M. Obama.

«Dans les jours qui viennent, ils vont mettre le paquet car c'est leur dernière chance de bloquer, d'affaiblir ou de tuer la réforme et il n'ont pas l'habitude de perdre», avertit M. Obama.

Le président appelle en conséquence ses partisans à donner chacun au moins 5 dollars à «Organizing for America» (son site internet, ndlr) afin d'orchestrer la mobilisation en faveur de la refonte du système financier.

«La réforme mettra en place la plus forte protection du consommateur financier jamais vue dans l'histoire», assure le président. «En protégeant notre économie de l'aventurisme de Wall Street, elle évitera qu'une crise comme celle qui a provoqué la dernière récession ne se reproduise», promet-il.

Je ne sais pas si cela vous rappelle une certaine époque de l'Amérique, celle de John Kennedy élu grâce au soutien logistique de la mafia américaine...puis assassiné sans doute par la même mafia le jour où le Président a voulu faire le ménage dans le pays...

Une chose m'intrigue. Une partie de Wall Street a voté pour Obama. Obama s'en prend désormais à ceux qui lui ont offert le pain présidentiel en échange de faveurs ultra-libérales. L'Amérique vit une tragédie grecque. Et personne ne semble étonné que le Président lui-même s'en prend à la vache sacrée des Etats-Unis: Wall Street.

Le pire scénario serait que Mr Obama subisse le même sort que John Kennedy. Et le pire du pire serait que le jour même de son assassinat la Bourse mondiale bondisse au lieu de plonger. Cela voudrait définitivement dire que Wall Street est dirigée par la mafia mondiale et que la démocratie la plus puissante du monde a été infectée et conquises par les gangs et les criminels en cols blancs...

Quel film, mes amis! Qu'arriverait-il alors? L'économie réelle arriverait-elle à sauver sa peau hors du chantage de Wall Street?

Oui. Le moins que l'on puisse affirmer serait que le moins mauvais des scénarios serait alors la survie de ce Président et le grounding de Wall Street afin de repartir sur des bases économiques démocratiques purifiées de sa mafia corruptrice.

Un voeu pieux ou un scénario tragique à venir pour éviter un "Coma Black" de fin d'Amérique?

P.S. J'allais oublier la petite analyse qui tue Wall Street ou qui nous tue nous, plus sûrement encore: "14'000 milliards de fonds publics ont été injectés pour renflouer le système financier mondial sur deux ans entre les états américains, européens, et japonais". Une paille pour un délire à grande échelle... 

 

14:55 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) |