05/09/2021

L'apartheid sanitaire est consommé

En France, comme en Italie, l'apartheid sanitaire est consommé.

Entre plus de 60% pour la France, et plus de 70% pour l'Italie, pourcentages se situant à peu près à la hauteur des personnes adultes vacciné-e-s et ayant le droit de vote, sont pour la continuation et l'élargissement du pass sanitaire.

Il est évident que lorsqu'on est vacciné-e par un vaccin qui protège de la covid et de ses formes graves, il semble tout-à-fait normal que l'on soit effrayé par les idiots et idiotes de service qui ne font pas le geste salvateur pour se protéger à leur tour... Logique très rationnelle et très scientifique, tout cela renforcé par les discours culpabilisants de nos politiciens et politiciennes qui, avant le vaccin, ne voyaient aucun inconvénient, durant l'été 2020, à ce que toutes les hordes à 100% non-vaccinées circulent dans les trains, trinquent au bistrot et dans les restaurants, et voyagent même à l'étranger avec ou sans test PCR. Mais la logique change vite. Il semble plutôt que l'on soit tombé dans le paranormal, la vérité est ailleurs depuis Mulder et Scully, et qu'une secte multinationale, aux ramifications tentaculaires, tire les ficelles de toutes ces consciences vacciné-e-s...contre la covid mais pas contre l'irrationnel de leur pensée.

La chose qui ne change pas, avec ou sans vaccination, c'est le nombre de gens qui attrape la maladie. Cela a même été bien pire durant l'été 2021 que durant l'été 2020 malgré la vaccination d'une grande partie de la population. 

Alors on danse entre vacciné-e-s, on consomme au restaurant entre vacciné-e-s, on voyage en avion ou en trains entre vacciné-e-s, on fait la fête et on offre les infrastructures publiques et privées aux vacciné-e- et on interdit pratiquement tout aux non-vacciné-e-s mais on ne considère toujours pas que c'est de l'apartheid social qu'on est en train de créer... Chapeau les grands esprits libres.

L'urgence vaccinale est décrétée et elle est là pour durer peut-être durant des années. Mais cela ne fait pas plus réfléchir que cela. C'est le vaccin ou la mort social ou plutôt le vaccin ou la Réserve d'Indiens et d'Indiennes, parce qu'évidemment, sur le moyen et long terme, cela ne pourra pas durer et les non-vacciné-e-s vont s'organiser et réclamer des territoires pour qu'ils et qu'elles puissent vivre en liberté derrière une zone frontière plus ou moins lisible. Les non-vacciné-e-s finiront par avoir leurs écoles, leurs hôpitaux, leur culture, leurs rites, et ils se teindront le visage en Peaux-Rouges pour bien faire sentir aux Blancs et Blanches vacciné-e-s qu'on ne leur a pas vraiment laissé le choix de se retirer sur des bouts de Réserve après l'Occupation du territoire commun par les vacciné-e-s autrefois partagé entre toutes et tous.

Où quand un magistral mais invisible virus a été capable de séparer les gens en ethnies distinctes indépendamment de leur couleur de peau, de leur classe sociale, de leur identité culturelle d'origine.

Les COVAX (collabo de la vaccination) et les ANTIVAX s'affrontent. Il va falloir sortir les tomahawks. Quant au calumet de la paix, on ne sait si les vacciné-e-s nous permettront un jour de le fumer avec elles et eux. Ils et elles ont désormais tellement peur de nous, un peu comme quand ils et elles avaient peur des punks de Starmania.

 

Christian Vélot et Criigen, une véritable source de science

Pour celles et ceux qui sont encore intéressé-e-s par les tenants et aboutissants possibles de la vaccination par ARN messager et autres nouvelles techniques de vaccination, il y a un site français à haute honnêteté intellectuelle que vous pouvez consulter gratuitement (donc sans devoir acheter l'article pour lire des choses vraiment intelligentes dites par des gens vraiment compétents en matière vaccinale).

Je vous donne immédiatement le lien (cela aussi pour nos politiciens et politiciennes si elles et ils veulent vraiment prendre connaissance de la science quand elle est éclairée d'une manière très objective et sans intérêts lucratifs.

C'est à travers la réponse faite à Charlie Hebdo (très pro-vax on se demande pourquoi venant d'un journal satyrique toujours prêt à dégommer tout dogmatisme dans d'autres domaines) que je vous invite à lire puis à visionner ensuite une vidéo (scandaleusement censurée sur You-Tube, d'où méfiance d'autant plus grande concernant les tenants et aboutissants de la vaccination à ARN messager) sur les risques, pas si minimes que ça, encourus par la vaccination de masse à l'échelle de la planète.

https://criigen.org/lettre-a-charlie-cest-dur-detre-vacci...

https://criigen.org/covid-19-les-technologies-vaccinales-...

Après vous êtes dûment informé-e-s auprès d'une source qui fait un vrai travail de fond sur la vaccination et la maladie, vous pourrez peut-être mieux voter quand il s'agira de voter dans un sens ou dans un autre.

Quand on a le désir de vérité chevillé au corps et à l'esprit et quand on n'est pas intéressé à subir la propagande médiatiques des uns et et des autres, on va vers des puits de science qui nous font par de leurs espoirs, de leurs doutes, et de leur scepticisme avec une grande intelligence et une grande clarté d'explication.

Il faut juste le vouloir. Avis aux uns-unes et aux autres... Regardez maintenant la vidéo...dans une nouvelle mise en page...sur You Tube.

 

04/09/2021

Le syndrome de l'île de Pâques

Il y a presque 50 ans, en 1972, le Club de Rome publiait "Les Limites à la croissance" qui annonçait déjà le dérèglement climatique si nous persistions dans le développement et le gaspillage des ressources naturelles.

Il faut être aveugle et sourd pour oser dire que nous avons progressé sur le chemin d'un autre monde moins pollueur et moins gaspilleur d'énergie. Tout a empiré de façon exponentielle depuis la parution de ce fameux rapport Meadows.

Avec la crise du coronavirus, nous aurions pu imaginer que l'électrochoc subit par les nations de la Terre allait nous rendre plus raisonnables et nous décider enfin à renverser la table pour prendre les bonnes mesures nécessaires. Certes, cela aurait été des mesures liberticides mettant un peu sous cloche les libertés individuelles sans frein ni limites.

Au lieu de cela, on nous rabâche l'égoïsme sans limite des personnes qui ne font pas leur devoir de vaccination tandis que Mario Draghi, prêt à imposer la vaccination à tout le monde pour permettre une croissance exponentielle, semble totalement obnubilé par les affaires commerciales et beaucoup moins par ce qui nous pend au nez, c'est-à-dire les désastres dits naturels mais dont l'être humain semble avoir une bonne part de responsabilité. Les causes sont connues. Les effets irrémédiables sur l'environnent aussi. Tout a été étudié mille fois, dit, écrit, des dizaines de milliers de fois. Nous sommes coupables de la dérégulation du climat pour une bonne part et nous ne faisons RIEN à part un peu de cosmétique par ci par là pour nous donner bonne conscience.

En réalité, personne n'a la volonté de contrer la marche en avant et le triomphe de l'ultra-capitalisme arrivé à son stade ultime de vie. Après lui, le déluge mais aussi le nôtre. Nous étions quelques uns et quelques unes à penser au début de la pandémie que quelque chose sortirait de bien car nos consciences allaient être bousculées au point de vouloir réellement un changement de société, la fin de l'ultra-libéralisme, le retour à une vie plus simple et locale, la contestation radicale des grands groupes multinationaux, y compris les Big Pharmas.

C'est le contraire qui est arrivé. Nous nous sommes précipités dans les achats compulsifs favorisant les grands groupes économiques grâce à Internet. Nous avons demandé, à coûts de milliards investis par les Etats,  aux firmes pharmaceutiques de nous concocter ces vaccins miraculeux qui permettraient de sauver nos vieux et nos personnes à risques. Et nous avons fini par être mangé tout crus par la nécessaire immunité de groupe et cette vaccination qui devrait finalement atteindre un stade de quasi 100% pour être efficace face à ce coronavirus coriace et mutant. Le problème c'est que le vaccin n'empêche pas d'être infecté et de généré de nouveaux mutants sans doute plus résistants et dangereux. Alors même à 100% vacciné-e-s qui pourrait bien nous assurer que le remède vaccinal est moins dangereux que le virus lui-même dans une situation où le vaccin n'aurait jamais existé et que nous aurions mené le combat avec des médicaments plutôt qu'avec des vaccins? Personne.

Nous avons voulu ce vaccin pour pouvoir revivre comme avant. Rien de plus, rien de moins. Il n'y a eu aucune réflexion autre que la nécessité de l'économie à retrouver son souffle d'avant. Les morts de la covid continuent à s'accumuler dans les statistiques car nos déplacements ont repris leur rythme effréné d'avant la pandémie. Mais déjà ils ne nous intéressent plus tous ces morts...surtout s'ils et elles ne s'étaient pas fait-e-s vacciner. Bien fait pour eux et pour elles! Il faut vivre, vivre et courir toujours plus vite, toujours plus haut, toujours plus fort.

Nous sommes sur l'Île de Pâques et nous vivons nos dernières décennies avant l'effondrement de notre Civilisation.

Alors amusons-nous puisque nous ne pouvons plus lutter contre ce destin funeste qui attend l'Humanité.

Je m'assassine, tu t'assassines, il s'assassine, elle s'assassine, nous nous assassinons, vous vous assassinez, ils s'assassinent, elles s'assassinent.

Mais vaccinons-nous toutes et tous pour pouvoir revivre normalement comme au bon vieux temps d'avant SARS-COV2...

 

 

Choix de société

Être vacciné ou ne pas être vacciné? Qu'est-ce que cela change d'un point de vue philosophique?

Le vacciné est plutôt heureux. Il retrouve sa liberté d'avant. Il est libre de tout faire et de choisir ses activités, ses voyages, sans trop réfléchir aux conséquences et aux suites imprévues de la vaccination répétitive et ne garantissant pas une immunité absolue contre la covid. Il peste cependant contre toutes celles et tous ceux qui ont, à ce jour, refusé-e-s la vaccination. Il demande même des punitions exemplaires contre ces téméraires et ces réfractaires...

Le non-vacciné est plutôt dans le mode combat. Il se pose encore et toujours mille questions autour de cette pandémie et de cette quasi obligation vaccinale qui ne l'est pas dans les faits. Il remet en question cette société de consommation qui voit les accidents climatiques se démultiplier tout autour de la planète mais qui continue à agir comme si de rien n'était et à profiter pleinement de la vie et des moyens financiers mis à disposition des gens heureux, vaccinés, et diplômés. Il se dit que jamais la société ne changera profondément sa façon de fonctionner, que l'ultracapitalisme entraînera la mort de notre Civilisation, mais que rien ni personne ne pourra empêcher cela. Il est combatif et fataliste. Il voudrait toujours que la société réagisse et réfléchisse aux conséquences d'un mode de vie qui détruit notre planète. On a l'impression qu'elle agit mais le mal empire. Les gens traversent toujours le Gothard pour profiter des plages, le tourisme est toujours encouragé par la Confédération afin de sauver les emplois et l'industrie touristique.

Dans les faits, le non-vacciné idéal voudrait plus d'activités simples et naturelles qui empêcheraient au virus de circuler et de se démultiplier en nombreux variants.

Le vacciné idéal veut plus de liberté de circuler, de s'amuser, multiplier les contacts humains et les voyages et pour cela il est près à tendre son bras à la pharma pour retrouver sa pleine et entière liberté de polluer et de s'éclater en paix.

Entre les deux, mon coeur balance. Je me sens comme en prison, condamné par les vacciné-e-s à la quasi mise au ban de la société.  Vacciné, je serais comme tout le monde, enfin comme la majorité, et je profiterais pleinement de ma nouvelle liberté pour retrouver les bars, prendre les trains internationaux, avec la conscience tranquille du bon vacciné.

Je préfère le mythe du bon sauvage qui garde son esprit de révolte envers cette société frivole prête à plusieurs shoots vaccinaux pourvu qu'on puisse garder l'ivresse de la liberté et le libre accès au monde entier en faisant circuler le virus à haute intensité asymptomatique et en condamnant les non-vacciné-e-s à subir la multiplication des contaminations à travers la planète payant le prix fort de leur révolte et de leur vision de la liberté, voir au prix de leur vie, pour les plus malchanceux et malchanceuses. Kamikaze qui déambule au milieu des personnes vaccinées et heureuses de l'être.

C'est aussi une question de philosophie et de responsabilité.

 

03/09/2021

Nouvelle-Calédonie, vaccination obligatoire

Premier territoire français à rendre le vaccin anti-covid obligatoire pour toutes les personnes adultes, la Nouvelle-Calédonie s'est rendue à l'évidence, sans hélas passer par la voix du peuple, que le vaccin devait devenir une obligation citoyenne pour les îles de Nouvelle-Calédonie.

Cela fait quelques semaines que, dans mes billets, je propose au Conseil fédéral, au Parlement ensuite, de décider d'une obligation vaccinale pour toutes et tous puis de faire voter le peuple sur ce vote capital qui donnerait au pays cette volonté commune d'accepter la vaccination bien qu'une probable et forte minorité dise non à la vaccination obligatoire. Ceci parce que la situation actuelle n'est plus tenable. Celles et ceux qui ont décidé de renoncer à la vaccination sont ostracisé-e-s et interdit-e-s de toutes sortes d'activités sociales alors même que notre pays donne ce faux choix de la liberté vaccinale pour certaines catégories de personnes alors que d'autres sont obligées de se faire vacciner pour conserver leur travail.

Il faut une cohérence fédérale et une frappe de force qui permettra aussi d'imposer aux pharmas des conditions beaucoup plus strictes avec des prix fixés en fonction de l'intérêt commun du peuple et non en fonction des bénéfices faramineux espérés par les entreprises concernées. Nous pourrons aussi exiger et imposer des responsabilités en cas de complications vaccinales aux vendeurs des produits puisqu'ils se seront pleinement engagés, par votation populaire, à trouver les bons vaccins qui permettront de vivre au mieux et de lutter efficacement tous et toutes ensemble contre la covid et cela en acceptant collectivement de prendre le risque vaccinal et d'être protégés par la loi en cas de complications sévères, pour certaines personnes, suite à la vaccination.

Cette votation permettrait aussi d'inviter pro-vax et anti-vax à la table des discussions sans oublier personne et sans interdire aucun discours avant ce vote très important. Alors qu'actuellement les pro-vax occupent tout le terrain médiatique et font une morale très nauséabonde aux anti-vax pour les obliger à se faire vacciner.

Je reste très sceptique face à la réussite très partielle des vaccins existants et encore plus concernant leur non-dangerosité sur le long terme. Mais un pays qui veut avancer en commun doit, dans les circonstances actuelles exceptionnelles, pouvoir voter sur l'obligation vaccinale pour toutes et pour tous.

En refusant, à titre individuel, l'obligation vaccinale, je m'en remettrai cependant à la décision du peuple, et non aux divagations orientées de Big Pharma ou même des interdits fédéraux sujets à caution et à des discussions sans fin,  et me ferai vacciné si telle est la volonté populaire mûrement réfléchie après un choix collectif en faveur de la vaccination obligatoire pour toutes et tous.

C'est ainsi que devrait procéder et fonctionner notre démocratie helvétique sur cette question brûlante de la vaccination qui nous énerve toutes et tous.

20210903_154209.jpg

T-shirt de la Flotte océanique maritime française Alis

ramené par un marin sur demande de ma fille employée

par cette Compagnie nationale de recherches océaniques...

20210903_154147.jpg

Cadeau à son papa qu'elle ne voit plus depuis 3 ans à cause de la Covid

et qui va durer encore un peu vu notre position commune face à la vaccination anti-covid...

https://www.flotteoceanographique.fr/Nos-moyens/Navires-e...