12/03/2021

Astrazeneca ou l'inutilité d'un vaccin potentiellement dangereux

La diffusion du vaccin d'Astrazeneca a été suspendue dans plusieurs pays en attendant plus d'informations sur l'apparition de caillots sang chez plusieurs personnes ayant été vaccinées par ce produit.

C'est en soi une catastrophe puisque cela ralentira d'autant plus la stratégie concernant la campagne de vaccination massive voulue par les Etats du monde entier. La Suisse ne sera pas épargnée par cette très mauvaise nouvelle qu'on essaye encore de minimiser devant le public.

Car non seulement ce vaccin montre des signes d'effets secondaires nocifs à notre santé mais en plus il s'avère totalement inutile face aux variants brésilien et sud-africain. Ce n'est pas moi qui suit en train de diffuser une fake news (please Facebook ne me censure pas), c'est le virologue bien connu des Suisses romand-e-s, Didier Trono, qui l'a annoncé ce matin à la Matinale de RSR1.

Donc, si vous voulez vous enfiler une saleté dans le corps grâce à votre consentement un brin naïf parce que vous désirez absolument posséder le nouveau Graal21, ce fameux et extraordinaire passeport vaccinal vert Covid, le PVVC, qui vous permettra de revivre un peu normalement, un peu parce qu'on vous imposera tout de même toutes les mesures d'hygiène et la distanciation sociale comme avant, alors n'hésitez pas. Courez chez votre médecin, votre pharmacien, ou n'importe où ailleurs comme un mouton ou une bufflonne affolé-e qui écoute la bonne et douce parole des loups financiers, et prenez votre dose d'Astrazeneca.

Au mieux, cela vous servira de placebo et vous vous croirez immuniser. Au pire, vous finirez à l'hôpital aux urgences pour vous faire soigner d'une nouvelle maladie introduite par ce vaccin.

Notre avenir est merveilleux et il y a tant de gens qui, par profond désespoir, ne réfléchissent plus et sont prêts à se faire injecter n'importe quelle saloperie pourvu qu'on leur dise qu'ils obtiendront un passeport covid pour pouvoir revivre, aller boire un verre au bar du coin, voir un spectacle, voyager à l'étranger, et, le plus important de tout, garder son travail. Quant à garder sa santé, on jouera à la roulette russe avec nos grands laboratoires messagers... La roulette russe est déjà tellement à la mode dans la bouche des Occidentaux avec le vaccin Sputnik V...

Bonne chance à toutes et à tous dans le nouveau monde merveilleux des Big Pharma. Et choisissez votre produit hallucinatoire. Pour le moment, vous aurez, d'ici l'été prochain, le choix entre Moderna et Pfizer. Mais il est aussi possible que bientôt on nous annonce qu'ils sont à leur tour inefficaces contre telle ou telle souche du virus. 

Et dire que des médicaments sont en train de soigner très efficacement de la Covid19 et qu'on nous en parle à peine. D'ailleurs, on ne sait toujours pas comment le Donald et Melania se sont si vite rétabli-e-s du Covid19 dans le bunker militaire médicalisé... Chut. Secret d'Etat...

 

 

 

 

11/03/2021

Penser un Mo(nu)ment, 75 ans de l'ASSH

l’Académie suisse des sciences humaines et sociales (ASSH)

L'Académie Suisse des Sciences Humaines et Sociales (ASSH) fête son 75ème anniversaire en 2021.

Pour l'occasion, elle lance un débat fort intéressant autour des monuments historiques et de leur importance dans l'espace public.

L'année dernière, le monument de David de Pury, qui trône sur la place portant son nom à Neuchâtel, a créé la polémique à travers un groupe d'activistes combattant contre les monuments historiques représentant des figures ayant pratiqué ou soutenu l'esclavage. La statue s'est vue recouverte de peinture rouge sitôt enlevée le lendemain par les services d'entretien de la Ville de Neuchâtel.

Une partie de la population a été scandalisée par cet acte de vandalisme politique. Tandis qu'une autre, surtout parmi la jeunesse, a applaudi la résistance à ce passé parfois peu glorieux que certains tentent d'effacer en ne faisant miroiter que la belle part généreuse de David de Pury qui a légué toute sa fortune à la Ville de Neuchâtel afin d'y bâtir de nouveaux bâtiments publics et d'en rénover des anciens.

Faut-il déboulonner ou pas? La Suisse c'est déjà posée la question à plusieurs reprises dans les médias. Mais le débat n'est de loin pas fini. Car au-delà de la polémique politique, il y a l'aspect sentimental, historique, archéologique, et artistique qui compte tout autant dans le maintien ou le retrait d'une oeuvre d'art occupant un territoire depuis des lustres.

Les numismates connaissent bien cela eux qui collectionnent des monnaies antiques de personnages sanguinaires et violents tels que Néron ou Caligula. Faudrait-il faire sa collection en fonction des vertus et des vices attribués aux un-e-s et aux autres? Faut-il pratiquer l'autocensure envers les pires personnages de l'Histoire? Une médaille et un buste représentant Hitler, Mussolini, ou Staline, doivent-ils automatiquement être détruits au lieu de trôner dans un musée ou une collection privée? Mais alors, faudrait-il détruire toutes les représentations des empereurs et des rois à cause des abus effroyables qu'ils ont fait subir aux populations soumises et des guerres sanguinaires qu'ils ont déclenchées?

La discussion est très vaste et elle ne peut être simplement tranchée par un oui ou un non à tel ou tel monument historique. Il faut une longue réflexion, des débats pour savoir comment on fait pour respecter les sentiments des uns et des autres. Décapiter ne sert à rien si on ne sait rien de l'Histoire où si l'on préfère simplement démolir la part sombre des individus en ignorant leur côté parfois lumineux. Même nos pires cauchemars comme Hitler ou Staline ne peuvent simplement disparaître de nos mémoires au nom de la salubrité public. Car oublier ou effacer l'Histoire c'est tout simplement permettre à l'horreur de faire son grand retour dans nos vies.

"Aujourd'hui, même les monuments devraient se donner un peu plus de peine, comme nous devons tous le faire." Robert Musil, 1935 (sur la page de l'ASSH)

Cette sentence de Musil quelques années avant la Seconde Guerre mondiale devrait nous alerter. Oui. Le manque d'intérêt pour la culture et les arts reconnus désormais non essentiels par nos Etats eux-mêmes est absolument gravissime. Une société exclusivement tournée vers le matérialisme, la corruption, et l'argent est une société qui file droit vers la décadence et le chaos. Les arts ne font pas tout. La culture ne fait pas tout. Certes. Mais si elle n'est pas instrumentalisée et contrôlée par un état fasciste, comme les nazis par exemple, elle peut beaucoup pour la sauvegarde de nos démocratie et de la paix grâce à sa liberté d'expression et aux diverses passions et débats qu'elle déclenche au sein de la population.

Alors rendez-vous sur les pages de l'ASSH et participez toutes et tous à la discussion, voir au concours lancé pour l'élaboration de nouvelles oeuvres d'art publiques proposé sur son site.

https://sagw.ch/fr/assh/actualites/les-75-ans-de-lassh/

https://penser-un-monument.ch/debat#c76

https://penser-un-monument.ch/jeu/regle-du-jeu

https://penser-un-monument.ch/24-monuments/monument/pury-...

 

Aujourd’hui, même les monuments devraient se donner un peu plus de peine, comme nous devons tous le faire ! 
l’Académie suisse des sciences humaines et sociales (ASSH)
l’Académie suisse des sciences humaines et sociales (ASSH)
l’Académie suisse des sciences humaines et sociales (ASSH)

Cuisinier-ière, un métier sûr devenu métier de saltimbanque

On était déjà mal payé, exploité par des patrons très sûrs de leur importance et peu enclins à reconnaître les mérites des femmes et des hommes de l'ombre qui font tout de même une grosse partie de la bonne ou mauvaise réputation d'un établissement.

On avait des horaires de "merde" comme dit le langage populaire, des week-ends inexistants, des capacités prodigieuses, pour ne pas dire masochistes, à la flexibilité et aux remplacement sur le pouce d'un collègue malade ou accidenté. Et puis, très régulièrement, des services de fous où le stress continu complétait une rapidité extrême à l'ouvrage pour satisfaire une clientèle toujours plus pressée et un patron toujours apte à renouveler au plus vite les tables de son restaurant pour remplir le tiroir-caisse.

Les gens qui n'ont jamais travaillé dans une cuisine professionnelle super rentable ne peuvent pas savoir ce que la performance au travail veut dire...

Mais voilà. Nous les cuisiniers et cuisinières, on avait la sécurité d'un travail toujours indispensable et qui était peu sensible aux restructurations d'entreprises et aux délocalisations en Asie ou ailleurs. C'est clair que la clientèle locale ou touristique ne va pas aller manger son steak à 10'000 kilomètres du bled...

Donc si le métier ne fait pas vraiment le buzz parmi la jeunesse et que certain-e-s considèrent toujours que se sont les cancres qui pratiquent ce job, merci pour nous, c'était au moins un vrai métier avec une paie assurée à la fin du mois et peu de risques de se trouver au chômage durable pour celles et ceux qui étaient vraiment aptes à ce genre de job.

Mais voilà. La seule sécurité et le seul avantage qui restaient à notre métier est tombée depuis l'arrivée du coronavirus. Désormais, nous sommes comme des saltimbanques soumis au bon vouloir du virus et des autorités fédérales quand ce n'est pas de notre patron qui sait utilisé fort intelligemment la flexibilité des horaires de travail grâce aux RHT.

Notre pitance arrive à chaque fin de mois grâce au chômage partiel qui nous est gracieusement accordé par l'Etat. Et on doit dire merci et fermer sa gueule.

Depuis la peste, nous ne sommes plus essentiels au pays, plus bons à rien, et surtout réduits à un niveau proche, voir réel, du minimum vital selon la loi, soit ce que touche en réalité un cassos, comme ils sont nommés par les gens...

Merci pour l'aide généreuse qui nous est accordée, cher pays. Merci à nos patrons qui ne compensent pas les 20% manquant du salaire comme à la Migros et la Coop parce qu'ils n'ont pas, selon eux, les moyens même celles et ceux qui ont une grosse fortune personnelle qu'ils ne vont bien sûr pas engager dans l'entreprise bien que l'entreprise ait participé largement à l'accumulation de cette fortune durant des décennies.

Merci aux syndicats, aux chambres fédérales, à la Confédération, qui trouvent désormais normal cette situation ubuesque où l'on permet à l'immense majorité des personnes de travailler et de gagner leur vie alors que l'on condamne une minorité de personnes, aux salaires déjà bien inférieurs à la moyenne nationale, à survivre avec le minimum vital. C'est vraiment très généreux de votre part.

On pourra retravailler peut-être en juillet pour nous les restaurants sans terrasse (ça c'est la dernière cerise sur le gâteau). Pendant que vous partirez en vacances le coeur léger et que vous pourrez enfin vivre et vous divertir dans les bars et restaurants, nous on vous servira avec le sourire comme des larbins de retour au turbin.

Alors s'il vous plaît, garder au moins de la dignité envers notre profession. Nous ne sommes pas des nuls ni des gens sans culture ni formation intellectuelle. Nous sommes juste en quelques sortes les héros et héroïnes involontaires et sacrifié-e-s de la nation.

J'espère que vous y penserez un tout peu en dévorant votre plat de spaghetti durant l'été prochain.

 

 

Bamlanivimab et Etesevimab

Deux noms barbares désignant deux anticorps de synthèse pour lutter contre la Covid-19.

La phase d'essai effectuée sur 769 personnes atteintes du virus a permis de constater un résultat très concluant. Parmi celles qui ont été soignées par ce traitement, les deux tiers ont reçu le traitement, 4 personnes ont été hospitalisées et aucune n'est décédée. Pour le tiers restant soigné par d'autres méthodes, 11 personnes ont été hospitalisées et 4 sont décédées. Toutes les personnes qui ont participé à l'essai avaient des facteurs à risques qui pouvaient aggraver la maladie.

Elli Lily, la firme pharmaceutique qui a distribué les médicaments, affirme que sont traitement diminue la mortalité de 87% et qu'au total le taux d'hospitalisation et de décès était réduit de 70%.

La vraie question est de savoir pourquoi le monde entier a misé des centaines de milliards, voir des milliers de milliards de dollars, sur le testing et la vaccination, au lieu de mettre le paquet dans la recherche de nouveaux traitements qui permettent un retour à la vie normale des gens. Bamlanivimab et Etesevimab semblent pourtant montrer qu'au final le danger représenté par la Covid-19 pour la santé humaine pourrait être comparable aux dangers d'une simple grippe avec des médicaments et un traitement efficace...

La folie vaccinale me trouble de plus en plus...

https://www.lematin.ch/story/economie-le-royaume-uni-tent... (fil de l'actu Coronavirus)

 

 

10/03/2021

Roger Federer, ad vitam aeternam

La planète tennis attendait le retour du grand champion helvète.

Elle n'a pas été déçue. Le maître a répondu aux attentes malgré une absence de plus de treize mois.

Heureux sur le terrain, se permettant de rire de ses approximations, Roger nous a montré encore une fois qu'il est le plus grand champion de tous les temps dans son domaine de prédilection. Les records, c'est une chose. Mais savoir être le plus grand des tennisman mondiaux en est une autre.

Nul doute que le chemin est encore long jusqu'au sommet tennistique qu'il a su nous montrer dans le passé. Il joue bien. Il bouge bien. Et surtout, le bonheur d'être de retour se lit sur son visage irradié de lumière par instants.

Roger Federer est mûr pour un nouvel exploit surnaturel à Wimbledon ou ailleurs. On l'attend. Merci d'être de retour dans le jeu, Roger. En cette période dramatique, c'est une bouffée d'oxygène bienvenue pour tout le monde et la Suisse en particulier.

 

20210310_184433.jpg

 

 

20210310_1844333.jpg

 

 

20210310_18443333.jpg

 

 

20210310_1844333333.jpg

 

 

20210310_1844333333333.jpg

 

 

20210310_18443333333.jpg

 

 

20210310_184433333.jpg